Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le marché du travail en Haute-Normandie : Les années de bonne conjoncture

De
3 pages
Entre mars 1997 et mars 2001, le chômage a très fortement diminué sur l'ensemble du territoire français et de nombreux emplois ont été créés. Cette bonne conjoncture nationale est à rapprocher d'un contexte économique international très favorable sur la période,(bonne tenue de l'économie américaine et de celle de la zone Euro). Sans chercher les déterminants de cette situation, qui dépendent des fondamentaux économiques, le présent numéro se propose d'observer en particulier
Voir plus Voir moins

N° 18 - Octobre 2002
Lettre
statistique
et
économique
de Haute-Normandie
LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN HAUTE-NORMANDIE
Les années de bonne conjoncture
François GITTON
Entre mars 1997 et mars 2001, le chômage a très fortement diminué sur l’ensemble du
territoire français et de nombreux emplois ont été créés. Cette bonne conjoncture nationale
est à rapprocher d’un contexte économique international très favorable sur la période,
(bonne tenue de l’économie américaine et de celle de la zone Euro). Sans chercher les
déterminants de cette situation, qui dépendent des fondamentaux économiques, le présent
numéro se propose d’observer en particulier quels secteurs d’activité ont été les plus
dynamiques en termes de créations d’emploi au plan local, suivent-ils en cela une tendance
nationale, et quels types d’emplois ont été créés ? Comment le nombre de demandeurs
d’emploi a diminué en Haute-Normandie, dans quelles proportions et à qui a profité cette
baisse ?
L’ÉVOLUTION DE L’EMPLOI DE 1997 À 2001
50 000 emplois créés en quatre ans
Bien que ne représentant plus our mesurer l’ampleur du phéno-
Pmène, il est intéressant deque 24% des emplois, l’industrie
prendre un peu de recul. Globalement, enoccupe une place centrale dans
Haute-Normandie, le nombre d’emploisla région. Entre fin 1996 et fin
était au même niveau fin 1996 (après trois
2000, l’emploi industriel s’est
années -1994, 1995 et 1996- très diffici-
maintenu, stoppant ainsi un fort
les) que vingt ans auparavant, en 1975
déclin qui pénalise la région (date du recensement). Pendant ces deux
S O MM A IRE depuis plus de deux décennies. décennies, l’emploi a certes varié mais a
plutôt oscillé autour de ce niveauGlobalement, l’emploi a
LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN HAUTE-NORMANDIE d’emploi. En quatre ans (fin 1996 à finfortement progressé grâce,
Les années de bonne conjoncture . . . . . . 1 2000) le nombre d’emplois salariés anotamment, aux activités
EMPLOI augmenté de 50 000, soit une hausse de
tertiaires qui regroupent
L’ÉVOLUTION DE L’EMPLOI DE 1997 À 2001 8,5%. La comparaison de ces deux évolu-50 000 emplois créés en quatre ans. . . . . . 1 désormais 70% des emplois.
tions montre à quel point la période s’éta-
CHÔMAGE Ces nombreuses créations lant sur les années 1997 à 2000 a été
L’ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DE 1997 À 2001
Forte baisse du chômage s’accompagnent d’un grand particulièrement faste en termes de créa-
pour les jeunes non diplômés . . . . . . . . . . . 4
changement : le recours de plus tions d’emplois. Il s’agit bien là d’une rup-
ture avec la période précédente. Ceten plus fréquent aux contrats àANALYSES CONJONCTURELLES
article fait brièvement le point sur cesLES TAUX DE CHÔMAGE AU 2e TRIMESTRE 2002 durée indéterminée pour les
Forte hausse dans l’Eure depuis un an . . . . . . . 7 évolutions récentes après avoir décritembauches.
EMPLOIÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ ENTRE FIN 1996 ET FIN 2000succinctement la structure actuelle de
l’économie régionale. Pays de la Loire
Bretagne
Languedoc-Roussillon
Corse
Aquitaine
L’EURE, 5e DÉPARTEMENT
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Poitou-CharentesINDUSTRIEL FRANÇAIS
Midi-Pyrénées
Alsace
Rhône-AlpesLa Haute-Normandie est encore une
Nord-Pas-de-Calais
région réputée industrielle et pourtant, Basse-Normandie
France métropolitaine
les activités tertiaires occupent près de
Centre
Franche-Comtésept personnes sur dix. L’industrie repré-
Ile-de-France
sente 24% des emplois de la région, Haute-Normandie
Bourgognecontre 18,8% des en France. Ce
Limousin
qui place la région au 4e rang des ré- Auvergne
Lorraine
gions industrielles. L’Eure, avec 27,5% Picardie
Champagne-Ardennede ses emplois qui dépendent du secteur
02 46 810 12 14industriel, est le cinquième département
le plus industriel de France, loin devant la Source : INSEE - Estimations d’emploi Unité : %
Seine-Maritime, 37e département fran-
çais en termes de poids relatif de l’in-
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI TOTAL PAR GRAND SECTEUR D’ACTIVITÉdustrie (22%) mais 5e département
français s’agissant d’effectifs industriels Effectifs totaux Variation absolue Évolution 1996-2000 Évolution 1996-2000
NES (5 postes) au 31 décembre 2000 1996-2000 Haute-Normandie (en %) France (en %)
(la taille du département joue alors beau-
Agriculture 19 245 -2 654 -12,1 -6,7coup). Les grandes spécificités de l’in-
Industrie 156 841 -1 415 -0,9 1,4
dustrie régionale sont la chimie (chimie Construction 43 756 2 300 5,5 6,4
Commerce 85 024 5 437 6,8 8,8organique, chimie minérale et para-
Services 387 529 42 766 12,4 12,4
chimie) le raffinage de pétrole, l’industrie
Ensemble 692 395 46 434 7,2 8,6
pharmaceutique, la chaudronnerie, l’in-
Source : INSEE - Estimations d’emploi
dustrie du verre, la fabrication d’équipe-
ments ou de composants électriques ou
tance ont connu un essor considérable cennies précédentes. Des différencesélectroniques, l’industrie automobile.
(respectivement plus de 14 000 et 5 000 d’évolutions sectorielles avec la FranceCependant, actuellement, les postes de
existent dans certains domaines d’actil’éducation, de la santé et de l’action so emplois créés). L’industrie, souvent --
vité. Ainsi, la pharmacie (+1 910 emciale et les administrations publiques oc considérée comme un des moteurs de la --
croissance, s’est à peu près maintenue, plois) s’est plus développée localement,cupent, à eux trois, plus de personnes
ce qui constitue donc une rupture très tout comme le raffinage qui s’est mieuxque l’ensemble du secteur industriel. Les
nette avec les périodes précédentes de maintenu et un peu plus d’emplois pucommerces occupent environ 12% des -
blics ont été créés. Inversement, la conseffectifs, dont plus de la moitié dans le fort déclin industriel. Les fortes pertes de -
truction navale, les industries descommerce de détail. La construction re la construction navale, des industries des-
équipements électriques et électroni équipements ou des composants électriprésente désormais 6% des effectifs et - -
ques, de l’industrie automobile et de l’ha ques et électroniques, le secteur desl’agriculture, moins de 3% (1,6% de -
billement ont été compensées par de postes et télécommunications ainsi quel’emploi salarié).
les activités associatives sont des secnombreuses créations dans la phar --
teurs moins dynamiques dans la région.macie, la chimie et la métallurgie. A ces
évolutions, il convient d’ajouter une forte2 000 EMPLOIS CRÉÉS DANS LA
croissance du commerce (de détail esPHARMACIE EN QUATRE ANS -
sentiellement) et du BTP, secteur dans UN RECOURS PLUS FRÉQUENT AUX
De 1997 à 2001, les créations et sup lequel il faut aussi tenir compte du poids CONTRATS À DURÉE INDÉTERMINÉE-
pressions d’emplois ont été très nom de l’intérim pour mesurer l’ampleur de la-
reprise d’activité. Globalement, entre fin Pendant cette période de forte croisbreuses, avec un solde très nettement -
1996 et fin 2000, la Haute-Normandie a sance, et encore maintenant, on a soupositif (8,5% d’emplois salariés en plus -
créé légèrement moins d’emplois que les vent associé l’emploi nouvellement créésur la période). Les activités liées aux
au développement de l’emploi précaire. Ilservices opérationnels (emplois intéri autres régions mais le phénomène est-
est vrai que sur la période, le nombremaires compris) et au conseil et assis moins marqué qu’au cours des deux dé- -
2 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 18 - Octobre 2002ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ d’emplois aidés et le nombre de contrats
Évolution Évolution à durée déterminée ont augmenté et l’in-
Effectifs salariés Variation 1996-2000 1996-2000
térim a connu un essor particulièrementau 31 décembre absolue Haute-Normandie France
NES (36 postes) 2000 1996-2000 (en %) (en %) marqué dans la région. Cependant, la
Agriculture, sylviculture, pêche 7 510 -380 -5 5 hausse de l’emploi est d’une telle am-
pleur que l’essor de l’intérim est très loinIndustrie 151 710 -1 020 -1 2
Industries agricoles et alimentaires 15 310 710 5 5 de tout expliquer (moins de 15 000 em-
Habillement, cuir 2 240 -1 020 -31 -22
plois sur 50 000) même si cela n’en de-
Édition, imprimerie, reproduction 5 780 20 0 3
meure pas moins très spectaculaire.
Pharmacie, parfumerie et entretien 8 790 1 910 28 1
Industrie des équipements du foyer 4 210 -590 -12 0 D’ailleurs, les mouvements de
main-d’œuvre dans les établissementsIndustrie automobile 16 310 -1 480 -8 4
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 3 780 -1 020 -21 -2 de 10 salariés ou plus nous permettent
Industrie des équipements mécaniques 16 330 520 3 5
de dresser un constat intéressant. Entre
Industrie des équipements électriques et électroniques 6 580 -1 990 -23 5
les années 1997 et 2000, les flux d’en-Industrie des produits minéraux 6 750 -370 -5 -5
Industrie textile 2 020 -30 -1 -7 trées et de sorties se sont considérable-
ment intensifiés, avec un solde de plusIndustrie du bois et du papier 6 310 -30 0 -2
Chimie, caoutchouc, plastiques 21 690 1 350 7 5 en plus positif (le nombre d’embauches
Métallurgie et transformation des métaux 14 450 980 7 4
annuelles est passé de 92 000 à 120 000
Industrie des composants électriques et électroniques 9 980 -390 -4 14
et celui des sorties de 92 000 à 110 000).Production de combustibles et de carburants 3 740 -10 0 -32
Eau, gaz, électricité 7 450 400 6 2 Parallèlement à cette croissance de
l’emploi très visible dans ces mouve-Construction 38 780 2 540 7 8
ments, la proportion de contrats à durée
Commerce 74 920 6 280 9 11
indéterminée (CDI) est en constanteCommerce et réparation automobile 12 010 720 6 7
Commerce de gros, intermédiaires 20 550 10 0 8 augmentation. Cette part est passée de
Commerce de détail, réparations 42 370 5 550 15 14
17,4% en 1997 à 26% en 2000. Même si
Services 367 050 42 960 13 13 parmi les emplois créés, un nombre im-
Transports 38 890 3 070 9 13
portant sont dits précaires, la croissanceActivités financières 14 650 700 5 2
sur période relativement longue (quatreActivités immobilières 6 900 40 1 3
Postes et télécommunications 10 680 -570 -5 7 ans) sans grand précédent sur période
Conseil et assistance 22 790 5 480 32 29
récente, s’accompagne d’un recours plus
Services opérationnels 44 010 14 170 48 51 important à un type de contrat pourtant
Recherche et développement 1 610 90 6 5
contraignant pour l’employeur et plusHôtels et restaurants 14 090 2 160 18 17
confortable pour le salarié. Il s’agit doncActivités récréatives, culturelles et sportives 6 440 1 540 31 19
Services personnels et domestiques 22 770 4 150 22 19 d’une rupture avec la logique précédente
Éducation 53 760 2 130 4 5
d’un recours toujours moins fréquent à
Santé et action sociale 59 300 2 410 4 6
ce type de contrat, parfois jugé inadapté
Administration publique 62 720 6 390 11 6
Activités associatives et extra-territoriales 8 450 1 210 17 29 aux aléas conjoncturels par les em-
ployeurs. Cette hausse très sensible de
Ensemble 639 960 50 370 9 10
la part des contrats à durée indéterminée
Source : INSEE - Estimations d’emploi
parmi les contrats d’embauche signés
vient nous rappeler que la croissance est
MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE EN HAUTE-NORMANDIE DE 1997 À 2000 une affaire de confiance, qui reste ce-
1997 1998 1999 2000 pendant toute relative puisque les con-
Nombre d’entrées 92 231 98 917 117 053 119 620 trats à durée déterminée occupent
Nombre de sorties 91 462 97 592 116 167 110 426
encore une large part des embauches.
Solde 769 1 325 886 9 194
Une période de croissance durable
Part de CDI parmi les embauches (%) 17,4 19,1 22,6 26,0
permet néanmoins d’envisager des jours
Source : INSEE - DMMO/EMMO (établissements du secteur privé de 10 salariés ou plus)
meilleurs et de sortir d’une logique de
crise, ce qui a donc des conséquences
sur les comportements d’embauche
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 18 - Octobre 2002 3

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin