La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

08-Etude Thomas gontier

De
60 pages
ETUDE PROSPECTIVE SUR LE DEVELOPPEMENT DES FILIERES ANIMALES DRÔME DES COLLINES / MASSIF DE CHAMBARAN Comment valoriser un Territoire par une identification de ses produits Thomas GONTIER Chambre d'Agriculture de la Drôme Septembre 2007 - Janvier 2008 SOMMAIRE INTRODUCTION..............................................................................................................................1 I. ETAT DES LIEUX.........................................................................................................................2 1. LA ZONE D’ETUDE.........................................................................................................................2 2. PRODUCTION.................................................................................................................................5 a. Filière porcine..........................................................................................................................7 b. Filière caprine..........................................................................................................................7 c. Filière ovine .............................................................................................................................8 d. Filière volaille...................................................................................................................... ...
Voir plus Voir moins
    
   
                 
     !  " ! #$% #  "#!    
           Thomas GONTIER Chambre d'Agriculture de la Drôme   
Septembre 2007 - Janvier 2008

    INTRODUCTION.............................................................................................................................. 1  I. ETAT DES LIEUX......................................................................................................................... 2 1. LA ZONE DETUDE......................................................................................................................... 2 2. PRODUCTION................................................................................................................................. 5 a. Filière porcine.......................................................................................................................... 7 b. Filière caprine.......................................................................................................................... 7 c. Filière ovine ............................................................................................................................. 8 d. Filière volaille.......................................................................................................................... 9 e. Filière viande bovine.............................................................................................................. 10 f. Filière lait ............................................................................................................................... 15 3. AEAGTTBA,ECDEPUO................................................................................................................. 17 a. Abattage ................................................................................................................................. 17 b. Les ateliers de découpe / transformation ............................................................................... 18 4. LES CIRCUITS DE COMMERCIALISATION...................................................................................... 19 a. La vente directe ...................................................................................................................... 19 b. La vente à des intermédiaires ................................................................................................ 20 5. COMPETENCES ET SAVOIR-FAIRE LOCAUX................................................................................... 24 6. DYNAMIQUE DU MILIEU AGRICOLE............................................................................................. 26
 II. ETAT DES PROSPECTIVE AGRICOLES ET ALIMENTAIRES...................................... 29 1. LA PRODUCTION AGRICOLE......................................................................................................... 29 2. PROSPECTIVE SUR LES ABATTOIRS.............................................................................................. 30 3. PROSPECTIVE SUR LA COMMERCIALISATION............................................................................... 30 4. PROSPECTIVE SUR LENIMALNOITAT........................................................................................... 31  III. ORIENTATIONS STRATEGIQUES ..................................................................................... 34 1. POURQUOI VENDRE DES PRODUITS AGRICOLES MARQUES TERRITORIALEMENT? ........................ 34 2. QUELS PRODUITS PEUT-ON/ODTI-ON MARQUER? ...................................................................... 35 a. Des produits locaux ? ............................................................................................................ 35 b. Des produits de qualité ? ....................................................................................................... 35 c. Des produits locaux et/ou de qualité ?................................................................................... 36 d. Des produits bruts… ou transformés ? ............ ...................................................................... 36 3. QUELLE DEMARCHE COMMERCIALE 37? ......................................................................................... Peut-on concilier un projet collectif avec des démarches individuelles ? ................................. 37 4. QUI PEUT PRETENDRE A LA MARQUE? ........................................................................................ 37 5. QUELLE STRUCTURE POUR PORTER LE PROJET............................................................................. 39 a. Qui implique l’ensemble des acteurs concernés .................................................................... 39 b. Qui puisse être représentée par une / des personnes............................................................. 40 
  
 
 IV. PLAN D’ACTION ..................................................................................................................... 42 1. PLAN DACTION GLOBAL............................................................................................................. 43 a. Suivi / appui technique aux exploitations .............................................................................. 43 b. Développement des filières .................................................................................................... 44 c. Communication ...................................................................................................................... 45 d. Démarche commerciale ......................................................................................................... 46 e. Quelle organisation ?............................................................................................................. 47 f. Quelles pistes de financements ? ............................................................................................ 48 g. Accompagnement ................................................................................................................... 48 2. PLAN DACTION POUR LE VEAUX DE LAIT.................................................................................... 48 a. Actions en suivi – appui technique et expérimentation..........................................................48 b. Développement de la filière ................................................................................................... 50 c. Aspect commercial ................................................................................................................. 50 d. Communication ...................................................................................................................... 51 e. Animation ............................................................................................................................... 51 f. Personnes ressources extérieures ........................................................................................... 52 3. PLAN DACTION POUR LA VOLAILLE............................................................................................ 52 a. Actions en suivi – appui technique et expérimentation..........................................................52 b. Développement de la filière ................................................................................................... 53 c. Commercial / communication ................................................................................................ 53 d. Personnes ressources extérieures .......................................................................................... 54 e. Abattage ................................................................................................................................. 54 
 CONCLUSION................................................................................................................................. 55  ABREVIATIONS............................................................................................................................. 56  BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................... 57    
 
     
   Augmentation des prix des aliments, de l’énergie, des engrais… entraînant une augmentation des coûts de production, peu de compensation par une augmentation des prix de ventes, libéralisation croissante des marchés, perspective de suppression des quotas… la santé financière des exploitations et le moral des éleveurs sont actuellement particulièrement mis à l’épreuve. Il y a donc un besoin d’agir pour sécuriser le revenu des exploitations et maintenir le tissu agricole vivant ; mais également de mieux valoriser les productions en terme d’image pour valoriser le travail des agriculteurs.  Acteurs du monde agricole, les agriculteurs sont également des acteurs importants dans la sphère économique et sociale de la zone Drôme des Collines / Massif de Chambaran. A dominance rurale, le développement économique y est faible et elle ne bénéficie pas du dynamisme de certaines zones périphériques. Il n’y a pas non plus d’identification forte de la zone comme un seul territoire. Les acteurs locaux souhaitent donc faire reconnaître cette zone comme un territoire à part entière et y lancer une dynamique de développement local. Le territoire est ici considéré dans ses dimensions spatiales et sociales, sa valorisation passe donc par celle de l’espace géographique, des acteurs qui y sont présents et de leurs actions.   Le développement des filières animales abordé dans cette étude est donc : - une fin en soi pour apporter une plus value aux agriculteurs, - un moyen pour faire reconnaître le territoire et porter le projet de développement local.   Des actions en faveur d’une meilleure valorisation des productions sont déjà menées depuis plusieurs années à partir des productions historiques de la zone. Mais l’identification au territoire se limite à une seule filière (poulet « Massif de Chambaran »), pour laquelle aucun lien n’est fait avec le projet de développement dans son ensemble.  L’objectif de l’étude est donc de définir d’une part les possibilités de valorisation du territoire au travers de ses productions animales et d’autre part les conditions de réussite d’un tel projet.  Basée sur un état des lieux agricole de la zone et des perspectives de commercialisation, l’étude définira une stratégie globale au projet qui servira ensuite de cadre au programme d’action qui sera finalement proposé.
 
1
&   '
   Cette partie a pour but de donner une vue d’ensemble de l’agriculture de la zone. Elle ne vise pas à décrire dans le détail l’organisation et les différentes productions de la zone, mais elle cherche à définir les grands axes et un cadre de réflexion.  Cet état des lieux commencera dans un premier temps par une présentation de la zone d’étude dans sa dimension territoriale puis elle présentera la filière agricole dans son ensemble, en abordant les productions présentes, les circuits d’abattage et de commercialisation, les produits locaux typiques.  La seconde partie présentera la dynamique territoriale au niveau agricole.   (&  ) #*+!#  La zone d’étude n’a pas été délimitée précisément. Elle est centrée sur le Massif des Chambaran compris dans sa dimension géologique, c'est-à-dire la région de collines située entre la plaine de la Bièvre Valloire au Nord, la vallée de l’Isère au Sud et la vallée du Rhône à l’ouest.    
 
2
 Cette zone est actuellement très peu reconnue. Il n’ y a pas d’identification géographique précise, et les actions qui y sont menées dépendent d’un grand nombre d’acteurs :  - 2 départements : Drôme et Isère et des structures départementales dédoublées : Chambre d’agriculture, DDAF, DSV, GDS, contrôle laitier... Dans le cas de la Chambre d’agriculture de l’Isère, la zone est à cheval sur trois comités territoriaux différents : Sud Grésivaudan, Bièvre Valloire et Chartreuse   3 Pays : -ocôté Drôme : Pays Drôme des Collinesun odeux côté Isère : Pays Sud-Grésivaudan et Pays Bièvre Valloire  - le Leader + Chambaran, dont le territoire recoupe une grande part de la zone d’étude  - l’association Massif de Chambaran qui souhaite agir sur l’ensemble de la zone dans un objectif de développement local.   Quelle reconnaissance pour la zone  Il n’y a actuellement pas de reconnaissance de l’identité de la zone dans son ensemble. Les habitants n’ont pas le sentiment d’appartenir un seul et même territoire. Dans l’ouest de la zone, beaucoup de personnes se sentent plus appartenir à la Drôme des Collines, tandis qu’au sud, côté Isère c’est l’appellation Sud-Grésivaudan qui ressort couramment chez les personnes interrogées. La zone Chambaran est généralement restreinte à la zone des hauts plateaux à cheval sur la Drôme et l’Isère et elle ne va pas jusqu’aux plaines du nord, du sud ou de l’ouest, ni jusqu’aux basses vallées de l’Herbasse ou de la Galaure. Il n’y a d’ailleurs pas d’appellation unique de la zone « Chambaran », certains mettant le nom au singulier et d’autres le mettant au pluriel.  Il y a en revanche une deuxième identification qui se fait grâce à certains groupes présents sur la zone ; et l’appartenance à l’Avec (Association Vétérinaire des éleveurs des Chambaran) est pour certains une source d’appartenance au Massif de Chambaran.  Cet aspect de la reconnaissance par le groupe permet d’aborder la notion de Territoire dans sa double notion de zone géographique et de zone ou des acteurs sont présents ; que ce soient des acteurs civils, politiques, économiques ou sociaux… C’est la définition du Territoire qui sera utilisée dans ce rapport.   Quelle identité pour le territoire   De la même manière qu’il n’y a pas de reconnaissance de l’identité du territoire, le nom « Chambaran » ne renvoie pas aux mêmes images, aux mêmes valeurs (Cf. page suivante).  
 
3
 Quelle identification du territoire :   D’après CHAUVEAU P. (1), le terme Chambaran renvoie pour les habitants de la zone et les riverains à : 1. la forêt 2. un espace naturel préservé 3. des terres froides 4. un secteur géographique 5. le camp militaire 6. Roybon 7. les champignons 8. « champs bon à rien » (origine étymologique du mot Chambaran)   Dans l’étudeChambaran, le pays du temps choisi(2), La question du périmètre associé au terme Chambaran avait été posée à différents acteurs : - forestier : le plateau et l’aire de couverture du châtaignier  conservateur du patrimoine : le plateau boisé -- agriculteur – forestier : l’ensemble des 2 plateaux et les colline jusqu’en limite des vallées (Rhône, Bièvre, Isère) - agriculteur élu : le massif (le plateau et les contreforts) - naturaliste : la plateau et les contreforts. On aboutit ici à des périmètres variables mais centrés autour du plateau. De la même manière ils ont définit le territoire par la présence de forêt, de châtaigniers, par les contreforts et la vue sur les hauts massifs, par des ensembles paysagers typés, un patrimoine bâti particulier et une richesse biologique.   Le territoire vu par le comité de pilotage de l’étude (comité de pilotage du 8 octobre 2007). Economie agriculture Paysages géographie territoire isolé au itlies su agricultdiversifiée seto hmemrbeta gdeur  plateau boisé rde'laieuft rpees uc udlet upreoss sibilité économique frag ure voies de communication: paysages, alternance bois spuaisv eansts leezs  dvéavlleéleosp, ppéeetist es, tmaiolldee dsteex ploitation  et cultures, prés  sol argilo humide struct manque de population exploituarteiso ndsi versifiées des paysages: bois et pâtures des coteaux habitat diffus l"ap edtiitveesr"s ifsitcrauticotunr es liées à des pâtures, des coteaux sols : argiles, galets ressources économiques unité géograp naturelles communes flore (châtaigniers, noyers) climatique hique et foret, bois = énergie secteur boisé vallées encaissées l'eau : ressource naturelle   cvualltliéveése se ncaissées et plateau population en mutation: bouge symbiose homme -nature: beaucoup sur le territoire paysages naturels sols pauvres (mouvement géographique modelés par l'homme et changement de Catégories la forêt vallonnée des Socioprofessionnelles.    Chambaran     
4
 ,& #!%  La production de la zone est principalement orientée vers l’élevage bovin (lait et viande) mais d’autres productions sont également présentes de manière importante (Cf. tableau 1).  Tableau 1 : nombre de producteurs par types de production (Drôme des Collines)  Bovins Caprins Volailles Porcins Ovins Bovins 269  9 2 6 125 3   Producteur ayant à la fois des porcins, des bovins et des caprins    1  Caprins2558 1 2  1 Ovins3 18 0 0   1     Porcins9 1 0 231 1   2 Volailles6 1 0 197   1 12315 1 87 105 2 44  Ces données sont issues de l’IPG pour les ovins, bovins, caprins et porcins et de la DSV pour les volailles. Les élevages bovins comprennent les élevages laitiers et allaitants. Les éleveurs de moutons et de chèvres n’étant pas tous professionnels, seuls des troupeaux de plus de 50 brebis et de plus de 10 chèvres ont été comptabilisés dans le tableau ci-dessus.     Dans la filière ovine, sur les 197 personnes identifiées comme possédant des brebis, 184 en  possèdent moins de 50 dont :  o130 sans autre production   o30 avec uniquement un troupeau de moins de 10 chèvres en supplément  o24 avec une autre production : ils n’ont pas été considérés comme  ossédant un atelier ovin. Un éleveur de bovins avec moins de 50 brebis apparaît ainsi uniquement comme éleveur de bovins.      répertoriés en tout dont au moins 13 avec plus de 50 brebis ontCôté Isère 73 él eveurs s    Dans la filière caprine, sur les 207 personnes identifiées comme possédant des chèvres, 120 en  ont moins de 10 dont : o74 sans autre production  o30 avec uniquement un troupeau de moins de 50 brebis en supplément  (les mêmes que précédemment).  o ils n’ont pas été considérés comme16 en avec une autre production :  ossédant un atelier caprin. Un éleveur de bovins avec moins de 10 chèvres apparaît ainsi uniquement comme éleveur de bovins. 
 
5
 On dénombre ainsi : - 515 élevages professionnels (somme des chiffres en gras du tableau) - 234 élevages non professionnels (moins de 50 brebis et moins de 10 chèvres) Soit un total de 749 exploitations en bovins, caprins, ovins et volailles.   Tableau 2 : répartition des droits à produire (lait) et droits à prime sur la zone Drôme des Collines férences Droits Bovins Droits Ovins / Canton Rélaitières (PMTVA) (PCO) BOURG DE PEAGE 632 966 509.0 1 698 LE GRAND SERRE 5 376 658 978.6 111 ROMANS 1 764 967 200.0 0 SAINT DONAT 1 443 955 104.6 214 SAINT VALLIER 3 482 613 728.9 483 TAIN L'HERMITAGE 67 139 69.4 0 ROMANS 2 3 020 391 866.2 516 ROMANS (Ville) 150 726 65.0 258         total zone 14 939 416 3 522 3 280 total départemental 30 380 718.4 5 949.1 72 703.0 % des droits départementaux 49% 59% 5%  Le tableau 2 présente la répartition des droits animaux sur la zone Drôme des collines. Mais si la production de lait est proche de la réalité du fait de l’interdiction de dépasser son quota, il n’en est pas de même des PCO ni des PMTVA les éleveurs ayant couramment plus d’animaux que de primes.  La zone Drôme des collines représente plus de la moitié des primes bovines de la Drôme. Sur cette zone, les exploitations ne sont pas réparties de manière homogène :  les cantons de Bourg de Péage, Le Grand Serre, St Vallier et Romans 2 représentent près de 90 % des droits bovins locaux ; les cantons de Le Grand Serre, St Vallier, Romans 2 et St Donat représentent eux 90 % de la référence laitière locale.  En revanche la zone ne représente que 5% des droits ovins du département et plus de 50 % de ces droits sont situés sur le canton de Bourg de Péage. Ce chiffre reflète le faible nombre d’exploitations de la zone, les ovins étant principalement répartis sur le Royan et le sud du département.  a production biologique :  Le nombre d’élevages en agriculture biologique (intégrés dans le tableau 1) est très limité sur le secteur. Il n’y a actuellement que 17 élevages, dont : - 11 en volaille (8 de poules pondeuses) - 6 en bovins - 1 en ovins  6  
 
 & - "%  Il s’agit principalement d’une production industrielle. Mais il existe également quelques producteurs de porcs en plein air, et certains éleveurs élevant des porcs en bâtiment travaillent également en direct avec des bouchers. Il y a donc une diversité de méthodes de production et de commercialisation.  3 modèles de production :  - Elevage industriel en bâtiment. Modèle de production classique et production de porcs de moins de 100 kg de carcasse. La commercialisation se fait principalement auprès de gros groupes industriels.  - Elevage en bâtiment mais avec des modèles de production différents permettant de plus travailler sur la qualité de la viande : vitesse de croissance réduite, travail de sélection sur la race avec introduction de Duroc, permettant à la viande de développer ses qualités gustatives. poids de carcasses de 100 à 120kg. Les principaux débouchés sont les bouchers traiteur qui recherchent un produit de qualité supérieure à celle du porc standard, et de la vente directe après découpe / transformation. - Elevage en plein air : Les méthodes de production sont variées avec des poids de carcasses entre 90 et 180 kg. C’est le mode de production privilégié des éleveurs faisant de la découpe et de la transformation pour la vente directe soit de viande fraîche, soit de charcuterie : charcuterie fraîche, séchée, fumée, en conserves ou en verrines. Le séchage des produits est soit réalisé sur l’exploitation soit confié à des sociétés spécialisées.   Certains éleveurs combinent différents modèles de production au sein du même élevage, en fonction de leurs débouchés commerciaux.  De même, certains débouchés peuvent être communs aux trois modèles de production : - Vente directe de cochons entiers à des particuliers - Vente de porcelets en direct ou a des bouchers : principalement en été pour les barbecues  .& - %"  La production caprine est très diverse sur la zone. Il y a une frontière très nette entre la Drôme et l’Isère, où aucune laiterie n’est présente et où le nombre d’exploitations est de ce fait beaucoup plus faible. Il semble qu’il n’y ait ainsi que 8 éleveurs de chèvres côté Isère face aux 87 de la Drôme des Collines.  Les élevages caprins du secteur sont les plus diversifiés avec près de 30% des éleveurs drômois qui possèdent également des bovins. La transformation est très importante : la moitié des 87 élevages drômois recensés transforme tout leur lait. Ce sont des élevages de taille restreinte avec une taille moyenne des troupeaux de 55 chèvres, la transformation fromagère et la commercialisation nécessitant plus de temps et de main d’œuvre que la simple production. Les éleveurs livrant leur lait en laiterie ont des troupeaux plus importants avec en moyenne 100 7  
chèvres. Deux laiteries collectent sur le secteur: La Fromagerie Alpine (privé basé à Romans), Valcrest (coopérative de Crest). On peut également noter que parmi les éleveurs livrant en laiterie quelques uns transforment une partie de leur production ; ces élevages mixtes sont en augmentation.  Le fromage typique du secteur est le Picodon (AOC), mais les contraintes des systèmes de production ne permettent pas à tous les producteurs de rentrer dans le cahier des charges.  Les producteurs transformateurs rentrant dans le cahier des charges produisent essentiellement du Picodon ; et les autres produisent d’autres sortes de fromages plus ou moins affinés : fromages frais, bûches, bûchettes, tommes, natures, épicées ou aux herbes. Ils commercialisent ensuite leurs produits via différents circuits de distribution : Marchés, vente à la ferme ou livraisons, Points de Vente Collectifs (PVC), épiceries, GMS (Grandes et Moyennes Surfaces), restaurateurs, affineurs et grossistes.   %& -   La production ovine du secteur est une production de viande*. Il y a un nombre important de personnes à détenir des brebis, mais peu peuvent être considérés comme éleveur ovin, et très peu sont spécialisés. Sur les 197 personnes à détenir des brebis, seuls 13 peuvent être considérés comme éleveurs dont 8 sont spécialisés en ovins. La production des élevages est commercialisée dans différentes filières :  - Coopérative de Grillon : opérateur majeur du secteur basé à Grillon, il intervient sur toute la zone des Chambaran. C’est le seul opérateur à intervenir à grande échelle sur la zone. Il possède une filière de valorisation en CCP (Certificat Conformité Produit) sous le nom d’agneaux de l’Adret. Il collecte des agneaux sur le grand sud est.  - Vente-directe : il y a un certain nombre d’éleveurs à faire de la vente directe à partir de leur production. Une partie de la vente se fait auprès des musulmans. C’est un débouché lucratif très important sur le secteur, avec des ventes importantes d’agneaux au moment de la fête musulmane de l’Aïd-el-Kebir. Cette population représente également un débouché important pour les brebis de réforme. - Il existe également un projet de vente à des bouchers. Jean GINOT, éleveur à St Antoine l’Abbaye possède en effet une clientèle de bouchers (pour la vente des œufs de son atelier de poules pondeuses) qui serait très intéressée de pouvoir disposer d’un approvisionnement de qualité en agneaux sur toute l’année. Il y aurait des possibilités pour commercialiser près de 40 agneaux par semaine. Mais il y a un problème de disponibilité des agneaux en terme de quantité et de répartition sur toute l’année. Les troupeaux sont de petite taille, et après avoir gardé les agnelles de renouvellement et vendu des animaux en vente directe, il reste souvent peu d’agneaux disponibles pour des bouchers. Il y a également traditionnellement une très forte saisonnalité des naissances et produire des agneaux toute l’année impose de pouvoir désaisonner les agnelages. Tous les éleveurs ne sont pas prêts à le faire pour des raisons techniques notamment. De plus certains envoient leurs bêtes en alpage et ne pourraient donc pas fournir pendant la période d’été, période ou la demande d’agneaux est forte (méchouis). * : 1 producteur côté Drôme à avoir des brebis laitières 8