Cette publication est accessible gratuitement

Vous aimerez aussi

L’effluve coupable

de Scribaland

Immortelle des neiges

de Scribaland

VILLAGE PLANÉTAIRE

de Scribaland

suivant
Alors que les tâches courantes remplissent les existences Le cœur trop occupé, trop accaparé, se meurt Ne voit pas venir le signal silencieux de la déferlante Qui avance comme un voleur dans la pénombre Qui est friand de dérober des vies innocentes Qui est friand de dévorer des vies alléchantes La grande déferlante, la silencieuse, la douloureuse Déferle inexorablement et déverse tous ses venins Ses larves sous le rythme des secousses inamicales Le sol se dérobe sous les pieds et s’ouvre brutalement Pour mieux engloutir son festin, ce repas au goût amer Des heures et des jours harassants de longue haleine
LA DÉFERLANTE
Des cris étouffés, des larmes salées et mille chagrins Poussent les grandes foules vers l’inconnu lointain Des cris étouffés, des larmes salées et mille chagrins Séparent, divisent les vies, les familles et les cœurs La grande déferlante ravage tout sur son passage C’est le déluge avant l’heure fatidique, le déluge infernal Qui s’invite, créant le chaos sous les yeux incrédules D’Êtres apeurés mais dont les larmes peinent à couler