Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Segur les vacances

De
159 pages
Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Mme la Comtesse de Ségur (née Rostopchine) LES VACANCES (1859) Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières I. L’arrivée. ............................................................................... 4 II. Les cabanes.........................................................................12 III. La visite au moulin........................................................... 28 IV. Une rencontre inattendue. ............................................... 39 V. Le naufrage de Sophie. .......................................................57 VI. Une nouvelle surprise....................................................... 66 VII. La mer et les sauvages......................................................74 VIII. La délivrance. ................................................................ 87 IX. Fin du récit de Paul. ......................................................... 99 X. Histoires de revenants......................................................102 XI. Les Tourne-Boule et l’idiot.............................................. 119 XII. La comtesse Blagowski. .................................................146 Conclusion............................................................................. 157 À propos de cette édition électronique .................................159 À mon petit-fils Jacques de Pitray. Très cher enfant, tu es encore trop petit pour être le petit JACQUES des VACANCES, mais tu seras, j’en suis sûre, aussi bon, aussi aimable, aussi généreux et aussi brave que lui. Plus tard sois excellent comme PAUL, et plus tard encore, sois vaillant, dévoué, chrétien comme M. DE ROSBOURG. C’est le vœu de ta grand’mère qui t’aime et qui te bénit. Comtesse de SÉGUR, née ROSTOPCHINE. Paris, 1858. – 3 – I. L’arrivée. Tout était en l’air au château de Fleurville. Camille et Madeleine de Fleurville, Marguerite de Rosbourg et Sophie Fichini, leurs amies, allaient et venaient, montaient et descendaient l’escalier, couraient dans les corridors, sautaient, riaient, criaient, se poussaient. Les deux mamans, Mme de Fleurville et Mme de Rosbourg, souriaient à cette agitation, qu’elles ne partageaient pas, mais qu’elles ne cherchaient pas à calmer ; elles étaient assises dans un salon qui donnait sur le chemin d’arrivée. De minute en minute, une des petites filles passait la tête à la porte et demandait : « Eh bien ! arrivent-ils ? – Pas encore, chère petite, répondait une des mamans. – Ah ! tant mieux, nous n’avons pas encore fini. » Et elle repartait comme une flèche. « Mes amies, ils n’arrivent pas encore ; nous avons le temps de tout finir. » CAMILLE. – Tant mieux ! Sophie, va vite au jardin demander des fleurs… SOPHIE. – Quelles fleurs faut-il demander ? MADELEINE. – Des dahlias et du réséda : ce sera facile à arranger et l’odeur en sera agréable et pas trop forte. MARGUERITE. – Et moi, Camille, que dois-je faire ? – 4 – CAMILLE. – Toi, cours avec Madeleine chercher de la mousse pour cacher les queues des fleurs. Moi je vais laver les vases à la cuisine et j’y mettrai de l’eau. Sophie courut au potager et rapporta un grand panier rempli de beaux dahlias et de réséda qui embaumait. Marguerite et Madeleine ramenèrent une brouette de mousse. Camille apporta quatre vases bien lavés, bien essuyés et pleins d’eau. Les quatre petites se mirent à l’ouvrage avec une telle activité, qu’un quart d’heure après les vases étaient pleins de fleurs gracieusement arrangées ; les dahlias étaient entremêlés de branches de réséda. Elles en portèrent deux dans la chambre destinée à leurs cousins Léon et Jean de Rugès, et deux dans la chambre du petit cousin Jacques de Traypi. CAMILLE, regardant de tous côtés. – Je crois que tout est fini maintenant ; je ne vois plus rien à faire. MADELEINE. – Jacques sera enchanté de sa chambre ; elle est charmante ! SOPHIE. – La collection d’images que nous avons mise sur la table va l’amuser beaucoup. MARGUERITE. – Je vais voir s’ils arrivent ! CAMILLE. – Oui, va, nous te suivons. Marguerite partit en courant, et, avant que ses amies eussent pu la rejoindre, elle reparut haletante et criant : – 5 – « Les voilà ! les voilà ! les voitures ont passé la barrière et elles entrent dans le bois. » Camille, Madeleine et Sophie se précipitèrent vers le perron, où elles trouvèrent leurs mamans ; elles auraient bien voulu courir au-devant de leurs cousins, mais les mamans les en empêchèrent. Quelques instants après, les voitures s’arrêtaient devant le perron aux cris de joie des enfants. M. et Mme de Rugès et leurs deux fils, Léon et Jean, descendirent de la première ; M. et Mme de Traypi et leur petit Jacques descendirent de la seconde. Pendant quelques instants, ce fut un tumulte, un bruit, des exclamations à étourdir. Léon était un beau et grand garçon blond, un peu moqueur, un peu rageur, un peu indolent et faible, mais bon garçon au fond ; il avait treize ans. Jean était âgé de douze ans ; il avait de grands yeux noirs pleins de feu et de douceur ; il avait du courage et de la résolution ; il était bon, complaisant et affectueux. Jacques était un charmant enfant de sept ans ; il avait les cheveux châtains et bouclés, les yeux pétillants d’esprit et de malice, les joues roses, l’air décidé, le cœur excellent, le caractère vif, mais jamais d’humeur ni de rancune. Sophie seule restait à l’écart ; on l’avait embrassée en descendant de voiture ; mais elle sentait que, ne faisant pas partie de la famille, n’ayant été admise à Fleurville que par suite de l’abandon de sa belle-mère, elle ne devait pas se mêler indiscrètement à la joie générale. Jean s’aperçut le premier de l’isolement de la pauvre Sophie et, s’approchant d’elle, il lui prit les mains en lui disant avec affection : – 6 – « Ma chère Sophie, je me suis toujours souvenu de ta complaisance pour moi lors de mon dernier séjour à Fleurville ; j’étais alors un petit garçon ; maintenant que je suis plus grand, c’est moi qui te rendrai des services à mon tour. » SOPHIE. – Merci de ta bonté, mon bon Jean ! merci de ton souvenir et de ton amitié pour la pauvre orpheline que je suis. CAMILLE. – Sophie, chère Sophie, tu sais que nous sommes tes sœurs, que maman est ta mère ! pourquoi nous affliges-tu en t’attristant toi-même ? SOPHIE. – Pardon, ma bonne Camille ; oui, j’ai tort ! j’ai réellement trouvé ici une mère et des sœurs. – Et des frères, s’écrièrent ensemble Léon, Jean et Jacques. – Merci, mes chers frères, dit Sophie en souriant. J’ai une famille dont je suis fière. – Et heureuse, n’est-ce pas ? dit tout bas Marguerite d’un ton caressant et en l’embrassant. – Chère Marguerite ! répondit Sophie en lui rendant son baiser. – Mes enfants, mes enfants ! descendez vite ; venez goûter, dit Mme de Fleurville qui était restée en bas avec ses sœurs et ses beaux-frères. Les enfants ne se firent point répéter une si agréable invitation ; ils descendirent en courant et se trouvèrent dans la salle à manger autour d’une table couverte de fruits et de gâteaux. – 7 – Tout en mangeant, ils formaient des projets pour le lendemain. Léon arrangeait une partie de pêche, Jean arrangeait des lectures à haute voix. Jacques dérangeait tout ; il voulait passer toute la journée avec Marguerite pour attraper des papillons et les piquer dans ses boîtes, ou encore pour jouer aux billes, pour regarder et copier des images. Il voulait avoir Marguerite le matin, l’après-midi, le soir. Elle demandait qu’il lui laissât la matinée jusqu’au déjeuner pour travailler. JACQUES. – Impossible ! c’est le meilleur temps pour attraper les papillons. MARGUERITE. – Eh bien ! laisse-moi travailler d’une heure à trois. JACQUES. – Encore plus impossible ; c’est justement le temps qu’il nous faudra pour arranger nos papillons, étendre leurs ailes, les piquer sur les planches de liège. MARGUERITE. – Mais, Jacques, tu n’as pas besoin de moi pour arranger tes papillons ? JACQUES. – Oh ! ma petite Marguerite, tu es si bonne, je t’aime tant ! Je m’amuse tant avec toi et je m’ennuie tant tout seul ! LÉON. – Et pourquoi veux-tu avoir Marguerite pour toi tout seul ? Nous voulons aussi l’avoir ; quand nous pêcherons, elle viendra avec nous. JACQUES. – Vous êtes déjà cinq ! Laisse-moi ma chère Marguerite pour m’aider à arranger mes papillons… – 8 – MARGUERITE. – Écoute, Jacques. Je t’aiderai pendant une heure ; ensuite nous irons pêcher avec Léon. Jacques grogna un peu. Léon et Jean se moquèrent de lui. Camille et Madeleine l’embrassèrent et lui firent comprendre qu’il ne fallait pas être égoïste, qu’il fallait être bon camarade et sacrifier quelquefois son plaisir à celui des autres. Jacques avoua qu’il avait tort et il promit de faire tout ce que voudrait sa petite amie Marguerite. Le goûter était fini ; les enfants demandèrent la permission d’aller se promener et partirent en courant à qui arriverait le plus vite au jardin de Camille et de Madeleine. Ils le trouvèrent plein de fleurs, très bien bêché et bien cultivé. JEAN. – Il vous manque une petite cabane pour mettre vos outils, et une autre pour vous mettre à l’abri de la pluie, du soleil et du vent. CAMILLE. – C’est vrai, mais nous n’avons jamais pu réussir à en faire une ; nous ne sommes pas assez fortes. LÉON. – Eh bien ! pendant que nous sommes ici, Jean et moi nous bâtirons une maison. JACQUES. – Et moi aussi j’en bâtirai une pour Marguerite et pour moi. LÉON, riant. – Ha ! ha ! ha ! Voilà un fameux ouvrier ! Est- ce que tu sauras comment t’y prendre ? JACQUES. – Oui, je le saurai et je la ferai. MADELEINE. – Nous t’aiderons, mon petit Jacques, et je suis bien sûre que Léon et Jean t’aideront aussi. – 9 – JACQUES. – Je veux bien que tu m’aides, toi, Madeleine, et Camille aussi, et Sophie aussi ; mais je ne veux pas de Léon, il est trop moqueur. JEAN, riant. – Et moi, Jacques, Ta Grandeur voudra-t-elle accepter mon aide ? JACQUES, fâché. – Non, monsieur, je ne veux pas de toi non plus ; je veux te montrer que Ma Grandeur est bien assez puissante pour se passer de toi. SOPHIE. – Mais comment feras-tu, mon pauvre Jacques, pour atteindre au haut d’une maison assez grande pour nous tenir tous ? JACQUES. – Vous verrez, vous verrez ; laissez-moi faire, j’ai mon idée. Et il dit quelques mots à l’oreille de Marguerite qui se mit à rire et lui répondit bas aussi : « Très bien, très bien, ne leur dis rien jusqu’à ce que ce soit fini. » Les enfants continuèrent leur promenade ; on mena les cousins au potager où ils passèrent en revue tous les fruits mais sans y toucher, puis à la ferme où ils visitèrent la vacherie, la bergerie, le poulailler, la laiterie ; ils étaient tous heureux ; ils riaient, ils couraient ; grimpant sur des arbres, sautant des fossés, cueillant des fleurs pour en faire des bouquets qu’ils offraient à leurs cousines et à leurs amies. Jacques donnait les siens à Marguerite. Ceux de Jean étaient pour Madeleine et Sophie ; Léon réservait les siens à Camille. Ils ne rentrèrent que pour dîner. La promenade leur avait donné bon appétit ; ils mangèrent à effrayer leurs parents. Le dîner fut très gai. Aucun d’eux n’avait peur de ses parents ; pères, mères, enfants riaient et causaient gaiement. – 10 –
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin