La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

6 liiii 0303792 ^. ^l mw -^ -m- # PARTIE INEDITE DES CHRONIQUES DE SAINT-DENIS (. 4*^ PARIS. — IMPRIMERIE DE CH. LAHURE Rue de Fleunis, 9 PARTIE INÉDITE DES CHRONIQUES DE SAINT-DENIS SUIVIE D'UN RÉCIT ÉGALEMENT INÉDIT DE LA CAMPAGNE DE FLANDRES EN 1382 ET d'un POÈME SUR LES JOUTES DE SAINT-INGLEBERT (1390) A PARIS DE L'IMPRIMERIE DE CH. LAHURE MDCCCLXIV i Dri 901 O74 221965SEP , AVERTISSEMENT. Dans des recherches que j'ai faitesle cours pendant plusieurs années dans les registres du Trésor des Chartes et ceux du Parlement, pour mon édition du rencontré plusieurs particu-Trésor de vénerie^ j'avois larités curieuses sur la sédition des Maillets, en 1381 Pariset sur l'histoire et l'administration de à la même j'avois conçu le désir faireépoque. Par suite, de un sur ce sujet, et il m'avoit paru nécessairemémoire de lire toutes les chroniques existant dans nos dépôts publics et qui racontoient ces tristes événemens. Ce travailfut dans l'exécution de ce que je rencontrai Chroniques detrois manuscrits des Saint-Denis^ don- nant de la précieuse partie de cesune suite chroni- ques, que M. Lacabane a démontré être l'œuvre de Pierre d'Orgemont. Cette suite échappé à mon excellent amiavoit M. Paulin Paris, et il l'auroit assurément mieux pu- bliée que moi, mais il a voulu me laisser ce soin, et l'honneur d'attacher mon nom, bien au bas du sien II AVERTISSEMENT. et pour une parcelle, à la publication des Chroniques de Saint-Denis, cette suite soit aussi de Pierre d'Orgemont,Que ce qui ne peut être douteux. Outre que la phrasec'est finale de l'édition de M. Paris, incomplète dans les qu'il avoit sous les yeux, dansmanuscrits est terminée ceux que j'ai vus *, c'est bien le même style d'homme élevéaux grandes comme le dit Montaigne,affaires^ c'est surtout la même exactitude, le même caractère officiel, la même sûreté de chronologie; on sent l'his- au centre dutorien qui écrit gouvernement et avec les pièces sous les yeux ^ J'ai joint à ce document historique un chapitre chronique picarde très-singulière,d'une qui, pour les époques reculées, est une sorte de roman de chevale- rie ou historique, puisqu'on fait le roi d'Angle-y terre l'empereur d'Allemagne, le roi de Portugal et, Avignonle Bougred prisonniers de Philippe-Auguste : mais elle donne sur la guerre de Flandre et surtout la prise du pont de Commines', des détailssur qui, loin d'être romanesques, paroissent très-précis et très- exacts. Ce chapitre sera utile aux futurs éditeurs de Froissart pour contrôler le récit de cet historien qui 1. 5027. Supp., fr. 3084 et Saint-Victor, 48. 2. Voir la reddition de Bruges, et surtout la scène du 1" marsp. 18, 1382-3, où il oublie qu'il raconte et parle au présent comme le roi dans la charte. 3. Pierre d'Orgemont étoit auprès du roi , ou a tenu ses renseigne- ments de quelqu'un qui étoit de ce prince. Il n'a donnédonc pas de détails sur ce fait capital de la campagne de Flandre, qui fut exclu- sivement l'œuvre de l'avant-garde.