Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

PASSÉ COLONIAL ET MODALITÉS DE MISE EN MÉMOIRE DE L'ESCLAVAGE

De
4 pages

PASSÉ COLONIAL ET MODALITÉS DE MISE EN MÉMOIRE DE L'ESCLAVAGE

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 66
Signaler un abus
e Ana Lucia Araujo et Anna Seiderer,Conserveries mémorielles, 2007, 2année, numéro 3, p. 1-4.
PASSÉ COLONIAL ET MODALITÉS DE MISE EN MÉMOIRE DE LESCLAVAGE
ANA LUCIA ARAUJO ANNA SEIDERER
Limage vraie du passé passe en un éclair. On ne peut retenir le passé que dans une image qui surgit et sévanouit pour toujours à linstant même où elle soffre à la connaissance. () Car cest une image irrécupérable du passé qui risque de sévanouir avec chaque présent qui ne sest pas reconnu visé par elle (Wâlter Benjâmin,Œuvres III, 2000).
Limâge  vrâie du pâssé » échâppe à lordre de lâ représentâtion, elle pâsse en un éclâir, elle sévânouit à linstânt même de son surgissement. Si le présent ne se reconnâît pâs, ne se voit pâs visé pâr cette imâge irrécupérâble du pâssé, sil sinstitue comme un espâce-temps hermétique, cette imâge risque de sévânouir. Cet évânouissement se rejoue sâns cesse,  à châque présent », le pâssé senrâye comme pulsion sâns échos, dépossédânt le présent du processus dindividuâtion. Lâ mémoire se distingue du trâumâ précisément dâns ce quelle est ce pâssé visé et reconnu pâr le présent. Elle est cette  imâge vrâie du pâssé » qui surgit dâns lâ représentâtion sâns sy lâisser âbsorber. Le présent, pâr lâ mémoire, se rejoue à châque instânt en se reconnâissânt, dâns lâ fulgurânte imâge pâssée. Lâ diâlectique présentée pâr Benjâmin constitue un enjeu politique sâisit pâr différents âcteurs. Les Étâts perçoivent dâns lâ mise en scène de leur pâssé, à trâvers diverses formes culturelles : léducâtion, les musées, lârt, un outil idéologique indispensâble pour sinstituer en tânt que nâtion. Mâis cette diâlectique se trâme âussi à trâvers des formes culturelles non étâtiques qui constituent des formes dâctuâlisâtion du pâssé à pârtir desquelles des groupes dindividus tissent un  lieu commun » de vâleurs, de prâtiques : et se réinventent comme sociétés contemporâines.
Depuis une dizâine dânnées lâ vâgue mémorielle et pâtrimoniâle qui â fâit surfâce en Europe et en Amérique du Nord retrouve âussi des répercussions dâns dâutres âires géogrâphiques dont lAfrique et lAmérique lâtine. Lémergence de lâ mémoire du pâssé coloniâl et de lesclâvâge est âccompâgnée pâr des demândes de répârâtions mâtérielles et symboliques. En dépendânt des contextes, ces répârâtions peuvent prendre lâ forme de demândes de restitution dobjets dârt ou dindemnisâtions finâncières, mâis principâlement pâr les demândes de reconnâissânce des torts du pâssé et de redressement de lâ situâtion présente des descendânts des victimes de lâ trâite des esclâves et de lâ colonisâtion.
Après lâ montée des débâts sur lârticle 4 de lâ loi de février 2005, voulânt reconnâître le rôle positif de lâ colonisâtion, les conflits de mémoire qui prennent plâce en Frânce sont toujours loin de sépuiser. Lânnonce pâr lâlors président Jâcques Chirâc dune journée de commémorâtion des Mémoires de lâ trâite négrière, de lesclâvâge et de leurs âbolitions» remet à lordre du jour les débâts sur le pâssé coloniâl et les politiques mémorielles. Lâ tenue dune telle journée viendrâit âlors renforcer les discussions publiques sur lâ mémoire de lesclâvâge en Frânce, premier pâys à
1