Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La métallurgie en Lorraine : après le déclin

De
4 pages
La métallurgie lorraine a subi une forte réduction de ses effectifs depuis 1974. Depuis 1999, ceux-ci semblent se stabiliser. Le poids de la sidérurgie reste prépondérant dans la métallurgie régionale. Dans ce secteur qui recrute peu, les salariés, en majorité des hommes, sont particulièrement âgés. Près de la moitié d'entre eux sont concentrés dans les zones d'emploi de Thionville et de Nancy.
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine Données sur ...
- Août 2005N° 34
La métallurgie en Lorraine :>
La métallurgie lorraine a subi une forte réduction de ses effectifs depuis 1974.
Depuis 1999, ceux-ci semblent se stabiliser. Le poids de la sidérurgie reste
prépondérant dans la métallurgie régionale. Dans ce secteur qui recrute peu, les
salariés, en majorité des hommes, sont particulièrement âgés. Près de la moitié
d’entre eux sont concentrés dans les zones d’emploi de Thionville et de Nancy.
La métallurgie en Lorraine compte en Cette position de la Lorraine témoigne d’un
2003 presque 32 000 salariés, soit 4,1% de profond bouleversement. Il y a seulement 10
l’emploi régional. C’est deux fois plus que la part ans, la Lorraine se situait en première position
des emplois dépendant de ce secteur au niveau parmi les régions pour le poids de la métal-
national. La métallurgie constitue ainsi toujours lurgie dans l’emploi. Ce n’est plus le cas au-
une spécialisation lorraine. Seules la Cham- jourd’hui, après les fortes baisses qui ont
pagne-Ardenne, où ce secteur représente 5% affecté l’emploi régional. En effet, alors que
de l’emploi, et la Franche-Comté (4,9%)comp- l’emploi métallurgique lorrain a diminué de 24%
tent, en proportion, plus d’emplois dans la métal- entre 1990 et 2002, en Franche-Comté il a
lurgie. augmenté de 20%. En Champagne-Ardenne,
comme pour l’ensemble de la France, l’emploi
dans ce secteur s’est stabilisé à partir de
Plus de 4% des salariés lorrains 1993. En Lorraine, la crise de la métallurgie
se poursuit jusqu’en 1994. L’emploi baisse en-
suite à un rythme plus faible avant de connaître
un léger rebond en 1999. La spécialisation de
la Lorraine dans la sidérurgie explique en partie
lespertesd’emploiplusfortesdansla région.
La production lorraine d’acier brut a diminué de
13,4% entre 1988 et 2004, alors qu’elle pro-
Partdela
métallurgie gressait de 8,6% en France. La production lor-
dans l'emploi
salarié raine représentait 28% de la production(%)
française en 1988, la part de la région n’est
4
2,5 plus aujourd’hui que de 22%. La production de
2
fonte a subi des diminutions encore plus for-
Nombre d'emplois tes. La baisse atteint 41% en Lorraine contre
salariés
73000 10,7% au niveau national. La part de la Lor-
32000
raine est passée depuis 1988 de 31% à 20%.
Seule la production de produits laminés s’est
Sources : Insee - Estimations d'emploi 2003 maintenue (+1,6% mais +9,7% en France). Même
Rédigé le 27/07/2005 - Directeur de la publication : Jean-Paul FRANÇOIS
INSEE Lorraine 15 rue du Général Hulot CS 54229 - 54042 NANCY
Tél : 03 83 91 85 85 © Insee 2005dans ce secteur, la part de la Lor- 12% en 1999. Les contremaîtres et de la moitié de l’emploi (46%)en
raine s’érode légèrement, passant de agents de maîtrise connaissent une 1999, contre seulement 36% en
32% de la production nationale en hausse plus limitée, de 7% en 1975, 1990 et 32% en 1975. La métal-
1988 à 30% en 2004. pour passer à 10% en 1982, puis à lurgie lorraine possède des taux de
11% en 1990 avant de se stabiliser. qualification ouvrière et des taux de
technicité proches de la moyenneLa crise de la métallurgie
Les pertes d’effectifs ont été particu- française, bien qu’un peu supérieurs.
a touché durement
lièrement fortes pour les ouvriers non Le taux de technicité est ainsi de 18%
la région qualifiés. En 25 ans, cette catégorie contre 14% auniveaunational. Le
socioprofessionnelle a perdu les trois taux de qualification ouvrière y est deCes évolutions récentes sont à repla-
quarts de ses effectifs. Ainsi, alors 60% contre 58% en moyenne.cer dans un cadre historique plus
que les ouvriers non qualifiés repré-large. Elles se situent en effet dans le
sentaient près de 45% de l’emploi en En raison de ces changements dansprolongement de la crise subie par la
1975, ils n’en occupent plus qu’à la structure des catégories sociopro-métallurgie lorraine depuis 1974.
peine 20% en 1999. Dans ce fessionnelles et de l’augmentation gé-L’emploi dans la métallurgie repré-
contexte, la part dans l’emploi des ou- nérale des niveaux d’éducation, lessente en 2000 moins d’un tiers de ce
vriers qualifiés, dont les effectifs dé- niveaux de diplômes sont de plus enqu’il était dans les années 70. Après
croissent moins vite, est en plus élevés dans la métallurgie. Lesles années de croissance des Trente
augmentation. Ils représentent près salariés sans diplôme, qui représen-Glorieuses, dès 1973-1974, la pro-
duction lorraine d’acier s’effondre de
28% pour atteindre 10 millions de
Des pertes d'emploi plus prononcées en Lorraine
tonnes, retrouvant le niveau des an-
Évolution de l'emploi salarié dans la métallurgienées 50.
Le déclin de la sidérurgie lorraine
s’est fortement accéléré avec le se-
130 Base 100 : 1990
cond choc pétrolier. La crise interna-
tionale a beaucoup affecté les 120
Franche-Comté
marchés industriels qui font l’objet
110d’une concurrence acharnée. De nom-
breux programmes d’investissements
100
prévus ont été suspendus.
Champagne-Ardenne
90Dans ce contexte de fortes réductions
d’effectifs, toutes les catégories socio-
80 France entière
professionnelles ont subi des pertes
Lorraine
d’emplois, mais d’intensités diverses.
70
Il en résulte une modification impor-
tante de la structure de l’emploi du 60
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003secteur, alors que les processus de
production évoluent et que l’on enre-
gistre des gains de productivité. Les Source : Insee - Estimations d'emploi
cadres ne représentaient ainsi que
3% des salariés en 1982 alors qu’ils
Une stabilisation des effectifsoccupent aujourd’hui 6% des emplois.
Évolution des effectifs salariés de la métallurgie en Lorraine
De même, la part des techniciens est
en augmentation régulière. Elle passe 140000
de 7% en 1982 à 9% en 1990 et à
120000
100000
Technicité et qualification
80000
Les emplois de production matérielle
regroupent les cadres, les techniciens,
60000
les contremaîtres et agents de maî-
trise, et les ouvriers.
40000
Le taux de technicité représente la
part des cadres et techniciens parmi 20000
les emplois de production matérielle.
0Le taux de qualification représente la
part des ouvriers qualifiés parmi les ou-
vriers.
Source : Insee - Estimations d'emploi
Rédigé le 27/07/2005 - Directeur de la publication : Jean-Paul FRANÇOIS
INSEE Lorraine 15 rue du Général Hulot CS 54229 - 54042 NANCY
Tél : 03 83 91 85 85 © Insee 2005
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1979
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
1999
2001
2003taient en 1975 encore 44% de l’em- rurgie. Ce sont plus des deux tiers des Un tiers des salariés dans
ploi, ne sont plus que 17% en 1999. salariés de ce secteur qui ont entre 45 des grands établissements
Les titulaires de CAP ou BEP sont et 60 ans. Cette structure de la
passés de 27% en 1975 à 45% en main-d’œuvre laisse pressentir un re- Reflet de ses spécificités sectorielles
1999. De même, les niveaux bac ou nouvellement des spécialisations. et notamment du poids important de
plus occupent en 1999 un quart de La métallurgie lorraine est globale- la sidérurgie, la métallurgie lorraine
l’emploi, contre 8% en 1975. ment moins féminisée que l’ensemble est une industrie de grands établisse-
Cette évolution est également visible de l’industrie régionale. Les femmes ments. Plus de 35% des salariés lor-
pour les ouvriers. Alors que les trois ne représentent que 13% de l’emploi, rains de ce secteur travaillent en effet
quarts de ceux-ci n’étaient que peu di- contre 23% dans le reste de l’in- dans des établissements de plus de
plômés (sans diplôme, CEP, BEPC)en dustrie. C’est également moins que 500 salariés, contre 15% pour la mé-
1975, ils ne sont plus que 41% dans dans la métallurgie française, qui tallurgie française. Les plus petits éta-
ce cas. Lestitulairesdediplômespro- emploie 17% de femmes. blissements, de moins de 50 salariés,
fessionnels (BEP et CAP) occupent la
moitié des emplois en 1999, contre Augmentation de la qualification
un quart seulement en 1975. Enfin Part des différentes catégories socioprofessionnelles dans la métallurgie lorraine
9% des ouvriers ont aujourd’hui un ni-
%veau bac, contre seulement 2% en 50
19751975.
45
1982
40
1990
La sidérurgie en tête
35
1999
Le secteur de la métallurgie est cons- 30
titué de différentes activités. La Lor-
25
rainesecaractérise parlepoids très
20important de la sidérurgie. Plus du
15quart des emplois lorrains de la métal-
lurgie (soit environ 8 500 emplois)ap-
10
partiennent à ce secteur d’activité,
5
contre 8% en moyenne dans le reste
0de la France. Au contraire, la méca-
cadres techniciens contremaîtres, employés ouvriers ouvriers non
nique générale (usinage de pièces métal- agents de d'entreprises qualifiés qualifiés
maîtriseliques) ne représente que 15% des
emplois lorrains de la métallurgie (envi-
Source : Insee - Recensements de la population
ron 4 900 emplois)contreprèsd’un
quart dans le reste de la France.
Quelques autres activités comptent Une pyramide des âges vieillissante
plus de 1 000 salariés, comme le dé-
âgeLorraine
coupage-emboutissage, la fabrication 65
de tubes en fonte ou en acier, la fabri-
cation de fils métalliques, de ferrures
60
et de serrures ou le traitement et re-
vêtement des métaux.
55
50Des salariés plus âgés que
dans le reste de l’industrie
45
Dans ce secteur d’activité ancien et
ayant peu recruté, la tranche d’âge 40
45-60 ans est clairement surrepré-
sentée par rapport à l’ensemble de l’in-
35
dustrie régionale et à la métallurgie
Femmes métallurgie
française. Environ 48% des salariés lor-
30
Hommesrains de la métallurgie se trouvent dans
Femmes industriecette classe d’âge en 2002, contre
25
36% des salariés des autres secteurs Hommes industrie
industriels. En France, cette proportion
20
est de 37%.
%
Lesactifs lesplusâgéssontlargement 15
54 3 21 0 0 1
concentrés dans le secteur de la sidé- Source : Insee - DADS 2002
Rédigé le 27/07/2005 - Directeur de la publication : Jean-Paul FRANÇOIS
INSEE Lorraine 15 rue du Général Hulot CS 54229 - 54042 NANCY
Tél : 03 83 91 85 85 © Insee 2005emploient par contre moins de dant qu’une petite part de l’emploi Dans la zone d’emploi de Thionville,
salariés en Lorraine. dans cette zone qui comprend de les effectifs ont fondu de moitié entre
nombreuses autres activités. Dans les 1989 et 2003, passant de 21 500
zonesdeLongwyetdeBar-le-Duc, en salariés à 11 100. Les pertes ontDes salaires plus élevés
revanche, la métallurgie occupe plus été équivalentes dans la zone de Nan-
que la moyenne
de 10% des emplois salariés. A Long- cy (de 7 500 à 3 800 emplois salariés).
Le salaire horaire moyen (hors stagiai- wy sont notamment implantés les éta-
res, apprentis et intérimaires)dansle blissements EUROSTAMP et MB
Denis AUFFRAYsecteur de la métallurgie en Lorraine AUTOMOTIVE, et dans la zone de
s’établit à 14,9 euros. C’est un peu Bar-le-Duc les établissements SODETAL Laurent AUZET
supérieur au salaire moyen dans l’in- et ARCELOR.
dustrie (14,2 euros)etmêmetrèssu-
périeur si l’on exclut le secteur de Plus d'un tiers de l'emploi à Thionville
l’énergie (13,9 euros). Le salaire reste
plus élevé que la moyenne dans la mé-
tallurgie si l’on prend en compte les
Longwy
Thionvilledifférences de structure par âge,
sexe, catégorie socioprofessionnelle
et taille d’établissement.
Meuse du Nord Briey Bassin Houiller
Une activité
Metzgéographiquement
très concentrée
Bar-le-Duc Sarreguemines
Deux zones d’emploi regroupent la Commercy
Nancymoitié des emplois de la métallurgie Toul Sarrebourg
lorraine. La zone de Thionville
Lunéville
Poids de la métallurgieconcentre ainsi 35% de l’emploi de ce
dans la zone d'emploi
en % de l'emploi salariésecteur. On y recense quatre des dix
plus grands établissements : SOLLAC 10 Saint-Dié
4LORRAINE, ISPAT UNIMÉTAL, ARCELOR PAC- Épinal
2
KAGING et ASCOMETAL. Plus d’un emploi Vosges
sur dix de la zone dépend de ce sec- de l'Ouest
teur d’activité. La zone d’emploi de Nombre d'emplois
salariésNancy regroupe 12% de l’emploi ré- Remiremont-
11 100gional de la métallurgie, mais ce sec- Gérardmer
teur reste minoritaire par rapport aux
3 800
autres. A Pont-à-Mousson est ainsi
implantée la société SAINT-GOBAIN PAM.
Source : Insee - Estimations d'emploi 2003La métallurgie ne représente cepen-
Domination des grands établissements
Répartition des établissements de la métallurgie en Lorraine selon l'effectif salarié
%40
35 Lorraine
France
30
25
20
15
10
5
0
6à9 10à19 20à49 50à99 500 et plus1à5 100 à 199 200 à 499
Source : Insee - Sirene 2004
Rédigé le 27/07/2005 - Directeur de la publication : Jean-Paul FRANÇOIS
INSEE Lorraine 15 rue du Général Hulot CS 54229 - 54042 NANCY
Tél : 03 83 91 85 85 © Insee 2005