Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La langue en héritage : réflexions sur l’uniformisation des droits en Europe - article ; n°4 ; vol.58, pg 1231-1247

De
17 pages
Revue internationale de droit comparé - Année 2006 - Volume 58 - Numéro 4 - Pages 1231-1247
L’interaction voulue des droits en Europe passe par une interaction forcée des langues. Or, l’éventuelle ignorance des enjeux linguistiques par les tenants de l’uniformisation des droits ne peut qu’interpeller le traductologue. Vu les postulats épistémiques qui sont les siens, ce dernier est toutefois conduit à réagir d’une manière que les juristes percevront d’emblée comme subversive. Le traductologue, sensible au fait que le droit est porté par la langue, explique comment les juristes ne prennent la mesure ni de la durabilité de la langue ni de son éphémérité. Pour ces deux raisons, certes paradoxales, le traductologue fait observer que les juristes sous-estiment l’impact de la langue sur le processus d’uniformisation des droits. Indubitablement, la réaction du traductologue au projet d’uniformisation s’éloigne de l’image traditionnelle du traducteur, soit celle d’un serviteur ou médiateur. Mais le traducteur est trop longtemps demeuré invisible et doit maintenant se montrer disposé à critiquer les textes normatifs qui impliquent une diversité linguistique tout en considérant comme acquise l’univocité de sens. Par son travail, le traductologue fait valoir les immenses mérites de l’interdisciplinarité, qui seule permet une meilleure compréhension des implications de l’uniformisation des droits.
The willed interaction of laws in Europe entails an interaction of languages. Yet, the defenders of uniformization of laws may ignore the linguistic stakes in a way that can only summon the traductologist. Given his epistemic assumptions, the latter is however led to react in a way that lawyers will readily find subversive. Sensitive to the fact that law is carried by language, the traductologist explains how lawyers account neither for language’s persistence nor for its transience. For these two admittedly paradoxical reasons, the traductologist argues that lawyers underestimate the impact of language on the process of uniformization of laws. Undoubtedly, the traductologist’s reaction to the uniformization agenda stands in contrast to the translator’s traditional image, which is that of a servant or mediator. But the translator has been invisible long enough and should now be disposed to criticize those normative texts that imply a linguistic diversity and yet postulate the univocity of meaning. Through his work, the traductologist emphasizes the immense value of interdisciplinarity, which alone permits a more sensitive understanding of the implications of uniformization of law.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins
R.I.D.C. 4-2006
    LA LANGUE EN HÉRITAGE : RÉFLEXIONS SUR LUNIFORMISATION DES DROITS EN EUROPE     Simone GLANERT ∗∗       Linteraction voulue des droits en Europe passe par une interaction forcée des langues. Or, léventuelle ignorance des enjeux linguistiques par les tenants de luniformisation des droits ne peut quinterpeller le traductologue. Vu les postulats épistémiques qui sont les siens, ce dernier est toutefois conduit à réagir dune manière que les juristes percevront demblée comme subversive. Le traductologue, sensible au fait que le droit est porté par la langue, explique comment les juristes ne prennent la mesure ni de la durabilité  de la langue ni de son éphémérité . Pour ces deux raisons, certes paradoxales, le traductologue fait observer que les juristes sous-estiment limpact de la langue sur le processus duniformisation des droits. Indubitablement, la réaction du traductologue au projet duniformisation séloigne de limage traditionnelle du traducteur, soit celle dun serviteur ou médiateur. Mais le traducteur est trop longtemps demeuré invisible et doit maintenant se montrer disposé à critiquer les textes normatifs qui impliquent une diversité linguistique tout en considérant comme acquise lunivocité de sens. Par son travail, le traductologue fait valoir les immenses mérites de linterdisciplinarité, qui seule permet une meilleure compréhension des implications de luniformisation des droits.                                                   Cette réflexion a fait lobjet dune présentation lors de colloques de traductologues à lUniversité de Montréal (7-9 avr. 2005) et à la Graduate School of Interpretation and Translation in the Institute of International Studies à Monterey, Californie (9-11 sept. 2005). À loccasion de son cinquantième anniversaire, la revue  Meta : journal des traducteurs a assuré en décembre 2005 la publication sur cédérom dune première version de ce texte à lintention dun lectorat de traductologues. Il a paru utile de reprendre ici ce travail, légèrement remanié, afin den communiquer la teneur aux juristes francophones. Je tiens à remercier tout particulièrement Pierre Legrand, professeur à lUniversité Panthéon-Sorbonne (Paris I), qui a bien voulu accompagner les différentes étapes de cette recherche dont il a demblée encouragé les inflexions interdisciplinaires et critiques. Il va sans dire que les idées que jexprime dans cet article nengagent que ma seule responsabilité. Sauf indication contraire, les traductions sont miennes.  ∗∗ Rudolf B. Schlesinger Fellow, Cornell Law School.