La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Besoin d'air

de dominique-et-compagnie

Un aller sans retour

de les-editions-jcl

Errance

de Manuscrit

LES FÉLICIEN N° 8
L,annonce de cette nouvelle eut, sur Joseph et Toinnette,
l,effet d,une bombe, ils se regardérent, sans pouvoir dire le
moindre mot,on pouvait lire dans leurs yeux hagards, la
stupéfaction, qui bientôt fit place au désespoir
Toinnette fondit en larmes, Joseph, se leva, se dirigea vers
le buffet de la cuisine, où il en sortit, deux petits verres, et
le litre de gnole, il en tendit un à Louis, puis remplit les
deux verres, qu,ils burent ensembles, d,une seule gorgée, à
la campagne les hommes ça ne pleurent pas, c,est réservé
aux femmes
Pouquoi ! a t-il fait une telle chose ? il n,était donc pas
heureux avec nous ? Son avenir était prometteur, je n,arrives
pas a comprendre, pourquoi,
il nous a quitté, sans rien nous dire, Puis tout a coup,
soupçonneux, brusquement Joseph, se retourne vers Louis
C,est bien la vérité ? Tu ne mens pas dis ?
Non, répondit Louis! l,histoire et telle, que je te l,ais
racontée, je ne sais rien de plus
Toinnette sanglotait, a se fendre l,âme, Louis doucement,
s,approcha de sa mére, elle lui prit les mains, dis-moi que
ce n,est pas vrai Louis!
Dis-moi, que c,est un mauvais rêve
Je suis là, maman, ne crains rien, je suis là,.Pour la
premiére fois de sa vie, Louis caressa les cheveux blancs de
sa mére
Et Lise! s,écria Joseph, comment va t-on, lui dire ?
Je m,en charge, dit Louis, je lui parlerais demain
La nuit s,acheva, s,en qu,aucuns d,entre eux, n,est put
trouver le sommeil
Le lendemain matin, devant un bol de café noir, les ouvriers
agricole, apprirent, la nouvelle, ils n,en crurent pas leurs pas
leurs oreilles
Tous aimais beaucoup Pierre, alors que leur affection pour
Louis, n,était pas débordante, ils ne lui accordaient, que peu
de confiance
Les jours, les mois passérent, Toinnette et Joseph, s,étaient
raccrochés à l,espoir, qu,un jour peut- être, Pierre finirait, par
revenir
La nuit au moindre bruit, Toinnette se levait, et regardait par
la fenétre, dans l,espoir, d,apercevoir, ne serait-ce qu,une
ombre
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin