Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Emploi en Champagne-Ardenne : l'intérim recrute moins

De
4 pages
Après avoir augmenté entre 1996 et 2000, le travail intérimaire a subi un coup d'arrêt en 2001. Ce retournement s'est confirmé en 2002 en Champagne-Ardenne où l'intérim équivaut désormais à 12 700 emplois à temps plein contre 13 000 deux ans auparavant. Dans la région, comme en métropole, la durée moyenne d'une mission tend à diminuer, passant ainsi sous la barre des deux semaines. L'industrie demeure le principal secteur utilisateur de travailleurs intérimaires. Cependant, entre 2001 et 2002, les établissements industriels de la région ont perdu 10 200 contrats. A l'inverse, les services en ont gagné 11 700 et sont les seuls à créer des emplois temporaires. Avec 72% du volume total, le travail intérimaire reste encore ouvrier. Toutefois entre 2001 et 2002, mille emplois équivalents temps plein ouvriers ont disparu en Champagne-Ardenne. Quant aux cadres, s'ils sont encore peu concernés par cette forme d'emploi, leur nombre ne cesse de croître. Leur part dans le volume total atteint 4,8% dans la région en 2002 contre 4% en 2001. L'activité intérimaire demeure majoritairement masculine : 39 000 hommes contre 18 000 femmes. Mais le travail intérimaire féminin progresse tant en nombre d'intérimaires qu'en nombre de missions effectuées. Les femmes sont plus souvent recrutées sur des postes du tertiaire, ce secteur étant commanditaire de missions plus courtes. En moyenne, les missions des femmes durent 1,7 semaine tandis que celle des hommes est de 2 semaines. Les intérimaires sont en moyenne plutôt jeunes : plus de la moitié des personnes ayant effectué au moins une mission d'intérim dans l'année 2002 sont âgées de moins de 26 ans.
Voir plus Voir moins
Emploi en ChampagneArdenne L‘intérim recrute moins
E n 2002, l’intérim en ChampagneArdenne a cessé de pro gresser, perdant ainsi de son importance dans l’emploi sala rié. Après avoir augmenté entre 1996 et 2000, le travail intérimaire a subi un coup d’arrêt en 2001. Avec 296 200 contrats en 2002, les établissements champardennais ont sensiblement conclu le même nombre de contrats que l’année précédente (0,5% en un an). En volume, la baisse est plus sensible, l’intérim ayant représenté, tous secteurs confondus, un peu moins de 12 700 emplois à temps plein, soit 6,6% de moins qu’en 2001. L’industrie demeure le principal secteur utilisateur de travail leurs intérimaires. La part des contrats conclus, environ cinq sur neuf (près de 5 sur 7 dans les Ardennes), est d’ailleurs net tement supérieure à la moyenne nationale (cinq contrats sur douze). Entre 2001 et 2002, les établissements industriels de la région ont perdu 10 200 contrats. A l’inverse, les services en ont gagné 11 700 et sont les seuls à créer des emplois tem poraires. Toutefois, leur part ne représente que 22% dans la région contre 33% au niveau national. Dans la région, comme en métropole, la durée moyenne d’une mission tend à diminuer, passant ainsi sous la barre des deux semaines. Trois missions sur cinq ne dépassent pas la semaine, une sur quatre dure moins de deux jours, tandis qu’en moyenne, une sur quinze seulement s’effectue sur plus d’un mois. Ces résultats masquent toutefois des disparités géographiques importantes tenant essentiellement aux parti cularités du tissu économique de chacun des départements. Les Ardennes et la HauteMarne concluent principalement des contrats dans l’industrie et pour des missions plus lon gues. Leur durée moyenne est de 2,3 semaines. Dans l’Aube et la Marne, c’est seulement un contrat sur deux qui concerne l’industrie pour un sur quatre dans les services. Ceci explique la durée plus courte des missions dans l’Aube (2 semaines) et dans la Marne (1,6 semaine).
Nº 38 Août 2003  Prix : 2,20d
Evolution du volume de l'emploi intérimaire (en équivalentsemploi à temps plein) entre 1996 et 2002 220 200 180 160 140 120 100 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 ChampagneArdenne France Source : MESDARES, exploitation des fichiers UNEDIC des déclarations mensuelles des agences d’intérim * En base 100 en 1996
Répartition des contrats d’intérim par grands secteurs d’activité en 2002 (en %)
Services
Commerce
Construction
Industrie 0 1020 30 40 50 60 Source : MESDARES, exploitation des fichiers UNEDIC des déclarations mensuelles des agences d’intérim
INSEE Flash ChampagneArdenne
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin