Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les caractéristiques familiales des salariés à temps partiel dans le secteur pri

De
4 pages
En 1995, 15 % des salariés du secteur privé travaillaient à temps partiel. Parmi les personnes vivant en couple, il s'agit, souvent mais pas seulement, de salariées dont le conjoint occupe un emploi à temps complet et qui ne souhaitent pas travailler davantage. Pour les autres, il s'agit essentiellement de femmes seules et des chefs de famille monoparentale, pour qui le temps partiel est fréquemment subi. Plus le niveau de salaire du conjoint est faible, plus le temps partiel de la conjointe est court : 8 % des femmes dont le conjoint gagne plus de 11 000 francs par mois travaillent moins de 15 heures par semaine ; cette proportion s'élève à 17 % lorsque le conjoint touche moins de 7 000 francs. Dans ce dernier cas, 60 % des femmes souhaiteraient travailler plus longtemps.
Voir plus Voir moins

N° 626 JANVIER 1999
Prix : 15 F
Les caractéristiques familiales
des salariés à temps partiel
dans le secteur privé
Bénédicte Galtier, Université de Marne la Vallée, CSERC
240 000 hommes travaillent à temps partiel. Ilsn 1995, 15 % des salariés du sec
se concentrent principalement dans deux ty
teur privé travaillaient à temps par pes de ménage. Il s’agit d’une part des femmesEtiel. Parmi les personnes vivant enseules, célibataires et à la tête d’une famille
monoparentale, d’autre part de personnes encouple, il s’agit souvent mais pas seule
couple dont le conjoint travaille à temps com
ment, de salariées dont le conjoint oc plet (tableau 1). Cette répartition au sein des
cupe un emploi à temps complet et qui ne couples tient en partie à la présence de jeunes
enfants : à caractéristiques individuelles iden souhaitent pas travailler davantage. Pour
tiques (âge, ancienneté dans l’établissement,
les autres, ce sont essentiellement des niveau de diplôme et catégorie socioprofes
femmes seules et des chefs de famille sionnelle), avoir un ou plusieurs enfants de
moins de trois ans et de moins de six ans aug monoparentale pour qui le temps partiel
mente respectivement de 7 points et 18 points
est fréquemment contraint. la probabilité pour une femme en couple d’oc
Plus le niveau de salaire du conjoint estcuper un emploi à temps partiel plutôt qu’à
temps complet. Cet effet n’existe pas chez lesfaible, plus le temps partiel de la conjointe
hommes.
est court : 8 % des femmes dont le c onjoint
gagne plus de 11 000F par mois travaillent Temps partiel et type de ménage
moins de 15 heures par semaine ; cette
Parmi les salariés à temps partiel, 42 % sou
proportion s’élève à 17 % lorsque le con-haitent une durée de travail plus longue. Ce
joint touche moins de 7 000F. Dans ce der souhait dépend des revenus salariaux perçus
au sein de la famille. En effet, et ce n’estnier cas, 60 % des femmes souhaiteraient
pas très surprenant, les personnes dont le
travailler plus longtemps. ménage ne dispose que d’un seul salaire as
pirent à travailler davantage, la plupart à
En 1995, sur les 11 300 000 salariés que temps complet. C’est le cas de 70 % des
compte le secteur privé, 1 480 000 femmes etpersonnes à la têted’une famille monopa
Poids du temps partiel parmi les salariés du secteur privé selon le type de ménage
Répartition des salariés à
Ensemble Salariés à temps partiel temps partiel selon le type
des salariés de temps partiel (%)
(milliers)
(milliers) (%) Contraint Choisi
Personnes sans conjoint 1 696 244 14,4 55 45
63 37Hommes seuls 706 32 4,5
20 52 48Femmes seules 540 106
24 69 31Chef d’une famille monoparentale 450 106
Personnes en couples dont le conjoint... 8 284 1 288 15,5 36 64
20 35 65...travaille à temps plein 5 072 1 001
547 53...travaille à temps partiel 1 002 51
10 70 30...est chômeur 610 60
11 32 68...est inactif 1 600 176
Enfants hébergés chez leurs parents 1 112 164 15 66 34
1Autres situations 20626133565
Total 11 298 1 722 15 42 58
1. Regroupent les ménages de plusieurs personnes sans famille principale et les personnes hébergées autres que les enfants tits enfants : pe ,
cousins, oncles, tantes, frères, soeurs, etc.
Champ : salariés du secteur privé dont le conjoint peut occuper un emploi aussi bien dans le secteur privé que dans le spublic ec.teur
Source : enquête Emploi 1995 et enquête complémentaire, Insee
˚
INSEE
PREMIEREtravail d’un membre du couple dépendSalaire mensuel du conjoint et durée du temps partiel
du niveau de revenu de l’autre membre :(dont temps partiel contraint) chez les femmes en couple
plus le revenu de l’un est élevé, plus
En %
l’autre arbitre en faveur du temps libre
Temps partiel de la conjointeSalaire mensuel au détriment du temps de travail. L’offre
du conjoint Supérieur à 30 h 15 à 30 h Inférieur à 15 h Total de travail de l’un des conjoints dépend
Moins de 7 000 F 23 (38) 60 (55) 17 (60) 100
également de son propre niveau de7 000 F à 8 500 F 24 (26) 59 (34) 17 (45) 100
8 500 F à 11 000 F 31 (20) 57 (37) 12 (60) 100 formation : plus son investissement en
11 000 F ou plus 35 (16) 57 (27) 8 (36) 100
capital humain est important plus il est
Lecture : 17 % des femmes dont le conjoint gagne moins de 7 000 F nets par mois travaillent moins de 15 heures par semaine.
incité à travailler pour le rentabiliser. Or
Parmi ces 17 %, 60 % souhaitent travailler davantage.
les couples tendent à se former entreChamp : salariés du secteur privé dont le conjoint peut occuper un emploi aussi bien dans le secteur privé que dans
le secteur public. personnes dont les caractéristiques so
Source : enquête Emploi 1995 et enquête complémentaire, Insee
ciodémographiques sont proches (ni-
veau de diplôme, origine sociale,
catégorie socioprofessionnelle, etc.).rentale qui doivent assumer l’éduca ouvrier, et 6 % seulement un conjoint
Compte tenu de ce phénomène d’endo tion de leur(s) enfant(s) avec leur cadre, contre respectivement 46 % et
gamie, l’effet revenu du conjoint et l’effetseul s alaire, de 63 % des hommes cé 15 % parmi celles qui font plus de 30
capital humain jouent en sens inverse :libataires et de 70 % des personnes heures. Par ailleurs, moins le conjoint
lorsque les deux conjoints sont diplô dont le conjoint est chômeur. En re est diplômé, plus le volume horaire de
més, l’offre de travail de l’un est accruevanche, lorsqu’un des conjoints oc sa conjointe est faible. Par exemple,
par son capital humain mais réduitecupe un emploi à temps plein, dans les parmi les couples dont le conjoint a un
par le niveau de salaire de son conjoint.deux tiers des cas l’autre conjoint à diplôme de niveau bac+2, seulement
4 % des conjointes travaillent moins de À l’opposé, dans les couples non diplô temps partiel ne souhaite pas allonger
15 heures par semaine alors que cette més, l’un est incité à travailler beaucoupsa durée de travail. Le salaire du pre
proportion atteint 21 % lors que le du fait de la faiblesse du salaire l’au de mier rend le salaire du second moins
conjoint n’a aucun diplôme. Enfin, tre, mais peu en raison de l’absenceattractif relativement au temps libre.
temps partiel fém inin très court et re de capital humain. Par ailleurs, les en Lorsqu’un des membres du couple est
venu masculin faible vont de pair. Par treprises tendent à reporter leur de inactif, l’autre à temps partiel a géné
mi les couples dont le conjoint gagne mande de travail non qualifié sur lesralement plus de 50 ans. On peut alors
mensuellement moins de 7 000 F, emplois à temps partiel. Dès lors, mêmepenser qu’une partie a opté pour des
17 % des conjointes font moins de 15si un conjoint non qualifié offre uneformes progressives de cessation
d’activité. Enfin, les deux tiers des en heures par semaine, soit deux fois quantité importante de travail, en raison
fants hébergés chez leurs parents plus qu’au sein des couples dont le sa notamment du faible revenu de l’autre
souhaitent travailler davantage ; ce laire masculin excède 11 000 F. A conjoint également peu diplômé, sa du
souhait est probablement la condition l’opposé, une femme sur trois dont le rée réelle de travail sera faible si l’entre
d’une indépendance financière et fa conjoint gagne plus de 11 000 F tra prise ne lui propose qu’un emploi à
miliale. vaille plus de 30 heures contre moins temps partiel court. De fait, parmi les
d’une sur quatre parmi celles dont le femmes qui travaillent moins de 15 heu
conjoint gagne moins de 7 000 F res par semaine et dont le conjoint per (ta Le temps partiel
çoit moins de 7 000 F par mois, 60 %bleau 2).dans les couples
souhaitent travailler davantage. À l’op Les disparités de salaire individuel se
Lorsque dans un couple, l’un des deux posé, seulement 16 % des femmes dontcumulent donc au sein des ménages :
membres travaille à temps partiel, il le temps partiel est long (plus de 30 heu dans les ménages à faibles revenus
s’agit neuf fois sur dix de la femme (la res par semaine) et dont le conjoint ga masculins se situent les temps partiels
situation des hommes vivant en cou gne plus de 11 000 F par moisles plus réduits, donc les moins rému
ples et travaillant à temps partiel n’est expriment un tel souhait. La durée denérateurs, dans les ménages les plus
pas abordée ici). Le temps partiel fé temps partiel au sein des couples ré aisés, les temps partiels plutôt longs.
minin est fréquemment très court lors sulte donc de l’interaction entre l’effet re Cette situation peut s’interpréter
que le conjoint est ouvrier : parmi les venu du conjoint, l’effet capital humaincomme le résultat d’équilibres diffé
salariées travaillant moins de 15 heu de l’individu et la demande de travailrents entre des offres et des deman
res par semaine, 57 % ont un conjoint qualifié et non qualifié de l’entreprise.des de travail différenciées. L’offre de
Les contraintes horaires tendent elles
Régime horaire du conjoint et durée du temps partiel aussi à se renforcer au sein des cou
chez les femmes en couple ples. Lorsque les conjoints travaillent
En % régulièrement le samedi, la plupart des
conjointes (80 %) font moins de 30Temps partiel de la conjointeTravail le dimanche
heures par semaine. En outre, les fem du conjoint Supérieur à 30 h 15 à 30 h Inférieur à 15 h Total
mes ont relativement souvent un faibleHabituel 22 69 9 100
Occasionnel 21 61 18 100 volume horaire quand leur conjoint tra
Jamais 30 57 13 100
vaille occasionnellement le dimanche
Champ : salariés du secteur privé dont le conjoint peut occuper un emploi aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur
(tableau 3).public.
Source : enquête Emploi 1995 et enquête complémentaire, Insee
¸?Couples dont la conjointe Probabilité pour une femme vivant en couple et travaillant à temps partiel
travaille à temps partiel : de ne pas souhaiter travailler davantage
deux dynamiques En points
Écart par rapport à la modalité de référenceÀ l’aide d’une modélisation logistique,
Caractéristiques de la femmeon a analysé la manière dont certaines
Moins de 25 ans 8
caractéristiques du conjoint affectent, 25 à 39 ans Réf.
40 à 49 ans 5toutes choses égales par ailleurs (en
50 à 60 ans 2
ce qui concerne les autres caractéris
Moins d’un an d’ancienneté dans l’établissement 27,5
tiques du conjoint et celles de la onnepers 1 à 5 ans d’ancienneté -13
5 à 10 ans d’ancienneté Réf.à temps partiel), le souhait de la onjointec
Plus de 10 ans d’ancienneté 17
de travailler davantage ou non. Deux
Sans diplôme -2,5
logiques de temps partiel au sein des BEPC ns
BEP CAP Réf.couples s’opposent.
Bac -7
La première correspond à du temps Bac+2 +6
Diplôme supérieur 2,5partiel choisi et se construit autour
Emploi temporaire (Intérim et CDD) 18d’un ensemble de caractéristiques fa
Salarié en CDI dans le secteur privé Réf.
vorables. Elle concerne les ménages Salaire inférieur à 2 400 F -2,5
Salaire compris entre 2 400 F et 3 300 F Réf.dans lesquels le conjoint, relativement
Salaire compris entre 3 300 F et 4 800 F 7
âgé, a un emploi stable. Toutes choses Salaire supérieur à 4 800 F 15,5
Caractéristiques du conjointégales, lorsque le conjoint travaille
Moins de 25 ans 7depuis plus de dix ans dans le même
25 à 39 ans 0,1 **
établissement, la probabilité que la 40 à 49 ans Réf.
50 à 60 ans + 5conjointe à temps partiel ne souhaite
Moins d’un an d’ancienneté dans l’établissement 3pas une durée plus longue est accrue
1 à 5 ans d’ancienneté Réf.
de deux points. Une ancienneté éle 5 à 10 ans d’ancienneté + 2,5
Plus de 10 ans d’ancienneté + 1,5vée est le signe d’une relative stabilité
Sans diplôme - 0,5d’emploi et d’un salaire sans doute suf
BEPC 6
fisant pour autoriser le c onjoint à occu BEP CAP Réf.
Bac - 2,5per un emploi à temps partiel.
Bac+2 + 4
Toujours toutes choses égales, le fait Diplôme supérieur + 11
Emploi temporaire (Intérim et CDD) 13que le c onjoint soit salarié de l’État ou
Salarié en CDI dans le secteur privé Réf.
des collectivités locales, ou qu’il ait en Salarié de l’État ou des collectivités locales + 1,5
tre 50 et 60 ans joue dans le même sens Salaire inférieur à 7 000 F -9,5
Salaire compris entre 7 000 F et 8 500 F +3(tableau 4).
Salaire compris entre 8 500 F et 11 000 F Réf.
Le temps partiel féminin est également Salaire supérieur à 11 000 F + 4,5
lié, dans cette première logique, au ni Pourcentage de concordance 76
Nombre d’observations 870veau de formation et de rémunération
Champ : salariées à temps partiel du secteur privé.du conjoint. La conjointe ne désire pas
Lecture : on cherche à mettre en lumière les caractéristiques susceptibles d’expliquer qu’une femme en couple à temps partiel
allonger sa durée de travail lors que le ne souhaite pas allonger sa durée de travail par opposition à une femme en couple à temps partiel qui souhaite travailler
conjoint est titulaire d’un plôme supé di davantage. La modalité de référence est repérée par « Réf ». Parmi les femmes à temps partiel, la probabilité de ne pas
souhaiter travailler davantage pour la situation de référence (une femme qui est âgée de 25 à 39 ans, est dans sonrieur. Surtout, qu’il perçoive un salaire
établissement depuis 1 à 5 ans, est titulaire d’un BEP CAP, est en CDI, gagne entre 2 400 et 3 300 F/ mois, dont le conjoint
mensuel supérieur à 11 000 F élève a entre 40 et 49 ans, est dans son établissement depuis 1 à 5 ans, est en CDI dans le secteur privé, est titulaire d’un BEP CA P
(par rapport à un salaire compris entreet perçoit entre 8 500 et 11 000 F/mois) est de 76 %. Par rapport à cette situation de référence, que le conjoint ait moins de
25 ans diminue de 7 points la probabilité que sa conjointe à temps partiel ne souhaite pas travailler davantage. 7 000 F et 8 500 F) la probabilité que
Tous les coefficients indiqués sont significatifs au seui de 1%. Celui significatif au seuil de 10% est signalé par **, c non elui
la conjointe à temps partiel ne sou significatif par "ns".
haite pas travailler davantage. Le ni- Source : enquête Emploi 1995 et enquête complémentaire, Insee
veau plus élevé de revenu du onjoint,c
cohérent avec son niveau de forma
Les hommes dont la conjointe ne sou mes qui ne veulent pas travailler davan-tion, laisse manifestement le choix à
haite pas faire plus d’heures se répar tage et dont le conjoint est cadre, unsa conjointe d’un régime horaire conci-
tissent en deux groupes de profession.tiers, soit davantage que dans les au liant activité professionnelle et vie
Dans le premier, ils se situent plutôt en tres catégories socioprofessionnelles,familiale. Ceci est illustré par le fait
haut de la hiérarchie des emplois : ils font plus de 30 heures par semaine etque quatre femmes sur dix à temps
sont cadres administratifs et commer moins de 6 % moins de 15 heures.partiel choisi et dont le conjoint gagne
ciaux d’entreprises, ingénieurs ou Dans le deuxième groupe, les onjointscplus de 11 000 F par mois ne tra-
cadres techniques, et également sala occupent un emploi dans des profes vaillent jamais le mercredi (temps par
riés des professions intermédiaires sions traditionnellement fortes utilisa tiel « scolaire »), alors que ce n’est le
administratives et commerciales. Les trices de temps partiel : personnels aucas que de moins de trois sur dix parmi
durées d’emploi des conjointes sont service des particuliers, ouvriers nonl’ensemble des femmes en couple tra-
alors plutôt longues : parmi les fem qualifiés de type artisanal, et em-vaillant à temps partiel.
˝ployés administratifs d’entreprise. les ressources du ménage, mais aussitemps partiel est devenu contraint.
Dans ce groupe, les deux conjoints de pallier l’insécurité engendrée par laLes difficultés se cumulent donc au
exercent relativement souvent la précarité d’emploi du conjoint : s’il est sein de ces couples : vulnérabilité au
même profession. en CDD ou intérim, la probabilité que sachômage pour l’un des conjoints, im
À ce temps partiel, qui résulte d’un conjointe à temps partiel aspire à une possibilité d’augmenter rapidement
choix en faveur du temps libre dans durée de travail plus longue s’accroît. son volume de travail pour l’autre.
des ménages plutôt aisés où l’emploi Par ailleurs, le fait que le conjoint soitEn conclusion, le temps partiel court,
masculin est stable, s’oppose une au chômage augmente la probabilité souvent subi et concentré dans les fa
deuxième logique de temps partiel que la conjointe soit à temps partiel milles les moins aisées, correspond à un
féminin qui, ici, n’est pas désiré. Ce tout en désirant travailler davantage équilibre contraint : l’offre de travail non
temps partiel procure un revenu im plutôt qu’à plein temps. Deux interpréta qualifié est contrainte par une demande
portant pour des ménages dans une tions sont possibles. Soit l’absence de travail non qualifié, sur un marché du
situation plus difficile. Ainsi, le souhait d’emploi du conjoint a contraint la con jointe travail caractérisé par un taux élevé de
de travailler davantage est fort dans dans l’immédiat à accepter un emploi chômage des non qualifiés. En revan-
les couples dont le conjoint est jeune à temps partiel faute de mieux. Soit che, le temps partiel long, le plus souvent
(moins de 25 ans), ouvrier (qualifié ouelle avait volontairement opté pour un choisi, dans des ménages plutôt aisés,
non qualifié), peu ou pas diplômé, et temps partiel lorsque son conjoint est le reflet d’un équilibre non contraint.
perçoit un salaire inférieur à 7 000 F occupait un emploi et, depuis qu’il l’a
par mois. Travailler davantage reflète perdu, elle souhaite travailler davan Pour en savoir plus
le souhait de la conjointe d’accroître tage sans le pouvoir. De choisi, le
« Réduction du temps de travail. Quels
Pour comprendre ces résultats
arbitrages pour les salariés ? » Baesa M.P.,
Insee Première n°490 octobre 1996.
« Le développement du travail à temps
Les données utilisées sont issues de l’enquête Emploi de mars 1995 et de l’enquête
partiel », Bisault L., Bloch London C.,
complémentaire qui porte spécifiquement sur la durée du travail. L’échantillon compte au
Lagarde S., et Le Corre V. , Données
total 21 331 observations. L’étude ici présentée porte sur les seuls salariés du secteur privé : sociales, édition 1996, Insee.
elle exclut les salariés des administrations nationales, des collectivités locales, des hôpi
« Pratiques d’annualisation du temps de
taux publics, des HLM, de la sécurité sociale, et des entreprises publiques ou nationales.
travail » Boisard P. et Charpentier P.
En effet, l’emploi, en particulier à temps partiel, dans le secteur public relève de logiques4 pages du CEE n° 18, novembre dé
qui lui sont propres et qui, distinctes de celles du secteur privé, constituent un sujet d’étudecembre 1996.
à part entière.
« Les salariés à temps partiel : com
Dans un premier temps, nous avons examiné les caractéristiques familiales des individusbien gagnent ils ? » Colin C., Insee
composant l’échantillon. Dans un second temps, nous avons constitué un sous échantillonPremière n°549, octobre 1997.
comprenant uniquement les couples (qu’ils soient mariés ou non). Pour chaque individu en
« La durée du travail à temps complet »
couple, nous avons rassemblé les variables le concernant et celles relatives à son conjoint Fermanian J. D. et Baesa M.P.In
(activité, ancienneté dans l’établissement, régime horaire, diplôme, catégorie socioprofes see Première n°545, septembre 1997.
sionnelle, salaire, etc.) ; il est à noter que le conjoint peut travailler dans le secteur public.
« Salariés du secteur privé à temps partiel :
L’unité d’analyse reste l’individu. multiplicité des situations » Galtier B., 4
Nous avons exploité ces deux échantillons à l’aide de tris croisés et des analyses de pages du CEE n°27, 1998.
variance (modèles LOGIT). Ces modèles permettent de repérer les facteurs explicatifs de« Activité et arrêt d’activité féminine »
l’occupation d’un emploi à temps partiel grâce au raisonnement « toutes choses égales par Lollivier S. Économie et Statistique
n°212, juillet août 1988, Insee.ailleurs ».
Dans l’enquête emploi, on demande aux personnes qui déclarent être à temps partiel si « Les avantages matériels de la vie en
elles souhaitent ou non travailler davantage. On parlera de temps partiel subi ou contraint couple » Olier L. Insee Première n°564,
janvier 1998.lorsqu’elles souhaitent travailler davantage, et de temps partiel choisi sinon.
Direction Générale :
18, Bd adolphe Pinard
À RETOURNER À : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ activité : ___________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W angel,adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, a.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : Mireille Brunet
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
Code Sage IP98626
Date : _______________________________ Sgnaturei ISSN 0997 3192
© INSEE 1999
qqq