Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'emploi salarié breton en 2004, L'emploi salarié privé : premières tendances pour 2005 (Flash d'Octant n° 114)

De
4 pages
Au cours de l'année 2004, l'emploi salarié public et privé s'est accru de 0,9 %, soit 9 400 emplois supplémentaires. Le niveau de l'emploi progresse à nouveau dans le tertiaire et les effectifs augmentent fortement dans la construction. Dans l'industrie les effectifs restent stables. Comme en 2003, l'Ille-et-Vilaine concentre les deux tiers des créations d'emplois de la région.
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Emploi
Numéro 114 - Décembre 2005
L’emploi salarié breton en 2004
L’emploi salarié privé
premières tendances pour 2005
Au cours de l’année 2004, l’emploi salarié public et privé s’est accru de 0,9 %, soit
9 400 emplois supplémentaires.
Le niveau de l’emploi progresse à nouveau dans le tertiaire et les effectifs augmentent
fortement dans la construction. Dans l’industrie les effectifs restent stables.
Comme en 2003, l’Ille-et-Vilaine concentre les deux tiers des créations d’emplois de la
région.
ntre 1997 et 2000, l’emploi d’emplois salariés que la précé-
Avertissementsalarié a progressé à un dente. Cette amélioration s’expli-
Contrairement aux années précé-E rythme annuel allant de 2,8 % que principalement par la progres-
dentes, cette publication ne tientà 3,4 %. Depuis 2001, la croissance sion des effectifs dans le bâtiment et
compte que de l'emploi salarié. Ende l’emploi ralentit. l’ensemble du tertiaire. Dans
effet, les données 2004 concer-Cependant l’année 2004 a été légè- l’industrie les effectifs restent
nant l'emploi non salarié ne sont
rement plus propice à la création stables.
pas disponibles à ce jour.
Évolution annuelle de l'emploi salarié entre 1975 et 2004 (en %)
4,0
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0
- 0,5
- 1,0
1975 1980 1985 1990 1995 2000 2004
Source : Insee - Estimations d'emploi
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH11464 - PRIX : 2,2€Les effectifs salariés (public et privé confondus) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2004
(Effectifs en milliers et évolution 2003-2004 en % - Données provisoires calées sur le recensement de la population de 1999)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 7,3 - 0,5 31,3 - 1,6 13,6 3,7 128,3 1,0 180,5 0,6
Finistère 11,1 -2,4 50,0 -0,9 17,6 3,2 224,5 -0,1 303,2 -0,2
Ille-et-Vilaine 5,5 -1,7 69,0 1,8 23,0 2,8 269,6 1,7 367,1 1,8
Morbihan 4,9 -2,6 45,2 -1,4 16,4 6,4 159,7 1,3 226,2 1,0
Bretagne 28,8 -2,0 195,5 -0,1 70,6 3,8 782,1 1,0 1 077,0 0,9
Source Insee : Estimations d'emploi - Données provisoires
Emploi industriel : le bond tique et ferroviaire continue de poids. En 2004, 2 100 emplois particuliers grâce à l’accrois-
perdre des emplois. Néanmoins sont perdus dans l’Education sement des effectifs salariés dansen avant du secteur
la baisse ralentit considérable- tandis que l’on dénombre 3 400 l’hôtellerie, restauration.automobile compense les
ment par rapport à 2003. Par postes supplémentaires dans Dans l’immobilier, l’effritementpertes dans
ailleurs, dans l’industrie des l’activité santé, action sociale. du niveau de l’emploi trouve sa
l’agroalimentaire
équipements mécaniques la Dans le commerce l’évolution est source essentiellement dans les
situation s’améliore nettement. modeste (+ 0,6 %). Le commerce activités de location de loge-Globalement, l’évolution de
Et, le niveau de l’emploi dans les de gros perd 900 salariés tandis ments (maisons ou apparte-l’emploi industriel se maintient
industries des équipements que le commerce de détail et les ments).en 2004 alors qu’il avait baissé en
électriques et électroniques réparations en gagnent 1 900.2003.
gagne à nouveau du terrain Le secteur des services aux Dynamisme dans le bâtimentLa situation dans l’industrie
(+ 2,2 % contre - 7,5 % en 2003). entreprises connaît un nouvelautomobile s’inverse de façon
L’embauche de salariés par la élan. Des créations d’emplois Avec une croissance de 3,8 % enspectaculaire avec la création de
SAGEM à Fougères contribue à la substantielles ont lieu dans les 2004, le bâtiment est le secteur1 500 emplois. Ce développe-
hausse des effectifs dans ce services opérationnels (qui d’activité qui enregistre la plusment est en grande partie lié à la
secteur en 2004. intègrent les missions d’intérim, forte évolution (+ 2 600 postes)création de nouveaux modèles
Dans l’industrie des biens les activités de nettoyage et de après l’industrie automobile.chez Peugeot-Citroën automo-
intermédiaires, le recul de gardiennage) et le secteur Toutes les activités contribuent àbile société anonyme dans
l’emploi (- 300 salariés) est deux conseils et assistance (respective- cette progression mais celle desl’agglomération rennaise. Les
fois moins important qu’en 2003. ment 3 700 et 1 500 postes). travaux de finition (plâtrerie,effectifs du secteur progressent
La dégradation se prolonge au L’emploi progresse de 1,8 % dans menuiserie, revêtement des solsainsi de 11 %.
même rythme que l’année le secteur des services aux et murs…) se démarque. Cepen-En revanche, dans l’agro-
précédente dans la métallurgie etalimentaire qui représente 35 %
transformation des métaux, plusde l’emploi industriel régional on
lentement dans les industries des
comptabilise 1 400 emplois de
composants électriques et
moins en 2004. Ce recul (- 2 %)
électroniques. L’industrie textileconcerne surtout les filières
perd 200 emplois. En revanche,avicoles (cessation d’activité de
dans l’industrie du bois et du
Volailles de France à Trémorel
papier l’amélioration observée en
notamment) et laitières. En outre,
2003 se confirme. La chimie,la baisse de la consommation liée
caoutchouc et plastiques gagne Les estimations d’emploiaux craintes de grippe aviaire
400 emplois. En effet, à l’instar de
pourrait avoir des répercussions
VISTEON Systèmes Intérieurs, L'INSEE établit chaque année des l'emploi salarié. Des donnéessur les chiffres de l’emploi en
producteur de panneaux de estimations d'emploi. Ces complémentaires sont recueillies2005. sont actualisées auprès d'autres organismesportes pour Peugeot-CitroënDans les industries des biens de
sectoriellement au 31 décembre (Mutualité sociale agricole,automobile société anonyme,
consommation, comme en 2003, de chaque année au moyen direction régionale du Travail, decertaines entreprises du secteur
les effectifs sont en baisse, d'indices d'évolution déterminés l'emploi et de la formationbénéficient de l’essor de laexcepté pour la pharmacie- à partir de différentes sources professionnelle...). Le travailproduction automobile.parfumerie et l’entretien. Mais le statistiques. Les estimations 2004 intérimaire n'est pas ventilé dans
repli de l’emploi se poursuit à un publiées dans cet article ne sont le secteur d'activité de l'établisse-
Légère reprise dans lerythme plus modéré. Les pas encore définitives. ment utilisateur. Il est comptabili-
réductions d’effectifs ralentissent tertiaire sé dans le tertiaire sous la
Emploi salariédans l’habillement, cuir tandis rubrique "Services rendus aux
La principale source d’actua-qu’elles s’accentuent dans le Après la quasi-stabilité observée entreprises". L'emploi public est
lisation de l'emploi privé est la calculé à partir du fichier payesecteur de l’édition, imprimerie. en 2003, l’emploi tertiaire
statistique Urssaf dont le champ des agents de l'État, de l'enquêteLe niveau de l’emploi s’améliore retrouve à nouveau le chemin de
couvre tous les établissements du annuelle sur les collectivitésdans les industries des biens la croissance (+ 1 % en 2004). A
secteur privé marchand non territoriales ainsi que des enquê-d’équipement : + 1,6 % en 2004 ce titre, le secteur éducation,
agricole soit environ 60 % de tes régionales spécifiques.contre - 3,6 % en 2003. La santé, action sociale joue un rôle
construction navale, aéronau- déterminant compte tenu de son
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 114 - Décembre 2005Estimations d’emploi salarié public et privé en Bretagne au 31 décembredant, la construction d’ouvrages du
bâtiment et du génie civil demeure Effectifs en milliers et évolution en %
celle qui génère le plus de créations
Évolution Évolutiond’emplois dans la région.
2002- 2003-2003 2004Dans le Morbihan l’essor du 2003 2004
bâtiment est plus important que
dans les autres départements
Agriculture, sylviculture, pêche 29,4 2,4 28,8 - 2,0bretons (+ 6,4 %).
En Ille-et-Vilaine, c’est l’activité de
préparation des sites (activités de
Industries agricoles et alimentaires 70,5 -0,3 69,1 -2,0terrassements, de forages et
Industrie des biens de consommation 25,3 -3,8 24,7 -2,4sondages) qui enregistre l’évolution
la plus significative. dont : Habillement, cuir 3,7 - 14,0 3,4 -8,1
Édition, imprimerie, reproduction 7,7 -1,3 7,5 -2,6
L’Ille-et-Vilaine concentre les Pharmacie, parfumerie et entretien 5,7 0,0 5,8 1,8
deux tiers des créations Industrie des équipements du foyer 8,2 -3,5 8,0 -2,4
d’emplois 13,6 - 1,4 15,1 11,0Industrie automobile
37,3 - 3,6 37,9 1,6Industrie des biens d'équipement
Comme l’an passé, l’Ille-et-Vilaine, dont : Construction navale, aéronautique, ferroviaire 8,3 - 4,6 8,2 - 1,2
avec une croissance moyenne de
Industries des équipements mécaniques 15,4 0,7 15,8 2,6
1,8 %, concentre les deux tiers des
Indust. des équip. électriques et électroniques 13,6 - 7,5 13,9 2,2créations d’emplois de la région.
Industrie des biens intermédiaires 42,6 - 1,4 42,3 - 0,7La croissance de l’emploi départe-
mental est liée à la présence de dont : Industries des produits minéraux 6,3 - 1,6 6,3 0,0
Peugeot-Citroën automobile Industrie textile 1,3 8,3 1,1 - 15,4
société anonyme dans l’agglo- 6,6 0,0 6,7 1,5Industries du bois et du papier
mération rennaise. L’évolution de
Chimie, caoutchouc, plastiques 12,8 0,8 13,2 3,1
l’activité de cette entreprise a un
Métallurgie et transformation des métaux 10,5 - 2,8 10,2 - 2,9
impact sur l’ensemble du secteur
Ind. des composants électriq. et électroniques 5,1 - 7,3 4,8 - 5,9automobile mais également sur
Énergie 6,4 4,9 6,4 0,0d’autres activités régionales comme
l’intérim (inclus dans les services Ensemble industrie 195,7 - 1,6 195,5 - 0,1
opérationnels).
Construction 68,0 1,6 70,6 3,8En 2004, le Finistère est le seul
département à perdre des emplois.
La baisse est légère (- 0,2 %) et se
Commerce 146,3 1,8 147,2 0,6
manifeste dans la plupart des
dont : Commerce et réparation automobile 21,2 - 0,9 21,1 - 0,5activités, sans déclin notable dansce de gros 46,4 1,3 45,5 - 1,9un secteur en particulier. Cette
Commerce de détail et réparations 78,7 2,9 80,6 2,4orientation générale ne doit pas
masquer l’évolution positive dans Transports 41,1 1,0 41,9 1,9
certaines activités comme les Activités financières 26,9 3,9 26,7 - 0,7
industries des équipements Activités immobilières 6,4 1,6 5,3 - 17,2
électriques et électroniques
Services aux entreprises 120,9 0,1 126,2 4,4(+ 6,8 %), le bâtiment (+ 3,2 %), le
dont : Poste et télécommunications 22,6 - 2,6 22,5 - 0,4commerce de détail (+ 2 %), la
Conseils et assistance 39,5 1,5 41,0 3,8santé et l’action sociale (+ 1,5 %).
55,0 0,2 58,7 6,7Services opérationnels
Recherche et développement 3,8 0,0 4,0 5,3
Services aux particuliers 82,4 0,5 83,9 1,8
dont : Hôtels et restaurants 32,9 - 1,5 33,9 3,0
Activités récréatives, culturelles et sportives 10,8 0,9 10,7 - 0,9
Services personnels et domestiques 38,7 2,1 39,3 1,6
Éducation, santé, action sociale 217,3 - 0,4 218,6 0,6
dont : Éducation 87,1 - 3,9 85,0 - 2,4
Santé et action sociale 130,2 2,1 133,6 2,6
Administrations 133,2 0,2 132,3 - 0,7
119,9 0,4 119,7 - 0,2dont : Administration publique
13,3 - 1,5 12,6 - 5,3Activités associatives et extra-territoriales
Ensemble du tertiaire 774,5 0,5 782,1 1,0
1 067,6 0,3 1 077,0 0,9Ensemble
Source : Insee - Estimations d’emploi - Données provisoires calées sur le recensement de la population de 1999
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 114 - Décembre 2005 3L'emploi salarié privé en 2005 : les premières tendances
baissé (- 0,8 %) par rapport à la favorable. Le rythme de Le Finistère en retraitLes premières analyses sur l’évo-
lution de l’emploi salarié privé même période sur 2003-2004. croissance de l’emploi est
encore plus soutenu (+ 4,5 %)non agricole (hors intérim) Seul le secteur automobile Les Côtes-d’Armor, l’Ille-et-
affiche un regain de vitalité à la qu’entre juillet 2003 et juinréalisées à partir de l’exploi- Vilaine et le Morbihan ont des
faveur de la mise en production 2004 (+ 3,8 %).tation des bordereaux Urssaf rythmes de progression voisins,
confirment le net redressement de la nouvelle gamme de de l’ordre de + 1,5 %. Dans le
du rythme de croissance de voitures chez Peugeot-Citroën Finistère l’emploi témoigneLe tertiaire : « panne » de
automobile société anonyme.l’emploi du secteur privé d’une moindre vitalité (+ 0,3 %)création dans les transports
Les industries agricoles etobservé l’an passé. notamment en raison du poids
alimentaires qui représentent Avec environ 6 200 nouveaux des industries agroalimentaires
En glissement annuel sur les plus de 34 % de l’emploi postes par rapport aux quatre qui enregistrent un recul plus
industriel total, affichent unquatre derniers trimestres (de derniers trimestres, soit une important dans ce département.
nouveau recul de leurs effectifsjuillet 2004 à juin 2005), la progression moyenne de 1,5 %,
(- 1,6 %). Par ailleurs, on ob- le secteur tertiaire, comme dehausse atteint 1,2 % contre
1,4 % un an auparavant, soit serve un tassement de moindre coutume, contribue de manière
ampleur dans les industries desenviron 7 800 postes de travail constante aux créations
biens d’équipement et danssupplémentaires (+ 8 900 postes d‘emplois dans la région.
celui des biens intermédiaires Globalement, elles évoluent àl’année précédente au cours de
la même période). Le commerce tandis que la filière des compo- un rythme voisin dans le
et les services demeurent les sants électriques et électroni- commerce et les services.
ques continue de perdre dessecteurs qui contribuent le plus Le niveau de l’emploi progresse
emplois. dans les services aux entreprisesaux créations nettes d’emploi.
Et les industries des biens de hors intérim (+ 3,7 %), dans le
consommation enregistrent à secteur de la santé, action
Industrie : dégradation nouveau un repli (- 2,5 %). sociale (+ 2,5 %) ainsi que dans
limitée grâce au secteur le commerce de gros et de détail
Dans le secteur de la construc- (+ 1,8 %). Cependant, le secteurautomobile
tion, grâce à une demande de des transports ne crée plus
logements neufs vigoureuse, laEntre juillet 2004 et juin 2005, d’emplois contrairement à la
situation est beaucoup plus période précédente.l’emploi industriel a légèrement
Pour en savoir plus
Bilan économique et social 2004 / Insee Bretagne ; Octant n° 101 - avril 2005 ;
Embellie pour l’emploi salarié privé en 2004 / Jean-Luc Nativel ; Insee Bretagne - Flash d'Octant n ° 109 - juillet 2005 ;
L’emploi départemental et sectoriel (1989-2003). Le chômage départemental (1981-2004) / Ali Hachid, Christelle Vallon ; Insee - Dans : Insee
résultats. Société - N° 42 (2005, oct.)- 48 p. + Cédérom
www.insee.fr/bretagne, rubrique Zoom sur un territoire- Chiffres-clés.
Avertissement
Les premières tendances pré- 2005. Les établissements dépen- indéterminée, qui sont utilisés part, il arrive que des entreprises à
sentées dans ce document sont dant des assurances sociales pour le calcul des indicateurs établissements multiples décla-
établies à l'aide de données agricoles (Mutualité sociale d'évolution de l'emploi. rent l’ensemble de leurs effectifs
relatives aux établissements du agricole) qui ne cotisent pas aux La localisation de l'emploi à un sur un seul de leurs établisse-
secteur privé cotisant à l'Urssaf et Urssaf ne sont pas pris en compte niveau géographique fin est ments. Des dégroupements sont
employant au moins un salarié dans cette analyse. Dans la source parfois difficile à établir : d'une alors effectués dans la mesure du
(non compris l'intérim). L'exploi- Urssaf, ce sont les effectifs en fin part dans certaines sources les possible.
tation porte sur une période allant de trimestre, qu'ils soient à temps effectifs ne sont connus qu'au
du 1er juillet 2004 au 30 juin plein, à durée déterminée ou niveau départemental et d'autre
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Ludivine NEVEU-CHÉRAMY
Pour tout renseignement statistique :
Composition : Claire CHARON et Éric MONTEIL0 825 889 452 (0,15€ la minute)
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2005 Dépôt légal : 4 trimestre 2005
Jean-Luc NATIVEL et Sylvie LESAINTImprimerie Media Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 114 - Décembre 2005
????

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin