La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Théophile GautierPoésies libertines
Sonnet bouts-rimés
Amis, si vous voulez que je trouve uncondor, M’envoyer de Neuilly jusque dansEckenfoerde C’est vouloir à coup sûr que ma peinese perde Car je ne l’aurais pas, même pour son poids d’or.
Je n’entendis jamais la musique deSpohr, Et comme à Waterloo Cambronne, je dis «merde» Tout aussi carrément à Spohr qu’àMonteverde, Et je m’en vais fumer ma pipe sur leport.
Je regarde la mer qui bouillonne et faitrage, Rêveur, et ruminant au fond de moncerveau Le plan de quelque histoire à dénouementnouveau.
Cependant aux marins échappés dunaufrage Des filles, les bras nus et découvrant leursseins, Présentent les tarifs de leurs charmesmalsains.