Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Arsène Stoupnitzky - article ; n°2 ; vol.3, pg 328-329

De
3 pages
Revue internationale de droit comparé - Année 1951 - Volume 3 - Numéro 2 - Pages 328-329
2 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Arsène Stoupnitzky
In: Revue internationale de droit comparé. Vol. 3 N°2, Avril-juin 1951. pp. 328-329.
Citer ce document / Cite this document :
Arsène Stoupnitzky. In: Revue internationale de droit comparé. Vol. 3 N°2, Avril-juin 1951. pp. 328-329.
doi : 10.3406/ridc.1951.6374
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_1951_num_3_2_6374328 BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ DE LÉGISLATION COMPAREE
II a publié de très nombreux articles, des notices et des éloges funè
bres. Il a également prononcé en France et à l'étranger un très grand
nombre de conférences, toujours avec un succès marqué. La plupart de
ses travaux sont cependant restés à l'état de manuscrits ou même de sim
ples notes qui ne permettent pas toujours de les reconstituer. Comme avoc
at, il s'était préoccupé particulièrement du respect des droits de la
défense, de l'avenir des jeunes avocats comme de la protection de ses
vieux confrères. Il avait porté un intérêt attentif à l'organisation de la
prévoyance et même aux questions fiscales intéressant les membres du
Barreau. Sa participation aux Congrès de l'Association Nationale des
Avocats avait été toujours particulièrement utile.
L'essentiel de son œuvre scientifique et pour ainsi dire sa spécialisa
tion naturelle réside cependant dans les travaux tout à fait originaux
qu'il a consacrés à Jean Bodin. En 1935, il avait professé à l'Académie
de La Haye un cours sur la place de Jean Bodin parmi les fondateurs du
droit international. On lui doit encore des études ou des conférences sur
Jean Bodin et Pierre Ayrault, angevins (1943), sur Machiavel et Jean Bodin
(1943), sur Jean Bodin et l'esclavage (1945). Enfin, en 1949, dans la série
des conférences organisées par l'Institut de Droit comparé pour célébrer
le bi-centenaire de L'Esprit des Lois, il avait présenté une conférence très
remarquée intitulée : De Bodin à Monlesquiau.
Une bonne part de ses travaux restera vraisemblablement inédite ;
mais il n'est que juste de souligner ici la diversité de son talent et de rap
peler les succès que le bâtonnier André Gardot a remportés tout natu
rellement devant les auditoires les plus divers.
! * )
Arsène STOÜPNITZKY
Avec Arsène Stoupnitzky la Société de Législation comparée a perdu
l'un de ses amis les plus sûrs et de ses appuis les plus fermes. Il était
membre du Conseil de direction de notre Société depuis plusieurs années
déjà et tout le désignait pour cette tâche.
Arsène Stoupnitzky était né à Minsk (Russie) en 1893. Il a fait ses
études au lycée de Mohilev, puis à la Faculté de droit de l'Université de
Leningrad. Engagé volontaire pendant la première guerre mondiale, il
avait servi dans l'armée russe en qualité de lieutenant d'artillerie et avait
reçu plusieurs distinctions militaires.
C'est en 1921 qu'il arriva en France et aussitôt, avec beaucoup de
courage et de ténacité, il y reprit ses études. Il devait obtenir ainsi le
diplôme de l'Ecole libre de sciences politiques et le Doctorat en droit
avec une thèse remarquable sur le Statut international, de l'U.R.S.S. Etat
commerçant. Cette thèse lui valut d'ailleurs un prix de la Faculté de
droit de Paris.
Arsène Stoupnitzky se spécialisa dès lors dans l'étude des questions
juridiques concernant l'U.R.S.S. Peu après la création de l'Institut de
Droit comparé de l'Université de Paris, il fut chargé de conférences et
travaux pratiques de terminologie juridique russe. De très nombreux
juristes et de nombreux Centres d'études juridiques prirent l'habitude BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ DE LÉGISLATION COMPARÉE 329
de lui demander conseil afin d'orienter leurs propres recherches dans le
domaine du droit soviétique. En 1934, Arsène Stoupnitzkv fut chargé du
secrétariat de la Revue critique de droit international et en 1935 il fut
nommé secrétaire du Bulletin du Comité français de droit international
privé. En 1938, il fut appelé à donner des conférences à l'Institut des
Hautes études internationales de l'Université de Paris et cet Institut le
choisit peu après en qualité de secrétaire général. A la veille de la guerre,
il prit une part active à l'enquête entreprise sous la direction de Sir J. Hope
Simpson sur les réfugiés et fut amené ainsi à parcourir de nombreux
pays de l'Europe du nord et de l'Europe centrale.
Arsène Stoupnitzkv devait jouer un rôle de premier plan dans la Sec
tion économique de l'Institut de droit comparé créée à la veille de la
guerre, II fut pendant plusieurs années la cheville ouvrière de cette Sec
tion et c'est lui, en particulier, qui organisa les travaux de l'enquête entre
prise sur les cadres juridiques du commerce international. Aussi fut-il
désigné après la guerre comme co-directeur de cette Section économique.
En 1944, Arsène Stoupnitzky figura parmi les promoteurs et les ani
mateurs du Centre d'études de l'U.R.S.S.S. créé auprès de l'Ecole libre
de sciences politiques et maintenu ensuite à l'Institut d'études politiques.
De 1945 à 1951 dans un cycle de cours sur l'U.R.S.S., il fut chargé de ceux
concernant La politique commerciale et le droit conventionnel de
VU.R.S.S., L'étude juridique de VEtat soviétique, de la Constitution sovié
tique et du Fédéralisme soviétique. Après la dernière guerre il fît égale
ment à l'Institut des Hautes études internationales des cours remarqués
sur Les conflits relatifs aux paiements internationaux. Au moment de sa
mort il préparait depuis quelques années déjà un ouvrage important sur
le commerce international.
En dehors de ses travaux de recherches scientifiques et de ses études
juridiques, Arsène Stoupnitzky avait consacré une grande partie de son
activité au journal Les Nouvelles russes dont il avait été le fondateur et
dont il était devenu le rédacteur en chef. Très au courant de toutes les
questions intéressant les réfugiés russes, il avait participé aux travaux
de l'Office Nansen. Il s'était efforcé de garder le contact avec ses anciens
compatriotes et il avait déployé de grands efforts en faveur d'une meilleure
compréhension entre l'U.R.S.S. et les pays de l'Europe occidentale, et
particulièrement la France.
On ne saurait énumérer ici tous les travaux publiés par Arsène Stoupn
itzky. On compte de lui plus de 400 articles en langue russe sur la Société
des Nations, la politique de l'U.R.S.S., le commerce extérieur soviétique
et la situation des étrangers en France. Il avait également publié de très
nombreuses études dans les principales revues juridiques françaises,
notamment la Revue critique de droit international, le Bulletin de la
Société de Législation comparée, la Revu» de science criminelle et de droit
pénal comparé. Il avait également participé, en ce qui concerne le
soviétique, à la plupart des ouvrages collectifs publiés par l'Institut de
droit comparé de l'Université de Paris. Il était très dévoué aux deux gran
des Institutions de droit comparé de Paris, l'Institut de droit comparé et
la Société de Législation comparée. On ne faisait jamais appel en vain à sa
coopération et il a sans cesse été pour ces deux Institutions de très bon
conseil. Modeste, dévoué, il était de ceux sur lesquels on savait pouvoir
compter et qui s'attachent profondément aux tâches qu'ils ont entrepris
es. La Société de Législation comparée, comme l'Institut de droit comp
aré, lui doivent une reconnaissance particulière.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin