Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'emploi en 2004 : nette accentuation du repli lorrain

De
4 pages
Après une année 2003 déjà morose, la Lorraine perd plus de 9 600 emplois salariés en 2004 (-1,2%), alors que l'emploi se stabilise au niveau national. Aucun secteur n'est cette fois épargné. Seule la Meurthe et Moselle tire relativement son épingle du jeu avec une moindre baisse (-0,7%). La Moselle et la Meuse perdent 1,2% et 1,3% de leur emploi. Les Vosges culminent avec 2,2% de salariés en moins, malgré un secteur du commerce encore en expansion. L'écart lorrain perceptible depuis plusieurs années semble persister en 2005.
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°N 57 L’emploi en 2004 :
Après une année 2003 déjà bien morose, la Lorraine perd plus de 9 600
emplois salariés en 2004 (-1,2%), alors que l’emploi se stabilise au niveau
national. Aucun secteur n’est cette fois épargné.
Seule la Meurthe-et-Moselle tire relativement son épingle du jeu avec
une moindre baisse (-0,7%). La Moselle et la Meuse perdent 1,2%
et 1,3% de leur emploi. Les Vosges culminent avec 2,2% de salariés
en moins, malgré un secteur du commerce encore en expansion. L’écart
lorrain perceptible depuis plusieurs années semble persister en 2005.
Après la baisse constatée en 2003, commerce1%etles services 0,4%.Ledo-
l’emploi salarié est quasiment stable (+0,02%) maine de l’éducation perd le plus avec
en France en 2004 avec 5 000 créations -2 200 salariés, suivi par la métallurgie avec
d’emploi. Le secteur de l’industrie (-2,3%) -1 600 emplois. A l’opposé la santé-action
continue de tirer à la baisse ce bilan. La pro- sociale et les conseils et assistance enregis-
duction de combustibles (-12%), le textile et ha- trent respectivement des gains de 1 500 et
billement (-9%), sont les secteurs les plus 500 salariés.
contrariés. A l’inverse, le commerce et les Le taux de féminisation de l’emploi salarié
services sont en progression de 0,3% et lorrain, malgré une légère progression,
0,5%. Le secteur de la construction connaît reste un des plus bas des régions à 45,8%,
quant à lui une forte de 1,9%, soit alors que le taux national est de 47,3%. Le
presque 25 000 salariés de plus qu’en 2003. BTP est le secteur de moindre employabilité
Sur les vingt-deux régions, seules dix affi- desfemmes(9,8%) contrairement à celui
chent une hausse de l’emploi salarié (de desservices(56%).
+1,6% à +0,08%), alors qu’on n’en comptait
que quatre en 2003. Les autres enregis- Meurthe-et Moselle :
trent des pertes allant de -0,03% à -1,2%. le bilan le moins défavorable
La Lorraine est la région qui subit la baisse
La Meurthe-et-Moselle est le département lor-
la plus forte avec -1,2% de salariés. Elle
rain qui compte la moindre perte d’emplois sala-
compte 779 300 emplois salariés au 31 dé-
riés (-0,7%), soit un peu plus de 1 600 emplois.
cembre 2004 contre 788 900 fin 2003,
La progression des non salariés (+1,1%)lacom-
soit une perte d’un peu plus de 9 600 em-
pense en partie pour fixer l’évolution de l’emploi
plois. L’emploi non salarié, qui représente
meurthe-et-mosellan à -0,6%.
7% de l’emploi total, gagne près de 700 em-
Les 1 200 emplois salariés perdus dans l’in-plois (+1,2%). La Lorraine limite donc ses
dustrie constituent l’essentiel des pertes, no-pertes à -1,1% de son emploi total. Aucun
tamment dans la métallurgie-transformation dessecteur n’est épargné : l’industrie perd
métaux et l’industrie automobile (65% du total),3,9% de salariés, la construction 0,9%, le
Vpuis les industries des équipements l’éducation est la plus touchée Briey et surtout Toul sont bien en
mécaniques et des équipements (-280 emplois) suivie par l’industrie deçà de la moyenne lorraine avec
électriques et électroniques. des équipements électriques et respectivement 42,8% et 37,2%
électroniques, les postes et télé- de femmes.Si les années précédentes, le ter-
communications, les services opé-tiaire compensait peuouproules
rationnels et les activités Meuse : ralentissementpertes de l’industrie, il perd en
associatives qui ensemble perdent2004, un peu plus de 500 em- des pertes d’emploi
un peu plus de 600 emplois. Laplois. L’éducation perd à elle En 2004, la Meuse perd 1,3%santé et l’action sociale, l’eau, gazseule plus de 550 emplois, phé- de ses effectifs salariés (-800).et électricité et le conseil et assis-nomène sans doute lié à la fin Les non salariés, en progressiontance aux entreprises y créent plusdes contrats Emplois jeunes et de 0,3%, compensent un peu lesde 700 emplois. Enfin, la zone deaux réductions de postes dans pertes salariées pour fixer l’em-Toul est la moins touchée avec unel’enseignement. Le secteur des ploi meusien à -1,1%.perte de 130 emplois (-0,6%)prin-services opérationnels aux entre-
cipalement dans l’éducation et la Les effectifs des grands secteursprises, avec l’intérim, subit de
métallurgie, les créations se si- ontchuté,mêmelecommerceplein fouet la conjoncture.
tuant essentiellement dans le com- est quasi stable (-0,1%). La
Al’inverse,lesecteur de l’action mercededétail(transfert sur zone baisse dans l’industrie atteint plus
sociale, avec le développement
et agrandissement de DOMDIS). de 440 salariés. L’industrie
des aides à domicile dans un agroalimentaire représente la ma-
contexte de vieillissement de la Le taux de féminisation de l’emploi jeure partie des pertes de l’in-
population, crée un peu plus de salarié en Meurthe-et-Moselle est dustrie (-150 emplois). Suivent,
430 emplois (+1,2%)etest ainsi le plus élevé de Lorraine, supérieur avec la disparition d’une centaine
le premier employeur du départe- de deux points à la moyenne régio- de salariés chacun, les secteurs
ment. Le secteur du conseil-as- nale. Les zones de Longwy et de de la métallurgie et de l’équipe-
sistance se développe aussi Nancy frôlent les 50% alors que ment du foyer. Seuls secteurs en
fortement (+4,1%).
Comme en 2003, les cinq zones Recul de l'emploi lorrain
d’emploi du département sont à la Évolution de l'emploi salarié
baisse. Briey, Longwy et Lunéville
Indice base 100 en 1993 Franceperdentplusde1%desalariés,
soit près de 800 emplois. Les sec- 116
teurs les plus touchés sont la mé- 114
Moselletallurgie (fermeture progressive du
112
TRAIN UNIVERSEL d’Herserange et plan
110
Lorraine
social chez EUROPIPE àBriey)etl’édu-
108
cation pour les deux premières. Meurthe-
et-Moselle Meuse
106Lunéville est plus concernée par
104des pertes dans l’industrie automo-
Vosges
102bile (GENERAL TRAILERS). Nancy par
sa taille (plus des deux tiers de 100
l’emploi du département) perd le
98
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004plus d’emplois (-700), mais cela ne
représente que -0,4%. Là aussi, Source : Insee - Estimations d'emploi (données 2004 provisoires)
La baisse de l’emploi salarié s’est généralisée
Meurthe-et-
Meuse Moselle Vosges Lorraine France
Moselle
Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution ÉvolutionEmploi
2003- 2003- 2003- 2003- 2003- 2003-
2004 2004 2004 2004 2004 2004
2004 2004 2004 2004 2004 2004
(%) (%) (%) (%) (%) (%)
Total 260 781 -0,6 68 277 -1,1 361 548 -1,1 147 537 -1,9 838 143 -1,1 24 375 461 0,2
Non salarié 17 328 1,1 7 857 0,3 20 671 1,6 12 989 1,0 58 845 1,2 2 180 029 2,0
Salarié 243 453 -0,7 60 420 -1,3 340 877 -1,2 134 548 -2,2 779 298 -1,2 22 195 432 0,0
Dont :
- Agriculture 1 610 1,3 1 356 -8,8 1 641 -7,9 1 595 -6,3 6 202 -5,3 335 056 -2,3
- Industrie 38 203 -3,2 13 183 -3,4 74 393 -3,7 39 050 -5,0 164 829 -3,9 3 779 173 -2,3
- Construction 13 437 0,4 3 821 -2,4 20 476 -1,0 7 695 -2,1 45 429 -0,9 1 278 456 1,9
- Commerce 30 962 -0,1 7 103 -0,1 45 871 -2,2 15 857 0,4 99 793 -1,0 2 980 845 0,3
- Services 159 241 -0,3 34 957 -0,3 198 496 -0,1 70 081 -1,5 462 775 -0,4 13 821 902 0,5
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2004 provisoires)
2réelle progression, la pharmacie, lurgie-transformation des métaux soit 63% des pertes du départe-
parfumerie et entretien ainsi que sont les secteurs les plus touchés ment. Dans la zone d’emploi de
les équipements mécaniques. avec près de 1 600 emplois de Thionville la métallurgie perd près
moins à eux deux. Seule l’industrie de 800 emplois (restructurationEncore en positif en 2003, la
automobile est créatrice de près SOLLAC). L’éducation et l’adminis-construction perd 2,4% de ses ef-
de 400 emplois en 2004 (+2,6%). tration (plus de 350), les industriesfectifs en 2004, bien au-delà de la
Le commerce perd près de 1 100 d’équipement du foyer (délocalisa-moyenne régionale. Quant aux ser-
emplois, dont les trois quarts dans tion d’une partie de SCHOLTÈS)etvices, leurs effectifs reculent de
le commerce de détail. Malgré mécaniques (-243) ainsi que le0,3%. A la baisse de presque 150
d’importantes pertes dans l’éduca- commerce (-141)fontlereste.emplois salariés dans le domaine
tion (près de 1 000 emplois), l’admi- Seules l’hôtellerie et l’action so-de l’éducation, s’ajoute celle de
nistration publique (-500)etles cialeprogressent.DansleBas-170 emplois dans l’administration.
transports (-500), le secteur des sin-Houiller, la production de
Le reculdel’emploiseretrouve services reste relativement stable. combustible (HBL) et l’industrie au-
dans les trois zones d’emploi du Il limite sa perte totale à 150 em- tomobile (délocalisation de RONAL)
département et dans presque plois grâce à une forte progression perdent plus de 1 000 emplois,
tous les grands secteurs. La de la santé et action sociale et soit 75% des pertes de la zone
perte de près de 500 salariés desservicesopérationnels (qui intè- et comme ailleurs, ce sont l’action
(-1,9%), après déjà 400 en 2003,
grent les emplois intérimaires). L’hô- sociale et les services opération-
fait de la Meuse du Nord la zone tellerie-restauration et l’immobilier nels qui progressent le plus.
la plus déficitaire du départe- sont aussi créateurs d’emplois La zone d’emploi de Metz, lament. Les pertes se partagent (près de 400). plus importante de Moselle, seentre les industries agroalimen-
Contrairement à 2003, aucune caractérise par un repli des em-taire et de l’équipement du foyer,
zone d’emploi mosellane ne pro- plois dans le commerce de détaill’agriculture, l’enseignement, l’ad-
gresse. Celles de Metz, Sarregue- déjà amorcé en 2003 et s’éle-ministration publique et la cons-
mines et Sarrebourg encore vant à près de 400 emploistruction. La zone de Bar-le-Duc
positives en 2003, sont déficitai- (-4,2%). La progression de plusest moins touchée (-1,0%). Les ef-
resetnecompensentdoncplus de 650 emplois dans le secteurfectifs de l’industrie et de la cons-
les pertes des autres zones. Les de l’automobile sauve littérale-truction y baissent de plus de
zones de Thionville et du Bas- ment la zone d’emploi, les au-3%.Lecommerceetles services
sin-Houiller sont celles qui perdent tres secteurs créateurs, ygagnent des emplois, notamment
le plus : 1 300 emplois chacune, compris l’action sociale, ne par-grâce aux secteurs de l’action so-
ciale et du conseil et assistance
Les zones d’emploi de Nancy et Metz moins touchéesalors que l’éducation et les admi-
nistrations sont là aussi en recul. Proportion
Évolution
Effectifs salariés de femmes
2003-2004Zones d’emploiLe taux de féminisation de l’em- au 31/12/2004 en 2004
(%)
(%)ploi meusien (45,3%)est légère-
ment en deçà de la moyenne Longwy 18 662 -1,4 49,5
régionale. Seule la Meuse du Briey 19 144 -1,7 42,8
Nord enregistre une proportion Lunéville 19 502 -1,0 46,2
Nancy 165 214 -0,4 49,7supérieure à la moyenne.
Toul 20 931 -0,6 37,2
Meurthe-et-Moselle 243 453 -0,7 47,8Moselle : le handicap
Meuse du Nord 24 224 -1,9 46,3persistant de l’industrie
Bar-le-Duc 23 620 -1,0 45,9
«historique»
Commercy 12 576 -0,7 42,4
Premier employeur de Lorraine Meuse 60 420 -1,3 45,3
(43%), la Moselle perd plus de Thionville 89 112 -1,5 44,5
4 250 emplois salariés (-1,2%)soit Metz 126 661 -0,5 46,1
44% despertesdela région. Par Bassin-Houiller 67 781 -2,0 44,3
contre, l’emploi non salarié connaît Sarreguemines 29 594 -0,8 41,5
la plus forte hausse de la région Sarrebourg 27 729 -2,4 42,0
avec +1,6%, soit plus de 330 em- Moselle 340 877 -1,2 44,6
plois. L’emploi total baisse de -1,1%.
Vosges de l’Ouest 22 973 -1,4 45,8
La structure industrielle du dépar- Épinal 54 645 -2,2 45,7
Remiremont-Gérardmer 29 916 -2,4 45,6tement pèse lourd dans ces pertes
Saint-Dié 27 014 -2,6 45,9d’emploi : l’industrie concentre
2 750 des 4 250 emplois perdus, Vosges 134 548 -2,2 45,7
soit près de 65%. La production
Lorraine 779 298 -1,2 45,8
de combustible et la métal-
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2004 provisoires)
3venant pas à rétablir l’équilibre. nels sont en fort recul (de plus de
La zone de Sarreguemines ju- 450 salariés). Le secteur de l’édu-
gule son recul à 240 salariés. cation présente un déficit de 550
salariés par rapport à 2003.La zone de Sarrebourg, concentre
Seuls les secteurs du commercel’essentiel du recul de ses effectifs
de détail et de la constructiondans l’industrie : les difficultés de
progressent.
HELLO, anciennement BATA,etde
SARMODE y contribuent pour plus En 2004, les quatre zones d’em-
de moitié. ploi vosgiennes sont nettement
déficitaires, alors que seule celleSeulelazoned’emploideMetza
de Remiremont-Gérardmer l’étaitun taux de féminisation supérieur
en 2003. C’est la zone d’Épinalà la moyenne régionale (46,1%)
qui chute le plus : -1 225 em-sans doute grâce à l’importance
plois, soit plus de 41% des em-du secteur tertiaire. La plus faible
plois perdus par le département.est Sarreguemines avec 41,5%.
L’industrie génère principalement
cette chute, notamment celle du
Vosges : la plus forte
bois et papier (-300 emplois). Il en
baisse lorraine estdemêmedanslazonede
Avec -2,2%, le département des Saint-Dié, alors que celle de Remi-
Vosges connaît la perte la plus im- remont-Gérardmer est plus
portante de Lorraine, soit presque touchée par les pertes de l’in-
3 000 emplois de moins qu’en dustrie textile (-340) et celle des
2003. La croissance de 1% de Vosges de l’Ouest par l’agroali-
l’emploi non salarié limite la baisse mentaire. Toutes perdent desSavoir plus :
de l’emploi total à -1,9%. emplois dans l’éducation.
La baisse touche presque tous Le taux de féminisation de l’em-
les secteurs d’activité et souvent ploi vosgien (45,7%) se situe au
- Site Internet : www.insee.fr
à des niveaux importants. Le sec- niveau de la moyenne régionale
teur de l’industrie est le plus tou- sans disparité notable entre les
ché à travers le bois et papier zones d’emploi.
(-500)etletextile (-400). L’agroali-
Marc ROYERmentaire et les équipements mé-
caniques perdent respectivement
Ministère de l’Économie,
275 et 250 postes. Contraire-des Finances et de l’Industrie
Insee ment aux autres départements
Institut National de la Statistique lorrains, les services opération-
et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot Seule l'industrie messine progresse
CS 54229
54042 NANCY CEDEX Évolution de l'emploi salarié en 2004 par zone d'emploi (en %)
Tél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61 Toul
www.insee.fr/lorraine
Bar-le-Duc
LunévilleDIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS
Commercy
Directeur régional de l’Insee
Bassin Houiller
COORDINATION RÉDACTIONNELLE Vosges-de-l'Ouest
Christian CALZADA
Sarreguemines
industrie
Nancy
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET tertiaire
ThionvilleRELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL Briey
Sarrebourg
RÉDACTRICE EN CHEF
Metz
Agnès VERDIN
Meuse-du-Nord
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
Remiremont-Gérardmer
MISE EN PAGE - COMPOSITION
LongwyMarie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE Épinal
Saint-Dié
ISSN : 0293-9657
© INSEE 2006 -10 -8 -6 -4 -2 0 2 4
Source : Insee - Estimations d'emploi (données 2004 provisoires)
4

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin