Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Conjoncture régionale - Moins de 10 % de chômeurs

De
6 pages
Le nombre des demandeurs d'emploi a diminué dans la région de près de 10 000 en un an. Le taux de chômage en Basse-Normandie est ainsi descendu en dessous du seuil de 10 %. L'emploi dans les services a été dynamique, tant dans les services aux entreprises que dans les services aux particuliers. Plus de 1000 emplois supplémentaires ont été créés en un an dans chacun de ces secteurs. Dans l'industrie, le taux d'utilisation des capacités productives ne cesse de progresser et les stocks de produits finis diminuent. Le secteur de la construction confirme son dynamisme : en année glissante, l'augmentation est de 50 % pour les chantiers de logements et de 40 % pour les locaux non résidentiels.
Voir plus Voir moins

n° 70 mars 2000
Conjoncture régionale
MOINS DE 10 % DE CHÔMEURS !
ans l’industrie manufacturière des équipementiers s’est accru de 13 %
bas-normande, l’accélération au troisième trimestre. Dans l’industrie % Le nombre des demandeursDde l’activité observée au se- agroalimentaire, la demande reste glo
d’emploi a diminué dans la région
cond trimestre s’est confirmée, la de- balement bien orientée. Dans un con de près de 10 000 en un an. Le taux
mande globale continuant de se texte de prix stables, le chiffre de chômage en Basse Normandie
raffermir au troisième trimestre. Les d’affaires de l’industrie laitière régio est ainsi descendu en dessous du
carnets de commande se sont encore nale continue de progresser (+ 2,6 % seuil de 10 %.
remplis et sont jugés très étoffés. Le par rapport au trimestre précédent)
taux d’utilisation des capacités produc sous l’effet de nouveaux débouchés à
tives ne cesse de progresser, alors que l’exportation, le marché intérieur étant
les stocks de produits finis continuent pour sa part proche de la saturation. % L’emploi dans les services a
de diminuer. Dans l’industrie automo L’industrie des viandes est, quant à été dynamique, tant dans les servi
bile, l’activité a nettement crû, tirée parelle, en retrait ( 1,6 %), malgré une ces aux entreprises que dans les
services aux particuliers. Plus dela demande des marchés tant nationauxhausse des prix de ventes industriels
1 000 emplois supplémentaires ontqu’internationaux : le chiffre d’affaires dans ce secteur. Globalement, pour
été créés en un an dans chacun de
ces secteurs.
% Dans l’industrie, le taux d’utili-
sation des capacités productives
ne cesse de progresser et les
stocks de produits finis diminuent.
% Le secteur de la construction
confirme son dynamisme : en an-
née glissante, l’augmentation est
de 50 % pour les chantiers de loge-
ments et de 40 % pour les locaux
non résidentiels.
. . . . . . . . CENT P . . OUR CENT . BASSE NORMANDIE n° 70. . . . . . . . . . . .l’ensemble de l’industrie manufactu précédente. Sur douze mois, plus de l’est plus encore pour les bâtiments in-
rière, les perspectives de croissance 8 500 logements ont été commencés, dustriels, ce qui semble indiquer que le
restent très bonnes. La demande étran soit une augmentation de 50 % par rap degré d’utilisation de l’appareil indus-
gère, déjà vve, di evrait continuer à se port aux douze mois précédents. Ce triel étant maximal, il devient mainte-
renforcer. Les ffece tifs salariés de l’in niveau élevé est dû à la forte croissancenant nécessaire d’augmenter les
dustrie, hors intérim, devraient donc conjuguée des mises en chantier de capacités productives. Logiquement, le
croître de nouveau après un premier maisons individuelles (+ 45 %) et des secteur de la construction a sensible-
semestre de baisse. Le phénomène de logements en immeubles collectifs ment accru ses effectifs salariés : le
vrait en outre se voir renforcé par la (+ 55 %). gain était déjà de plus de 700 emplois
mise en application des accords sur la en un an à la fin de juin 1998 et le
Dans le même temps, la sufacer des
réduction du temps de travail. mouvement d’embauches s’est encore
mises en chantier de locaux non rési
largement accéléré depuislors.
Le secteur de la construction confirme dentiels augmente de 40 %. Quel que
son dynamisme. Au cours du troisième soit le secteur, l’investissement immo- Pour l’ensemble du commerce, les
trimestre, les mises en chantier de loge bilier des entreprises reste donc à un perspectives générales d’activité de-
ments ont progressé de 45 % par rap- niveau soutenu. La croissance est forte meurent historiquement favorables. Le
port au même trimestre de l’année pour les bâtiments commerciaux ; elle secteur a accru ses e ffectifs salariés en
Selon cie et l’équipement du foyer devraient
l’enquête en revanche continuer à utiliser leurs
de décem- capacités de production au delà de la
Agroalimentaire bre réalisée normale. Dans l’industrie automo-
par la Banque de bile, l’activité reste bien orientée. Les
France, l’activité indus- prévisions sont résolument optimis-
trielle s’est dans l’ensemble stabilisée tes et une intensification des fabrica
à un niveau très satisfaisant et nette tions est pro bable. Dans les biens
ment supérieur à celui de l’année pré d’équipement, l’activité devrait re- Automobile
cédente à pareille époque, au prendre un rythme soutenu en ce dé-
moment où les effets de la crise desbut d’année, notamment
pays émergents se faisait pleinement l’équipement mécanique qui doit faire
sentir. face à une demande jugée forte. En
La demande globale est restée bien revanche, les perspectives restent in-
Biens intermédiaires orientée tant dans sa composante certaines à l’Arsenal de Cherbourg.
nationale qu’étrangère. L’accéléra- Dans les biens intermédiaires, les
tion des ventes intra com perspectives sont favo
munautaires a incité tous rables, et tout particuliè L’activité reste
les secteurs à puiser rement dans les sec-
bien orientée
dans leurs stocks et plus teurs liés à l’automobile, Biens d’équipement
particulièrement l’industrie agroali la construction, la téléphonie et la mi professionnel
mentaire et celle des biens de con cro informatique. Dans la construc
sommation. La consistance des tion, le dynamisme devrait perdurer
carnets de commande autorise des dans les mois à venir. D’autant plus
prévisions optimistes pour les pro- que les dégâts provoqués par la tem
chains mois où est attendu un main- pête de décembre ont engendré un Biens de consommation
tien des cadences à leur bon niveau travail considérable pour les entrepri
actuel. Dans l’industrie agroalimen- ses du bâtiment, et tout particulière
taire, l’activité devrait encore pro ment pour les électriciens, les
gresser tant dans l’industrie des charpentiers et les couvreurs. Mis à
viandes que dans l’industrie du lait. part l’artisanat du bâtiment où l’activi Artisanat
Dans l’industrie des biens de con- té est particulièrement vive, l’ensem
sommation, les prévisions sont ble de l’artisanat continue de
nuancées pour les prochains mois. bénéficier de la reprise et prévoit
Une baisse d’activité est attendue d’embaucher et d’accroître son effort
dans l’édition imprimerie. La pharma d’investissement. Construction
. . . . . . . . . CENT POUR CENT . . BASSE NORMANDIE n° 7. 0 . . . . . . . . . . .conséquence : le commerce de détail a chiffre d’affaires au troisième trimestre d’année, le transport routier aurait bé
créé près de 700 emplois supplémentai par rapport au trimestre précédent) et néficié au quatrième trimestre d’une
res entre juillet 1998 et juin 1999. Le plus encore dans les supermarchés demande anticipative des entreprises
commerce de détail spécialisé, qui a été(+ 1,7 %). Le commerce automobile a liée à la crainte du bogue de l’an 2000.
très dynamique au premier semestre delui aussi connu une nouvelle progres Dans les services, l’ac ivitt é a poursuivi
1999, a connu une baisse modérée de sion de son activité au troisième trimes sa croissance au troisième trimestre.
son activité au troisième trimestre dans tre, sensiblement supérieure à celle Elle s’est toutefois montréelus v p igou-
l’équipement de la personne (habille observée traditionnellement lors de la reuse dans les services aux entreprises
ment, chaussure...) et l’aménagement sortie des nouveaux modèles. que dans les services aux particuliers.
de l’habitat (quincaillerie, bricolage...). D’ailleurs, d’octobre 1998 à septembre Sollicitées par le passage à l’an 2000,
L’activité y reste toutefois à un niveau 1999, les immatriculations de véhicu les activités informatiques ont connu
supérieur à ce qu’il avait pu connaîtreles neufs ont augmenté de 15 % par un nouveau pic d’ac ivitt é, se traduisant
au cours des cinq dernières années. Lerapport aux douze mois précédents. par un accroissement de leur chiffre
commerce alimentaire spécialisé, dont d’affaires de 3,5 % par rapp ort au tri-
le chiffre d’affaires a crû de 3,7 % sur Après avoir connu une progression de mestre précédent, et de 24 % si l’on
un an, semble ainsi confirmer l’inver- près de 10 % de son chiffre d’affaires compare les douze derniers mois aux
sion de tendance amorcée l’an dernier, au premier semestre, le transport rou douze précédents (+ 18 % au niveau
après plusieurs années difficiles. Dans tier de marchandises a connu un repli national). Les activités de publicité et
le commerce non spécialisé, l’activité ( 3 %) au troisième trimestre. Mais d’études de marché connaissent, quant
a continué de croître dans les hyper- cette tendance ne devrait être que pas à elles, une croissance irrégulière mais,
marchés (+ 1,4 % d’augmentation du sagère car, en plus des fêtes de fin sur un an, voient leur chiffre daffa ’ ires
. . . . . . . . CENT P . . OUR CENT . BASSE NORMANDIE n° 70. . . . . . . . . . . .croître de près de 6 %, soit à peu près services. Parallèlement, le taux de chô en fin d’année. Les indicateurs de flux
la moyenne nationale. Au total, l’em mage (au sens du BIT) est descendu endu marché du travail sont donc des plus
ploi a été dynamique dans les services dessous du seuil de 10 % et s’établissait favorables en ce début d’année 2000.
aux entreprises bien sûr, mais tout au- à 9,8 % en décembre dernier. En Basse-
Rédaction achevée le 25 février 2000
tant dans les services aux particuliers. Normandie, le taux de chômage a con
Plus de 1 000 emplois supplémentaires nu une régression de 1,2 point en un an, Alain COENON
ont été créés dans chacun de ces sec- supérieure à la baisse nationale de 0,9
teurs. Au sein des services aux particu point. Le nombre des demandeurs
liers, les activités de loisirs ont, à elles d’emploi (DEFM de catégorie 1) a ain
seules, créé plus de 500 emplois, soit si diminué dans la région de près de
un accroissement de près de 10 % des 10 000 en un an. Cette baisse du chô-
effectifs salariés. mage sur un an concerne toutes les
catégories de demandeurs d’emploi.
De juin 1998 à juin 1999, l’emploi sa Elle est cependant plus nette pour les
larié en Basse Normandie a progressé jeunes, les hommes et les chômeurs de
de 1,4 % dans le secteur marchand, longue durée. Pour sa part, l’ANPE
hors intérim et hors agriculture. C’est enregistre moins d’inscriptions nou
ainsi plus de 3 500 emplois supplémen velles et davantage de sorties pour re-
taires qui ont été créés durant cette pé-prise d’emploi. En outre, les offres
riode, dont trois sur cinq dans les d’emploi ont été en forte augmentation
. . . . . . . . CENT P . . OUR CENT . BASSE NORMANDIE n° 70. . . . . . . . . . . .LE TABLEAU DE BORD DU TROISIÈME TRIMESTRE 1999
BASSE NORMANDIE FRANCE
Valeur Évolution en % sur Évolution en % sur Valeur
trimestrielle trimestrielle
un an un trimestre un trimestre un an
Taux de chômage BIT (CVS) au 30.09.9910,3 % - 1,0 point 0,0 point - 0,2 point - 0,5 point 11,1 %
source : DRTEFP
60 901 - 10,4 - 3,6 DEFM cat. 1 (CVS) au 30.09.99 - 4,5 - 8,8 2 695 200
source : DRTEFP
+ 1,4 + 0,3 EMPLOI SALARIE (CVS) + 0,4 + 1,8
source : Insee -URSSA F
0,6 0,4 Industrie 0,2 0,3
+ 2,7 0,7 Construction + 0,1 + 0,5
+ 1,7 + 0,9 Commerce + 0,7 + 2,9
+ 3,5 + 1,2 Services + 0,5 + 2,2
1 137 4,3 1,6 CREATIONS ENTREPRISES (CVS) + 0,9 0,0 67 771
source : Insee Sirène
117 - 10,4 + 26,8 Industrie + 4,9 3,3 5 491
134 + 1,4 - 13,4 Construction + 3,2 + 1,4 8 854
377 9,2 1,4 Commerce 1,5 2,1 19 178
504 0,9 3,7 Services + 1,6 + 0,9 34 328
Base 100* CHIFFRES D’AFFAIRES (CVS) Base 100*
source : Insee DGI
116,8 + 2,7 + 2,6 Industrie du lait + 3,6 + 1,4 104,5
92,3 3,1 1,6 Industrie des viandes + 0,7 + 0,4 104,4
142,6 + 17,5 + 13,5 Industrie automobile 0,2 + 5,1 130,9
122,2 + 15,3 + 4,0 Construction + 5,4 + 10,0 114,8
115,8 + 3,4 2,7 Transports routiers de marchandises + 2,0 + 5,7 123,8
153,1 + 26,9 + 3,5 Activités informatiques + 4,9 + 14,8 155,5
102,1 + 3,7 + 0,3 Commerce alimentaire spécialisé + 0,8 + 1,7 104,9
119,6 + 8,5 + 3,7 Commerce automobile 0,7 + 2,9 124,4
116,1 + 4,6 + 1,7 Commerce en grandes surfaces + 0,1 + 4,1 120,3
1 955 + 52,9 - 19,1 LOGEMENTS COMMENCES + 28,1 + 17,8 85 251
source : DRE
1 617 + 45,1 3,1 dont individuels + 19,5 + 15,5 46 151
336 + 55,8 - 54,6 dont collectifs + 30,3,3 36 384
15 215 + 15,3 + 18,0 IMMATRICULATIONS NEUVES + 30,4 + 11,5 722 270
source : OEST
12 646 + 14,6 + 28,3 Véhicules légers + 43,0 + 12,0 629 100
2 569 + 17,8 - 15,3 Véhicules utilitaires 18,4 + 9,2 93 170
* Base 100 = moyenne des 4 trimestres 1995
QUELQUES REPERES NATIONAUX Évolution en % sur MoyenneDEFINITIONS
trimestrielle
(Informations au 30.06.1999) un trimestre un an
BIT : Bureau international du travail.
PRODUCTION INDUSTRIELLE CVS
DEFM (cat. 1) : demandeurs d’emploi en fin Industrie hors BTP + 2,1 + 2,6 111,7
de mois pour un emploi à durée indéterminée. Industrie y compris BTP + 1,9 + 2,4 108,4
Nouvelle définition hors activités réduites.
COMMERCE EXTERIEUR CVSEmploi salarié : pour la région, les variations
Exportations FAB (milliards de francs) + 7,8 + 14,7 158,2sont calculées d’après les effectifs des URS-
Importationsmilliards de francs) + 3,7 + 12,9 149,6SAF. L’emploi national est estimé trimestriel
lement par l’Insee.
INDICE DE SALAIRE HORAIRE OUVRIER + 1,3 + 2,7 102,5
CVS : corrigé des variations saisonnières.
TAUX D’EPARGNE DES MENAGES 3,1 + 2,7 15,4 %
FAB : franco à bord. (valeur CVS)
TAUX DE BASE BANCAIRE
(au 30.11.99) 6,04 %
. . . . . . . . CENT P . . OUR CENT . BASSE NORMANDIE n° 70. . . . . . . . . . . .LE TABLEAU DE BORD DES ZONES D’EMPLOI
EMPLOI SALARIÉ (secteur marchand non agricole) CHÔMAGE
DEPARTEMENTS
ET Évolution en % de l’emploi sur un an (au 30.06.1999) Evolution Taux deDEFM cat. 1ZONES D’EMPLOI en % chômage
nouvelle déf. brutEnsemble Industrie Construction Commerce Services sur un an BIT (CVS)
BASSE NORMANDIE + 1,4 + 0,1 + 3,5 + 1,0 + 3,3 59 325 - 13,9 9,8 %
Calvados + 1,3 + 0,1 + 3,0 + 0,9 + 3,8 30 752 - 11,9 10,9 %
Manche + 2,1 + 0,1 + 3,9 + 1,6 + 2,5 18 011 - 15,6 9,2 %
Orne + 0 8 + 0,3 + 3,7 + 0,3 + 3,1 10 562 - 16,4 8,6 %
Caen Bayeux + 1,2 1,0 + 1,5 + 1,4 + 3,2 23 080 - 12,1 11,1 %
Lisieux + 3,0 + 0,2 + 2,6 + 3,9 + 5,1 5 930 - 12,7 11,4 %
Vire 0,6 2,3 + 2,3 0,0 + 2,4 1 741 7,6 7,0 %
Avranches Granville + 3,8 + 3,4 + 2,2 + 3,4 + 5,8 3 470 - 16,9 7,8 %
Cherbourg + 2,5 + 1,5 + 5,7 + 2,7 + 2,2 9 229 - 15,7 11,4 %
Coutances + 0,6 4,5 + 4,1 + 3,0 + 5,0 1 846 - 11,6 8,2 %
Saint-Lô + 0,1 3,3 + 2,7 + 0,6 + 2,1 2 932 - 15,8 8,4 %
Alençon-Argentan6 1,0 + 3,9 0,6 + 2,6 4 391 - 17,2 9,8 %
L’Aigle Mortagne 1,1 2,7 + 3,0 + 1,0 0,3 3 049 - 14,3 9,8 %
Flers + 1,4 + 0,4 + 1,0 0,2 + 6,1 3 453 - 17,2 7,3 %
Sources : Emploi : Insee, Urssaf au 30.06.99 (provisoire) Chôm- age : Insee, DRTEFP au 31.12.99.
La Basse Normandie entre ruralité et croissance des villes
Construction de logements et croissance de population
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE CENT POUR CENT Basse Normandie
93, rue de Geôle Directeur de la publicatio :n Michel DEROIN THEVENIN
14052 CAEN CEDEX 4 Rédacteur en Che :f Pascal CAPITAINE
Tél. : 02.31.15.11.00 Fax : 02.31.15.11.01 Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Bureau d’information : Tél. : 02.31.15.11.11 Composition PAO : Françoise L EROND
Directeur : Michel DEROIN THEVENIN Abonnements : Nadine SAUVAGE -Tél. : 02.31.15.11.02
Administration des ressources : Marie Hélène GAY Prix de vente : le numéro : 15 F (2,2e9)
Informatique : Gérard VALENTIN Abonnement un an (15 numéros) :
Service statistique : Laurent BARBET France : 150 F (22,87d )
Service études et diffusio :n Stéphane DELAVELLE Etranger : 187 F (28,5e1 )
Attachée de presse : Joëlle MARIE - Tél. : 02.31.15.11.24 Reste du monde : 202 F (30,79d )
ISSN 1267-2769 Dépôt légal : mars 2000 Code SAGE : Cent%7070 INSEE 2000
ª