Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

0 - Introduction  0.1. Les travaux préparatoires à la rédaction de la note  Une réflexion autour d’un projet de création d’une nouvelle spécialité de brevet professionnel a été initiée dès novembre 2001 à l’occasion du début de la mise en place du brevet professionnel JEPS devant remplacer progressivement de nombreux brevets d’Etat sportifs ou socio-éducatifs.  Un premier groupe de travail a été mis en place à l’initiative de la DEF autour notamment de la FFRP et de deux fédérations généralistes, la FFEPMM et la FFEPGV. A ce groupe, se sont joints progressivement l’UCPA, le SNAM, le MCF et deux CREPS (Rhône-Alpes et Franche-Comté). D’autres partenaires ont accompagnés cette réflexion : le Ministère du Tourisme, le Ministère de l’Agriculture, le CNOSF, la FFME, la FFCT, la FFC, la Conférence permanente du tourisme en milieu rural, etc.  En décembre 2004, un projet de note d’opportunité intitulé « loisirs sportifs et culturels de nature » a été présenté à la commission professionnelle consultative. Celle-ci a souhaitée que l’argumentaire développé soit complété. Pour ce faire un comité de pilotage a été constitué par la DVAEF (cf. Annexe 3)  Depuis cette date différents travaux ont été engagés sur lesquels la note d’opportunité ici présentée s’appuie.  0.2. Les sources d’informations et la méthode de travail   Enquête sur les éducateurs déclarés en sports de nature  Une enquête a été réalisée par le PRNSN durant l’été 2005 à partir des fichiers des éducateurs déclarés en préfecture auprès de la totalité des directions départementales. Elle permet de connaître l’offre potentielle d’encadrement contre rémunération et la répartition géographique des 63 certifications concernant les sports de nature.    Analyse comparative des études emplois en sports de nature  Au vu de l’éventail, non exhaustif, des questions se posant dans la perspective de la création d’un nouveau BPJEPS et de l’hétérogénéité des sources de données, le MJSVA a souhaité établir une synthèse à partir des données statistiques mobilisables et des études déjà effectuées. Ce travail confié au cabinet Versant Sud s’est déroulé de juin 2005 à avril 2006. Il s’agissait de balayer quelques-unes des études disponibles afin d’en dégager les principaux éléments de connaissance, si possible convergents, en matière d’emploi dans le domaine des sports de nature. Après sélection par le Pôle Ressources National Sports de Nature et le Groupe Ressources Emploi Formation du MJSVA, 11 études au total ont finalement été retenues pour servir de base à l’analyse transversale :  Organisme Titre Année CARIF-OREF Les métiers et les formations des sports de nature à 2004   La Réunion La Réunion OREQF Les activités de pleine nature en Languedoc- 1998 Languedoc-Roussillon Roussillon CRTPN Millau Les activités de pleine nature en Midi-Pyrénées 2000 Analyse et conditions de développement d’une filière d’emplois CRTPN Millau Analyse et conditions de développement des 2005 entreprises et des emplois de la filière pleine nature sur le Massif Central Contrat Territorial d’Objectifs et de Structure et dynamique de l’emploi des APPN en 2004 Progrès Corse DRDJS Rouen Besoins de formation dans le secteur des APPN en 2005 Haute Normandie DDJS Tarbes Etat des lieux des sports de nature sur le 2004 département des Hautes Pyrénées DRDJS Dijon Etude sur l’employabilité des structures sportives en 2005 Bourgogne  Analyse du secteur sportif de nature en lien avec le développement des territoires
1/57
DRDJS Amiens Sports de nature : mieux connaître les emplois 2005 rémunérés en Picardie Ministère de la Jeunesse et des Sports Le tourisme actif dans l’espace rural 1998 Ministère de la Jeunesse et des Sports, Etude relative à l’opportunité de la création d’un BP 2001 CNOSF spécialité nautisme
  Les études sélectionnées ont donc été exploitées de manière transversale en cherchant à tenir compte de la validité des données recueillies, c’est-à-dire de leur représentativité au regard d’une situation d’ensemble. Cette représentativité peut découler à la fois de l’échelle de travail, de la méthodologie mise en œuvre, et de la valeur statistique des résultats quand des modalités d’enquête quantitative ont été utilisées.  C’est pourquoi une grille récapitulative (cf. annexe1) a été constituée afin de résumer les conditions de recueil des données pour chaque étude : - de production, année -champ d’étude (périmètre géographique, activités prises en compte, exclusions éventuelles ou extensions  aux métiers non relatifs à l’encadrement,…), - type de document (enquête statistique ou étude),  sources mobilisées, -- méthodologie pour la partie quantitative, - indices de validité des données quantitatives (taille des échantillons globaux exploités).  Le travail mené pour cette analyse comparative a également permis de repérer les principaux intérêts méthodologiques ou carences de données de ces études, il a permis d’orienter les travaux de la phase 2. Parmi les 11 études retenues dans la phase 1 : -du terme (dont La Réunion, pour laquelle 7 relèvent d’une échelle régionale stricte, au sens administratif région et département se confondent), -la base de données MJSVA d’un seul département, celui des 1 étude est basée sur l’exploitation de Hautes-Pyrénées, -l’une polarisée sur le seul secteur du nautisme, concernent le territoire national dans son ensemble,  2 l’autre plus généraliste, extrapolant à l’échelle nationale des résultats recueillis sur 7 régions-tests,  Enfin, une étude sort de la logique de « périmètre administratif » en s’intéressant au Massif Central en tant que territoire pertinent, ce qui l’amène à agglomérer les résultats de 5 régions administratives, dont 3 prises en compte partiellement. Elle a été retenue pour une analyse plus approfondie des données en phase 2.   Approfondissement de l’analyse des données de l’étude « Filière pleine nature dans le Massif Central »  Les informations ont été recherchées par une exploitation spécifique des données collectées dans le cadre de l’enquête réalisée auprès des structures employeuses de la filière des sports et loisirs de nature dans le Massif Central (été 2004) en utilisant les deux clés d’entrée de cette enquête : les « structures » et les « emplois ». Cette analyse a été confiée au cabinet EMC en mars et avril 2006. Les résultats sont reproduits en annexe 2  0.2.1 L’exploitation au niveau des structures :   Les structures « cibles » Compte tenu des spécificités du futur diplôme, l’analyse a portée sur les structures qui remplissaient les deux conditions suivantes : - Proposer, entre autres, desprestations d’encadrement - Etre positionné sur au moins uneactivitérelevant du champ du futur BP à savoir :  La randonnée pédestre[01] La randonnée avec âne[02] Les autres formes de randonnées terrestres[04] La course d’orientation[05] Le vélo tout terrain[06] Le cyclotourisme[07]   L’analyse comparative Pour chacun des points analysés, les résultats observés au niveau de cet échantillon ont été comparés à ceux obtenus auprès des structures d’encadrement qui ne sont positionnées sur aucune des activités concernées par le BP.  L’ensemble des autres activités sportives et de loisirs a été pris en compte ici (roche, neige, air, eaux vives, nautisme, chasse et pêche, activités terrestres motorisées) à l’exception des randonnées équestres.  En effet, en raison des fortes particularités de la filière équestre (qualifications spécifiques, poids de la mono-activité, singularité des structures…) et de son poids dans l ’offre des sports et loisirs de nature (1/3 des structures), la présence
2/57
des structures équestres risquait de biaiser les analyses comparatives et de contrarier la mise en évidence des spécificités des structures cibles.  Toutefois, l’ensemble des structures de la filière équestre n’a pas été isolé. Les structures positionnées sur la randonnée équestre mais qui proposaient, dans le même temps, des activités relevant du futur Brevet ont été intégrées dans l’échantillon des structures comparatives.    La taille des échantillons 
   Niveau de précision statistique : Ces tailles d’échantillon, même sensiblement inférieures à celle de l’échantillon global, ont permis l’identification de tendances statistiquement représentatives.   Les questions traitées L’analyse concernant les structures a été réalisée aux niveaux suivants : - Statut juridique - Répartition chiffre d’affaires  - Taille des structures - Dynamique d’emploi - Typologie des structures - Métiers exercés autres que les prestations LSN - Prestations LSN proposées (encadrement, location…) - Combinaison des prestations - Nombre d’activités - Combinaison d’activités les plus courantes - Niveau de pratique par activité  0.2.2 L’exploitation au niveau des emplois  Les emplois « ciblés »  Concernant les emplois, l’analyse a porté plus précisément sur les personnes exerçant, entre autres, une fonction d’encadrement dans une structure proposant au moins une activité entrant dans le champ du futur diplôme. Les responsables des structures n’ont pas été pris en compte.   L’analyse comparative Comme pour l’étude réalisée auprès des structures, les résultats observés auprès de cet échantillon de personnel ont été comparés à ceux enregistrés auprès des personnels d’encadrement travaillant dans des structures non positionnées sur les activités entrant dans le cadre du futur diplôme.  La logique d’intégration des personnels d’encadrement exerçant dans des structures proposant des randonnées pédestres est identique à celle adoptée pour l’enquête auprès des structures. Ont ainsi été retirés de l’étude les personnels d’encadrement travaillant dans les structures de la filière équestre qui ne proposent aucune activité entrant dans le cadre du BP.
3/57
  La taille des échantillons
   Les questions traitées La recherche des spécificités des emplois concernés par le BP a été effectuée à partir des questions portant sur les points suivants : - La durée du travail - Les fonctions exercées - Les relations entre les fonctions exercées et les activités - Le contenu des postes de travail (combinaison de fonctions) - Les taux de qualification - Les demandes en matière de formation  0.3. Les choix effectués dans l’analyse  Le périmètre d’étude défini par le comité de pilotage  Le comité de pilotage a balisé le champ de l’étude comme suit : Dans un souci de cohérence avec les travaux de rénovation des certifications du MJSVA effectués ou en cours, le périmètre de l’analyse exclut à ce stade l’encadrement contre rémunération des sports nautiques, équestres, ou liés au milieu vertical (escalade, spéléologie).  De la même manière pour ne pas déstabiliser la lisibilité des professionnels de la montagne, l’encadrement contre rémunération des activités sportives de montagne (ski, raquette à neige, alpinisme, canyonisme) n’est pas pris en compte dans le périmètre de l’analyse.  Par conséquent, l’objet d’étude de la note d’opportunité qui suit est : l’encadrement contre rémunération des pratiques sportives et de loisirs de randonnées terrestres aussi dénommées pratiques « d’itinérance ».  Elles se caractérisentpar « un déplacement non motorisé, avec ou sans engins, en milieu rural et/ou périurbain sur un itinéraire »  Elles se composent entres autres des sports et loisirs suivants : randonnée pédestre, cyclisme, activités et course d’orientation, randonnée avec animaux de bâts…  Une consultation d’experts disciplinaires  Le PRNSN a été chargé par le comité de pilotage d’analyser l’adéquation des certifications existantes avec la dynamique d’emploi dans les trois filières de la randonnée pédestre, du cyclisme et de la course d’orientation. Pour ce faire, trois notes de cadrage ont été rédigées pour chaque discipline par des groupes d’experts composés de l’inspecteur coordonnateur de la discipline, des fédérations délégataires et des organismes professionnels. Les préconisations ont été validées par le comité de pilotage le 1erfévrier 2006 (cf. annexe 3,4 et 5).  La construction d’un argumentaire basé sur des données statistiquement fiables et représentatives d’un territoire  L’examen croisé des différentes études citées en annexe 2 devait permettre de permettre de présenter une note d’opportunité bien argumentée. Différents facteurs relatifs aux études et à leur hétérogénéité limitent la portée de l’exercice :  
4/57
¨ des données L’ancienneté  Une forte amplitude chronologique caractérise les différentes études retenues : L’échelonnement de 1996 à 2005 des dates de mise en œuvre et de publication des études ne favorise pas le rapprochement des données.  On repère néanmoins 3 points d’appui potentiels : - un « peloton de tête » centré sur 2003-2005 - un point de repère initial en 1997-98 (« Tourisme actif en espace rural ») -et qui jalonnent 1997, 2000 et 2005 (Languedoc-Roussillon, Midi- 3 études dont la méthodologie est analogue Pyrénées, Massif Central)  ¨ des champs d’étude Disparité  D’une étude à l’autre, les champs sur lesquels portent les investigations peuvent différer très sensiblement : - différentes leséchelles géographiquesqu’aucune étude systématique à une échelle locale utilisées (et le fait donnée -département ou région- n’ait été menée pour l’instant) n’autorisent pas une compilation de données en vue d’obtenir une vision nationale du phénomène, avec ses variantes locales. Par ailleurs, des recoupements de périmètres d’études peuvent interférer occasionnellement, comme dans le cas de l’étude Massif Central qui prend en compte une partie de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon.  - lesactivités sportives retenues ne sont pas systématiquement les mêmes, ou pas organisées selon la même logique/nomenclature. L’éventail va ainsi de 10 à 58 activités listées, avec au passage une étude sectorielle qui concerne uniquement le nautisme (mais à l’échelle nationale).
 Remarquons également que si certaines activités génériques comme les randonnées ont été systématiquement retenues dans le « noyau dur » des activités  génériques, d’autres ont logiquement été intégrées ou non, selon les spécificités territoriales (activités de montagne par exemple), ou en fonction de leur évidence pour les commanditaires d’après la problématique posée (activités motorisées par exemple).   - les« métiers » pris en compte assez sensiblement selon les objectifs, partenaires ou sources de diffèrent données relatifs aux études.  
 Ainsi, les exploitations se cantonnant aux seuls fichiers « éducateurs » du MJSVA ignorent logiquement les métiers des sports de nature qui ne sont pas directement reliés à la notion d’encadrement. Or, un certain nombre d’études élargissent leur champ aux métiers ou prestations que l’on pourrait qualifier (encore faut-il définir une terminologie commune) de « connexes » (location par exemple), voire aux prestations « périphériques » (restauration, hébergement,…) au sens marketing du terme.      
  ¨ Des méthodologies variées  Une première ligne de séparation méthodologique (cf. annexe 2) laisse d’un côté les travaux qui relèvent de l’enquête statistique dont l’objectif est de dégager des données quantitatives et de les interpréter, et de l’autre des démarches qui ne mettent pas en œuvre d’outil statistique particulier, ou seulement de manière accessoire, voire utilisent des chiffres déjà produits par ailleurs.
5/57
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin