Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les plus de 50 ans sans travail - Les formations proposées aux demandeurs d'emploi.

De
3 pages

"Peu suivies par les seniors" Les 50 ans et plus à la recherche d'un emploi s'intègrent peu dans les dispositifs de formation professionnels. Quand c'est le cas, les actions d'orientation et d'insertion retiennent leur préférence, leur offrant un tremplin pour se réinsérer dans la société.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 74
Signaler un abus

Les plus de 50 ans sans travail
Les formations proposées aux demandeurs d'emploi
Peu suivies par les seniors
Le Conseil régional, l’Assédic, et ont suivi une des nombreuses for-Les 50 ans et plus à la re-
l’Afpa sont trois organismes qui mations financées par la Région ou
cherche d’un emploi s’intè- jouent des rôles prédominants et l’Assédic et proposées par l’Afpa. Ils
différents dans la gestion des for- représentent àpeine6%del’en-grent peu dans les dispositifs
mations professionnelles des de- semble des bénéficiaires, alors quede formation professionnels.
mandeurs d’emploi. Le Conseil les seniors représentent 16 % des
Quand c'est le cas, les actions régional et l’Assédic sont des finan- chômeurs bas-normands. Ce sont
ceurs. Les dispositifs de formation majoritairement des femmes (60 %).d’orientation et d’insertion re-
financés par l’Assédic ne concer-tiennent leur préférence, leur L’ensemble des actions proposés vi-
nent que les demandeurs d’emplois
sent principalement deux objectifs :offrant un tremplin pour se indemnisés. Le Conseil régional
l’orientation et l’insertion d’une
couvre des actions financées dansréinsérer dans la société.
part, la pré-qualification et la quali-
le cadre des procédures des mar-
fication d’autre part.
chés publics. L’Afpa est un orga-
nisme de formation professionnelle Le Conseil régional gère trois dispo-
d’intérêt général pour l’insertion sitifs de formation professionnelle :
professionnelle et le développe- le Programme classique, le
ment des compétences, qui accom- Chèque-formation et l’APQE (Action
pagne les demandeurs d’emploi et Préparatoire à la Qualification et à
les salariés tout au long de leur vie l’Emploi). Le Programme classique
professionnelle. Dans cet article, le contient aussi bien des actions d’o-
rôle de l'Afpa concerne les forma- rientation et d’insertion que des
tions proposées aux demandeurs actions pré-qualifiantes et qualifian-
d'emploi dans le cadre du Pro- tes. Les actions du Chèque-forma-
gramme d'Action Subventionné de tion répondent à une demande de
l'État. préqualification ou de qualification
tandis que celles de l’APQE répon-
Les seniors intègrent peu dent à une logique d’orientation et
les dispositifs de formation d’insertion.
Au cours de l’année 2006, en En 2006, 13 350 personnes ont bé-
Basse-Normandie, plus d’un millier néficié d’actions de formation gé-
de seniors âgés de 50 ans ou plus rées par le Conseil régional. Les
RÉPARTITION DES ACTIONS SELON LEUR NATURE
EFFECTIFS EN 2006
Hommes Femmes Ensemble %
Actions d'orientation et d'insertion
Moins de 50 ans 3 890 6 144 10 034 93
50 ans et plus 235 497 732 7
Ensemble 4 125 6 641 10 766 100
Actions de préqualification et de qualification
Moins de 50 ans 4 274 3 285 7 559 96
50 ans et plus 190 136 326 4
Ensemble 4 464 3 421 7 885 100
Total des actions
Moins de 50 ans 8 164 9 429 17 593 94
50 ans et plus 425 633 1 058 6
Ensemble 8 589 10 062 18 651 100
Source : Assédic, Conseil régional de Basse-Normandie, Afpa
24 Les plus de 50 ans et l'emploi en Basse-NormandieLes plus de 50 ans sans travail
bénéficiaires de plus de 50 ans n’en (APQE). Plus de 510 seniors deman-
DÉFINITIONS représentent que10%mêmesi deurs d’emplois (sur 813) se sont
toutes les actions leurs sont ouver- ainsi positionnés sur le ProgrammeActions d’orientation et d’insertion :
Les actions d’orientation visent à la tes. Inversement, les deux tiers des de Formation générale. Ce dernier
construction d’un projet profession- bénéficiaires ont moins de 30 ans. vise à faciliter les apprentissages, à
nel. Les actions d’insertion favori- mettre à niveau ou actualiser des
L’Assédic gère deux dispositifs de fi-sent le retour à l’emploi pour les connaissances, à permettre l’accès
personnes qui en sont le plus éloi- nancement de formation : les for-
à une formation de niveau supé-
gnées. mations conventionnées et l’Aide à
rieur ou encore à accompagner la
une Formation Préalable à
Actions de pré-qualification et mobilité professionnelle. Les forma-
l’Embauche. En 2006, près de 1 100de qualification : Les formations tions qui préparent à l’entrée dans
demandeurs d’emploi ont bénéficiépré-qualifiantes ont pour objectif la l’enseignement supérieur et celles
mise à niveau des connaissances d’un de ces deux types d’aides dont
de langues vivantes et de civilisa-
pour pouvoir suivre une formation une soixantaine avaient 50 ans ou
tions occupent une place très im-qualifiante. Les formations qualifian- plus (soit 5 %).
portante. Elles correspondenttes visent la professionnalisation par
respectivement à 75 % et 25 % desl’obtention d’un titre professionnel L’Afpa s’est, elle aussi, impliquée
ou un diplôme. Elles favorisent un dans l’insertion et le maintien dans actions du programme de formation
retour rapide et durable à l’emploi. générale dispensées aux seniors etl’emploi des seniors, notamment à
travers le programme « Âges et tra- financées par le Conseil régional.
Les autres formations concernantvail » cofinancé par l’État et le
Fonds Social Européen. Elle pro- les domaines de la gestion-adminis-
tration, le paramédical, ou encorepose une ingénierie et une offre de
services adaptées aux seniors pour les actions visant à une remise à ni-
veau ne sont quasiment pas suiviesle maintien dans l’emploi et la réin-
sertion professionnelle. Ainsi 187 par les 50 ans et plus.
seniors demandeurs d’emploi sont Le dispositif APQE, enfin, se com-
entrés en formation à l’Afpa en pose exclusivement d’actions de for-
Basse-Normandie en 2006 (5 % de mation visant l’orientation et
l’ensemble du public à la recherche l’insertion sociale et professionnelle.
d'un emploi). Sur les 5 960 personnes inscrites en
2006, un peu plus de 130 seulementLes seniors recherchent avant
avaient 50 ans ou plus. Ces forma-
tout le moyen de s’insérer tions visent essentiellement la lutte
contre l’exclusion des demandeursLes actions d’orientation et d’inser-
d’emplois. Les seniors bénéficiant detion dominent largement l’en-
ce dispositif suivent pour moitié dessemble des formations (58 %), et
actions d’insertion sociale et profes-ce notamment dans les formations
sionnelle, afin d’engager ou de pour-dispensées aux seniors (70 %).
suivre leur itinéraire personnaliséPlus de 730 demandeurs d’emploi
d’insertion. L’autre moitié suit desâgés de 50 ans ou plus ont ainsi bé-
actions de formation de base. Cesnéficié d’une formation d’aide à l’in-
dernières leur permettent de pro-sertion et l’orientation en
gresser dans une logique de maîtriseBasse-Normandie en 2006.
des savoirs basiques (lire, écrire,
Sur cinq seniors qui suivent un des compter). Les actions d’orientation
dispositifs de formation du Conseil professionnelle, visant à aider à la re-
régional, quatre ont un objectif d’o- cherche d’un projet professionnel, sont
rientation ou d’insertion. Dans ce beaucoup moins suivies par les seniors.
cadre, les 50 ans et plus se posi-
La moitié des seniors ayant suivitionnent plutôt sur le Programme
une formation à l’Afpa en 2006 estde formation générale tandis que
inscrite dans le dispositif prépara-les moins de 50 ans se retrouvent
toire. Les stages les plus suivis parplutôt sur les actions préparatoires
les seniors (30,5 % des formationsà la qualification et à l’emploi
Afpa délivrées aux seniors) sont
dits de «pré-insertion », car ils pré-
parent à la reprise d’activité pour
les personnes les plus précairesL’ORIENTATION À l’AFPA
face à l’emploi. Il s’agit principale-
En Basse-Normandie en 2006, l’Afpa a accueilli 424 personnes âgées de 50 ans et plus,
ment des stages de « préparation àdans le cadre d’un service d’appui à la définition d’un projet de formation qui sera réalisé à
l’Afpa ou hors Afpa. la reprise d’activité ou d’emploi »
Dans 67 % des cas, les seniors souhaitent entreprendre un parcours de formation vers le créés dans le cadre du Plan de Co-
secteur du tertiaire : 50 % tertiaire-services et 17 % tertiaire-bureau (secrétariat, comp- hésion Sociale, pour les personnes
tabilité, gestion).
les plus éloignées de l’emploi.
Les métiers les plus demandés sont ceux des services aux personnes et aux collectivités,
du secrétariat-comptabilité, des transports et de l’informatique. L’enseignement à distance est un
Ces tendances s’observent également pour l’ensemble du public en formation à l’Afpa, autre moyen de se former à l’Afpa
mais de façon moins marquée.
pour les seniors (14 %). Il permet
Les plus de 50 ans et l'emploi en Basse-Normandie 25Les plus de 50 ans sans travail
L'INSERTION PROFESSIONNELLE APRÈS LA FORMATION À L'AFPA EN 2006
Près des deux tiers (60 %) des seniors demandeurs d’emploi ayant suivi une formation accèdent à l’emploi au cours des 6 mois
suivant leur sortie de stage. Plus de 40 % d’entre eux sont en insertion durable à 6 mois. Cependant ces résultats demeurent in-
férieurs à ceux des 30-49 ans : 72 % d’accès à l’emploi dont plus de la moitié (53 %) en emploi durable.
une remise à niveau individualisée Enfin, par le financement de forma-
de leurs connaissances générales tions, l’Assédic aide les demandeurs
ou professionnelles, pour un accès d’emploi, notamment ceux indem-
plus facile ensuite à la formation. nisés au titre de l’Aide au Retour à
l’Emploi (ARE), à acquérir une quali-
Les seniors en formation de fication, ou des compétences com-
plémentaires pour se reclasser plusqualification s’orientent
vite sur le marché du travail. Deuxvers le tertiaire
dispositifs y contribuent.
Ils sont près de 330 seniors à avoir
D’une part, l’entreprise qui souhaitesuivi une formation qualifiante en
embaucher un demandeur d’emploiBasse-Normandie en 2006. Parmi
non formé au métier qu’elle pro-eux, un peu plus de 140 ont profité
pose peut percevoir une Aide à unedu Chèque-Formation financé par le
Formation Préalable à l’EmbaucheConseil régional. Ce dernier doit
(AFPE) qui couvrira les frais de for-permettre aux demandeurs d’em-
mation du futur salarié. Le contratplois d’accéder à une qualification
de travail doit correspondre à untout en répondant aux besoins des
CDI ou à un CDD d’au moins 6 mois.entreprises de la Région. Les
En 2006, 6 % des bénéficiairesseniors ont surtout opté pour le sec-
d’une AFPE ont plus de 50 ans (35teur tertiaire (60 %) et l’industrie
personnes), essentiellement des(20 %), et très peu pour les forma-
hommes.tionsdubâtimentetdel’agriculture.
D'autre part, pour répondre à desLe Programme classique du Conseil
besoins de qualification identifiésrégional compte aussi quelques ac-
au niveau territorial ou profession-tions dites de qualification, mais
nel, ou à des tensions du marché duseule une vingtaine de demandeurs
travail sur certains métiers, uned’emplois âgés de 50 ans et plus les
liste de formations conventionnéesont suivi en 2006. Elles permettent
par l’Assédic est proposée aux de-par exemple d’acquérir une qualifi-
mandeurs d’emploi indemnisés aucation supérieure, forment à des
titre de l’ARE. Sur l’année 2006, lamétiers sur différents secteurs
vingtaine de bénéficiaires âgés de(mer, culture, tourisme...), ou en-
50 ans et plus représentent 4,5 %core aident les nouveaux agricul-
des stagiaires qui ont intégré ce typeteurs à s’installer. Les quelques
de dispositif. Près des 3/4 de ces se-seniors inscrits se sont plutôt posi-
niors ont réalisé cette formation danstionnés sur les programmes « ingé-
le secteur tertiaire-services.nieurs, cadres » et « installation en
agriculture ». Baker JOMA AMADA
Une centaine de seniors a suivi une Conseil Régional de Basse-Normandie
formation qualifiante ou profession-
Delphine BARBÉnalisante de l’Afpa en 2006, soit
4 % du total des bénéficiaires de ce Assédic
type de formation, se concentrant là
Isabelle COQUETON
encore en majorité sur le domaine
Tertiaire « bureau et services ». Afpa
26 Les plus de 50 ans et l'emploi en Basse-Normandie