//img.uscri.be/pth/80976ca27ab243c5f045609ad99c4cf94d671241
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Oeuvres compl?tes de Fran?ois Villon: Suivies d'un choix des po?sies de ses disciples

De
195 pages
Project Gutenberg's Oeuvres compl tes de Fran ois Villon, by Fran ois Villon � � �This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and withalmost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away orre-use it under the terms of the Project Gutenberg License includedwith this eBook or online at www.gutenberg.netTitle: Oeuvres compl tes de Fran ois Villon � � Suivies d'un choix des po sies de ses disciples �Author: Fran ois Villon �Release Date: May 3, 2004 [EBook #12246]Language: FrenchCharacter set encoding: ISO-8859-1*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK OEUVRES DE FRAN OIS� VILLON ***Produced by Miranda van de Heijning, Renald Levesque and PGDistributed Proofreaders. This file was produced from imagesgenerously made available by the Biblioth que nationale de France �(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.OEUVRES COMPL T�ESDEFRAN�OIS VILLONSUIVIES D'UN CHOIX DES PO SIES� DE SES DISCIPLES�DITION PR�PAR�E PAR LA MONNOYEMISE A JOUR, AVEC NOTES ET GLOSSAIREPAR M. PIERRE JANNET[NOTE DU TRANSCRIPTEUR: Les num ros de pages du document�original ont t conserv s pour faciliter l'identification� � �des nombreuses r f rences qu'on trouve dans les Notes et le� �Glossaire-Index, la fin du texte.] �PR�FACE [P. V]On ne sait gu re de la vie de Fran� ois Villon que ce qu'il en �dit lui-m me, et l'on en sait trop. J'aurais voulu me dispenser�de d cri�re, apr s tant d'autres[1], cette existence ...
Voir plus Voir moins
Project Gutenberg's Oeuvres compl tes de Fran ois Villon, by Fran ois Villon � � � This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.net Title: Oeuvres compl tes de Fran ois Villon � � Suivies d'un choix des po sies de ses disciples � Author: Fran ois Villon � Release Date: May 3, 2004 [EBook #12246] Language: French Character set encoding: ISO-8859-1 *** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK OEUVRES DE FRAN OIS� VILLON *** Produced by Miranda van de Heijning, Renald Levesque and PG Distributed Proofreaders. This file was produced from images generously made available by the Biblioth que nationale de France � (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr. OEUVRES COMPL T�ES DE FRAN�OIS VILLON SUIVIES D'UN CHOIX DES PO SIES� DE SES DISCIPLES �DITION PR�PAR�E PAR LA MONNOYE MISE A JOUR, AVEC NOTES ET GLOSSAIRE PAR M. PIERRE JANNET [NOTE DU TRANSCRIPTEUR: Les num ros de pages du document� original ont t conserv s pour faciliter l'identification� � � des nombreuses r f rences qu'on trouve dans les Notes et le� � Glossaire-Index, la fin du texte.] � PR�FACE [P. V] On ne sait gu re de la vie de Fran� ois Villon que ce qu'il en � dit lui-m me, et l'on en sait trop. J'aurais voulu me dispenser� de d cri�re, apr s tant d'autres[1], cette existence peu� �difiante, mais je n'ai pas cru pouvoir le faire. Le sujet des po�sies de Villon, c'est Villon lui-m me, et sa biographie est � la clef de ses oeuvres. [Footnote 1: Voir notamment la _Vie de Fran ois Villon_, par � Guillaume Colletet, en t te des oeuvres de Villon, dition � � de M.P.L. Jacob, bibliophile (M. Paul Lacroix), Paris, 1854, in-16;--le _M moire�_ de M. Prompsault, en t te de son dition � � de Villon, Paris, 1832, in-8;--_Fran ois Villon, Versuch einer � kritischen Darstellung seines Lebens nach seinen Gedichten_, von Dr. S. Nagel. _Mulheim an der Ruhr_, 1856, in-4, le travail le plus complet et le plus judicieux qu'on e t fait jusqu'alors sur � ce sujet, et la base de ceux qu'on a faits depuis;--_Fran ois � Villon, sa vie et ses oeuvres_, par Antoine Campeaux, _Paris, Durand_, 1859, in-8, et la notice de M. Anatole de Montaiglon, excellente pour le fond comme pour la forme, dans _les Po tes � Fran ais�_, recueil publi sous la direction de M. Eug ne Cr�pet, � � Paris, 1861-62, 4 vol. gr. in-8, t. I, p. 447-455.] Fran ois� Villon naquit Paris en 1431. Sur la foi d'une pi � ce � que Fauchet, dans son trait _de l'Origine des chevaliers_, � imprim� en 1599, dit avoir trouv e dans un manuscrit de sa � biblioth�que [2], on [ p. VI] a mis en doute le lieu de la naissance et jusqu'au nom du po te. On s'est livr des � � � conjectures ing nieuses pour concilier les renseignements � fournis par lui-m me avec les indications de Fauchet, pour � expliquer comment il pouvait s'appeler la fois Corbueil et � Villon, tre � la fois natif d'Auvers et de Paris. Pour moi, je� crois, avec le P. Du Cerceau, Daunou et beaucoup d'autres, qu'on ne doit tenir aucun compte de ce huitain, amplification maladroite de l' pitaphe en quatre vers [3]. Ce n'est pas sur� une pareille autorit qu'on peut substituer le nom de _Corbueil_ � � celui de _Villon_, que notre po te se donne lui-m me en vingt � � endroits de ses oeuvres [4]. [Footnote 2: Voici cette pi ce, que j'ai cru devoir rejeter des � oeuvres de Villon: _Je suis Fran oys, dont ce me poise, Nomm� Corbueil en mon � surnom, Natif d'Auvers empr s Pontoise, Et du commun nomm � � Villon. Or, d'une corde d'une toise Sauroit mon col que mon cul poise, Se ne fut un joli appel. Le jeu ne me sembloit point bel._ L'auteur de ce huitain n'a pas compris l'intention comique de ce vers de Villon: _N � de Paris empr s Pontoise;_ � C'est pourquoi il le fait gravement na tre Auvers, qui est � � en effet pr s de Pontoise. Mais une preuve certaine de la � composition tardive de cette pi ce, c'est qu'on ne trouverait � probablement pas dans la seconde moiti du XVe si cle, et � � certainement pas dans les oeuvres de Villon, un huitain dont les rimes soient distribu es comme dans celui-l . Dans tous les � � huitains de Villon, sans exception, le premier vers rime avec le troisi me, le second avec le quatri� me, le cinqui me et le � � septi�me, et le sixi me avec le huiti m�e. Les faussaires ne � pensent jamais tout.] � [Footnote 3: Voy. p. 101.] [Footnote 4: Voy. le _Glossaire-Index_, au mot VILLON.] Les parents de Villon taient pauvres[5]. Sa m re� tait [P. VII] � � illettr�e[6]; son p re �tait vraisemblablement un homme de� m�tier, et peut- tre, ainsi que l'a conjectur � M. Campeaux, un � ouvrier en cuir, un _cordouennier_[7]. [Footnote 5: V. p. 31, huitain XXXV.] [Footnote 6: Oncques� lettre ne leuz. P. 55, v. 22.] � [Footnote 7: Voyez _Notes_, p. 224.] Pouss par le d� sir de s' le�ver au-dessus de la triste condition � de ses parents, ou plut t par ce besoin de savoir qui tourmente � les natures comme la sienne, Villon tudia. Il connut les � mis�res de l' tat� d' colier� pauvre. On n'a pas de renseignements certains sur le genre d' tudes auquel il se livra ni sur les � progr�s qu'il y fit. M. Nagel suppose qu'il obtint le grade de ma�tre �s arts, et se fonde surtout sur le legs qu'il fait plus tard, de sa nomination� qu'il a de l'Universit (p. 15). Mais � ce legs pourrait bien n' tre qu'une plaisanterie, comme tant � d'autres. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'il n'obtint pas le grade de ma tre en th olog�ie, but supr me des �tudes du � � temps[8]. [Footnote 8: Voy. _Grand Testament_, huitains XXXVII (p. 32) et LXXII (p. 52.)] En ce temps-l , comme plus tard, les �tudiants taient expos s � � � � bien des tentations. Villon n'y sut pas r sister. En contact � avec des jeunes gens sans pr jug s d'aucune sorte et d pourvus � � � d'argent comme lui, il adopta leurs moeurs et fa ons de vivre. � Bient t il devint leur chef et leur providence[9]. Les _Repues� franches_, singulier monument lev sa gloire par quelqu'un � � � de ses disciples, nous font conna tre par quelles combinaisons � ing�nieuses lui et ses compagnons se procuraient les moyens de mener joyeuse vie. Leurs friponneries taient tout [P. VIII] � � fait dans les moeurs du temps, et ne d passaient sans doute pas � les proportions de ce qu'on serait volontiers tent d'appeler � _des bons tours_; mais ils taient sur une pente glissante, et � la justice n'entendait pas raillerie. [Footnote 9: _C'estoit la m re nourrici re De ceux qui