La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Théophile GautierPoésies nouvelles et inédites
Les Joyeusetés du Trépas 1857
De son destrier qui se cabre Il jette à bas le chevalier, Qu’il pousse à la danse macabre En retournant le sablier ; Avec un crâne joue aux quilles Aux tonnelles des cabarets ; Du boîteux casse les béquilles, Du coureur coupe les jarrets ; Pour modèle offrant son squelette, [1] Pose en Vénusdans l’atelier ; Arrache au peintre sa palette, Fier comme Job sur son fumier ! Pousse une botte au maître d’armes, Botte secrète et bien à fond ; Prend l’enfant à la mère en larmes, Ôte sa marotte au bouffon ; Avec le camail du chanoine Encadre son masque camus, S’assoit dans la stalle du moine Dont il interrompt l’Oremus ; Pour s’y mettre, il chasse du trône L’empereur tout pâle d’effroi, Et pose sur son crâne jaune La couronne arraché au roi ;
Malgré les clefs et la tiare Il prend le pape au Vatican, Et, railleur, au ballet bizarre Il lui fait danser la cancan !
1. ↑Le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul, dans l’Histoire des œuvres de Théophile Gautier, dit que ce mot est une faute d’impression, et qu’on devrait lire « pose envernis».