La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Réflexions et maximes (1747)

De
26 pages
VauvenarguesIntroduction à la connoissance de l’esprit humainAntoine-Claude Briasson, 1747 (pp. 257-348).A V E R T I S S E M E N T .COMME IL Y A DES GENS QUI NE LISENT QUE POUR TROUVER DES ERREURS DANS UN ÉCRIVAIN,j’avertis CEUX QUI LIRONT CES RÉFLEXIONS QUE S’IL Y EN A QUELQU’UNE QUI PRÉSENTE unSENS PEU FAVORABLE À LA PIÉTÉ, L’AUTEUR DÉSAVOUE CE MAUVAIS SENS, & SOUSCRIT LEPREMIER À LA CRITIQUE QU’ON EN POURRA FAIRE. IL ESPERE CEPENDANT QUE LESPERSONNES DESINTÉRESSÉES N’AURONT AUCUNE PEINE À BIEN INTERPRÊTER SESSENTIMENS. AINSI LORSQU’IL dit : La pensée de la mort nous trompe, parce qu’ellenous fait oublier de vivre ; IL SE FLATTE QU’ON VERRA BIEN QUE C’EST DE LA PENSÉE DE LAmort sans la vûe de la Religion qu’il veut parler. Et encore ailleurs, lorsqu’il dit : Laconscience des mourans calomnie leur vie… il EST FORT ÉLOIGNÉ DE PRÉTENDRE QU’ELLENE LES ACCUSE PAS SOUVENT AVEC JUSTICE. MAIS IL N’Y A PERSONNE QUI NE SACHE queTOUTES LES PROPOSITIONS GÉNÉRALES ONT LEURS EXCEPTIONS. SI ON N’A PAS PRIS SOIN ICIDE LES MARQUER, C’EST PARCE QUE LE GENRE D’ÉCRIRE QUE L’ON A CHOISI, NE LE PERMETPAS. IL SUFFIRA DE CONFRONTER L’AUTEUR AVEC LUI-MÊME POUR JUGER DE LA PURETÉ DE SESprincipes.J’avertis encore les Lecteurs que toutes ces pensées ne se suivent pas, MAIS QU’ILY EN A PLUSIEURS QUI SE SUIVENT, & QUI POURROIENT PAROÎTRE OBSCURES, OU HORSD’ŒUVRE, SI ON LES SÉPAROIT. ON N’A POINT CONSERVÉ DANS CETTE ÉDITION L’ORDRE QU’ONLEUR AVOIT DONNÉ DANS LA PREMIERE. ON EN ...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

VauvenarguesIntroduction à la connoissance de l’esprit humainAntoine-Claude Briasson, 1747 (pp. 257-348).EVATRCOMME IL Y A DES GENS QUI NE LISENT QUE POUR TROUVER DES ERREURS DANS UN ÉCRIVAIN,j’avertis CEUX QUI LIRONT CES RÉFLEXIONS QUE SIL Y EN A QUELQUUNE QUI PRÉSENTE unSENS PEU FAVORABLE À LA PIÉTÉ, L’AUTEUR DÉSAVOUE CE MAUVAIS SENS, & SOUSCRIT LEPREMIER À LA CRITIQUE QUON EN POURRA FAIRE. IL ESPERE CEPENDANT QUE LESPERSONNES DESINTÉRESSÉES NAURONT AUCUNE PEINE À BIEN INTERPRÊTER SESSENTIMENS. AINSI LORSQUIL dit : La pensée de la mort nous trompe, parce qu’ellenous fait oublier de vivre ; IL SE FLATTE QUON VERRA BIEN QUE CEST DE LA PENSÉE DE LAmort sans la vûe de la Religion qu’il veut parler. Et encore ailleurs, lorsqu’il dit : Laconscience des mourans calomnie leur vie… il EST FORT ÉLOIGNÉ DE PRÉTENDRE QUELLENE LES ACCUSE PAS SOUVENT AVEC JUSTICE. MAIS IL NY A PERSONNE QUI NE SACHE queTOUTES LES PROPOSITIONS GÉNÉRALES ONT LEURS EXCEPTIONS. SI ON NA PAS PRIS SOIN ICIDE LES MARQUER, CEST PARCE QUE LE GENRE DÉCRIRE QUE LON A CHOISI, NE LE PERMETPAS. IL SUFFIRA DE CONFRONTER L’AUTEUR AVEC LUI-MÊME POUR JUGER DE LA PURETÉ DE SESprincipes.J’avertis encore les Lecteurs que toutes ces pensées ne se suivent pas, MAIS QUILY EN A PLUSIEURS QUI SE SUIVENT, & QUI POURROIENT PAROÎTRE OBSCURES, OU HORSDŒUVRE, SI ON LES SÉPAROIT. ON NA POINT CONSERVÉ DANS CETTE ÉDITION LORDRE QUONLEUR AVOIT DONNÉ DANS LA PREMIERE. ON EN A RETRANCHÉ PLUS DE DEUX CENTSmaximes. ON EN A ÉCLAIRCI OU ÉTENDU QUELQUES-UNES, & ON EN A AJOUTÉ UN PETITnombre. ELFERTEMIXAMAvec des additions, des éclaircissemens, & des retranchemens considérables.SECONDE EDITION..IIl est plus aisé de dire des choses nouvelles que de concilier celles qui ont étédites..IIL’esprit de l’homme est plus pénétrant que conséquent, & embrasse plus qu’il nepeut lier..IIILorsqu’une pensée est trop foible pour porter une expression simple, c’est lamarque pour la rejetter..VILa clarté orne les pensées profondes..VL’obscurité est le royaume de l’erreur.XIEISSO,SNESMENT.
.IVIl n’y auroit point d’erreurs qui ne périssent d’elles-mêmes, rendues clairement..IIVCe qui fait souvent le mécompte d’un Écrivain est qu’il croit rendre les choses tellesqu’il les apperçoit ou qu’il les sent..IIIVOn proscriroit moins de pensées d’un ouvrage, si on les concevoit comme l’Auteur..XILorsqu’une pensée s’offre à nous comme une profonde découverte, & que nousprenons la peine de la développer, nous trouvons souvent que c’est une vérité quicourt les rues..XIl est rare qu’on approfondisse la pensée d’un autre ; de sorte que s’il arrive dans lasuite qu’on fasse la même réflexion, on se persuade aisément qu’elle est nouvelle,tant elle offre de circonstances & de dépendances qu’on avoit laissé échapper..IXSi une pensée ou un ouvrage n’intéressent que peu de personnes, peu en parleront..IIXC’est un grand signe de médiocrité de louer toujours modérément..IIIXLes fortunes promptes en tout genre sont les moins solides, parce qu’il est rarequ’elles soient l’ouvrage du mérite. Les fruits mûrs mais laborieux de la prudencesont toujours tardifs..VIXL’espérance anime le Sage, & leurre le présomptueux & l’indolent, qui se reposentinconsidérément sur ses promesses..VXBeaucoup de défiances & d’espérances raisonnables sont trompées..IVXL’ambition ardente exile les plaisirs dès la jeunesse, pour gouverner seule..IIVXLa prospérité fait peu d’amis.XVIII.Les longues prospérités s’écoulent quelquefois en un moment comme les chaleursde l’été sont emportées par un jour d’orage..XIXLe courage a plus de ressources contre les disgraces que la raison..XXLa raison & la liberté sont incompatibles avec la foiblesse..IXXLa guerre n’est pas si onéreuse que la servitude.
.IIXXLa servitude abaisse les hommes jusqu’à s’en faire aimer.XXIII.Les prospérités des mauvais Rois sont fatales aux peuples..VIXXIl n’est pas donné à la raison de réparer tous les vices de la nature..VXXAvant d’attaquer un abus, il faut voir si on peut ruiner ses fondemens..IVXXLes abus inévitables sont des loix de la nature.XXVII.Nous n’avons pas droit de rendre misérables ceux que nous ne pouvons rendre.snobXXVIII.On ne peut être juste si on n’est humain..XIXXQuelques Auteurs traitent la Morale comme on traite la nouvelle Architecture, où l’oncherche avant toutes choses la commodité..XXXIl est fort différent de rendre la vertu facile pour l’établir, ou de lui égaler le vice pourla détruire..IXXXNos erreurs & nos divisions dans la morale viennent quelquefois de ce que nousconsidérons les hommes comme s’ils pouvoient être tout-à-fait vicieux ou tout-à-fait.snobXXXII.Il n’y a peut-être point de vérité qui ne soit à quelque esprit faux matiere d’erreur.XXXIII.Les générations des opinions sont conformes à celles des hommes, bonnes &vicieuses tour à tour.XXXIV.Nous ne connoissons pas l’attrait des violentes agitations. Ceux que nousplaignions de leurs embarras, méprisent notre repos..VXXXPersonne ne veut être plaint de ses erreurs.XXXVI.Les orages de la jeunesse sont environnés de jours brillans.XXXVII.Les jeunes gens connoissent plûtôt l’amour que la beauté.XXXVIII.
Les femmes & les jeunes gens ne séparent point leur estime de leurs goûts.XXXIX.La coutume fait tout jusqu’en amour..LXIl y a peu de passions constantes, il y en a beaucoup de sinceres : cela a toujoursété ainsi. Mais les hommes se piquent d’être constans, ou indifférens, selon lamode, qui excede toujours la nature..ILXLa raison rougit des penchans dont elle ne peut rendre compte..IILXLe secret des moindres plaisirs de la nature passe la raison.XLIII.C’est une preuve de petitesse d’esprit lorsqu’on distingue toujours ce qui estestimable de ce qui est aimable. Les grandes ames aiment naturellement tout cequi est digne de leur estime..VILXL’estime s’use comme l’amour..VLXQuand on sent qu’on n’a pas de quoi se faire estimer de quelqu’un, on est bien prèsde le hair..IVLXCeux qui manquent de probité dans les plaisirs, n’en ont qu’une feinte dans lesaffaires. C’est la marque d’un naturel féroce, lorsque le plaisir ne rend point humain.XLVII.Les plaisirs enseignent aux Princes à se familiariser avec les hommes.XLVIII.Le trafic de l’honneur n’enrichit pas..XILXCeux qui nous font acheter leur probité ne nous vendent ordinairement que leurhonneur..LLa conscience, l’honneur, la chasteté, l’amour & l’estime des hommes sont à prixd’argent. La libéralité multiplie les avantages des richesses..ILCelui qui fait rendre ses profusions utiles a une grande & noble économie..IILLes sots ne comprennent pas les gens d’esprit..IIILPersonne ne se croit propre comme un sot à duper un homme d’esprit..VILNous négligeons souvent les hommes sur qui la nature nous donne ascendant, quisont ceux qu’il faut attacher & comme incorporer à nous, les autres ne
tenant à nos amorces que par l’intérêt, l’objet du monde le plus changeant..VLIl n’y a guéres de gens plus aigres que ceux qui sont doux par intérêt..IVLL’intérêt fait peu de fortunes..IIVLIl est faux qu’on ait fait fortune lorsqu’on ne sait pas en jouir.LVIII.L’amour de la gloire fait les grandes fortunes entre les peuples..XILNous avons si peu de vertu, que nous nous trouvons ridicules d’aimer la gloire..XLLa fortune exige des soins. Il faut être souple, amusant, cabaler, n’offenserpersonne, plaire aux femmes & aux hommes enplace, se mêler des plaisirs & des affaires, cacher son secret, & savoir s’ennuyer lanuit à table, & jouer trois quadrilles sans quitter sa chaise : même après tout cela onn’est sûr de rien. Combien de dégoûts & d’ennuis ne pourroit-on s’épargner, si onosoit aller à la gloire par le seul mérite..IXLQuelques fous se sont dit à table : il n’y a que nous qui soyons bonne compagnie ;& on les croit..IIXLLes joueurs ont le pas sur les gens d’esprit comme ayant l’honneur de représenterles hommes riches.LXIII.Les gens d’esprit seroient presque seuls sans les sots qui s’en piquent..VIXLCelui qui s’habille le matinavant huit heures pour entendre plaider à l’audience, ou pour voir des tableauxétalés au Louvre, ou pour se trouver aux répétitions d’une Pièce prête à paroître, &qui se pique de juger en tout genre du travail d’autrui, est un homme auquel il nemanque quelquefois que de l’esprit & du goût..VXLNous sommes moins offensés du mépris des sots que d’être médiocrementestimés des gens d’esprit..IVXLC’est offenser les hommes que de leur donner des louanges, qui marquent lesbornes de leur mérite. Peu de gens sont assez modestes pour souffrir sans peinequ’on les apprécie.LXVII.Il est difficile d’estimer quelqu’un comme il veut l’être.LXVIII.On doit se consoler de n’avoir pas les grands talens, comme on se console den’avoir pas les grandes places. On peut être au-dessus de l’un & de l’autre par le.ruœc
.XIXLLa raison & l’extravagance, la vertu & le vice ont leurs heureux. Le contentementn’est pas la marque du mérite..XXLLa tranquillité d’esprit passeroit-elle pour une meilleure preuve de la vertu ? Lasanté la donne..IXXLSi la gloire & si le mérite ne rendent pas les hommes heureux, ce que l’on appellebonheur mérite-t-il leurs regrets ? Une ame, un peu courageuse, daigneroit-elleaccepter ou la fortune, ou le repos d’esprit, ou la modération, s’il falloit leur sacrifieralvigueur de ses sentimens & abaisser l’essor de son génie ?LXXII.La modération des grands hommes ne borne que leurs vices.LXXIII.La modération des foibles est médiocrité.LXXIV.Ce qui est arrogance dans les foibles est élévation dans les forts, comme la forcedes malades est frénésie, & celle des sains est vigueur..VXXLLa sentiment de nos forces les augmente.LXXVI.On ne juge pas si diversement des autres que de soi-même.LXXVII.Il n’est pas vrai que les hommes soient meilleurs dans la pauvreté que dans lesrichesses.LXXVIII.Pauvres & riches, nul n’estvertueux ni heureux, si la fortune ne la mis à sa place.LXXIX.Il faut entretenir la vigueur du corps pour conserver celle de l’esprit..XXXLOn tire peu de services des vieillards.LXXXI.Les hommes ont la volonté de rendre service jusqu’à ce qu’ils en ayent le pouvoir.LXXXII.L’avare prononce en secret : Suis-je chargé de la fortune des misérables ? Et ilrepousse la pitié qui l’importune.LXXXIII.Ceux qui croyent n’avoir plus besoin d’autrui, deviennent intraitables.LXXXIV.Il est rare d’obtenir beaucoup des hommes dont on a besoin.LXXXV.
On gagne peu de choses par habileté.LXXXVI.Nos plus sûrs protecteurs sont nos talens.LXXXVII.Tous les hommes se jugent dignes des plus grandes places ; mais la Nature qui neles en a pas rendus capables, fait aussi qu’ils se tiennent très-contens dans lesdernieres.LXXXVIII.On méprise les grands desseins lorsqu’on ne se sent pas capables des grandssuccès.LXXXIX.Les hommes ont de grandes prétentions & de petits projets..CXLes grands hommes entreprennent les grandes choses, parce qu’elles sontgrandes ; & les fous, parce qu’ils les croyent faciles..ICXIl est quelquefois plus facile de former un parti, que de venir par degrés à la têted’un parti déjà formé..IICXIl n’y a point de parti si aisé à détruire que celui que la prudence seule a formé. Lescaprices de la nature ne sont pas si frêles que les chef-d’œuvres de l’art.XCIII.On peut dominer par la force, mais jamais par la seule adresse..VICXCeux qui n’ont que de l’habileté ne tiennent en aucun lieu le premier rang..VCXLa force peut tout entreprendre contre les habiles..IVCXLe terme de l’habileté est de gouverner sans la force.XCVII.C’est être médiocrement habile que de faire des dupes.XCVIII.La probité qui empêche les esprits médiocres de parvenir à leurs fins est un moyende plus de réussir pour les habiles..XICXCeux qui ne savent pas tirer parti des autres hommes sont ordinairement peuaccessibles..CLes habiles ne rebutent personne..ICL’extrême défiance n’est pas moins nuisible que son contraire. La plûpart deshommes deviennent inutiles à celui qui ne veut pas risquer d’être trompé..IIC
Il faut tout attendre & tout craindre du temps & des hommes..IIICLes méchans sont toujours surpris de trouver de l’habileté dans les bons..VICTrop & trop peu de secret sur nos affaires témoigne également une ame foible..VCLa familiarité est l’apprentissage des esprits..IVCNous découvrons en nous-mêmes ce que les autres nous cachent, & nousreconnoissons dans les autres ce que nous nous cachons nous-mêmes..IIVCLes maximes des hommes décèlent leur cœur.CVIII.Les esprits faux changent souvent de maximes..XICLes esprits légers sont disposés à la complaisance..XCLes menteurs sont bas & glorieux..IXCPeu de maximes sont vraies à tous égards..IIXCOn dit peu de choses solides lorsqu’on cherche à en dire d’extraordinaires.CXIII.Nous nous flattons sottement de persuader aux autres ce que nous ne pensons pasnous-mêmes..VIXCOn ne s’amuse pas long-temps de l’esprit d’autrui..VXCLes meilleurs Auteurs parlent trop..IVXCLa ressource de ceux qui n’imaginent pas, est de conter.CXVII.La stérilité de sentiment nourrit la paresse.CXVIII.Un homme qui ne dîne ni ne soupe chez soi, se croit occupé. Et celui qui passe lamatinée à se laver la bouche & à donner audiance à son Brodeur, se moque del’oisiveté d’un Nouvelliste, qui se promene tous les jours avant dîner..XIXCIl n’y auroit pas beaucoup d’heureux s’il appartenoit à autrui de décider de nosoccupations & de nos plaisirs..XXC
Lorsqu’une chose ne peut nous nuire, il faut se moquer de ceux qui nous endétournent..IXXCIl y a plus de mauvais conseils que de caprices.CXXII.Il ne faut pas croire aisément que ce que la nature a fait aimable soit vicieux. Il n’y apoint desiécle & de peuples qui n’ayent établi des vertus & des vices imaginaires.CXXIII.La raison nous trompe plus souvent que la nature.CXXIV.La raison ne connoît pas les intérêts du cœur..VXXCSi la passion conseille quelquefois plus hardiment que la réflexion, c’est qu’elledonne plus de force pour exécuter.CXXVI.Si les passions font plus de fautes que le jugement, c’est par la même raison queceux qui gouvernent font plus de fautes que les hommes privés.CXXVII.Les grandes pensées viennent du cœur.CXXVIII.Le bon instinct n’a pas besoinde la raison, mais il la donne.CXXIX.On paye cherement les moindres biens, lorsqu’on ne les tient que de la raison..XXXCLa magnanimité ne doit pas compte à la prudence de ses motifs.CXXXI.Personne n’est sujet à plus de fautes que ceux qui n’agissent que par réflexion.CXXXII.On ne fait pas beaucoup de grandes choses par conseil.CXXXIII.La conscience est la plus changeante des regles.CXXXIV.La fausse conscience ne se connoît pas.CXXXV.La conscience est présomptueuse dans les Saints, timidedans les foibles & les malheureux, inquiete dans les indécis, &c. Organe obéissantdu sentiment qui nous domine & des opinions qui nous gouvernent.CXXXVI.La conscience des mourans calomnie leur vie.
CXXXVII.La fermeté ou la foiblesse de la mort dépend de la derniere maladie.CXXXVIII.La nature épuisée par la douleur assoupit quelquefois le sentiment dans lesmalades, & arrête la volubilité de leur esprit. Et ceux qui redoutoient la mort sanspéril, la souffrent sans crainte.CXXXIX.La maladie éteint dans quelques hommes le courage, & dans quelques autres lapeur, & jusqu’à l’amour de la vie..LXCOn ne peut juger de la vie par une plus fausse règle que la mort..ILXCIl est injuste d’exiger d’une ame atterrée & vaincue par les secousses d’un malredoutable, qu’elle conserve la même vigueur qu’elle a fait paroître en d’autrestemps. Est-on surpris qu’un malade ne puisse plus ni marcher, ni veiller, ni sesoutenir ? Ne seroit-il pas plus étrange s’il étoit encore le même homme qu’enpleine santé ? Si nous avons eu la migraine & que nous ayons mal dormi, on nousexcuse d’être incapables ce jour-là d’application, & personne ne nous soupçonned’avoir toujours été inappliqués. Refuserons-nous à un homme qui se meurt, leprivilége que nous accordons à celui qui a mal à la tête, & oserons-nous assurerqu’il n’a jamais eu de courage pendant sa santé, parcequ’il en aura manqué à l’agonie ?CXLII.Pour exécuter de grandes choses, il faut vivre comme si on ne devoit jamais mourir.CXLIII.La pensée de la mort nous trompe ; car elle nous fait oublier de vivre.CXLIV.Je dis quelquefois en moi-même : la vie est trop courte pour mériter que je m’eninquiéte. Mais si quelque importun me rend visite, & qu’il m’empêche de sortir oude m’habiller, je perds patience, & ne puis supporter de m’ennuyer une demi heure..VLXCLa plus fausse de toutes les Philosophies est celle qui sous prétexte d’affranchir leshommes des embarras des passions, leur conseille l’oisiveté, l’abandon & l’oublid’eux-mêmes.CXLVI.Si toute notre prévoyance ne peut rendre notre vie heureuse, combien moins notrenonchalance ?CXLVII.Personne ne dit le matin : Un jour est bien-tôt passé, attendons la nuit. Au contraireon rêve la veille à ce que l’on fera le lendemain. On seroit bien mari de passer unseul jour à la merci du temps & des fâcheux. On n’oseroit laisser au hasard ladisposition de quelques heures, & on a raison. Car qui peut se promettre de passerune heure sans ennui, s’il ne prend soin de remplir a son gré ce court espace ?Mais ce qu’on n’oseroit se promettre pour une heure, on se le promet quelquefoispour toute la vie. Et on dit : Nous sommes bien fous de nous tant inquiéter del’avenir ; c’est-à-dire, nous sommes bienfous de ne pas commettre au hazard nos destinées, & de pourvoir à l’intervalle quiest entre nous & la mort.CXLVIII.Ni le dégoût n’est une marque de santé, ni l’appétit n’est une maladie : mais tout au
contraire. Ainsi pense-t-on sur le corps. Mais on juge de l’ame sur d’autresprincipes. On suppose qu’une ame forte est celle qui est exempte de passions. Etcomme la jeunesse est plus ardente & plus active que le dernier âge, on la regardecomme un temps de fiévre : & on place la force de l’homme dans sa décadence.CXLIX.L’esprit est l’œil de l’ame, non sa force. Sa force est dans le cœur, c’est-à-diredans les passions. La raison la plus éclairée ne donne pas d’agir & de vouloir.Suffit-il d’avoir la vûe bonne pourmarcher ? Ne faut-il pas encore avoir des pieds, & la volonté avec la puissance deles remuer ?.LCLa raison & le sentiment se conseillent & se suppléent tour à tour. Quiconque neconsulte qu’un des deux, & renonce à l’autre, se prive inconsidérément soi-mêmed’une partie des secours qui nous ont été accordés pour nous conduire..ILCNous devons peut-être aux passions les plus grands avantages de l’esprit..IILCSi les hommes n’avoient pas aimé la gloire, ils n’avoient ni assez d’esprit ni assezde vertu pour la mériter.CLIII.Aurions-nous cultivé les arts sans les passions ; & la réflexion toute seule nousauroit-elle faitconnoître nos ressources, nos besoins & notre industrie ?.XILCLes passions ont appris aux hommes la raison..VLCDans l’enfance de tous les peuples comme dans celle des particuliers, le sentimenta toujours précédé la réflexion, & en a été le premier maître..IVLCQui considérera la vie d’un seul homme y trouvera toute l’histoire du genre humain,que la science & l’expérience n’ont pu rendre bon.CLVII.S’il est vrai qu’on ne peut anéantir le vice, la science de ceux qui gouvernent est dele faire concourir au bien public.CLVIII.Les jeunes gens souffrent moinsde leurs fautes que de la prudence des vieillards..XILCLes conseils de la vieillesse éclairent sans échauffer comme le soleil de l’hiver..XLCLe prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu’ils veulent leur.neib.IXLCIl est injuste d’exiger des hommes qu’ils fassent par déférence pour nos conseils,ce qu’ils ne veulent pas faire pour eux-mêmes.CLXII.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin