La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>   
  
Séquence de 4 activités de structuration en conjugaison autour dun texte à dominante informative
   Type doutil :  outil de construction centré principalement sur le développement de la compétence ECR.5. : Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases .  Auteur :  Yves LESSENS, Animateur pédagogique, SEDEF Hainaut, sur base de propositions de Joseph STORDEUR, Ecole Normale de Gosselies.  Cycle auquel est destiné cet outil : Cycles 3 et 4  Contexte de conception de loutil : Dans le cadre dune formation intitulée « Maîtrise de la langue française  Continuité des apprentissages en français et plus particulièrement, l'apprentissage de la lecture et de l'écriture », animée, en septembre 2000, par Joseph STORDEUR, ce dernier a proposé aux participants adultes de vivre en tant quapprenant ( Ce qui impliqua, par ailleurs, lutilisation dun texte plus long et plus adapté à leur niveau ! ) la première activité de la séquence de quatre activités de « conjugaison »qui vous sont proposées ci-après. Ayant trouvé lactivité et lanalyse qui avait suivi très intéressantes, en termes de construction des apprentissages, nous avons été nombreux à demander au formateur de nous fournir des pistes quant à la suite à donner à ce genre dactivit. Et que faire ensuite ?  Cest la formalisation des pistes proposées par Joseph STORDEUR, mises en relation avec les compétences et les orientations méthodologiques du Programme intégré adapté aux Socles de compétences, qui vous est ici proposée. Depuis, ces quatre activités ont été testées plusieurs fois auprès denseignants en concertation et ceux-ci les ont, à leur tour, proposées à leurs élèves et ont obtenu des résultats assez encourageants. A vous de les essayer maintenant !  Intérêt de loutil :  - Cette séquence de quatre activités centrées sur un texte à dominante informative peut être utilisée pour tous les autres types de textes. - Elle permet une réelle construction des compétences (savoirs et savoir-faire) des enfants hic et nunc (Voir Programme intégré adapté aux Socles de compétences, La manière dont lenfant apprend, Le fond et la forme, page 4). - Elle laisse le temps au temps Les activités de cette séquence sont proposées pour les  enfants des cycles 3 et 4, soit quatre années scolaires complètes ! - Elle tient compte des deux volets de ce que lon appelle communément « LA conjugaison » : conjugaison textuelle et orthographe du verbe (Voir carte conceptuelle de la conjugaison proposée dans le Chantier didactique « Le P.I. a-t-il oublié la conjugaison ? ») - Elle suscite lélaboration de règles et de référentiels décriture provisoires et évolutifs. Ces aides à la production décrit ne sont pas donnés demblée au enfants mais, au contraire, sont construits progressivement par eux en fonction de leurs besoins réels. (Voir  Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 1 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>  Programme intégré adapté aux Socles de compétences, Les activités de structuration orthographique, Langue française, page 41).  Mode demploi : Bien articuler les quatre activités de la séquence. Cela implique de prendre connaissance du contenu des quatre fiches de préparation et, surtout, de leur dernière partie « Réflexions, analyses, questionnements, (avant, après) » avant de commencer le travail avec les enfants. Bon travail à tous et à toutes !  
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 2 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>    Compétence dintégration :  LANGUE FRANCAISE / Savoir écrire  Intitulé : Travailler à la cohérence dun texte par lutilisation des temps  adéquats    Compétence visée :  ECR.4. Établir la cohérence entre phrases et groupe de phrases par une  utilisation cohérente des temps verbaux.  Compétences sollicitées :  Langue française : LIR.1. Orienter sa lecture en fonction de la situation de communication.  LIR.2. Elaborer des significations.  PAR.5. Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases (Maîtriser  les variations orales du verbe).  ECR.5. Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases (Maîtriser  les variations écrites du verbe).  Matériel :  - Un texte, dont tous les verbes ont été enlevés, par enfant. - Un texte complet par groupe d'enfants.  Dispositif pédagogique :  - Travail individuel. - Partage en groupes de 3 ou 4.  Déroulement et consignes :  - Présentation de l'objectif d'apprentissage et de la possibilité de rencontrer de grosses difficultés : « Quand on écrit un texte, on ne peut pas employer n'importe quel temps pour dire exactement ce que l'on veut. Vous allez apprendre à choisir le bon temps pour dire le sens correct dans un texte en fonction de tous les autres éléments du texte. » - Travail individuel pendant un temps à juger selon la vitesse de travail de la majorité des enfants (Accepter la différence de production comme étant normale et le dire.). - L'enseignant peut solliciter la réflexion en renvoyant l'enfant à sa langue orale : « Lis la phrase tout haut. C'est comme ça que tu dis d'habitude ? » - Partage en petits groupes pour se mettre d'accord sur une ou plusieurs solutions acceptables pour tous. L'enseignant interpelle quand le groupe se met d'accord sur des solutions inacceptables du point de vue des exigences de la langue orale. - Quand tous sont d'accord sur une solution sur le choix des temps à employer,
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 3 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>  on peut leur proposer de chercher l'orthographe correcte dans les référents officiels. - Comparaison avec la solution proposée par l'auteur du texte. C'est aussi une manière de corriger l'orthographe quand c'est possible (Choix d'un même temps). - Réflexion collective sur le sens de ces différences pour développer peu à peu la compétence linguistique des enfants: sentir les nuances apportées par l'emploi de temps différents.  Réflexions, analyse, questionnement (avant, après) :  - Les enfants sont souvent en difficulté lors de la première expérience parce qu'ils sont habitués à mettre le temps indiqué, plutôt qu'à faire référence à leur langue orale. Pour beaucoup d'enfants, faire le lien entre langue orale et langue écrite est une compétence à apprendre. - Comme toutes les autres, la compétence visée ne s'apprend que peu à peu. Il faut travailler sur beaucoup de textes avant que les enfants ne commencent à se sentir à l'aise. - Le choix des textes est aussi important. Il faut les choisir pour la variété des temps employés par les auteurs. Un texte qui peut fonctionner sur un seul temps est rarement adéquat pour travailler la compétence visée. Il peut par contre servir (à la rigueur) pour travailler la compétence « Maîtriser les variations écrites du verbe ».
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 4 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>  Exemple de document pour enfant.  Pourquoi fait-on des crêpes le jour de la Chandeleur ?  Chaque année, le 2 février, on (1)  des crêpes. Parfois, on (2)  des bougies, on (3)  une poêle dans une main et une pièce de monnaie dans l'autre, pour (4)  de la chance. C'(5)  une tradition ancienne que les parents et les enfants (6)  tous ensemble. La Chandeleur (7)  la fête de la lumière. D'ailleurs son nom (8)  de "chandelles", car autrefois les chrétiens (9)  des processions avec des cierges (10) , en l'honneur de la présentation de l'enfant Jésus au temple. Les pèlerins (11)  très nombreux à Rome pour (12)  cette fête et le pape leur (13)  des galettes. On (14)  cette tradition et c'(15)  pourquoi on (16)  des crêpes ce jour-là. On (17)  que si on (18)  un souhait en (19)  (20)  sa crêpe et que celle-ci (21)  bien, le souhait (22)  .    1. faire  2. allumer  3. tenir  4. avoir  5. être  6. fêter  7. être  8. venir  9. faire  10. allumer  11. aller  12. célébrer  13. distribuer  14. garder  15. être  16. faire  17. dire  18. faire 19. faire  20. sauter  21. se retourner  22. se réaliser     Pourquoi fait-on des crêpes le jour de la Chandeleur ?  Chaque année, le 2 février, on fait des crêpes. Parfois, on allume des bougies, on tient une poêle dans une main et une pièce de monnaie dans l'autre, pour avoir de la chance. C'est une tradition ancienne que les parents et les enfants fêtent tous ensemble. La Chandeleur est la fête de la lumière. D'ailleurs son nom vient de "chandelles", car autrefois les chrétiens faisaient des processions avec des cierges allumés, en l'honneur de la présentation de l'enfant Jésus au temple. Les pèlerins allaient très nombreux à Rome pour célébrer cette fête et le pape leur distribuait des galettes. On a gardé cette tradition et c'est pourquoi on fait des crêpes ce jour-là. On dit que si on fait un souhait en faisant sauter sa crêpe et que celle-ci se retourne bien, le souhait se réalisera !  
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 5 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>    Compétence dintégration :  LANGUE FRANCAISE / Savoir écrire  Intitulé : Travailler à la classification des verbes en fonction des "personnes de  la conjugaison" (I).    Compétence visée :  ECR.5. Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases.  Choisir les unités morpho-syntaxiques qui conviennent.  Compétences sollicitées :  Langue française : LIR.5. Interpréter les unités lexicales et grammaticales.          Percevoir les indications morphologiques et syntaxiques.   LIR.6. Interpréter les indices graphiques et orthographiques.  ECR.6. Veiller à la présentation graphique et orthographique du message.  CTR instrumentales :  - Rechercher linformation.  Traiter linformation. - Matériel :  Par enfant, - Un texte dont tous les verbes conjugués ont été soulignés. - Une feuille comportant plusieurs colonnes et mentionnant les 6 personnes de la conjugaison : je tu il / elle nous vous ils /elles          Par sous-groupes de 3 ou 4 enfants, - Des référentiels du type proposé à la fin du manuel de 3 ème année primaire de la collection « Etincelle » (Editions Erasme) ou dans certaines pages du manuel de CE1 de la collection « Maîtrise de la langue / Le français mode demploi » (Editions SEDRAP) ou encore des référentiels de type « Bescherelle » ou les annexes "conjugaison" de certains dictionnaires (Voir rubrique « Réflexions, analyse, questionnement (avant, après) »).  Dispositif pédagogique :  - Travail individuel, puis travail par sous-groupes de 3 à 4 enfants. - Mise en commun en grand groupe.
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 6 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>   Déroulement et consignes :   - Présentation de lobjectif dapprentissage : « Quand on consulte des référentiels qui permettent de vérifier lorthographe des verbes, on remarque que ceux-ci sont organisés autour de 6 pronoms appelés personnes de la conjugaison (je / tu / il / nous / vous /ils). Nous allons tenter de mettre un peu plus de sens sur ce que ces personnes  recouvrent. » - Consigne « Réécrivez les verbes soulignés du texte dans les colonnes de la feuille fournie en leur associant la personne de conjugaison qui convient. » - Travail individuel avec à disposition (par groupe de 2 enfants au maximum) un des référentiels présentés sous la rubrique « Matériel ». - Lenseignant peut solliciter la réflexion dun enfant en le renvoyant aux référentiels proposés et à une certaine logique de la langue française (Le pape leur distribuait des galettes ? / Qui est-ce qui distribuait ? / On peut donc dire « le pape distribuait » ou « il distribuait ») et même, si nécessaire, en présentant un exemple complet et en expliquant comment il sy prend pour résoudre la tâche. - Partage en sous-groupes pour se mettre daccord sur les associations "personnes / verbes" trouvées par chacun.  Réflexions, analyse, questionnement (avant, après) :  - Lenseignant peut, sil le souhaite, organiser une mise en commun collective pour vérifier linvariance des associations retenues dans chacun des groupes et pour un court temps de partage des démarches adoptées par chacun : « Quest-ce que jai appris ? », « Quest-ce qui ma aidé ? », « Quest-ce qui ma donné du mal ? », « Si je devais recommencer, comment ferais-je ? »   - Lenseignant peut reprendre les productions des enfants pour les remettre en forme, via un traitement de texte, sur des étiquettes mobiles que les enfants utiliseront dans les activités de classement qui suivent (Activités III et IV). -Il est intéressant de reprendre le texte qui a servi de base à la 1 ère activité de la série puisquil est déjà connu des enfants. !  « Les activités de structuration sur une compétence spécifique (autre que l'élaboration de   significations) sont organisées sur des textes déjà rencontrés et sur lesquels les enfants ont   déjà fait du sens. Il s'agit de ne pas ajouter d'obstacles à l'apprentissage »   (Programme Intégré, Langue française, page 20)
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 7 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>  A propos des référentiels :  - Les premiers référentiels cités sous la rubrique « Matériel » semblent plus aptes à répondre aux besoins précis des enfants pour cette activité que les tableaux de conjugaison proposés dans les référentiels de type « Bescherelle » ou dans les dictionnaires. Exemple :  je tu il / elle / on nous vous ils /elles je suis tu es il est nous sommes vous êtes ils sont jai tu as elle a nous avons vous avez elles ont je fais tu fais on fait nous faisons vous faites ils font je dis tu dis il dit nous disons vous dites elles disent je vais tu vas elle va nous allons vous allez ils vont je vois tu vois on voit nous voyons vous voyez elles voient        - Si les enfants nont pas conscience de ce que sont les personnes de la conjugaison , on peut prévoir des activités préalables du type : !  Rechercher ce qui est commun à toutes les colonnes dune page dun  référentiel de type « Bescherelle » (ex. Verbe « manger »). !  Associer des étiquettes reprenant les personnes de la conjugaison à des  situations dessinées ou à des expressions qui leur correspondent  (ex. elle  Ö    / ils mes amis  / ).
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 8 sur 13  
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>    Compétence dintégration :  LANGUE FRANCAISE / Savoir écrire  Intitulé : Travailler à la classification des verbes en fonction des "personnes de  la conjugaison" et de leurs terminaisons (II).    Compétence visée :  ECR.5. Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases.  Choisir les unités morpho-syntaxiques qui conviennent.  Compétences sollicitées :  Langue française : LIR.5. Interpréter les unités lexicales et grammaticales.         Percevoir les indications morphologiques et syntaxiques.       LIR.6. Interpréter les indices graphiques et orthographiques.  CTR instrumentales :  - Rechercher linformation.  - Traiter linformation.  Matériel :  Par enfant, une série détiquettes, comportant un pronom et un verbe conjugué, issues de la 2 ème activité de la série. Exemples :  il fait ils faisaient faisant   Dispositif pédagogique :  - Travail individuel, puis travail par sous-groupes de 3 à 4 enfants. - Mise en commun en grand groupe.  Déroulement et consignes :  - Présentation de lobjectif dapprentissage : « Nous allons essayer de voir sil est possible de trouver une organisation pour toutes les formes verbales que nous avons récoltées. » - Consignes « !  Classez les étiquettes comme vous le voulez mais vous devez être   capables de justifier vos classements.   Essayez de trouver un maximum de classements et prenez note de ces !   classements afin de les présenter aux membres de votre groupe. »
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 9 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>   - Travail individuel. - Lenseignant passe de table en table pour interroger les classements trouvés et pour relancer la recherche de nouveaux (Voir « Réflexions, analyse, questionnement (avant, après) »). - Partage en sous-groupes à propos des "trouvailles" de chacun et essai par tous les membres du groupe des différents classements élaborés.  Réflexions, analyse, questionnement (avant, après) :  - Lenseignant peut, sil le souhaite, organiser une mise en commun collective :  Partage des classements de tous les groupes. Il est préférable, alors, !  dutiliser une version agrandie des étiquettes utilisées pour le travail  individuel.  !  Court temps de partage des démarches adoptées par chacun : « Qu st-c e e  que jai appris ? », « Quest-ce qui ma aidé ? », « Quest-ce qui ma  donné du mal ? », « Si je devais recommencer, comment ferais-je ? »   -Cette activité de classement de formes verbales récoltées doit être vécue plusieurs fois dans un cours laps de temps pour porter ses fruits. !  « Par "séquence d'apprentissage", il faut comprendre un ensemble de plusieurs activités   d'apprentissage portant sur une même compétence et s'étalant dans un laps de temps   relativement court. »   (Programme Intégré, Fond et forme, page 2) - Dans cette activité, les étiquettes sont classées au sens mathématique du terme. Cest-à-dire que les enfants doivent « sélectionner une caractéristique générale intéressante, ses variables et opérer le classement correspondant » (P.I.a.s.c., Mathématique, SELL.2.1., page 27. - On peut prendre note des régularités orthographiques dégagées par les enfants (« Avec "ils" on trouve toujours"nt" à la fin du verbe » mais ce nest pas le but premier de cette étape du travail. - Petit à petit, lenseignant peut proposer des classements de plus en plus fins en fonction des caractéristiques relevées par les enfants voire même proposer des classements auxquels les enfants nauraient pas pensé.
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 10 sur 13
A la recherche dautres outils ? Entrez dans la Salle des Profs <www.segec.be/fedefoc/SalledesProfs>    Compétence dintégration :  LANGUE FRANCAISE / Savoir écrire  Intitulé : Travailler à la classification des verbes dans des tableaux de  conjugaison de type « Bescherelle » (III).    Compétences visées :  ECR.5. Associer les unités lexicales et grammaticales au sein des phrases.  Choisir les unités morpho-syntaxiques qui conviennent.  Compétences sollicitées :  Langue française : LIR.5. Interpréter les unités lexicales et grammaticales.          Percevoir les indications morphologiques et syntaxiques.   LIR.6. Interpréter les indices graphiques et orthographiques.  ECR.6. Veiller à la présentation graphique et orthographique du message. CTR instrumentales :  - Rechercher linformation.  - Traiter linformation.  Matériel :  Par enfant, - un tableau de conjugaison type (voir modèle en annexe 1) une réserve de + tableaux pour le travail en sous-groupes ; - un référentiel de type « Bescherelle » ; - une collection de formes verbales reproduites sur étiquettes (Voir activités II et III) - un crayon et une gomme.  Dispositif pédagogique :  - Travail individuel, puis travail par sous-groupes de 3 à 4 enfants. - Mise en commun en grand groupe.  Déroulement et consignes :  -Présentation de lobjectif dapprentissage : « Nous allons, à nouveau, essayer de mettre un peu plus dordre dans nos collections de formes verbales en observant comment elles sont organisées dans des référentiels du commerce. »  
Joseph STORDEUR (E.N. Gosselies) / Yves LESSENS (SEDEF Hainaut)  février 2002 - Page 11 sur 13