Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Evaluation économique et financière du projet de gestion et de valorisation des nappes de romarin dans la Commune rurale de Skoura, l’appui au projet de valorisation du romarin dans la région de Guigou

De
106 pages
PROJET GIFMA Evaluation économique et financière du projet de gestion et de valorisation des nappes de romarin dans la commune rurale de Skoura L’appui au projet de valorisation du romarin dans la région de Guigou 1 Abdellatif Khattabi 2012 Rapport définitif Sommaire Remerciements...................................................................................................................................... 4 Résumé exécutif.....................................................................................................................................5 1. Introduction....................................................................................................................................8 2. Approcheadoptée........................................................................................................................10 2.1. Cadre du projet..........................................................................................................................10 2.1.1. Lescoopératives exploitent et commercialisent le romarin (scénario 1)......................11 2.1.2. Lescoopératives exploitent, sèchent, conditionnent et commercialisent le romarin (scénario 2)...................................................................................................................................12 2.1.3. Lescoopératives exploitent, distillent et commercialisent les huiles essentielles (scénario 3)...........................................
Voir plus Voir moins
PROJET GIFMA
Evaluation économique et financière du projet de gestion et de valorisation des nappes de romarin dans la commune rurale de Skoura
L’appui au projet de valorisation du romarin dans la région de Guigou
1
Abdellatif Khattabi  2012
Rapport définitif
Sommaire
Remerciements...................................................................................................................................... 4 Résumé exécutif..................................................................................................................................... 5 1. Introduction.................................................................................................................................... 8 2. Approche adoptée........................................................................................................................10 2.1. Cadre du projet..........................................................................................................................10 2.1.1. Les coopératives exploitent et commercialisent le romarin (scénario 1)......................11 2.1.2. Les coopératives exploitent, sèchent, conditionnent et commercialisent le romarin (scénario 2)................................................................................................................................... 12 2.1.3. Les coopératives exploitent, distillent et commercialisent les huiles essentielles (scénario 3)................................................................................................................................... 13 2.2. Collecte de l’information...........................................................................................................14 2.3. Enquête de terrain.....................................................................................................................14 2.4. Elaboration de propositions.......................................................................................................15 2.5. Analyse économique et financière............................................................................................15 3. Analyse des options de valorisation.............................................................................................18 3.1.Cadregénéral........................................................................................................................18 3.2. Filière du romarin dans la région de Skoura..........................................................................21 3.2.1. Forces de la filière.........................................................................................................22 3.2.2. Faiblesses de la filière...................................................................................................22 3.2.3. Opportunités de la filière..............................................................................................23 3.2.4. Contraintes de la filière.................................................................................................23 3.3. Potentiel de production et utilisations du romarin...............................................................24 3.3.1. Définition du produit....................................................................................................24 3.3.2. Production du romarin..................................................................................................25 3.3.3. Approvisionnement du marché....................................................................................26 3.3.4. Utilisations du romarin.................................................................................................29 3.3.5. Commercialisation........................................................................................................29 3.4. Contexte d’exploitation du romarin par les coopératives.....................................................33 3.4.1. Système actuel d’exploitation.......................................................................................33 3.4.2. Amélioration du système d’exploitation.......................................................................34 3.4.3. Les contraintes liées à l’exploitation du romarin...........................................................36
2
3.5. Pour une exploitation durable.............................................................................................37 3.6. Perspectives de l’organisation de l’exploitation dans la région.............................................39 3.7. Options de valorisation.........................................................................................................42 3.7.1. Valorisation par l’organisation de l’exploitation : SCENARIO N°1..................................42 3.7.2. Valorisation par séchage et conditionnement : SCENARIO N°2....................................43 3.7.4. Valorisation par distillation : SCENARIO N°3.................................................................50 3.8.Analysefinancière................................................................................................................58 3.8.1.Procéduredanalyse......................................................................................................58 3.8.2. Scénario 1.....................................................................................................................60 3.8.3. Scénario 2.....................................................................................................................64 3.8.4. Scénario 3.....................................................................................................................67 3.8.5. Comparaison de la rentabilité des scénarii...................................................................70 3.9. Perspectives de commercialisation.......................................................................................71 4. Conclusion....................................................................................................................................72 5. Documentation consultée............................................................................................................74 6. Annexes........................................................................................................................................76 Annexe 1 : Termes de référence.......................................................................................................77 Annexe 2 : Méthodologie détaillée...................................................................................................80 Annexe 3 : Fiches enquêtes..............................................................................................................93 Annexe 4 : Coopératives et Associations des PAM............................................................................98 Annexe 5 : Répertoire des sociétés et professionnels des PAM........................................................99 Annexe 6 : Codification internationale du romarinRosmarinus officinalis L. (Lamiaceae).............102 Annexe 7 : Normes et exigences de qualité des grands marchés de PAM.....................................104
3
Remerciements
Au terme de ce travail, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à sa réalisation et plus particulièrement les responsables et personnel du Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts au niveau régional et au niveau local, l’Unité de Gestion du Projet GIFMA et son personnel, les membres du bureau et les adhérents des deux coopératives Chellal et Idourar, et les autorités et collectivités locales au niveau de la commune rurale de Skoura.
Ce travail a été réalisé avec l’aide, l’appui et l’implication effective de mon collègueAbdelhak El Abid, co-auteur de ce document, que je tiens à remercier infiniment pour tous les efforts qu’il a consentis lors de la conception et la réalisation de cette étude, aussi bien lors de la collecte de l’information que lors de l’analyse des données et de la rédaction du document.
4
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Résumé exécutif
Les écosystèmes forestiers du moyen Atlas continuent de subir de fortes pressions liées à l’évolution démographique et au déficit de développement en milieu rural. Le projet GIFMA, à travers une approche participative, essaie d’identifier les possibilités concrètes de développer des activités créatrices de valeur ajoutée localement autour de l’exploitation des nappes de romarin, une ressource aromatique abondante dans la région. La filière du romarin, dans la région du projet, souffre de l’existence de nombreuses contraintes dont l'absence d'organisation et le faible niveau de transformation des produits. Des efforts de mobilisation de la ressource, d’innovation dans sa valorisation et de prospection de marchés de commercialisation sont donc à consentir pour mieux valoriser les potentialités de la zone de Skoura, concernée par le projet, qui renferme 22000 ha de romarin. Les superficies occupées par cette espèce au niveau des trois cantons forestiers qui relèvent de la commune de Skoura, dépassent les 22000 ha. Le romarin y est exploité par le petit bétail ; les usagers qui l’exploitent par occasions pour leur propre consommation ; et les délinquants, à situation précaire. Ces agents économiques qui interviennent de façon non formelle prélèvent 30% du potentiel. D’autres exploitations se font de manière formelle par des entrepreneurs privés ou par des coopératives. Les quantités à faire prélever par ces exploitants ne doivent, en principe, concerner que les 60% restant du potentiel. Le romarin commercialisé par le Maroc est issu à 99% de la cueillette dans les espaces naturels. La production nationale du romarin est plutôt destinée au marché international et constitue de ce fait en termes de valeur le deuxième aromate le plus exporté du Maroc. Il est commercialisé sous forme de feuilles séchées, de poudre et d’huiles essentielles. Les principaux marchés d’exportation se trouvent dans les pays développés. Ce marché international devient de plus en plus exigent du point de vu qualité des produits.
La demande sur le romarin, même fluctuante, présente une tendance ascendante. Sa filière au niveau local pourrait jouer un rôle de levier pour le développement de l’économie rurale en améliorant les revenus des populations riveraines des sites de production. Elle présente, cependant, un défi et une opportunité dans la mesure où tout reste à entreprendre et que les conditions d’un réel décollage de la filière existent. La production de la région en PAM est dominée par le romarin qui, en fournissant 2750 tonnes/an, représente plus 90% du total produit. La forêt de Guigou permet à elle seule, la production de 874 tonnes annuellement. Cela représente à peu près 32% de la production de la région et en fait un pôle qui peut servir de base pour le développement de la filière. Cependant, sur le plan de la mobilisation de la ressource, l'exploitation du
5
7.
8.
9.
romarin est loin d'être rationnelle. Le développement de cette filière offre des possibilités importantes comme source de produits, d'emplois et de revenus. Les exploitations régulières du romarin en domaine forestier ont été réalisées jusqu’en 2006 suite à des adjudications publiques ou à des cessions de gré à gré par des exploitants privés. C’est une pratique que les riverains contestent dans la forme du fait que toute l’initiative leur est étrangère et dans le fond parce que toute sa valeur ajoutée leur échappe. Actuellement, deux coopératives d’exploitation des PAM se sont constituées dans la commune de Skoura : Idourar et Chellal. Elles se sont faites attribuées deux lots de romarin à exploiter. Ces coopératives représentent la seule forme d’organisation professionnelle à caractère autochtone qui peut améliorer les techniques d’exploitation du romarin, et vulgariser les techniques modernes et les bonnes pratiques de production, de valorisation et de conservation de la ressource. Il est donc tout à fait opportun de les soutenir en tant qu’entités d’économie sociale et solidaire qui peuvent servir de levier pour le développement régional. Trois scénarii de valorisation sont présentés dans cette étude et ont été décrits techniquement et évalués économiquement. L’adaptabilité des solutions proposées au contexte socioéconomique était présente lors de l’analyse et évaluation afin de faciliter l’adoption des solutions proposées.La démarche adoptée dans cette étude suppose que les options décrites (les 3 scénarii) sont productives sur une durée déterminée de 6 ans, en supposant que tout l’investissement se fait au tout début de l’année.
10.Le scénario 1représente une amélioration de ce qui est pratiqué actuellement (scénario 0) par l’introduction des résultats de recherches et par le renforcement de la formation et de l’encadrement des ramasseurs de romarin. Sur le plan de retombées socioéconomiques, cette option créera bien sur de l’emploi et générera un revenu pour les populations locales, mais du point de vue financier, cette option n’est pas rentable dans les conditions actuelles d’approvisionnement en matière première et de commercialisation du produit fini (feuilles sèches). 11.Le scénario 2consiste en la valorisation du romarin par séchage naturel et conditionnement des feuilles sèches après leur tri.Le choix pour cette option s’est porté sur une technologie adaptée au contexte local qui permet en même temps de profiter de l’intensité d’ensoleillement dont bénéficie le Maroc, et de minimiser le recours aux technologies sophistiquées importées. Une fois séchées, les feuilles peuvent subir une deuxième amélioration de la qualité en passant par une unité de tri et de tamisage. Le romarin trié est actuellement vendu à 5DH/kg sur le marché local et à 8-10 DH/kg pour l’exportation. Dans les conditions actuelles d’approvisionnement en matière première, cette option n’est rentable que si le produit (feuilles sèches) est vendu pour le marché de l’export moyennant un prix supérieur ou égal à 6,5DH/kg. 12.Le scénario 3en une valorisation avancée par distillation. Dans ce cas, les consiste coopératives doivent opter pour une unité de distillation en matériau inoxydable. Ce matériel, en plus du fait qu’il est plus solide que la tôle en fer noir, ne contamine pas les 6
produits de la distillation. Bien que cette option va générer de l’emploi local, plus important que celui qui sera généré par le scénario 1, elle n’est pas rentable dans les conditions actuelles d’approvisionnement en matière première et vu les prix actuels, assez bas, de vente des huiles essentielles (230DH/kg). 13. L’option à favoriser est donc le scénario 2 avec possibilité de vente des feuilles sèches à l’export. C’est un scénario rentable même dans les conditions actuelles d’acquisition de la matière première et il deviendra encore plus rentable si les prix de la matière première seront revus à la baisse. En plus l’investissement requis est inférieur à celui de l’option dans laquelle le scénario 3 est rentable et qui nécessite une baisse du prix de la matière première. Aussi, c’est un scénario qui demande moins de qualification technique que le scénario 3. 14. La valorisation locale du romarin, ne serait-ce que par tri et conditionnement des feuilles, dans un premier temps (scénario 2 avec option de vente à l’export), est une opportunité intéressante pour générer davantage de revenu pour l’économie locale à travers la création des emplois et aussi à travers l’augmentation des recettes des ventes au profit des coopératives. Il serait convenable d’encadrer les coopératives pour les former sur les techniques de valorisation et de commercialisation, et aussi leur faciliter l’acquisition de la matière première en leur octroyant des avantages de remise des prix à l’achat. Pour se positionner et saisir les opportunités du marché, les coopératives de Skoura doivent entrer dans des relations contractuelles et développer une réputation de fournisseur régulier, stable et fiable. Seule cette approche leur permettra de garantir la commercialisation de leur production surtout si le marché à l’export est visé, comme il est la seule option réellement viable dans le contexte actuel d’approvisionnement en matière première.
15.
7
1. Introduction
Les écosystèmes forestiers du moyen Atlas continuent de subir de fortes pressions liées à l’évolution démographique et, notamment, au déficit de développement en milieu rural. Traduites par la surexploitation des ressources sylvatiques et pastorales, par l’extension des terres agricoles et par l’urbanisation désordonnée des espaces, ces pressions se manifestent par des tendances à l’appauvrissement des milieux naturels, à l’érosion des sols et à la perte de la biodiversité.
Par ailleurs, le mode de gestion des écosystèmes forestiers, orienté plutôt vers la production et l’exploitation de produits ligneux et la conservation, a très peu tenu compte, dans le passé, des besoins des communautés riveraines de ces écosystèmes. A part le Dahir de 1976, dont les clauses ne sont pas souvent respectées, qui a prévu une timide implication des communes dans la gestion des forêts, aucun mécanisme fonctionnel ne permet le partage des bénéfices et des coûts liés à la gestion de ces écosystèmes. Ce mode de gestion a négligé les produits forestiers non ligneux qu’il considérait secondaires ou non marchands et qui avec l’évolution des besoins sont devenus de véritables sources de revenus.
Pour inverser cette tendance de la dégradation des écosystèmes forestiers et pour assoir un système de partage des bénéfices et des responsabilités entre les différents intervenants, le projet GIFMA essaie d’initier une nouvelle approche basée sur le principe de participation. Parmi les objectifs à atteindre, à travers cette approche, figure la mise en place des leviers d’incitation pour l’adoption de bonnes pratiques d’exploitation et de gestion durables des écosystèmes forestiers, cadre dans lequel s’intègre la présente étude intitulée : «Evaluation économique et financière du projet de gestion et de valorisation des nappes de romarin dans la commune rurale de Skoura».
Cette étude aidera à améliorer les conditions de vie des ruraux de la commune de Skoura, une zone de montagne où 23% de la population vit dans des conditions économiques relativement difficiles. Il s’agit d’identifier les possibilités concrètes de développer des activités créatrices de valeur ajoutée localement autour de l’exploitation des nappes de romarin, une plante aromatique abondante dans la région. Au Maroc, les plantes aromatiques et médicinales (PAM) jouent un rôle écologique et économique de premier ordre. Ce sont des espèces, parfois endémiques, qui permettraient une renaissance de la foresterie dans les zones à faible potentiel. Ces PAM, longtemps considérées par les gestionnaires du secteur forestier comme produits secondaires, n'ont pas retenu toute l'attention qu’elles méritaient. Sur le plan de la mobilisation de la ressource, l'exploitation de ces ressources est loin d'être rationnelle. On dénombre 800 espèces de PAM potentiellement exploitables, mais seulement une dizaine de 8
plantes, dont le romarin (Rosmarinus officinalis L.), est effectivement valorisé à des fins commerciales.
Le romarin, appelé localement ‘Azir’, est un arbrisseau qui pousse à l’état sauvage dans tous les pays du bassin méditerranéen. Au Maroc, on le rencontre principalement dans la région orientale et dans la partie orientale du Haut Atlas. Il est connu à l’échelle mondiale en tant que plante aromatique, médicinale, culinaire et cosmétique. Cependant, il est relativement peu employé en cuisineen Afrique du Nord comparativement à certains pays de la méditerranée comme l’Italie et le Portugal ou aux pays anglo-saxons.
Le romarin est commercialisé sous forme de feuilles séchées, de poudre, d’huiles essentielles ou de produits finis à utiliser directement dans la formulation des médicaments et des produits cosmétiques. La production nationale du romarin est plutôt destinée au marché international. Il constitue de ce fait, en termes de valeur, le deuxième aromate le plus exporté du Maroc (20% de la valeur totale des exportations des PAM). Le Maroc occuper le deuxième rang de fournisseur de romarin sur le marché international après l’Espagne. Les principaux marchés de consommation se trouvent dans les pays développés (Europe, Amérique, Japon..).
Le Maroc n’a pas encore exploité toutes ses potentialités économiques de la filière romarin, surtout en termes de valorisation des produits. Ce créneau économique souffre encore de l’existence de nombreuses contraintes dont l'absence d'organisation de la filière et le faible niveau de transformation des produits.
Un certain nombre de forces intrinsèques au secteur et d’opportunités externes sont à mettre à profit pour augmenter la valeur ajoutée de la production de romarin, notamment l’émergence du marché international des produits « BIO », le faible coût de production, les possibilités de certification et de labellisation et la dynamique nationale en matière de valorisation des produits de terroirs avec de nombreuses incitations économiques (INDH, etc.).
Des efforts de mobilisation de la ressource, d’innovation dans sa valorisation et de prospection de marchés de porteurs sont donc à explorer pour permettre à cette filière de mieux valoriser ses potentialités, surtout dans les régions à forte capacité de production comme la région de Fès-Boulemane qui renferme des gisements importants en romarin. En plus de l’utilisation du romarin à l’état frais, plusieurs options de valorisation qui permettraient d’augmenter la valeur ajoutée des produits obtenus et d’accroître leurs valeurs commerciales sont possibles par la transformation de la ressource à l’amont de la chaine de production, soit par séchage et conditionnement soit par distillation.
9
Ces possibilités sont à prospecter et à évaluer pour voir dans quelles mesures elles pourraient à la fois bénéficier deslocaux (faibles coûts de transport et de main atouts d’œuvre) et réduire les obstacles inhérents aux exigences de valorisation tels que le coût de l’investissement, la méconnaissance des exigences des marchés et des utilisateurs finaux, la non maitrise des exigences et des normes en matière de qualité et la non disponibilité de la technologie et du savoir-faire. C’est ce à quoi s’attelle la présente l’étude, commanditée par le projet GIFMA, qui s’intéressera à l’évaluation de trois scénarii de valorisation du romarin dans la région de Fès Boulemane, plus particulièrement dans la forêt de Guigou.
Parmi les motivations de cette étude figure la mise en place de leviers d’incitation pour l’adoption de bonnes pratiques d’exploitation et de gestion durables des écosystèmes forestiers. Les objectifs du projet sont de : promouvoir la gestion durable des nappes de romarin par l’amélioration des techniques d’exploitation du romarin ; améliorer le niveau technologique local par l’adoption de technologies appropriées de conditionnement et de transformation du romarin in situ ; améliorer le revenu de la population locale par l’internalisation de la valeur ajoutée de la valorisation du romarin.
Les principales composantes de cette étude sont : diagnostic de l’existant et analyse des possibilités d’exploitation et de valorisation du romarin de la commune de Skoura selon une approche SWOT (forces-faiblesses-opportunités-contraintes) ; identification et proposition de technologies appropriées à la mesure des ressources disponibles localement et qui s’inscrivent dans l’objectif du projet GIFMA de « la gestion durable des ressources » ; et évaluation économique et financière des propositions retenues.
Le deuxième chapitre de ce document décrit le cadre global de l’étude et l’approche adoptée pour cerner les différentes composantes de l’étude. Dans le chapitre trois, on présente l’analyse technico économique de trois scénarii distincts proposés pour la valorisation du romarin. Le chapitre quatre est réservé à la conclusion et aux recommandations.
2. Approche adoptée
2.1. Cadre du projet
L’approche suivie pour traiter les volets de l’étude tels qu’ils sont définis dans ses termes de référence (voir annexe 1), adaptés dans la méthodologie préconisée (voir annexe 2) est basée sur les principes de participation, concertation et collaboration. Les différentes parties
10
prenantes au projet ont été impliquées et associées dans les différentes étapes de réalisation de l’étude. Les parties prenantes qui ont été consultées et associées sont les services du Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (niveaux central, provincial et local), l’Unité de Gestion du Projet (UGP) GIFMA, le Conseil Communal de la commune Skoura, les autorités locales, les deux coopératives Idourar et Chellal, la population locale, les collecteurs et commerçants du romarin et autres plantes aromatiques et médicinales.
Cette approche participative a permis de sensibiliser sur les objectifs du projet, de familiariser les détenteurs de droits avec les changements qu’il peut apporter et en même temps d’évaluer les chances de sa réussite à travers le degré de motivation des partenaires. Elle a permis aussi d’identifier le potentiel technique et financier que ceux-ci peuvent mobiliser et enfin de soulever les obstacles et les conflits d’intérêts qui peuvent freiner la mise en œuvre du projet.
La première phase aété plus focalisée sur la collecte des données secondaires (publiées) et en la concertation et le partage de l’information et des avis. Cette phase a consisté en une série de réunions et d’interviews semi structurées organisées à différentes échelles, nationale, régionale et locale avec tous les intervenants pour identifier les principales problématiques et les solutions possibles, et délimiter les objectifs et composantes du projet. Les guides d’entretien qui ont été utilisés sont portés en annexe 3.
La deuxième phasea traité de l’amélioration de la filière du romarin selon les capacités qui peuvent être mobilisées en matière d’investissements, en termes de compétence technique, de commercialisation et de gestion. Elle a porté sur l’analyse et l’évaluation économique de trois scénarii qui sont écrits ci-dessous.
2.1.1.
Les coopératives exploitent et commercialisent le romarin (scénario 1)
Scénario ‘Exploitation-commercialisation’ : les coopératives exploitent le romarin, le sèchent et le vendent sous forme de feuilles sèches aux intermédiaires et aux industriels. Ce scénario a traité des techniques d’exploitation, d’organisation de la collecte, de circuits commerciaux possibles et avantageux pour les opérateurs de la région, de la formation des prix, des retombées sociales et de la rentabilité économique et financière.
Il s’agit dans ce scénario d’une exploitation pour une valorisation marchande par vente directe sans transformation aucune, comme c’est le cas pour plus de 90% des exploitants à l’échelle nationale. Afin de mieux cerner cette composante du projet, de faciliter les relations entre les partenaires et d’améliorer la sérénité des intervenants, les résultats de l’enquête de terrain ont été utilisés pour proposer une organisation de la collecte optimisée du romarin.
11