Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les mouvements de main d'uvre en Haute-Normandie en 2005 : Des embauches dans les métiers moins qualifiés

De
3 pages
Dans une période, d'octobre 2004 à septembre 2005, où la croissance économique est restée modeste, l'analyse des flux de main-d'oeuvre confirme les tendances du marché de l'emploi au cours de ces dernières années. La féminisation, la tertiarisation ainsi que le développement des emplois peu qualifiés sont toujours d'actualité tandis que le recul de l'emploi industriel perdure.
Voir plus Voir moins

LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE EN HAUTE-NORMANDIE EN 2005
Des embauches dans les métiers moins qualifiés
Damien BARTHÉLÉMY
336 000 soit 52 % de l’emploi salarié LES MOUVEMENTSDans une période, d’octobre
DE MAIN-D’OEUVREtotal de la région. Dans ces établisse-2004 à septembre 2005, où la
ments, il y a eu 32,2 embauches pour
Les données sur les mouvements de maincroissance économique est
100 salariés présents en début
d’œuvre dans les établissements de 10 sa-restée modeste, l’analyse des d’année et 32,5 sorties soit proportion-
lariés ou plus sont issues de deux sour-
flux de main-d’œuvre confirme nellement un peu plus de mouvements
ces : la déclaration mensuelle de
qu’en 2004 (31,6 embauches et 31,5les tendances du marché de mouvements de main-d’œuvre (DMMO)
sorties), et du même ordre de gran-l’emploi au cours de ces établie chaque mois par les établisse-
deur qu’au niveau national. Sachant ments de 50 salariés ou plus et l’enquêtedernières années. La
que les contrats d’intérim ne sont pas
trimestrielle sur les mouvements deféminisation, la tertiarisation
comptés, cela montre la grande fluidité main-d’œuvre (EMMO) interrogeant les
ainsi que le développement des du marché de l’emploi régional. Sui- établissements de 10 à 49 salariés par
emplois peu qualifiés sont vant les secteurs, les modes d’em- sondage. Sont exclus du champ de l’en-
bauche sont très différents : danstoujours d’actualité tandis que quête les administrations de l’Etat, les hô-
l’éducation, santé et action sociale, lale recul de l’emploi industriel pitaux publics, les collectivités
part des embauches en CDI n’excède territoriales, les établissements publicsperdure.
pas 11 % tandis que dans l’industrie administratifs et la Poste. Les établisse-
automobile elle atteint 72 %. Mais ments de travail temporaire et les activités
dans ce secteur, les embauches (hors extra-territoriales sont également exclusu cours des douze mois allant
intérim) sont beaucoup plus rares, 4,5 de ces résultats.Ad’octobre 2004 à septembre
pour 100 salariés soit un taux sept fois
2005, le nombre des embauches,
108 400 est légèrement inférieur à
LES EMBAUCHES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE D'OCTOBRE 2004 À SEPTEMBRE 2005
celui des départs, 110 000, dans les
Entrée
établissements de dix salariés ou plus indéterminée
Nombre CDI (%) CDD (%) Transfert (%) (%)
(cf. encadré). La situation est très va-
Hommes 51 039 29,5 61,8 5,7 3,0
riable selon les secteurs. L’industrie 19 508 19,9 77,3 1,0 1,9dont moins de 25 ans
continue de perdre des emplois à peu Femmes 55 525 15,6 78,6 2,9 2,8
23 672 11,1 84,7 0,8 3,5dont moins de 25 ans
près au même rythme que les années
Sexe non renseigné 1 809 18,0 30,5 0,2 51,3
précédentes, mais le commerce, les dont moins de 25 ans 594 11,3 18,4 0,0 70,4
activités financières et les transports Ensemble 108 373 22,2 69,9 4,2 3,7
43 774 15,0 80,5 0,9 3,7dont moins de 25 ansont connu également plus de départs
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
que d’entrées. Le bilan des services Champ : établissements de 10 salariés et plus.
aux particuliers est équilibré. La cons-
truction,lesservicesauxentrepriseset
LES SORTIES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE D'OCTOBRE 2004 À SEPTEMBRE 2005
l’éducation, santé et action sociale Fin de Démis- Licencie- Retraite Transfert Autre
Nombre CDD (%) sion (%) ment (%) (%) (%) cas (%)sont créateurs nets d’emplois.
Hommes 52 621 47,1 18,1 10,0 8,8 7,3 8,7
16 887 73,5 13,8 3,8 /// 1,4 7,5dont moins de 25 ans
Femmes 54 920 70,9 11,1 5,1 2,5 4,0 6,4
21 821 82,0 9,4 1,4 /// 0,7 6,4dont moins de 25 ansDES PRATIQUES DIFFÉRENTES
Sexe non renseigné 2 134 23,3 10,0 2,6 0,8 0,1 63,2SUIVANT LES SECTEURS
dont moins de 25 ans 597 20,6 6,5 0,0 /// 0,0 72,9
Ensemble 109 676 58,5 14,5 7,4 5,5 5,5 8,6
39 305 77,4 11,3 2,4 /// 1,0 7,9Les effectifs des établissements dont moinsde25ans
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %d’au moins dix salariés s’élèvent à
Champ : établissements de 10 salariés et plus.
10 CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006
EMPLOI
CHÔMAGEmoindre que l’ensemble des secteurs. on comptabilise 85 départs pour fin de source est certainement imparfaite :
Les services aux particuliers se carac- contrat. Dans les années de bonne quand un établissement ferme définiti-
térisent par une très forte rotation des conjoncture, le rapport était de 75 dé- vement, les dernières déclarations ne
sont pas toujours transmises àeffectifs, 79,5 embauches et 79,4 sor- parts pour 100 embauches, soit un
ties pour 100 salariés.La part des CDI taux de maintien apparent dans l’em- l’Inspection du travail.Les départs à la
dans les embauches y atteint 31 %, ploiplusélevé.LesembauchesenCDI retraite totalisent 5,5 % des sorties,
celle des démissions dans les sorties netotalisentque22 %desentréessoit soitunpeumoinsqu’en2004maisnet-
est élevée, 23 %, signe que les le même niveau qu’en 2004, en recul tement plus qu’en 2002. Parmi eux
employeurs de ce secteur ont du mal à parrapportà2001ou2002oùellesre- seulement 35 % ont 60 ans ou plus
garder leurs salariés. présentaient 27 % des embauches. contre 67 % en 2002. Cette recrudes-
Les transferts (1) atteignent 4,2 % des cence des départs à la retraite est no-
entrées et 5,5 % des sorties soit signi- tamment liée à la possibilité qu’ont eu
LA PART DES EMBAUCHES EN CDD ficativement moins qu’en 2004 où ils les salariés de plus de 58 ans ayant at-
RESTE ÉLEVÉE avaient été particulièrement teint leur durée de cotisation de pou-
nombreux. voir faire valoir leurs droits à la retraite.
La majorité des mouvements Parmi les motifs de sorties, les dé- Dans les années à venir, les départs à
concerne des recrutements en CDD, missions concernent 14,5 %. C’est
70 % des embauches, et des départs moins qu’entre 2000 et 2002 où ils ex-
(1) Les mouvements étant comptabilisés au niveau
dus à la fin de ces contrats, 59 % des pliquaient un cinquième des départs. de l’établissement, quand un salarié quitte un éta-
blissement pour un autre du même groupe ou de lasorties. Le solde entre les embauches Les licenciements sont la cause de
même entreprise ce mouvement est compté comme
en CDD et les départs à la fin de 7,5 % des sorties dont moins d’un
un transfert. Ce type de mouvement est plus fré-
quart sont des licenciements économi-ceux-ci est de 11 500 environ. Pour quent chez les cadres et dans le secteur «
banque-assurance ».100 embauches à durée déterminée, ques. Concernant ces derniers, la
LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE EN HAUTE-NORMANDIE SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE D'OCTOBRE 2004 À SEPTEMBRE 2005
Entrées Sorties
Dont Dont Dont
Nombre Dont CDD Dont CDI Nombre findeCDD démission licenciement Dont retraite
Chefs d’entreprises et cadres 5 055 31,5 46,4 6 021 23,8 19,9 15,9 11,1
Professions intermédiaires 14 112 53,1 34,1 15 371 44,2 19,1 8,6 9,7
Employés 42 377 76,5 16,9 41 677 67,9 11,5 5,1 1,8
Ouvriers qualifiés 18 155 58,3 33,5 17 888 40,3 23,4 12,1 11,7
Ouvriers non qualifiés 24 788 84,1 12,1 24 612 73,0 9,6 5,7 3,6
Non renseigné 3 886 72,2 17,1 4 107 60,8 8,9 4,3 3,2
Total 108 373 69,9 22,2 109 676 58,5 14,5 7,4 5,5
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
Champ : établissements de 10 salariés et plus.
LES TREIZE FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI GAGNENT LE PLUS D’EMPLOIS D'OCTOBRE 2004 À SEPTEMBRE 2005
Entrées Sorties Solde
Dont
Dont CDI démission Dont fin de
PCS-ESE 2003 Nombre (%) Nombre (%) CDD (%) Nombre
Ouvriers non qualifiés du gros oeuvre du bâtiment 895 12,7 579 32,6 54,6 316
Agents d'accueil qualifiés, hôtesses d'accueil et d'information 936 19,8 659 5,5 81,9 277
Nettoyeurs 11 767 12,3 11 503 7,9 77,0 264
Ouvriers non qualifiés des travaux publics et du travail du béton 514 15,4 277 20,2 48,0 237
Aides à domicile, aides ménagères, travailleuses familiales 1 873 15,7 1 642 16,6 63,3 231
Tuyauteurs industriels qualifiés 481 50,7 272 26,5 45,2 209
Autres monteurs câbleurs en électronique 231 65,8 24 n s n s 207
Aides de cuisine, apprentis de cuisine et employés polyvalents de la restauration 2 030 43,7 1 855 36,2 41,3 175
Agents civils de sécurité et de surveillance 3 257 42,3 3 089 11,0 52,0 168
Caissiers de magasin 3 876 8,5 3 712 13,3 76,9 164
Manutentionnaires non qualifiés 1 208 6,5 1 044 13,0 66,9 164
Chaudronniers-tôliers industriels, opérateurs qualifiés du travail en forge, conducteurs
420 26,2 262 22,5 36,3 158qualifiés d'équipement de formage, traceurs qualifiés
Agents de service hospitaliers 3 437 2,6 3 281 3,0 94,6 156
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
Champ : établissements de 10 salariés et plus.
CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006 11LES HUIT FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI PERDENT LE PLUS D’EMPLOIS D'OCTOBRE 2004 À SEPTEMBRE 2005
Entrées Sorties Solde
Dont
Dont démission Dont fin de
PCS-ESE 2003 Nombre CDI (%) Nombre (%) CDD (%) Nombre
Ouvriers non qualifiés divers de type industriel 1 730 7,4 2 322 3,8 82,6 - 592
Ouvriers non qualifiés de montage, contrôle en mécanique et travail des métaux 490 19,8 869 14,5 32,7 - 379
Techniciens de recherche-développement et des méthodes de fabrication en 124 67,7 362 9,4 5,8 - 238
électricité, électromécanique et électronique
Ouvriers qualifiés de la manutention, conducteurs de chariots élévateurs, caristes 779 19,6 967 11,2 47,2 - 188
Serveurs, commis de restaurant, garçons qualifiés 892 39,0 1 072 21,8 50,9 - 180
Employés qualifiés des services comptables ou financiers 594 39,9 769 26,4 30,0 - 175
Autres opérateurs et ouvriers qualifiés : métallurgie, production verrière, matériaux 170 53,5 340 9,7 16,2 - 170
de construction
Secrétaires 1 467 25,9 1 630 16,9 50,2 - 163
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
Champ : établissements de10 salariés et plus.
presque deux fois moins importante ches diminue de 5 % par rapport àla retraite resteront élevés du fait des
2004 tandis que les sorties augmen-générations nées en 1946 et après qui que celle des hommes. Presque 30 %
tent de 7 %. Au total, le déficit est desont particulièrement nombreuses. des hommes et 16% des femmes ont
été embauchés dans le cadre de con- mille postes de travail.Certes, les pro-
trats à durée indéterminée. Dans le motions internes ne sont pas compta-
bilisées dans ces mouvements mais, àtemps, cet écart reste relativementLES FEMMES DE PLUS EN PLUS
constant. champ constant, cela dénote un ralen-PRÉSENTES DANS LES EMBAUCHES
Pourtant les femmes sont de plus tissement de l’emploi dans l’encadre-
ment. Ce sont les emplois de cadresEn 2004, les entreprises concluent en présentes, elles totalisent 52 % du
dans l’industrie (ingénieurs, techni-40,4 % de leurs embauches avec des total des embauches.Cette part est en
constante augmentation depuis plu- ciens, agents de maîtrise) qui sem-jeunes de moins de 25 ans, soit
sieurs années à la faveur du dévelop- blent particulièrement touchés tandis22,1 %dejeunesfemmeset18,3 %de
que le nombre d’ouvriers qualifiés estjeunes hommes. Depuis plusieurs pement des services.
stable. Certains métiers restent attrac-années la part des jeunes reste supé-
tifs : tuyauteurs, monteurs câbleurs,rieure à 40 % mais avec une prépon-
chaudronniers-tôliers.dérance de contrats à durée LA SITUATION
Parmi les professions qui gagnentdéterminée, dans huit cas sur dix. DES CADRES SE TEND
leplusd’emplois,lesecteurdelacons-15 %ontbénéficiéd’uneembaucheen
Suivant les catégories sociales on truction se distingue ainsi que les ser-emploi durable contre 19 % en 2002.
vices aux entreprises (nettoyage,Par sexe, la différence est notable peut remarquer que, pour les cadres
ainsi que les professions intermédiai- gardiennage, accueil) ou encore laentre les jeunes femmes qui ne sont
res, le solde des entrées-sorties est santé et action sociale. Ce sont géné-que 11 % à être recrutées en CDI et
négatif et qu’il se creuse par rapport ralement des emplois peu qualifiés,lesjeuneshommesoùcetteproportion
d’ouvriersetd’employés,quioffrentlesatteint 20 %. aux années précédentes. Chez les
cadres, la situation s’est particulière- meilleures possibilités d’entrer dans leQuel que soit l’âge, la part des
ment dégradée. Le nombre d’embau- monde du travail❏femmes embauchées en CDI est
12 CAHIER D’AVAL n° 73 - Juin 2006

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin