Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Montaigne essais traduction 1

De
512 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 847
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Michel de Montaigne « ESSAIS » LIVRE PREMIER Traduction en français moderne par Guy de Pernon d’après le texte de l’édition de 1595 Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières Sur cette édition….....................................................................7 Texte de base.................................................................................7 La traduction................................................................................7 Au Lecteur.9 Chapitre 1 Par divers moyens on arrive au même résultat. .11 2 De la tristesse....................................................... 16 Chapitre 3 Nos façons d’être nous survivent. ....................... 21 4 Comment on s’en prend à de faux objets, faute de pouvoir s’en prendre aux vrais. ........................................32 Chapitre 5 Le chef d’une place assiégée doit-il sortir pour parlementer ? .........................................................................36 Chapitre 6 L’heure des pourparlers est dangereuse. ........... 41 Chapitre 7 L’intention juge nos actions.................................45 Chapitre 8 Sur l’oisiveté.........................................................48 9 Sur les menteurs. .................................................50 Chapitre 10 Sur la répartie facile ou tardant à venir. .........58 11 Sur les prophéties. ..............................................62 Chapitre 12 Sur la constance.................................................69 13 Le cérémonial de l’entrevue des Rois. ...............73 Chapitre 14 On est puni de s’obstiner à défendre une place forte contre toute raison. .......................................................76 Chapitre 15 De la punition de la couardise...........................78 Chapitre 16 À propos de quelques ambassadeurs. ............... 81 17 De la peur. ..........................................................85 Chapitre 18 Il ne faut juger de notre bonheur qu’après la mort........................................................................................ 90 Chapitre 19 Philosopher, c’est apprendre à mourir. ............95 20 Sur la force de l’imagination. .........................120 Chapitre 21 Le profit de l’un est dommage pour l’autre..... 139 22 Sur les habitudes, et le fait qu’on ne change pas facilement une loi reçue..................................................141 Chapitre 23 Résultats différents d’un même projet............ 167 24 Sur le pédantisme. ........................................... 181 Chapitre 25 Sur l’éducation des enfants. ........................... 202 26 C’est une sottise de faire dépendre le vrai et le faux de notre jugement. .......................................................262 Chapitre 27 Sur l’amitié...................................................... 268 28 Vingt-neuf sonnets d’Étienne de la Boétie......287 Chapitre 29 Sur la modération. ......................................... 289 30 Sur les Cannibales. ..........................................297 Chapitre 31 Qu’il faut peu se mêler des décrets divins. ...... 316 32 Fuir les plaisirs au prix de la vie ? .................. 319 Chapitre 33 Le hasard va souvent de pair avec la raison..322 34 Choses qui manquent dans nos usages...........327 Chapitre 35 Sur l’usage de se vêtir......................................329 – 4 – Chapitre 36 Sur Caton le Jeune...........................................335 37 Comment nous pleurons et rions d’une même chose......................................................................................342 Chapitre 38 Sur la solitude..................................................347 39 Considérations sur Cicéron.............................364 Chapitre 40 Le Bien et le Mal dépendent surtout de l’idée que nous nous en faisons......................................................372 Chapitre 41 On ne transmet pas sa réputation à un autre.400 42 Sur l’inégalité entre les hommes. ................... 404 Chapitre 43 Sur les lois somptuaires ..................................418 44 Sur le sommeil. ................................................422 Chapitre 45 Sur la bataille de Dreux.426 46 Sur les noms.................................................... 428 Chapitre 47 Sur l’incertitude de notre jugement. ...............437 48 Sur les chevaux................................................446 Chapitre 49 Sur les anciennes coutumes. .......................... 460 50 Sur Démocrite et Héraclite. ............................467 Chapitre 51 Sur la vanité des mots......................................473 52 Sur la parcimonie des Anciens........................478 Chapitre 53 Sur un mot de César. ...................................... 480 54 Sur les raffinements inutiles. ......................... 482 Chapitre 55 Sur les odeurs.................................................. 488 56 Sur les prières.492 – 5 – Chapitre 57 Sur l’âge............................................................507 Bibliographie sommaire ........................................................511 À propos de cette édition électronique................................. 