Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

réation
d’entreprises
Construction et
services aux entreprises
échappent à la grisaille
La Bretagne se situe au huitième nombre des créations s’est
rang des régions pour le total amenuisé.
des entreprises créées, au qua-
trième pour les créations par
reprise. Stagnation
des créations « pures »
Après avoir augmenté de 3 %
en 1999, le nombre des créa-
Les créations stricto sensu appe-tions d’entreprises a chuté en
lées créations pures stagnent2000 retombant au niveau de
alors qu’elles augmentent de1998 ce qui contraste avec la
+4,2 % France entière, cellesprogression nationale (+1,2 %
par réactivation diminuent deFrance entière, +0,5 % hors Ile-
-4,5 % (-4,3 % France entière)de-France). La Bretagne ne
tandis que les créations par re-constitue cependant pas une
prise chutent de -9,5 % (-3,5 %exception : stagnation ou dimi-
Au cours de l’année France entière). La part de cesnution des créations d’entrepri-
dernières dans les créations2000, 10 627 ses concernent la moitié des ré-
n’est que de 22,3 % contregions. Mais la baisse est forte enentreprises ont été
23,8 % en 1999 (et 15,3 %Bretagne, puisque seule la
créées en Bretagne. France entière). A contrario lesHaute-Normandie fait moins
créations pures représententIl s’agit de créations (-3,8 %).
54,7 % des créations, propor-pures pour 5 813
tion atteinte qu’en 1990, maisDeux des quatre départements
d’entre elles. qui reste très en deçà du niveaubretons, le Finistère (-6,5 %) et
national (65,0 %). La part desAu total, on enregistre surtout le Morbihan (-9,4 %)
créations par réactivation est as-sont affectés par la diminutionune baisse de 3,3 %
sez stable : 23,0 %.des créations d’entreprises.
par rapport à 1999. Dans les Côtes-d’Armor et
La construction enregistre uneLe nombre des créations l’Ille-et-Vilaine au contraire, el-
progression des créations tota-les progressent respectivementest plus élevé dans
les de +8,2 % proche de cellede +1,3 et +2,8 %, mais uni-
le secteur de de 1999 mais sensiblementquement au sein des zones
moindre qu’au plan nationalla construction et d’emploi de Dinan, Lannion et
(+14,5 %). L’an dernier, deRennes. Partout ailleurs, leles services.
30 Octant n°85 - Avril 2001 Bilan économique 2000Création d’entreprises
1998 à 1999, la progression en baisse sur l’année 2000, tan- Les concepts de création
avait été plus rapide en Bre- dis que les reprises augmentent
tagne (+8,1 % contre 5,0 % de +2,8 %. Les créations pures,
Les données sur les créations d’entreprises sont issuesFrance entière). dominantes dans le secteur,
du répertoire SIRENE géré par l’INSEE.augmentent de +14,4 % après
Dans les industries manufactu- +11,8 % pour l’année 1999, re-
Le champ d’observation économique des créationsrières comme dans le com- flétant pour une part la réponse
d’entreprises est restreint au champ dit ICS qui com-merce, la diminution des créa- individuelle à une recherche
prend les secteurs de l’industrie, de la construction, dutions d’entreprises en 2000, d’emploi et la bonne santé de
commerce et des services hors services financiers, etsurvient après un tassement ob- ce secteur. Un constat similaire
par référence à la nomenclature d’activités françaiseservé en 1999 : -10,1 % après peut être fait à propos des créa-
(NAF).–0,9 % pour l’industrie manu- tions d’entreprises du secteur
facturière, -8,6 % après-0,5% des services aux entreprises où
Le concept de création d’entreprises recouvre trois réa-pour le commerce. Dans ces les créations pures progressent
lités :deux secteurs, la diminution de +10,6 %.
- la création pure (ou nouvelle) résulte de la créationdes créations également ob-
d’une unité de production jusqu’alors inexistante ou deservée France entière pour Dans le commerce, les créa-
la prise d’activité d’une unité inscrite qui n’en exerçaitl’année 2000 (respectivement tions pures, mode privilégié de
aucune-3,6 % et -5,6 %) est moindre création d’entreprise, sont en
- la reprise se produit quand une unité, nouvelle ouqu’au niveau régional. diminution (-10,7 %), tout
n’ayant jamais exercé d’activitééconomique, reprendcomme les réactivations mais
des moyens de production déjà exploités par une autrePour l’agroalimentaire et pour dans une mesure moindre
unité (achat, prise en location-gérance...)les services, la réduction des (-1,5 %), et surtout les reprises
- la réactivation est le fait d’une unité inscrite au réper-créations en 2000, fait suite à (-11,8 %).
toire qui reprend son activité aprèsl’avoir cessée. Ceune augmentation en 1999 :
mouvement ne concerne que les personnes physiquesrespectivement -11,4 % % et Enfin dans l’hôtellerie-café-res-
(artisans, commerçants, professions libérales).-1,7 % après +4,5 et +4,1 %. tauration, les créations pures
Lorsqu’il est fait mention de créations d’entreprises,De plus alors qu’elles dimi- augmentent de +6,9 %, tandis
sans autre précision, il s’agit des créations totales, soitnuent en Bretagne, les créations que les réactivations diminuent
la somme des créations pures, des reprises et desd’entreprises dans les services de –3,4 % et les reprises chutent
réactivations.s’accroissent de 2,4 % France fortement (-12,8 %) : ces der-
entière. nières ne représentent plus que
55,4 % des créations contre
Au sein des services eux-mêmes 58,7 % l’an dernier.
les évolutions sont assez large-
ment différenciées dans la ré- Jean-Paul FAUDEL
gion. Les créations d’entreprises
augmentent de 6,2 % dans les
services aux entreprises, elles
diminuent au contraire de
-7,6 % dans le secteur hôtel-
lerie-café-restauration et moins
fortement dans les services aux
ménages (-1,8 %).
Selon le secteur considéré,le
mode de création privilégié est
différent et la contribution de
chaque mode est évolutive dans
le temps. Ainsi dans la cons-
truction, les réactivations sont
Les créations d’entreprises par secteur d’activité et par type de création
1999 2000
Secteur d’activité
pures reprises réactivations total pures reprises réactivations total
Industrie agro-alimentaire 133 190 142 113 172 127465 412
boulangerie, boulangerie-patisserie* 70 140 111 321 58 133 105 296
Industrie (hors IAA) 378 105 110 593 345 89 99 533
Construction 1 017889 179 320 1 338 184 301 1 502
Commerce-réparation 1 557 3 080 1 390 2 815727 796 641 784
Services 2 849 1 415 1 194 2 948 1 281 1 1365 458 5 365
dont : transport 162 53 46 261 151 51 35 237
hôtel-café-restaurant 1 049 505 1 787 249 488 1 652233 915
services aux entreprises 1 217 95 276 1 346 88 2531 588 1 687
services aux ménages 1 237 218 367 1 822 1 202 227 360 1 789
Total Bretagne 5 806 2 616 2 562 10 984 5 813 2 367 2 447 10 627
* : également cuisson de produits de boulangerie
Source : INSEE - Sirène - champ ICS
Bilan économique 2000 Octant n°85 - Avril 2001 31
n

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin