La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

Publications similaires

La formule flirt

de pol-editeur

Mère de l'année !

de editions-luce-wilquin6926

Noces d'écume

de brage

Le Cahier rouge François Coppée 1874
Avertissement de la première édition
Aux amputés de la guerre Le Vieux Soulier Le Printemps Tristement Fantaisie nostalgique Tableau rural Croquis de banlieue Menuet Le Fils de Louis XI En sortant d’un bal Cheval de renfort Au bord de la Marne La Chaumière incendiée Pour toujours ! Désespérément Morceau à quatre mains Sonnet Rhythme des vagues Aux bains de mer Matin d’octobre Aubade parisienne Lendemain Kabala Sur la terrasse Gaieté du cimetière En bateau-mouche Aubade Douleur bercée Blessure rouverte Presque une fable Le Canon Théophile Gautier élégiaque Lutteurs forains À un sous-lieutenant Prologue La Première À un lilas Dans la rue, le soir Noces et festins Au lion de Belfort Désir dans le spleen
Le Cahier rouge - Avertissement
Toutennousoccupantdediversouvragesassezimportantsquedescirconstancessansintérêtpourlelecteur,nenous permettentpasdepublierencore,nousavionsl’habitude,ànosheuresdefatigue,d’ouvrirunmincecahierrougequitraîne
toujourssurnotretableetdenousdélasserenyécrivantquelquespoésiesfugitives,àpeupréscommeunenfantparesseux illustredepierrotspenduslesmargesdesagrammaire.
C’étaientparfoisdesstrophesqu’onnousfaisaitl’honneurdenousdemander,enfaveurdesœuvrespatriotiques,fondéesàla suitedesrécentsmalheursdelaFrance;maisplussouvent,c’étaientdesimplesfantaisies,desnotesrapides,descroquisjetés, oubienencoreuneplaintequenousarrachaitnotremalordinaire,lespleen.Ilnousarrivaitaussidetranscriresurlecahierrouge d’anciensversdejeunesseque,detrès-bonnefoi,nouscroyionsavoirdétruitsetquenousretrouvionsparhasard,dansnosvieux papiers,donnantainsiraisonàlaspirituelleboutadedeThéophileGautier,quiprétendqu’unpoètenebrûlejamaisunmanuscrit, sansavoird’abordprissoind’entirercopie.
Ornotreéditeuretami,AlphonseLemerre,étantunjourvenunousblâmerdenotrelenteuràterminerlesdifférentstravauxdont nousluiavionsparlé,nousavonspenséaucahierrougequenousn’avionspasouvertdepuislongtemps.
Toutd’abord,cesanciensversnousfirentunpeul’effetdesfleurssèchesd’unherbieroud’unecollectiondepapillonsépinglés parunentomologiste ;maisquelquesamis,tropindulgentssansdoute,furentd’unavisopposéetnousassurèrentquenotre cahiermanuscritpouvaitdeveniruneplaquetteimprimée.
Nousnoussommesdoncdécidéàlepublier,cerouge, Cahiersansluicherchermêmeunautretitre,telqu’ilest,dansson désordre,quiestpeut-êtresavariété.C’estunesimplecartedevisitequenousenvoyonsaupublic,auprèsdequinouscomptons faire, –etàbrèveéchéance, –deplusgravesdémarches.
D’ailleurs,nousdonnonscesquelquesmotsd’avertissement,nonpaspourréclamerl’indulgencedulecteur,maisbienpourlui expliquerlemanquedecompositiondecepetitlivre.Quantausortquelapublicitéluiréserve,nousn’ypensonsmêmepas. Selonnous,lepoéten’aplusàs’occuperdecequ’iladéjàaccompli,maisseulementdecequ’ilseproposedefaireencore.C’est verslaperfectionqu’ilrêve,etnonverslesuccèsqu’ilconstate,quedoiventtendresesprogrès;et,pournotrecomptepersonnel, quandunefoisnousavonsdonnénotrelivreàl’impression,nousn’enprenonspasplussouciquelesarbresprintaniers,quenous voyonsdenotrefenêtre,nes’inquiètentdeleursfeuillesmortesdudernierautomne.
Mai1894.