La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Alexandre LatilLes Éphémères
ÉPHÉMÈRE DIX-SEPTIÈME Prière À elle
Mais c’est dans le malheur que l’amour se révèle. (Mme E. de Girardin, Il m’aimait)
Toi qui, par tes vertus, as fait naître en mon âme Un sentiment profond, une céleste flamme ; Toi qui, par un regard, sais agiter mon cœur, Ou le faire renaître à l’espoir, au bonheur ; Ô toi, dont un seul mot m’afflige ou me torture ; Toi, qui feins d’ignorer le tourment que j’endure ; Oh ! daigne m’écouter ! daigne entendre ma voix, Qui s’élève en ce jour pour la dernière fois. Rends-moi donc, Idéa, la puissance infinie Qu’un ange ou qu’un démon te donne sur ma vie ! Vois mes nuits sans sommeil, et mes jours sans repos ; Faible nocher battu sans cesse par les flots, Et d’écueil en écueil jeté par la tempête, Je ne puis rencontrer un abri pour ma tête. Quand pourrai-je, ô mon Dieu, me voir surgir au port ? Ah ! j’en aperçois un, le plus sûr…c’est la mort ! ! ! 5 mai 18…
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin