La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Revue de presse // Dépêche AFP / Zelium 26-01-2011

1 page

Revue de presse du Zélium : Dépêche AFP du 26 janvier 2011.

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 061
Signaler un abus
26/01/2011 18:02:40 - Page 1
Médias - presse - AFP - 26/01/2011 17:29:16 - Invité
Lancement de Zélium, mensuel satirique, le 11 février
PARIS (FRA), 26 jan 2011 (AFP)
Le premier numéro de Zélium, un mensuel satirique "à la ligne éditoriale volontairement riche, plurielle et fourre-tout"
sera lancé le 11 février et tiré à 70.000 exemplaires distribués en France et en Belgique, selon un communiqué
diffusé mercredi par ses créateurs.
Sur 24 pages et dans un format identique à celui du Canard Enchaîné, Zélium contiendra "dessins et illustrations de
presse, photos, bédés, collages, arts graphiques, enquêtes journalistiques, billets d'humeur, chroniques, etc".
Le journal réunit des anciens de Siné-Hebdo, Bakchich, Hara Kiri, L'Echo des Savanes et Psikopat, et notamment
l'humoriste Didier Porte ainsi que "l'entarteur" Noël Godin.
"Notre volonté première: faire de Zélium un labo expérimental, irrévérencieux et satirique. Un lieu de rencontres entre
journalistes, artistes et libre-penseurs", souligne le communiqué, tout en assurant qu'il n'y a "pas de pétrole mais des
idées".
"Le modèle économique du journal est odieusement novateur. Pas d'actionnaires, pas de pubs, pas d'emprunts
bancaires, conclut-il. Tout ça avec l'envie d'un prépubère acnéique, les reins robustes d'une Tabatha Cash et le
regard décalé d'un Joe Dassin".
Sur son blog (www.leblogdezelium.info) d'ores et déjà en ligne, le journal souligne également son ambition de "créer
une nouvelle presse satirique, laquelle est dans une crise d'inventivité et de créativité effroyable".
"Dans les années 70, Hara Kiri vendait jusqu'à 200.000 exemplaires par mois, parfois avec des unes totalement
débridées. Pourtant, à l'époque, la censure était folle (...) Aujourd'hui, la situation est pire: bien que la censure soit
plus souple, la presse satirique se condamne elle-même à une forme d'autocensure. L'enjeu est là: faire dynamiter ce
glissement inconscient et général vers l'auto-censure. Et recréer un journal qui explore les frontières... quitte à finir au
tribunal pour défendre cette utopie".
gle/lh/DS