La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Créer son entreprise...
et la faire survivre
Pour analyser le succès de la créa- des taux de survie inférieurs au taux fran-
Les créations d'entre- tion d'entreprises et en tirer des çais, malgré un taux de création important.
prises ont récemment conclusions sur un plan économi-
connu une hausse excep- que, il est nécessaire de s'inté-
Six chances sur dixresser à leur survie. En effet, seuletionnelle, plus particulière-
une entreprise qui poursuit son de survivre après cinq ansment en Limousin. C'est
activité peut se développer, con-
aussi une des régions où le solider les emplois créés et en Au premier semestre de 1998, 676 entre-
taux de survie des nouvel- générer d'autres. prises avaient été créées en Limousin. Cinq
les entreprises est le plus De fait, ce ne sont pas les régions ans après, en 2003, 392 d'entre elles étaient
où l'on crée le plus d'entreprises encore en activité, soit un pourcentage deélevé.
qui enregistrent
les meilleurs taux
de survie. Au con-Le profil des créateurs
traire, le Limou-et les conditions de démar-
sin, comme l'Au-rage sont déterminants.
vergne ou la Fran-
Dans la région, quelques che-Comté, se ca-
facteurs favorables expli- ractérise par un
faible taux dequent les chances de suc-
créations et uncès des entreprises nouvel-
bon taux de sur-lement créées.
vie. À l'inverse,
des régions com-
me l'Île-de-Fran-Le bilan pour l'emploi
ce ou Provence-
total reste toutefois très Alpes-Côte d'A-
mitigé. zur enregistrentsurvie à cinq ans de 58 %. Ce bon taux
place le Limousin en quatrième position des
régions françaises, l'Auvergne arrivant en
tête.
Pour créer, mieux vaut être
actif et diplômé
C'est la conjonction d'un certain nombre
de facteurs favorables qui va influer sur la
durée de vie de l'entreprise. Ainsi, les créa-
teurs qui possèdent déjà un travail au mo-
ment de la création réussissent mieux que
les chômeurs. On constate dix points d'écart
sur le taux de survie entre un créateur en
activité et un créateur au chômage depuis
plus d'un an.
Le niveau d'études est également un gage
de réussite : les entreprises des créateurs
détenteurs d'un diplôme d'études supérieu-
res ont moins de risque de péricliter que
celles des non diplômés. En Limousin, seu-
les 37 % des entreprises créées par des non
diplômés survivent, contre 68 % lorsque le
créateur est de niveau " bac + 3 ".
Les anciens ouvriers s'en Reprendre est plus facile
meilleur taux de survie que cel-sortent mieux que les cadres que créer ex nihilo
les en création pure. Ceci paraît
De même, le taux de survie à cinq ans est Au sein des entreprises créées, il logique si l'on considère qu'une
meilleur lorsque le créateur était aupara- faut distinguer celles qui corres- entreprise reprise dispose déjà
vant ouvrier : en Limousin, 68 entreprises pondent à l'apparition de nou- d'un certain nombre d'immobili-
sur 100 sont toujours actives cinq ans après veaux moyens de production (on sations et d'un marché… alors que
leur création lorsque l'instigateur du projet parle de créations pures), des en- dans le cas d'une création pure,
était ouvrier. Ce taux est de 61 % pour un treprises reprises ou réactivées. tout est à concevoir et à générer.
cadre et tombe à 53 % pour une personne De manière générale, les entre- Au premier semestre 1998, la part
sans activité. prises reprises affichent un des reprises dans le nombre total
de créations d'entreprises était
plus importante en Limousin que
dans l'ensemble de la France.
Cette surreprésentation des repri-
ses explique également la perfor-
mance limousine. D'ailleurs
l'Auvergne, qui affiche le
meilleur taux de survie à cinq ans
des régions françaises, est celle
qui enregistre la part la plus im-
portante de reprises dans ses créa-
tions.
Des montants
plus faibles en Limousin
Une mise de fonds importante aug-
mente généralement les chances
de s'inscrire dans la durée. En Li-
mousin, les meilleurs taux de sur-
INSEE Limousin - numéro 24 - février 2006les meilleurs taux de survie. Cependant, le
Limousin dépasse le reste du pays de qua-
tre points dans ce secteur : 26 entreprises
créées sur 36 ont survécu entre 1998 et
2003. Cette réussite n'est liée ni aux types
de création, ni aux aides publiques ; elle
dépend plutôt du niveau d'études des créa-
teurs. 40 % des entreprises pérennes de ce
secteur ont à leur tête un diplômé " bac + 3
" au moins, niveau qui correspond aux mé-
tiers médicaux et para-médicaux intermé-
diaires.
Le transport arrive en seconde position en
termes de taux de survie en Limousin, alors
qu'il ne se situe qu'en sixième position en
France. Les entreprises de ce secteur béné-
ficient d'aides publiques pour 39 % d'entre
elles, ce qui explique ce bon résultat. Tou-
tefois, le nombre de créations reste assez
vie sont obtenus pour un montant de repreneurs, plus d'entreprises faible dans ce domaine.
compris entre 15 000 et 38 000 dans le secteur de la construction. Le secteur de la construction, comme en
euros. Dans l'ensemble de la Le nouveau décret du 27 mai France, occupe la troisième place. Le taux
France, le montant idéal de la 2005 relatif à l'ACCRE (Aide au de survie en Limousin y est de 71 % contre
mise de départ est bien supé- Chômeur Créateur ou Repreneur 55 % pour la France. En fait, la part des
rieur : 76 000 euros ou plus ; plus d'une Entreprise) autorise à pro- reprises dans ce secteur est la plus élevée
cette somme augmente, plus le longer cette aide durant vingt- de toutes les régions françaises (devant
taux de survie s'élève. quatre mois. Il devrait, dans les l'Auvergne), deux fois supérieure à la
D'autre part, la constitution de années à venir, permettre d'aug- moyenne nationale. La construction est
l'entreprise sous forme de per- menter encore le taux de survie aussi le secteur qui reçoit le plus d'aides
sonne morale améliore les chan- des entreprises aidées. publiques en Limousin. Plus de la moitié
ces de survie. Le choix de la des créateurs en ont bénéficié, contre un
forme juridique de l'entreprise est tiers en France.
Quatre secteursd'ailleurs lié en partie aux mon- Les services aux entreprises ferment le
tants engagés. Ainsi, pour une per- quarté de tête, avec une assez bonne posi-se détachent
sonne morale, les sommes enga- tion dans la région (quatrième) par rapport
gées dépassent généralement à la France (septième). Comme pour laComme en général en France, le
7 500 euros. En-dessous, l'entre- santé, le diplôme joue un rôle net. En Li-secteur de l'éducation, de la santé
prise est le plus souvent assimi- mousin, 37,5 % des créateurs sont titulai-et de l'action sociale enregistre
lée à une personne physique sur
le plan juridique.
Un effet positif des aides
publiques dans la région
En Limousin, plus d'un tiers des
entreprises ont reçu des aides pu-
bliques, contre 27 % en France.
Les entreprises limousines béné-
ficiaires d'aides publiques ont
une espérance de vie plus élevée.
Ce n'est pas le cas au niveau na-
tional. En effet, seule la moitié
des entreprises ayant eu droit à
des aides publiques ont survécu,
contre 66 % en Limousin.
Le profil des créateurs aidés est
particulier en Limousin : plus de
chômeurs de longue durée, plus
INSEE Limousin - numéro 24 - février 2006res d'un diplôme de niveau dus. L'emploi salarié a progressé
Cette étude a pour source le dispositif SINE" bac + 3 " ou supérieur. de 63 % dans le cas des créations
(Système d'Information sur les Nouvelles pures, alors qu'il a diminué de
Entreprises). L’extension de ce dispositif en 31 % pour les entreprises repri-
Immobilier, Limousin est financé par la mission régio- ses.
nale pour la création et la transmission d’en-alimentaire, Les créations pures sont donc plus
treprises. Il s'agit d'un système permanentcommerce : favorables à l'emploi. Au départ
d'observation des jeunes entreprises. Il a en effet, une entreprise reprisedes difficultés
pour objectif de suivre pendant cinq ans les dispose d'un certain effectif de
entreprises nées une même année. L'ossa-À l'inverse, les secteurs des salariés. Si elle fait faillite, l'im-
ture de ce système repose sur trois enquêtesactivités immobilières, de pact sur l'emploi sera plus fort
directes par voie postale : la première in-l’alimentaire, de l'industrie que s'il s'agit d'une entreprise en
tervient dès les premiers mois de la créa-et du commerce sont des création pure employant peu de
tion d'entreprise, la seconde est réalisée ladomaines où il est plus dif- personnel.
troisième année d'existence de l'entrepriseficile de passer le cap des
et la troisième au bout de cinq ans. Seulescinq ans. Une majorité d'en-
Les survivantes doublentles créations pures et les créations par re-treprises démarre avec une
prises sont concernées par cette enquête, lesclientèle locale et de proxi- leur effectif en cinq ans
créations par réactivation ne le sont pas.mité, mais le taux de réus-
Si l'on ne prend en compte quesite est meilleur pour celles Les entreprises concernées font partie du
les entreprises pérennes, on cons-qui ont une clientèle natio- champ ICS (industrie, commerce, services).
tate qu'elles ont presque doublénale. Une minorité seule- Ce champ couvre les activités marchandes
leurs effectifs de départ : l'em-ment est en franchise, mais de l'industrie, de la construction, du com-
ploi total a progressé d'un tiersleur réussite est au rendez- merce et des services, à l'exclusion des ac-
dès les trois premières années. Lesvous. Enfin, une petite part tivités financières et de l'agriculture.
créations pures sont les principa-seulement d'entrepreneurs La seconde génération du dispositif, sur la- les pourvoyeuses de ces nouveauxont suivi une formation avant quelle repose l'analyse présentée ici, a con- emplois, mais les entreprises re-la création, pour un taux de cerné les entreprises créées en 1998, et prises qui parviennent à survivresurvie de 66 % (cette forma- réinterrogées en 2001 et 2003. enregistrent également une évo-tion est obligatoire pour per-
lution positive. En effet, les per-cevoir des aides).
tes d'emploi lors d'une repriseQuel bilan
peuvent être " temporaires " : aupour l'emploi total ?
moment de la reprise, il peut y
Les entreprises créées au premier avoir un ajustement des effectifs,
semestre 1998 représentaient, à qui peut être rattrapé une fois que
cette date, 1390 emplois. Parmi l'entreprise atteint sa vitesse de
50, avenue Garibaldi ces entreprises nouvelles, celles croisière.
87031 Limoges cedex qui ont survécu ont créé 370 em-
Tél 05 55 45 20 07 plois supplémentaires en cinq
Fax 05 55 45 20 01 La survie,ans ; mais celles qui ont cessé
leur activité ont entraîné la dis- un enjeu pour l'emploiInformations statistiques 08 25 88 94 52
Abonnements 05 55 45 21 31 parition de 630 emplois. Au final,
Contact presse 05 55 45 20 58 De 1999 à 2003, les emplois desle bilan pour l'emploi total est né-
entreprises survivantes n'ont pasgatif : -260 emplois. Les créations
suffi à compenser les pertes d'ef-d'emploi sont donc loin de com-
www.insee.fr fectifs dues aux défaillances. Lepenser les pertes.
succès de la création d'entrepri-Si l'on ne tient compte que deDirecteur de la publication Michel Deroin-Thévenin
ses en Limousin ne doit donc pasRédacteur en chef Yann Leurs l'emploi salarié, le bilan est lé-
Mise en forme Isabelle Bonneau masquer que leur survie reste legèrement positif : on enregistre
Impression Lavauzelle Graphic principal enjeu pour que l'emploiun solde de 56 emplois entre les
Maquette iti communication se développe.emplois créés et les emplois per-
Prix 2,50 €
Dépôt légal : février 2006
Code SAGE : FOC062424
ISSN : 1765-4475 Nathalie Garçon,
Copyright - INSEE 2006
avec la collaboration de
Limousin Expansion
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
du fichier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes. »