Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les restaurants préférés des cadres et dirigeants

3 pages

Les restaurants préférés des cadres et dirigeants

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
FOCUS ENCOUVERTURE
PRÈS DE 1.000 DIRIGEANTS SE METTENT À TABLE
Les restaurants préférés des cadres et dirigeants
Pour la troisième année consécutive,Trends-Tendancesa interrogé les dirigeants et cadres supérieurs du pays pour établir un guide unique des meilleurs restaurants d’affaires en Belgique. Un guide dont vous êtes le principal critique gastronomique !
ace aux nombreux guides culinaires présents sur le marché, pourquoi ne pas inverser les rôles en proposant à nos F dirigeants d’entreprise de jouer eux-mêmes à l’inspecteur et d’attribuer des cotes en fonction de leur degré de satis-faction ?Trends-Tendanceset son alter ego néerlandophoneTrendsont donc offert d’endosser ce costume à 14.349 cadres supérieurs sur base duTrends Top 30.000. Au total, 966 présidents de conseil d’administration, administrateurs délégués, membres de comités de direction, directeurs généraux, financiers, commerciaux et marketing, ont répondu à nos questions. L’ensemble des résultats, dépouillés par le départementResearchde Roularta, offre ainsi une image extrêmement précise des préférences de nos managers en matière de restauration haut de gamme.
Sommaire
écouvrez également dans notre dossier D intituléLes bonnes affaires des grands chefs belges: LA SANTÉ FINANCIÈRE DE NOS RESTOSP. 42 YVES MATTAGNE, LE BOULIMIQUEP. 44 ANTOINE PINTO, LE RECONVERTIP. 45 PIERRE WYNANTS, LE PRÉCURSEURP. 46 LE BUSINESS DES GRANDS CHEFS FRANÇAISP. 46 PETER GOOSSENS, LE PURISTEP. 48 KASPER KURDAHL, L’AVANT-GARDISTE P.50
LES APÔTRES DE LA CUISINE TECHNIQUE
P. 90
36FOCUSTRENDS-TENDANCES 22 MARS 2007
Les restaurants gastronomiques au coude à coude Les restaurants gastronomiques sont régulièrement visités par nos répondants. Exactement la moitié d’entre eux s’est attablée une ou plusieurs fois au Comme chez Soi à Bruxelles. Le restaurant de la famille Wynants est talonné par le Sea Grill, le Chalet de la Forêt et Bruneau, toujours à Bruxelles. En Flandre, le plus visité reste la très emblématique maison brugeoise De Karmeliet alors qu’en Wallo-nie, on retourne fréquemment à La Bergerie de Lives-sur-Meuse et aux Forges du Pont d’Oye, à Habay-la-Neuve. Au classement qualitatif, les lecteurs francophones ont quel-que peu bousculé le classement habituel même si les 10 pre-miers se tiennent dans une ser-viette... Quatre petits pour cent seulement sépar ent le Sea Grill du Comme chez Soi. Difficile dans ces condi-tions de parler d’un véritable plébiscite pour l’un ou l’autre, mieuxvaut parler de dix valeurs sûres pour des déjeuners d’exception.
Qui sont vraiment nos inspecteurs gastronomes?
n marge du questionnaire sur leurs restaurants E favoris, nous avons posé quelques questions plus personnelles à nos lecteurs.
ILS SONT TRÈS MASCULINS... Quatre-vingt-quatre pour cent des lecteurs ayant répondu à notre questionnaire sont des hommes. Ils ont entre 35 et 44 ans pour le groupe le plus nombreux d’entre eux, suivi de tout près par les 44-55 ans. Tous ont une seconde activité lorsqu’ils n’enquêtent pas pourTrends-Tendances% sont dirigeants: 70 d’entreprise mais on retrouve également des direc-teurs financiers (12 %) ou des directeurs commerciaux (10 %).
... AIMENT LA CUISINE FRANÇAISE ET LIBANAISE... Pour nos inspecteurs, qui se rendent plus d’une fois par semaine au restaurant (34,4%), la cuisine fran-çaise reste leur cuisine favorite (35 %). Un choix qui s’impose chaque année un peu plus, au détriment de la cuisine italienne et de la cuisine typiquement belge qui perdent toutes les deux du terrain. Une cuisine belge d’ailleurs beaucoup plus plébiscitée par nos inspec-teurs du nord du pays (23,2%) que par ceux du sud (9,3 %). A noter, également, l’entrée du Liban dans le classe-ment des cuisines les plus appréciées par nos inspec-teurs, devantles cuisines espagnole,indienne, chinoise ou marocaine.
... ET DÉPENSENT ENTRE 50 ET 75 EUROS PAR PERSONNE AU RESTAURANT Un top manager sur trois trouve normal de payer sa note de restaurant entre 50 et 75 euros le couvert lorsqu’il s’y rend à titre privé. Ils sont 21 % à accepter de débourser jusqu’à 100 euros pour ce même repas privé. Seuls 4 % trouvent normal de voir leur visite pri-vée facturée entre 150 et 200 euros. Pour les déjeuners ou dîners professionnels, les montants variant de 50 à 75 euros par assiette restent d’actualité pour le tiers de nos managers. Mais puis-que la facture est destinée à l’entreprise,27,8 % acceptent une addi-tion comprise entre 75 et 100 euros et 7,2 %, soit près du double que lorsqu’il s’agit de leur argent, pensent qu’un prix entre 150 et 200 euros est correct.
ILS PRIVILÉGIENT LES PLATS DE QUALITÉ... Au nord comme au sud du pays, nos inspecteurs privilégient la qualité à la quantité. C’est le premier critère de choix du restaurant. Un prix correct et la possibilité de payer avec des cartes de crédit sont également deux critères très appréciés. Pour les francophones, le cadre joue un rôle plus important qu’en Flandre. Tout comme le fait de pouvoir compter sur une cave à vin variée et étoffée.
... REFUSENT LESVINS TROP CHERS... Pour près de la moitié de nos inspecteurs,une bouteille de vin est jugée lorsque le prix affiché se situe entre 50 et 75 euros. Tous appré-cient donc les vins agréables à moins de 25 euros. Très conservateurs, ils sont 68,8 % à plébisciter les vins français.
GETTY IMAGES
Un pourcentage qui grimpe à 80% si l’on ne tient compte que des inspecteurs wallons. Des inspecteurs qui ne boivent pas de vin sud-africain, allemand ou en provenance d’Europe de l’Est. En Flandre, l’éclectisme est de mise au point de voir les sud-africains talonner les italiens et largement dépasser les espagnols.
... ET PEUVENT TRÈS BIEN NE PAS ALLER AU RESTAURANT. Nous ne tiendrons pas compte ici des trois inspecteurs qui ont reconnu dans notre enquête ne jamais aller au restaurant...mais de nos amateurs de bonne bouche qui sont 40 % à cuisiner régulière-ment à la maison. L’occasion, peut-être, de faire de beaux mariages vins et mets.Plus d’un inspecteur deTrends-Tendancessur deux compte plus de 100 bouteilles en cave.
Vousnavezpasétécontactécetteannéepourpatriciperànotreenquêteetvous souhaitez nous faire part de vos préférences en devenant, le temps de l’enquête, inspecteur pourTrends-Tendances? Envoyez-nous vos coordonnées à l’adresse ellen.lefevre@tendances.be, sujet : «inspecteur». A gagner, de magnifiques prix attribuéspartirageausotr.
TRENDS-TENDANCES 22 MARS 2007FOCUS37