//img.uscri.be/pth/a3ca8895d73f0aacfbe5114847231029b3b6cc07
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Sphinx (Heredia)

De
1 page
José-Maria de Heredia
Les Trophées
Alphonse Lemerre, 1893 (p. 30).

Au ...
Voir plus Voir moins
José-Maria de Heredia Les Trophées Alphonse Lemerre, 1893(p. 30).
A u flanc du Cithéron, sous la ronce enfoui, Le roc s’ouvre, repaire où resplendit au centre Par l’éclat des yeux d’or, de la gorge et du ventre, La Vierge aux ailes d’aigle et dont nul n’a joui.
Et l’Homme s’arrêta sur le seuil, ébloui. — Quelle est l’ombre qui rend plus sombre encor mon antre ? — L’Amour. — Es-tu le Dieu ? — Je suis le Héros. — Entre ; Mais tu cherches la mort. L’oses-tu braver ? — Oui.
Bellérophon dompta la Chimère farouche. — N’approche pas. — Ma lèvre a fait frémir ta bouche… — Viens donc ! Entre mes bras tes os vont se briser ;
Mes ongles dans ta chair… — Qu’importe le supplice, Si j’ai conquis la gloire et ravi le baiser ? — Tu triomphes en vain, car tu meurs. — Ô délice !…