513 – 6 – Sur cette édition… Texte de base Le texte qui a servi de base à ce travail est celui de l’édi- tion de 1595, tel qu’on peut l’obtenir depuis la BNF-Gallica, et tel qu’il apparaît dans le volume de la collection « Pléiade », paru en juillet 2007 aux éditions Gallimard. Mais il tient compte des variantes de ce texte par rapport à l’exemplaire de Bordeaux, et celles-ci sont mentionnées en note lors- qu’elles sont autres que matérielles et ont pu affecter la traduc- tion. La traduction Les éditions dites « grand public » (« Folio », Garnier, Ar- léa…) qui ajoutent parfois la mention « mis en français mo- derne » ne font en réalité que reproduire le texte de 1595 avec des « améliorations » plus ou moins importantes en matière de ponctuation et d’orthographe… ce qui donne un texte d’ap- parence moderne en effet, mais tout aussi incompréhensible pour le lecteur ordinaire. André Lanly est le seul à ma connaissance qui ait publié jusqu’ici une traduction. Mais il a cru devoir respecter pour l’essentiel la structure des phrases de Montaigne, largement – 7 – influencée par la syntaxe latine. De ce fait, sa traduction de- meure souvent difficile à lire pour un lecteur non-spécialiste… J’ai donc jugé utile de refaire ce travail intégralement, et dans une autre optique : celle de permettre la lecture de Mon- taigne au plus grand nombre possible et pour cela adopter un français vraiment contemporain. Le texte original ne comportait que très peu d’alinéas. J’ai découpé cette traduction en paragraphes que j’ai numérotés, pour rendre plus faciles les références ultérieures. En ce qui concerne la traduction des citations, je les ai ré- écrites, en tenant compte de celles que proposent les éditions existantes. GdP 2003 – 2008 – 8 – Au Lecteur. Voici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit dès le début que je ne m’y suis fixé aucun autre but que personnel et privé ; je ne m’y suis pas soucié, ni de te rendre service, ni de ma pro- pre gloire : mes forces ne sont pas à la hauteur d’un tel dessein. Je l’ai dévolu à l’usage particulier de mes parents et de mes amis pour que, m’ayant perdu (ce qui se produira bientôt), ils puissent y retrouver les traits de mon comportement et de mon caractère, et que grâce à lui ils entretiennent de façon plus vi- vante et plus complète la connaissance qu’ils ont eue de moi. S’il s’était agi de rechercher la faveur du monde, je me se- 1rais paré de beautés empruntées . Je veux, au contraire, que l’on m’y voie dans toute ma simplicité, mon naturel et mon compor- tement ordinaire, sans recherche ni artifice, car c’est moi que je peins. Mes défauts s’y verront sur le vif, mes imperfections et ma façon d’être naturellement, autant que le respect du public me l’a permis. Si j’avais vécu dans un de ces peuples que l’on dit vivre en- core selon la douce liberté des première lois de la nature, je t’as- sure que je m’y serais très volontiers peint tout entier et tout nu. 1 Variantes. La rédaction de cette phrase a beaucoup varié. Dans les éditions publiées du vivant de Montaigne, on lit : « Je me fusse paré de beautez empruntées, ou me fusse tendu et bandé en ma meilleure dé- marche. » Sur son exemplaire de l’édition de 1588, Montaigne a barré en partie cette phrase et a écrit au-dessus : « mieux paré et me presanterois en une marche estudiee ». Comme on peut le voir, l’édition de 1595 donne encore une autre rédaction. – 9 – Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : il n’est donc pas raisonnable d’occuper tes loisirs à un sujet si fri- vole et si vain. Adieu donc. 2De Montaigne, ce 12 Juin 1588. 2 Cette date est surprenante, pour deux raisons au moins : 1° l’édi- tion de 1580 porte, elle, « premier de mars 1580 » 2° « 12 juin » est la date du jour de l’édition de 1588... Voici les divers états du texte : édition de 1580 : « ce premier de Mars.1580 » édition de 1588 : « ce 12.Iuin.1588 » correction manuscrite : « premier de Mars mille cinq cens quattre vins » (la date précédente est barrée) édition de 1595 : « ce 12. de Iuin. 1580 » – 10 – Chapitre 1 Par divers moyens on arrive au même résultat. 1. La façon la plus courante d’amadouer ceux qu’on a of- fensés, lorsque, prêts à se venger, ils nous tiennent à leur merci, c’est de susciter en eux, par notre soumission, la pitié et la commisération. Et pourtant, la bravade, la constance et la dé- termination, qui en sont l’inverse, ont parfois produit le même effet. 2. Édouard, le Prince de Galles, qui régna si longtemps sur notre Guyenne, personnage dont la condition et le destin ne manquent pas de grandeur, avait été gravement offensé par les Limousins. En s’emparant de leur ville, il ne se laissa pas atten- drir par les cris du peuple, des femmes et des enfants abandon- nés au massacre, implorant sa pitié et se jetant à ses pieds. Mais comme il avançait plus avant dans la ville, il aperçut trois gen- tilshommes français qui, faisant preuve d’une hardiesse in- croyable, soutenaient à eux seuls l’assaut de son armée victo- rieuse. La considération et le respect que lui inspirèrent un cou- rage aussi remarquable émoussa sa colère ; et après avoir ac- cordé sa miséricorde à ces trois-là, il l’accorda à tous les autres habitants de la ville. 3. Scanderberch, Prince de l’Épire, poursuivait un de ses propres soldats pour le tuer ; celui-ci ayant essayé de l’apaiser par ses protestations d’humilité et ses supplications, se résolut en dernière extrémité à l’attendre l’épée au poing : cette résolu- tion arrêta net la furie de son maître, qui lui voyant prendre un si honorable parti, lui accorda sa grâce. Mais il est vrai que ceux qui n’auraient pas eu connaissance de la vaillance et de la force – 11 –
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin