La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Publications similaires

Les Deux Léopards

de le-seuil

Dans les yeux de Nathan

de bouton-d-or-acadie

Les Deux Léopards

de le-seuil

Vous aimerez aussi

suivant
Emmurée
Véronique AUDELON
~~~~~ Auteure-Éditrice ~~~~~
DU MÊME AUTEUR
Chez TheBookEdition LES AMANTS ÉTERNELS, poésie. L’INSOUCIANCE PERDUE, poésie. LE MONDE DES PETITES FÉES-Tome 1, poésie. LE MONDE DES CARESSES, poésie. ÉCRITS DE LA LUNE, nouvelles. LES ACROS SE TICHENT !, poésie. SYMPHONIE BLEUE, poésie. LETTRES D’UN POILU, témoignage. PARFUMS D’ÉTERNITÉ, poésie. JEU DE LANGUES !!!, poésie, nouvelle édition. PLUME DE FÉE, poésie. LES P’TITES CHRONIQUES. JE PENSE... NE VOUS EN DÉPLAISE !, pensées.
Mise en page et conception de la couverture de l'auteur.
Images de couverture : © Almac - Fotolia.com © Tribalstar - Fotolia.com
©Véronique AUDELON, 2011 CopyrightFrance.com - n° 6W6G1AB ISBN : 978-2-918794-01-1
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l'article L. 122-5, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que les "analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'infor-mation", toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
À ma mère, À ma famille, À Toi.
REMERCIEMENTS...
À vous, auteurs et lecteurs qui depuis des années me connaissez et me suivez au travers de mes écrits. Vous, dont certains m’ont encouragée, ne cessant de me répéter que j’étais capable d’écrire un roman alors que j’en doutais moi-même.
Les hasards de la vie m’ont éloignée de la maison pendant quelques mois. Ayant plus de temps de libre, cette idée qui trottait dans ma tête depuis longtemps, que je n’osais pas poser... est revenue m’obséder... et la disponibilité aidant, je me suis dit : Pourquoi pas, après tout ? Écris et tu verras après ce que tu en feras... Si tu ne vas pas au-delà de cin-quante pages, tu en feras une nouvelle. J’ai acheté un grand cahier, posé le décor, l’ossature de l’histoire et les personnages principaux et je me suis jetée à l’eau. Quand je suis arrivée aux cinquante pages « fatidiques », l’histoire était à peine commencée, alors j’ai continué et je n’ai plus compté les pages jusqu’au mot final... Je ne saurais exprimer réellement ce que j’ai ressenti alors, lorsque sur mon écran le dernier mot a été tapé. Comme une joie indicible que des mots ne sauraient retranscrire. Et une petite voix en moi a murmuré : Tu l’as fait. Quel que soit le devenir de ce livre, le plaisir de l’écriture et la fierté d’être allée au bout de ton histoire... resteront sans aucun doute tes plus grands bonheurs.
Merci à vous tous, connus ou inconnus, amis intimes ou lecteurs qui suivez mon chemin, à travers ma poésie ou mes nouvelles. J’espère que ce livre vous donnera autant de plaisir de lecture que j’ai éprouvé de plaisir d’écriture... un plaisir comme une drogue : le deuxième roman est en route.
Véronique
L’hôtel L’Inglese n’existe que dans mon imagination. Il me permettait, outre d’en être l’architecte et la décoratrice, de lui construire son passé, pierre angulaire de l’histoire...
L’absence de dates, ne situant pas l’histoire dans le temps, est volontaire...