//img.uscri.be/pth/b8b4e6462e2cc5ff4de3450aa761ab6c29f0160d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Hausse record des créations demplois

De
6 pages
La croissance du nombre d’emplois du secteur marchand non agricole en 2007 en Poitou-Charentes, + 2,1 %, conforte l’embellie amorcée en 2006 sur le marché de l’emploi et retrouve le niveau élevé de création de l’année 2000. Les entreprises ont ainsi créé 8 100 emplois supplémentaires, dont une majorité dans les services. Les services aux particuliers continuent leur expansion. La vigueur de la construction ne se dément pas et le commerce reste bien orienté. Les pertes industrielles sont cette année limitées. Cette croissance de l’emploi est due pour une part importante (12 %) à des emplois d’intérimaires (+ 950 en 2007). La Vienne affiche une nette reprise. Le dynamisme de la Charente-Maritime, bien qu’en léger repli, perdure. Les Deux-Sèvres confirme le redressement de 2006. Seule la Charente présente une situation de l’emploi plutôt morose, avec seulement 400 emplois créés en 4 ans.
Voir plus Voir moins

Politiques du
Commerce développement Bilan
extérieur Entreprises Chômage local et de l’emploi social
Hausse record
des créations d’emplois
En 2007, les entreprises du secteur marchand nonLa croissance du nombre
agricole du Poitou-Charentes ont créé + 8 100 emplois
d’emplois du secteur marchand supplémentaires (hors emplois des particuliers, cf. encadré), soit une
non agricole en 2007 en Poitou- progression de + 2,1 % (tableau 1). Il faut remonter à l’année
2000 pour retrouver un rythme annuel de créationCharentes, + 2,1 %, conforte
totale d’emplois plus élevé. Cette bonne performance
l’embellie amorcée en 2006 sur le fait suite et amplifie encore le dynamisme économique
marché de l’emploi et retrouve sur le marché de l’emploi retrouvé durant l’année 2006
et qui s’était soldé par un surplus de 4 200 emplois horsle niveau élevé de création
emplois des particuliers et de 5 800 emplois (+ 1,5 %)
de l’année 2000. Les entreprises avec les emplois des particuliers. La progression de
ont ainsi créé 8 100 emplois l’emploi en 2007 s’appuie néanmoins sur une forte
proportion d’emplois précaires : l’intérim crée au totalsupplémentaires, dont une
+ 950 emplois, soit 12 % de la création totale sur l’année
majorité dans les services. Les 2007 (+ 700 en 2006).
services aux particuliers continuent
La hausse reste toujours un peu plus soutenue qu’enleur expansion. La vigueur de la
moyenne en France, où l’emploi s’est renforcé de
construction ne se dément pas et + 1,9 % en 2007 après + 1,2 % en 2006. Ce bon bilan
annuel sur le front de l’emploi est le résultat d’unele commerce reste bien orienté.
évolution assez homogène tout au long de l’année, avecLes pertes industrielles sont cette
notamment une activité qui reste très vigoureuse au
année limitées. Cette croissance de quatrième trimestre avec + 0,7 % (graphique 1) alors qu’au
niveau national la vitalité s’étiole tout au long de l’annéel’emploi est due pour une part
pour finir à + 0,3 %.importante (12 %) à des emplois
d’intérimaires (+ 950 en 2007). Le secteur des services reste le plus gros créateur
d’emplois en volume (+ 4 650), soit + 2,9 % (graphique 2).La Vienne affiche une nette
Le secteur de la construction fait encore mieux que
reprise. Le dynamisme de la l’an passé avec 2 200 emplois en plus, soit une avancée
Charente-Maritime, bien qu’en de + 5,4 %. Le dynamisme de l’emploi régional est aussi
à mettre à l’actif du commerce qui affiche pour laléger repli, perdure. Les Deux-
deuxième année consécutive de bons résultats avec
Sèvres confirme le redressement 1 700 emplois en plus, soit une hausse de + 2,1 %. Les
de 2006. Seule la Charente pertes d’emploi dans l’industrie semblent être endiguées
(- 0,4 %), alors que ce secteur est encore en perte deprésente une situation de l’emploi
vitesse prononcée au niveau national : - 1,1 %.
plutôt morose, avec seulement
400 emplois créés en 4 ans.
LE DÉCLIN INDUSTRIEL MARQUE UNE PAUSE
Après cinq années de déclin continu, le recul de l’emploi
industriel semble être jugulé avec en 2007 une décrue
nette de 450 emplois (- 0,4 %). Cela apparaît comme
un moindre mal après les pertes de grande ampleur
subies en 2006 : - 2 050 emplois et surtout en 2005 :
- 2 650 emplois. De plus, cette réduction du nombre
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 200750Agriculture Industrie Construction Transports Tourisme
Variations trimestrielles (%) des effectifs salariés dans le secteur marchand non agricole
en Poitou-Charentes et en France depuis 2000 (graphique 1)

erEffectifs salariés au 1 janvier 2008 en Poitou-Charentes dans le secteur marchand non agricole
et évolution en 2007 (données provisoires) (tableau 1)
Poitou-Charentes France
Effectif salarié Variation 1-1-2008/1-1-2007 Variation
au 1-1-2008 1-1-2008/1-1-2007
Effectif % %
Industrie 100 100 -450 -0,4 -1,1
Industries agricoles et alimentaires 18 000 -300 -1,6 0,2
Industries manufacturières 77 400 -150 -0,2 -1,4
Biens de consommation 12 050 -300 -2,4 -2,8
Industrie automobile 6 500 -450 -6,5 -3,6
Industrie des biens d’équipement 25 450 750 3,0 0,1
Industrie des biens intermédiaires 33 400 -150 -0,4 -1,3
Énergie 4 700 0 0 0,1
Construction 42 600 2 200 5,4 4,2
Commerce 84 200 1 700 2,1 1,5
(1)Services 164 650 4 650 2,9 3,1
Transports 21 050 450 2,2 2,0
Services aux particuliers 54 250 1 950 3,7 4,4
Activités immobilières et financières 27 950 650 2,6 2,0
Services aux entreprises 61 400 1 600 2,7 2,9
dont services opérationnels 30 200 1 400 4,9 3,2
Ensemble 391 550 8 100 2,1 1,9
Source : Insee
(1) Hors secteurs principalement non marchands : administration, éducation, santé, action sociale
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 2007 51Politiques du
Commerce développement Bilan
extérieur Entreprises Chômage local et de l’emploi social
d’emplois ne correspond pas réellement à un ralen- marchand non agricole, est un moteur important de la
tissement de l’activité. En ajoutant le recours à l’emploi croissance économique régionale puisqu’il participe, en
intérimaire, plus fort en 2007 qu’en 2006 dans ce 2007, pour un quart aux créations nettes d’emplois
secteur, l’emploi industriel augmente en fait de + 0,4 % régionaux (+ 2 200 emplois). Le gonflement du nombre
(alors qu’en 2006 l’évolution avec ou sans emploi d’emplois dans ce secteur, de + 5,4 % en 2007, est
intérimaire est pratiquement identique : - 2,0 % sans et encore plus intense que les années précédentes
- 1,9 % avec). (+ 4,2 % et + 4,1 %), et cette année au dessus du
rythme de création France entière (+ 4,2 %), en léger
Cette meilleure santé recouvrée est à mettre principa- retrait (+ 4,4 % en 2006). Mais en comptant le recours
lement à l’actif des biens d’équipement qui affichent à l’emploi intérimaire, la hausse d’emploi est inférieure
un gain net de 750 emplois (+ 3 %), alors que quasi- d’un demi-point, ce secteur ayant eu moins recours à
ment aucun emploi supplémentaire n’a été créé dans l’intérim en 2007 qu’en 2006. Le poids du nombre de
ce secteur en France. C’est un essor deux fois plus fort salariés employés dans la construction sous ce type de
qu’en 2006, année où ce secteur a entamé un retour- contrat est, comme dans l’industrie, de l’ordre de 7 %.
nement de tendance. C’est le seul secteur industriel à
présenter une évolution positive de l’emploi, grâce à la Dans le commerce le redémarrage de l’activité amorcé
construction navale, aéronautique et ferroviaire et à en 2006 se confirme avec une avancée de + 2,1 %, supé-
l’industrie des équipements mécaniques. Dans l’indus- rieure à la moyenne nationale (+ 1,5 %). Avec 1 700
trie automobile, l’hémorragie d’emplois entamée en emplois supplémentaires, ce secteur, qui regroupe
2005 se tarit. Ce secteur perd néanmoins 450 emplois 22 % de l’emploi régional, participe pour 21 % à sa
en 2007, soit - 6,5 % après - 9,5 % et - 12,8 % les années croissance. Le poids des emplois intérimaires est faible
précédentes. Dans l’industrie des biens intermédiaires, dans le secteur du commerce (1,2 %), il a peu influé sur
comme dans celle des biens de consommation, les pertes son évolution.
continuent de se rétracter (respectivement - 0,4 % et
- 2,4 %, soit des baisses 2 à 4 fois moindres que celles
des années précédentes). LÉGER TASSEMENT DE L’EXPANSION
DES SERVICES
Les services, qui regroupent 42 % des emplois régionauxLA CONSTRUCTION S’ENVOLE ET L’ACTIVITÉ
marchands non agricoles, influent toujours très
EST SOUTENUE DANS LE COMMERCE positivement sur la hausse de l’emploi total de la région.
La construction montre une excellente vitalité depuis Ils ont créé 4 650 emplois en 2007 (+ 2,9 %). C’est un
plusieurs années. Ce secteur qui compte 42 600 emplois, rythme supérieur à celui de 2006 (+ 2,0 % hors emploi
soit 10 % de ceux du Poitou-Charentes dans le secteur des particuliers), mais qui devient moins élevé que celui
observé France entière (+ 3,1 %).
(1)Évolution trimestrielle de l’emploipar grand secteur d’activité Comme les deux années précédentes, les postes
er(données CVS, indice base 100 au 1 trimestre 2001) (graphique 2) gagnés dans les services le sont principalement dans les
services aux particuliers. La croissance du nombre
d’emplois dans ce secteur est de + 3,7 % en 2007, soit
+ 1 950 emplois, en hausse par rapport à 2006 (+ 1 000
emplois hors particuliers) et d’une intensité moins forte
qu’en France (+ 4,4 %). Une large majorité de ces
emplois est pourvue plus précisément dans les services
rendus à la personne (blanchisserie, coiffure, soins
corporels, services funéraires...). La montée du nombre
d’emplois dans l’hôtellerie-restauration s’amplifie
régulièrement depuis la reprise amorcée en 2004 pour
aboutir à 740 emplois nouveaux créés en 2007.
L’emploi dans les services est également tiré par l’essor
des services opérationnels qui recouvrent principa-
lement les activités de sécurité, de nettoyage, de loca-
(1) Hors secteurs principalement non marchands : administration, éducation,
tion de biens et de véhicules, et les centres d’appel. Lessanté, action sociale
salariés sous contrat d’intérim sont aussi comptés ici quel
que soit le secteur dans lequel ils sont utilisés (industrie,
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 200752Agriculture Industrie Construction Transports Tourisme
(1)Variations trimestrielles (%) des effectifs salariésconstruction, commerce ou services). Les services opé-
par département depuis 2000 (données CVS) (graphique 3)rationnels ont ainsi créé 1 400 emplois supplémentaires
en 2007 (dont + 950 emplois intérimaires) soit une
hausse de + 4,9 %, supérieure à la moyenne nationale
+ 3,2 %. L’emploi intérimaire s’est plus fortement ampli-
fié en Poitou-Charentes qu’en moyenne en France :
+ 7,7 % contre + 4,6 %. Il compte pour 21 % dans les
créations nettes d’emplois de services. Hors prise en
compte des emplois intérimaires, le secteur des services
se développerait de seulement + 2,7 %. Les autres
emplois des services opérationnels (sécurité, nettoyage,
centres d’appel…) se développent à un rythme
équivalent au rythme national.
Les activités immobilières, en relation avec la bonne
santé de la construction gagnent, encore de la vigueur.
Les embauches sont nombreuses (+ 300 emplois) dans
ce petit secteur (5 000 emplois). Les activités financières
et de conseils et assistance aux entreprises se maintien-
nent. En revanche, les activités récréatives culturelles
et sportives réduisent leurs effectifs de 340 emplois
après la hausse de + 500 emplois l’année précédente.
VIENNE : REPRISE PORTÉE PAR LES SERVICES
AUX ENTREPRISES ET AUX PARTICULIERS
Le département de la Vienne affiche pour 2007 un très
bon bilan en matière d’emploi avec un taux de crois-
sance de + 3,2 % soit un bond de + 2 950 emplois
(37 % des créations d’emplois régionales). Cette
embellie, légèrement amorcée en 2006, survient alors
que les gains d’emplois étaient faibles depuis le début
des années 2000. De plus, l’année se termine avec un
résultat particulièrement favorable puisque 40 % des
emplois se sont créés au quatrième trimestre (graphique 3).
Cet élan est principalement porté par le dynamisme des
services (+ 2 100 emplois, après + 420 en 2006) et essen-
tiellement des services opérationnels (+ 1 300) dans
lesquels sont comptabilisés les emplois intérimaires. Le
nombre de ces derniers a particulièrement gagné du
terrain dans ce département + 22,7 % contre + 7,7 %
pour l’ensemble de la région et ils participent pour plus
d’un quart aux créations d’emplois départementales.
Mais les autres activités des services opérationnels se
renforcent aussi plus intensément que sur la région
(+ 10,3 % contre + 2,8 %) poussées en partie par le déve-
loppement des centres d’appel. Tous ces emplois créés,
en dépit de l’importance de leur nombre, restent malgré
tout des emplois peu stables.
Le commerce est l’autre domaine particulièrement
dynamique en 2007 dans la Vienne. Avec une hausse de
+ 3,5 %, soit un gain de + 650 emplois, ce secteur
poursuit sur sa lancée le revirement affiché en 2006. (1) Dans le secteur marchand non agricole
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 2007 53Politiques du
Commerce développement Bilan
extérieur Entreprises Chômage local et de l’emploi social
La construction se porte mieux qu’en moyenne régionale DEUX-SÈVRES : AFFERMISSEMENT DE
et montre une poussée notable par rapport à l’année LA BONNE SANTÉ RECOUVRÉE
précédente, + 5,7 % après + 3,5 %. Les services aux
Le département des Deux-Sèvres présente, comme laparticuliers (que ce soit à la personne ou l’hôtellerie-
Charente-Maritime, un taux de croissance de + 2,3 %,restauration) poursuivent leur expansion avec un gain
légèrement supérieur à la moyenne régionale (soit unde + 800 emplois, soit un essor de + 6,2 % deux fois plus
gain d’emplois de + 2 050). Ce département quifort que la moyenne régionale. Seul le secteur industriel
regroupe près du quart des emplois régionaux ducontinue de perdre des emplois, - 1,2 %, mais à un rythme
secteur marchand non agricole prend part aussi pourmoindre que les années précédentes, - 3,5 % et - 3,6 %.
un peu plus d’un quart aux créations nettes d’emplois
régionales. La bonne santé de ce département est
patente depuis 2004, si l’on excepte l’année 2005 oùCROISSANCE CONTINUE
l’industrie automobile avait subi de très nombreuses
EN CHARENTE-MARITIME suppressions d’emplois. L’année 2007 se termine plutôt
Le département de la Charente-Maritime, le plus bien avec un bon quatrième trimestre et après un creux
important de la région de par son nombre de salariés au troisième trimestre.
(il en regroupe près du tiers), devient cette année le
deuxième plus gros approvisionneur d’emplois de la L’année 2007 aura été particulièrement fructueuse
région : + 2 700. Son taux de croissance de l’emploi, pour le secteur de la construction dans les Deux-Sèvres
+ 2,3 %, deuxième taux de la région, égal à celui des qui présente le plus fort taux de croissance des quatre
Deux-Sèvres, est légèrement supérieur à celui de 2006. départements : + 7,8 % contre + 5,4 % en région, soit un
Après un très bon premier trimestre, la dynamique de gain de + 750 emplois. C’est une accélération par
l’emploi de ce département s’est quelque peu modérée rapport aux années précédentes : + 3,9 % et + 2,6 %.
au cours du second semestre.
Le secteur des services, comme dans la Vienne, est le
Les gains d’emplois se font de manière assez équilibrée principal pourvoyeur d’emplois (+ 1 400). Le nombre
sur l’ensemble des secteurs d’activité et ces derniers d’emplois s’amplifie dans ce secteur au même rythme
montrent pour la quasi-totalité soit une évolution posi- que l’année précédente + 3,7 %. Le développement des
tive soit une stabilité. Dans le secteur de la construction, services aux particuliers va crescendo (+ 500 emplois).
la hausse reste forte, + 4,4 % même si elle est un peu Les emplois intérimaires se développent à un rythme
plus faible que les années précédentes, + 5,2 % et supérieur à la moyenne régionale (+ 13,4 % contre
+ 6,1 %, et devient inférieure à la moyenne régionale. + 7,7 % soit + 300 emplois).
Mais les activités immobilières restent très prospères
et affichent encore plus de vigueur qu’en 2006. La Le dynamisme des activités financières et d’assurances
Charente-Maritime est le seul département de la région qui sont un des piliers de l’activité économique des Deux-
à présenter une évolution positive du nombre de ses Sèvres (elles regroupent près du tiers des emplois des
emplois industriels, + 1,7 %, soit un gain de + 400 services) ne se dément pas. La montée de l’emploi dans
emplois, grâce en particulier à la présence de la cette filière est de l’ordre de + 3 %, + 4 % depuis le
construction navale, aéronautique et ferroviaire. début des années 2000. Elle a augmenté le niveau de
son emploi d’environ + 2 800 postes en sept ans, avec
Les services ont une croissance soutenue en 2007 comme un gain net d’encore + 470 emplois en 2007. Le nombre
en moyenne sur l’ensemble de la région. Ce secteur crée d’emplois dans le commerce progresse peu (+ 1 %),
1 250 emplois supplémentaires après + 1 100 en 2006, moins que dans les trois autres départements et l’indus-
hors emploi des particuliers. Les services aux particuliers trie continue d’endurer des pertes assez sensibles (- 280
restent dynamiques et grossissent de + 2,7 % en 2007. emplois, soit - 1,1 %) comme dans la Vienne.
Si l’évolution des emplois des particuliers se poursuit
comme en 2006, ce secteur pourrait renouveller la hausse
assez exceptionnelle, il faut le dire, de 2006 : + 6,1 %. EN CHARENTE, L’EMPLOI PROGRESSE
L’augmentation du nombre d’emplois est moindre dans
TRÈS LÉGÈREMENTles services aux personnes (blanchisserie, coiffure…),
mais ce sont surtout les activités d’hôtellerie-restauration La Charente réussit tout juste à maintenir son niveau
qui subissent un net ralentissement cette année avec d’emploi, + 0,5 %. Le léger regain de vigueur affiché
des gains d’emplois qui se restreignent de près de moitié. en 2006, + 1 %, essentiellement porté par l’emploi
Les activités récréatives culturelles et sportives, comme intérimaire n’aura donc été que ponctuel. Le dévelop-
dans les autres dépar-tements, supportent un reflux de pement de l’emploi reste plutôt morose dans ce
tendance avec une perte nette de - 150 emplois. département avec un rythme annuel de créations nettes
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 200754Agriculture Industrie Construction Transports Tourisme
d’emplois qui n’aura pas dépassé + 1 % depuis le début L’évolution négative de l’emploi dans les services : - 0,5 %
des années 2000. De plus les créations d’emploi (soit - 140 emplois) est un phénomène inquiétant, même
s’amenuisent tout au long de l’année, aboutissant à un si elle intervient après une hausse de + 2,6 % en 2006.
quatrième trimestre sans aucun gain d’emploi. Depuis le début des années 2000 aucun département
de la région n’a subi de perte nette annuelle d’emplois
Le commerce s’en sort assez bien avec une croissance dans les services, hormis la Vienne et les Deux-Sèvres en
de + 2,7 %, supérieure à la moyenne régionale (+ 2 %) 2003. Ce mauvais résultat est essentiellement dû à
et est en conséquence le premier fournisseur d’emplois l’effondrement de l’emploi intérimaire (- 16,5 % contre
nouveaux pour les salariés charentais (+ 450 emplois). + 7,7 % en région) qui témoigne de la difficile situation
La construction est elle aussi, comme dans les autres économique des entreprises de ce département. L’emploi
départements, en expansion (+ 4,1 %, soit + 300 dans les services, hors intérim, progresse toutefois légè-
emplois). Dans l’industrie, comme en région, on note rement en Charente, grâce aux activités de conseil et
un mieux avec des pertes qui se rétractent - 0,9 % assistance, aux transports et aux activités immobilières.
après - 1,8 %. Mais les activités financières, les autres services aux
entreprises et l’hôtellerie-restauration réduisent aussi
leurs effectifs. Et l’emploi est stable dans les services aux
particuliers.
MÉTHODOLOGIE:
Les résultats régionaux et départementaux, produits par Les résultats France entière, produits par l’Insee, sont
l’Insee, proviennent de l’exploitation trimestrielle des comparables et portent sur quasiment le même champ mais
Bordereaux récapitulatifs de cotisations (BRC), déclarations proviennent, eux, de l’exploitation de trois sources : l’enquête
faites par les établissements employeurs aux Urssaf (Union ACEMO réalisée par la Dares (ministère de l’Emploi, de la
de recouvrement de sécurité sociale et allocations familiales) Cohésion sociale et du Logement), la source Unédic et la
afin de s’acquitter de leurs cotisations patronales. Les effectifs source Urssaf. Pour chaque secteur d’activité, la source
comptabilisés sont le nombre de salariés présents dans retenue est celle qui s’est avérée la plus fiable sur le passé.
l’entreprise à la fin de l’année, quel que soit leur type de Des modèles d’estimation permettent, temporairement,
contrat et leur quotité de travail. Seuls les apprentis, exonérés d’intégrer certains résultats complémentaires : établissements
de cotisations sociales, ne sont pas compris. Le champ couvert publics de recherche (CNRS…) et salariés des particuliers
par cette source comprend tous les établissements em- employeurs.
ployeurs, quelle que soit leur taille, relevant du régime général
Les estimations d’emploi nationales et régionales publiées icide sécurité sociale et de certains régimes spéciaux. Les
sont provisoires. Elles seront révisées en cours d’année enétablissements dépendant du régime de la Mutualité sociale
fonction des nouvelles informations disponibles.agricole (MSA) ne font pas partie de ce champ.
Les personnels employés par les particuliers pour leurs La statistique annuelle régionale publiée par les Urssaf de
Poitou-Charentes provient, elle aussi, de l’exploitation desservices à domicile (travaux divers liés à la famille, la santé,
BRC (cf. ci-dessus). Les résultats issus de l’exploitation statistiquele jardinage…) ne sont pas non plus comptabilisés dans ces
de chacun des deux organismes régionaux (Insee et Urssaf)résultats régionaux. Différentes sources permettent de suivre
portent toutefois sur un champ d’activité distinct. Celui retenul’évolution de ces effectifs salariés, c’est l’Ircem (Groupe de
protection sociale des emplois de la famille) qui collecte et par l’Urssaf est plus large car il prend en compte les entreprises
et associations privées des secteurs non marchands (parexploite ces données. Les données pour l’année 2007 ne sont
exemple : les organismes de formation continue, les auto-pas disponibles actuellement. L’Insee intègre cependant, dans
écoles, ambulances, cabinets médicaux…). Il permet ainsi deses résultats nationaux, l’évolution de ces effectifs salariés à
couvrir la partie marchande des secteurs de l’éducation, de lal’aide de modèles de prévision.
santé et de l’action sociale, de l’administration et des activités
Tous les salariés intérimaires, déclarés par les agences d’intérim, associatives. De plus, les méthodologies statistiques des deux
sont comptés dans les services aux entreprises, plus organismes sont quelque peu différentes. La statistique
précisément dans les «services opérationnels». L’indicateur annuelle de l’emploi publiée par l’Unédic par ailleurs, provient
utilisé consiste en une moyenne sur les cinq derniers jours de l’exploitation des déclarations faites par tous les
ouvrés du dernier mois de l’année du nombre de missions établissements employeurs affiliés à l’Assurance chômage.
d’intérim en cours chaque jour. Cet indicateur est élaboré par Elle porte sur un champ d’activité plus large que celui retenu
la Dares à partir des déclarations mensuelles des entreprises pour ce bilan annuel régional Insee, car il comprend en plus,
de travail temporaire adressées à l’Unedic. comme le champ de l’Urssaf cité ci-dessus, toutes les entre-
prises et associations privées des secteurs non marchands.Les trois grands secteurs d’activité : agriculture, éducation-
En revanche, la statistique Unedic ne prend pas en comptesanté-action sociale et administration, pas ou peu couverts
les grandes entreprises majoritairement tenues par l’État (EDF-par les BRC, sont exclus de ces résultats. Globalement, le
GDF, La Poste, France-télécom, la SNCF…) que l’Insee interrogechamp étudié couvre près de 70 % de l’emploi salarié total
directement sur l’évolution de leur emploi.du Poitou-Charentes.
Insee Poitou-Charentes - Bilan économique et social 2007 55