Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Créations d'entreprises : Créer une entreprise, c'est créer son propre emploi

De
2 pages

A La Réunion, un grand nombre d'entreprises sont créées chaque année. La plupart des créateurs se lance avec peu de moyens. La perspective de «s'en sortir» en créant son propre emploi explique que beaucoup aient tenté leur chance, souvent seuls.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Signaler un abus

économie
Création d’entreprises
Créer une entreprise, c’est
À La Réunion, un grand nombre d’entreprises sont créées chaque
année. La plupart des créateurs se lance avec peu de moyens. La
perspective de “s’en sortir” en créant son propre emploi explique
que beaucoup aient tenté leur chance, souvent seuls.
ntre 4 000 et 5 000 entreprises
Répartition des créateurs selonL’enquête sont créées chaque année à La
la situation préalable et le sexeERéunion depuis l’année 2000. Il
%Le dispositif d’enquêtes SINE (Système
s’agit principalement d’entreprises indivi- 45d’Informations sur les Nouvelles
duelles, créées de toutes pièces (seule- 40
Entreprises) assure le suivi des nouvelles Hommes Femmes Ensemble
35ment 11 % correspondent à des repri-
entreprises dès la naissance et pendant
30ses). Peu d’entreprises (environ un quart)
cinq ans, grâce à trois enquêtes
25voient le jour sous la forme de sociétés.
successives, qui ont lieu l’année de la
20
création, puis trois ans et cinq ans plus Sur cette période, le secteur le plus prisé 15
tard. Il permet également de comparer 10a été le commerce avec près du tiers des
plusieurs générations de nouvelles 5créations. La construction arrive en
entreprises puisque l’interrogation porte 0seconde position avec un créateur sur Actifs InactifsChômeurs de Chômeurs desur des générations d’entreprises créées moins d'un an plus d'un ancinq. Viennent ensuite les services. Les
ou reprises en 1994, en 1998 et en Situation préalableservices aux particuliers, constitués prin-
2002. De façon à pouvoir toucher les cipalement des hôtels et restaurants, ont Source : Insee, enquête SINE 2002.
nouveaux entrepreneurs le plus tôt attiré 15 % des projets. Les services aux
possible après le montage du projet, entreprises, secteur très hétérogène puis- 44 % des créateurs d’entreprise étaient
chaque génération d’entreprises est qu’il englobe des activités aussi diverses d’anciens chômeurs.
représentée par les seules créations du que le nettoyage ou le conseil ont attiré
premier semestre de l’année. 12 % des projets. Enfin, les services de Les créateurs d’entreprises sont nette-
l’éducation, santé et action sociale ontL’article est le fruit de l’étude des ment plus diplômés que la population
capté 10 % du total. Très peu de projetsrésultats de l’enquête menée auprès des dans son ensemble. Les détenteurs du
se sont orientés vers les services immo-entreprises créées ou reprises au premier bac et les diplomés du supérieur consti-
biliers, l’industrie et les transports.semestre 2002. La seconde vague de tuent un peu moins de la moitié des
l’enquête SINE 2002 a eu lieu en 2005 créateurs contre un peu moins d’une per-
et la dernière aura lieu en 2007. Une sonne sur cinq dans la population de plusHomme 37 ans cherche
nouvelle génération d’entreprises sera de 15 ans. Tandis que 60 % des plus de
à créer commercequant à elle interrogée en 2006. 15 ans ne possédaient aucun diplôme,
seulement 20 % des créateurs étaient
Une enquête suit les nouvelles entrepri- dans cette situation.
ses pendant cinq ans. Sa dernière vague
concerne les entreprises créées au pre-
S’en sortir seul, en créantmier semestre 2002. Parmi les créateurs,
trois sur quatre sont des hommes. Les son propre emploi
femmes sont moins présentes dans la
création d’entreprise que dans la popula- La création d’entreprises est surtout
tion active (26 % au lieu de 43 % en impulsée par des chômeurs. Presque un
2002). Parmi elles, deux sur cinq ont créateur sur deux (44 %) était au chô-
créé une entreprise de commerce. Les mage avant de créer son entreprise et
hommes se sont surtout orientés vers le 15 % percevaient des minima sociaux
commerce et le BTP. Ces deux secteurs (RMI ou ASS). Les inactifs se sont
ont attiré à eux deux la moitié des créa- quant à eux peu impliqués dans l’aven-
teurs masculins, à hauteur de 25 % cha- ture : ils représentaient 17 % des créa-
cun. teurs contre 30 % de la population totale.
Créer son entreprise c’est créer sonL’âge moyen des créateurs est 36 ans,
propre emploi : 55 % des créateurs ont37 pour les hommes et 34 pour les fem-
déclaré avoir créé pour assurer leur propremes. Les moins de 25 ans et les plus de
emploi et 10 % des créateurs-chômeurs50 ans se lancent rarement dans cette
ont même été jusqu’à déclarer s’êtreaventure.
économie mars 20064
DELAREUNIONéconomie
créer son propre emploi
avoir travaillé plus
Répartition des entreprises créées en 2002
de trois ans dans le
selon les montants investis au départ Le champ d’étudemétier concerné.%
30
Le champ retenu pour l’article est celuiCréer est souventHommesFemmes
25 des entreprises produisant des biens etune démarche soli-
des services destinés à être vendus. C’esttaire. La majorité des
20
le champ “ICS” : industrie, commerce,projets a été montée
services. Ce champ est plus restreint que15 par une seule per-
celui observé dans le répertoire SIRENE.sonne. Un tiers a été
10 Il ne couvre pas le secteur primaire et lesaccompagné par un
activités financières. En sont égalementmembre de la famille5
exclus les établissements qui relèvent du(conjoint ou autre).
0 secteur public ou d’organismes privés,Seulement un nou-
moins de 80 000€2 000€ à 4 000€ à 8 000€ à 16 000€ à 40 000€ à ainsi que certaines sociétés civiles.2 000€ moins de moins de moins de moins de moins de ou plus veau chef d’entre-
4 000€ 8 000€ 16 000€ 40 000€ 80 000€ L’échantillon représente environ 1 700prise sur dix a béné-
entreprises.ficié du soutien d’un
Source : Insee, enquête SINE 2002.
organisme spéciali- Sont aussi exclues du champ d’étude les
sé. La moitié desLes montants investis sont modestes. entreprises qui ont subi une
créateurs a déclaré transformation juridique qui ne sont pas
avoir reçu les conseils les plus utiles desentis obligés de créer. Conjointement, à proprement parler de nouvelles
professionnels (entourage, conseillers oupour presque les trois quarts d’entre eux, entreprises et les filiales pour lesquelles
organismes), un tiers de l’entourage fami-la motivation première était la volonté on ne peut pas parler de profil du
lial et un tiers n’avoir bénéficié d’aucund’indépendance. Si 45 % des créateurs créateur puisqu’elles ont été créées par
conseil. Sept créateurs sur dix n’ont reçuvoulaient développer l’entreprise en ter- des personnes morales. Après déduction
aucune formation particulière pour réali-mes d’emploi et d’investissement, seule- de ces entreprises, le champ sur lequel
ser leur projet et seulement un sur dix enment un quart des nouveaux entrepre- est basé notre étude représente près de
ont suivi une à leur demande.neurs ont mis en oeuvre une idée nou- 1 300 entreprises.
velle à travers leur projet.
Des moyens souvent faibles
La majorité des créateurs ont déclaré
avoir un entrepreneur dans leur entou- Un quart des créateurs démarrent avec Bibliographie
rage mais les deux tiers n’avaient jamais moins de 2 000 et quatre sur dix avec
franchi le pas. Une fois sur deux, le “Créations et créateurs d’entreprises : de 4 000 . Seulement 12 % des
créateur s’est engagé dans une voie qu’il enquête SINE, profil du créateur 2002”créateurs parviennent à mobiliser plus de
connaissait bien en choisissant une acti- - INSEE Résultats (Cédérom inclus) -40 000 pour réaliser leur projet. Dans
Économie n° 16 – Août 2004, INSEE.vité identique au principal métier qu’il a 80 % des cas, les entrepreneurs ont utili-
exercé. Dans ce cas, la grande majorité sé leurs ressources personnelles et une Disponible sur internet :
(86 %) des entrepreneurs ont déclaré fois sur deux le projet est http://www.insee.fr/fr/rfc/docs_rfc/
financé à 100 % par les res- Ireco016.pdfTypes d’aides reçues par les créateurs
sources propres du créateur.
“Les créations d’entreprises”
Part des bénéf. de Un peu plus d’un tiers des consultable sur insee.fr, rubrique
l'aide sur le total
Type d'aide entreprises a bénéficié d’aides parité femmes-hommes à La Réunion.des créateurs
publiques à la création. Il s’agitaidés (%)
essentiellement d’une aide aux
Aides aux Chômeurs Créateurs ou
55 chômeurs-créateurs : 62 % des
Repreneurs d'Entreprises (ACCRE) L’auteurcréateurs aidés étaient d’anciens
Encouragement au Développement chômeurs. Ces aides sont prin-
13 Xavier LAVAUX était volontaire civil ded'Entreprises Nouvelles (EDEN) cipalement perçues sous forme
l’aide technique de la direction régionale
d’exonérations de charges
de l’Insee au moment de la rédaction dePrêt à la création d'entreprises (PCE) 12
sociales ou de taxe profession-
cet article.
nelle. Ainsi l’ACCRE (aide au
Aides ou exonérations locales ou
40 chômeurs créateurs ou repre-
régionales
neurs d’entreprise) consiste en
une exonération des charges
Source : Insee, enquête SINE 2002
sociales pendant un an.
NB : Le total est supérieur à 100 puisque certains indi-
vidus ont pu cumuler plusieurs aides. Xavier LAVAUX
économiemars 2006 5
DELAREUNION

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin