La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

Epitaphe

de mediter

La douleur du pacha

de le-trimeur

François de MalherbeOdes
La prise de Marseille I
ODE A LA REINE MARIE DE MÉDICIS, Sur sa bienvenue en France, Présenté à Aix, l'année 1600.
Peuples, qu'on mette sur la tête Tout ce que la terre a de fleurs ; Peuples, que cette belle fête A jamais tarisse nos pleurs : Qu'aux deux bouts du monde se voie Luire le feu de notre joie ; Et soient dans les coupes noyés Les soucis de tous ces orages Que pour nos rebelles courages Les dieux nous avoient envoyés. A ce coup iront en fumée Les vœux que faisoient nos mutins En leur ame encore affamée De massacres et de butins. [1] Nos doutes seront éclaircies; Et mentiront les prophéties De tous ces visages pâlis Dont le vain étude s'applique A suivre...
1. ↑Doute étoit alors féminin.