Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les prix des services privés aux ménages - Hausse ralentie au cours des années 1990

De
4 pages
En 1998, les prix des services privés aux ménages ont augmenté de 2,0 % en glissement annuel. Ce résultat conforte la décélération entamée en 1990. Toutefois, de 1990 à 1998 les prix des services privés ont augmenté plus vite que l'inflation : +29,2 % contre +16,0 %. Les hausses de salaire ont renchéri les prestations facturées à l'heure. A l'opposé, l'intensification de la concurrence, la multiplication des réseaux franchisés et des facturations au forfait ont contribué à la modération des prix, comme dans les cinémas, l'hôtellerie-restauration ou la coiffure.
Voir plus Voir moins

N° 653 JUIN 1999
Prix : 15 F (2,29 $ )
Les prix des services privés aux ménages
Hausse ralentie au cours des années 1990
Jacky Bonotaux, division Prix à la consommation, Insee
1990 et 1998, les prix des services privésn 1998, les prix des services privés
aux ménages ont augmenté presque deux
aux ménages ont augmenté de fois plus vite que l’inflation : + 29,2 % contreE2,0 % en glissement annuel. Ce + 16,0 % (graphique 1). Toutefois, l’aug
mentation de ces prix n’a cessé de ralentirrésultat conforte la décélération entamée
depuis 1990. Le résultat de 1998, + 2,0 %
en 1990. Toutefois, de 1990 à 1998 les prix en glissement annuel, s’inscrit dans cette
des services privés ont augmenté plus décélération, malgré une légère remontée
par rapport à 1997 ( + 1,8 %).vite que l’inflation : + 29,2 % contre
Dans les services aux ménages, les prix ont
+ 16,0 %. Les hausses de salaire ont ren été sensibles à l’évolution des conditions de
chéri les prestations facturées à l’heure. l’offre (coûts de production : prix des matiè
res premières, coûts salariaux ; apparitionÀ l’opposé, l’intensification de la concur
de nouveaux prestataires) et, dans certains
rence, la multiplication des réseaux fran cas, à la modification de la fiscalité. Tous
chisés et des facturations au forfait ont ces éléments ont joué entre 1990 et 1998.
Les hausses salariales dans des secteurscontribué à la modération des prix,
où les prestations sont facturées à l’heure
comme dans les cinémas, l’hôtellerie ou encore la flambée des prix du café expli
restauration ou la coiffure. quent la progression des prix pour certains
postes (entretien du logement, réparation
automobile, boissons prises au café). À l’op
posé l’accroissement de la concurrence et le re Les ménages consomment ils aujourd’hui
cours de plus en plus fréquents aux campagnesdavantage de services privés (coiffeurs,
de promotions ont modéré les hausses d’autresréparations automobile, cinémas, restau
postes (hébergement, restauration, loisirs). Derants...) qu’au début de la décennie ? On
plus, au cours des années quatre vingt dix lespourrait le croire si l’on s’en tient à la part de
prestations au forfait se sont considérablementces services dans le total de la consomma
développées. Elles ont touché tous les postestion des ménages, en valeur. Cette part a
des services, y compris les services funéraires.gagné plus d’un point entre 1990 et 1998,
passant de 18,1 à 19,6 %. Mais cette crois
L’heure de main d’œuvre sance est davantage liée à celle des prix
tient une place prépondérante qu’à une évolution particulièrement rapide
des volumes consommés. En effet, entre dans la réparation auto
Dans « la réparation, l’entretien automobile et
les autres services d’utilisation de véhicules »,Les indices de prix à la consommation
les prix ont augmenté de + 43,2 % entrede l’ensemble des produits
1990 et 1998. C’est une des plus forteset services privés de 1990 à 1998
hausses au sein des services privés aux mé
nages. Pour le poste « réparation automo Indices base 100 en 1990
bile », la croissance des prix ralentit depuis
1990, année où le glissement annuel attei
gnait 6,8 % (graphique 2). Cette décéléra
Indice des services privés
tion s’est accentuée en 1997 et en 1998, où
la hausse n’est plus que de 2,0 %. Le relè
vement du taux normal de TVA de 2 points
(de 18,6 à 20,6 %) de 1995 n’a eu qu’un
Indice d ensemble
(y.c. tabac) impact réduit, le glissement annuel retrou
vant sa valeur de 1993 ( + 5,7 %). En 1990,
le différentiel d’inflation entre les prix de laSource : Insee
réparation automobile et les prix des servi
?
INSEE
PREMIERELes prix décélèrent dans la réparation Chaud et froid sur le prix du café La place de cinéma augmente
et l’entretien automobiles acheté en magasin moins vite que celles des specta
cles récréatifs et des muséesGlissement annuel en % Indice base 100 en 1990
Indice base 100 en 1990
Réparation automobile
Entretien
automobile
Services privés
Source : Insee Source : Insee Source : Insee
ces privés était de deux points. Cet 1996 et 1998. D’abord, les hôteliersHôtellerie et restauration :
écart s’est amenuisé au cours des n’hésitent plus à baisser leurs tarifs enconcurrence et forfaits
années pour devenir nul en 1998. cas de mauvaises conditions climati
Entre 1990 et 1998 les prix de la res Pour la réparation automobile, plus de ques. Ensuite, les attentats commis au
tauration ont progressé de 22,4 %.la moitié des hausses de prix sont cours de l’été 1996 et de l’hiver
Chaque jour, quinze millions de Fran observées au premier trimestre : elles 1996/1997 ont pesé sur la fréquenta
çais prennent un repas à l’extérieur decorrespondent en partie à des aug tion. Enfin, le tissu commercial s’est
leur domicile. Ils le font soit dans lamentations salariales liées au niveau modifié, avec l’apparition et le succès
restauration collective (cantines sco d’inflation de l’année précédente. Le des hôtels de chaînes économiques.
laires ou d’entreprises) soit dans laralentissement de l’inflation globale Ces derniers proposent des presta
restauration commerciale (service àjustifie ainsi pour partie la décélération tions standardisées à des prix compé
table, restauration rapide, hôtelière,des prix. Les assureurs tiennent aussi titifs. Ces établissements, appartenant
etc.). La restauration collective arrive enune place importante dans ce sec souvent à de grands groupes hôte-
tête quant au nombre de repas, mais lateur : leurs conseils de modération de liers, ont grignoté des parts de marché
restauration commerciale réalise le chif tarifs, en contrepartie d’un volume de sur le segment de l’hôtellerie intra mu
fre d’affaires le plus élevé et dispose duclientèle, sont en effet bien suivis. ros et contribuent à modérer les prix.
plus grand nombre d’établissements.L’instauration du contrôle technique En 1998, la coupe du monde de foot
Sur la période, les prix de la restaurationen 1992, et son renforcement en 1995, ball a profité au secteur de l’hôtellerie,
collective ont progressé plus vitea incité les ménages à mieux entrete et plus particulièrement aux hôtels
(+ 25,6 %) que ceux de la restaurationnir leurs véhicules. En développant les « haut de gamme, 3 étoiles et plus ».
commerciale ( + 21,2 %) ( tableau).premiers certaines prestations d’en La hausse de prix apparue au printemps
Les prix des services de restaurationtretien, les centres auto, indépendants s’est en partie maintenue au second
ont donc continué à augmenter plusou associés à la grande distribution, semestre ; sur l’année les prix ont aug
vite que l’indice général, mais moinsont été les principaux bénéficiaires de menté deux fois plus vite dans ce seg
que l’ensemble des services privés. Lacette manne supplémentaire. En effet, ment que dans le reste de l’hôtellerie.
hausse des coûts des matières pre-l’automobiliste, comme le consomma
mières est restée modérée et lesteur moyen, privilégie les prix bas et Matières premières et taxes
salaires de la branche ont progressésouhaite connaître le montant de la dopent les prix des boissons
plus lentement que ceux des servicesfacture avant de s’engager. La suren
marchands aux ménages. De plus les Au cours des années quatre vingt dix,chère des forfaits proposés par les
ménages restent toujours très attentifs la part du secteur « cafés et débits decentres auto a répondu à ses attentes.
aux prix pratiqués. La multiplication boissons » dans la consommation desLes réseaux de concessionnaires ont
des prix forfaitaires « formules et ménages s’est maintenue uniquementalors dû s’aligner. La répercussion de
menus » les y encourage. en raison de la forte progression desces opérations a été très forte sur les
De 1990 à 1998, les prix de l’hôtellerieprix ( + 40,5 % entre 1990 et 1998).prix. Entre 1990 et 1998, la hausse
et des services de logement analo Sur la période, le prix des boissonsdes prix de l’entretien automobile a été
gues ont crû plus vite que ceux de la chaudes a augmenté de + 46,9 % contreinférieure de 15 points à celle de la
restauration ( + 28,4 %). L’hôtellerie 38,2 % pour les autres boissons. Et par réparation.
traditionnelle a davantage augmenté mi ces dernières, le prix des alcooliséesL’impact des forfaits et le développe-
ses prix que les « hébergements de croît un peu plus que celui des nonment des réseaux franchisés s’est fait
vacances et de loisirs ». Entre 1990 etalcoolisées (tableau). Hausse des prixressentir également dans la location
l’été 1995, la hausse des prix dans des matières premières, des droits d’ac automobiles et les auto écoles, qui ont
l’hôtellerie était systématiquement cises, relèvement du taux de TVA et loitous pratiqué des hausses modérées :
supérieure à celle des autres services Evin expliquent en partie ces progres + 13,2 % pour les premiers et + 22,7 %
privés. Ce ne sera plus le cas entre sions importantes.pour les seconds.
´`ˆEn juillet 1994, le gel d’une partie de Coupe du monde de football s’est tra entre 1990 et 1998. La multiplication
la récolte de café au Brésil a entraînéduit fin 1998 par une hausse de la fré des offres promotionnelles et des
une hausse mondiale des cours. Le quentation des spectateurs mais aussi prestations « tout compris » expli
tarif du petit noir pris au zinc a suivi, du nombre de licenciés. Si cet engoue quent en partie cette moindre hausse.
bien que les débits de boisson aient ment n’a pas eu de répercussions sur Pour les services funéraires, les haus
« lissé » les mouvements de prix, les prix des places ou des cotisations ses de prix sur la même période ont
contrairement au commerce de détail liées au football, d’autres sports ont été plus substantielles ( + 40,0 %).
qui en a répercuté immédiatement les maintenu ou revu leur prix de place à Jusqu’en 1993, les communes dispo
soubresauts (graphique 3). De 1997 à la baisse à la suite d’une légère désaf saient du monopole de l’organisation
1998, la progression du prix des bois fection du public. du service extérieur (fourniture du cer
sons chaudes consommées au café Depuis le milieu des années 1990 unecueil, du corbillard, des porteurs et du
s’établit à 2,7 %, légèrement supé- nouvelle génération de cinémas a vu personnel nécessaires à l’inhuma
rieure à celle des services privés. le jour, les multiplexes. Pour faire facetion). Les communes d’une certaine
C’est au cours de la période 1990- à ces concurrents, les salles tradition importance avaient créé une régie
1995 que les hausses des boissons nelles ont eu recours à une nouvelle municipale ou concédaient ce mono
alcoolisées ont été les plus marquées politique tarifaire, comme les places à pole à une entreprise privée. Désor
avec en moyenne + 4,7 % par an 10 francs ou la multiplication des cam mais, au terme d’une période
contre + 2,3 % ensuite. La loi Evin a pagnes de promotion pendant les transitoire de trois ans pour les
en effet contribué à renchérir les al périodes creuses (de mai à juillet). concessions et cinq ans pour les
cools par une taxation plus lourde. Ainsi au cours des années 1996 1997,régies, ce service peut être assuré par
alors que le nombre de multiplexes a les communes, mais sans exclusivité,
doublé, l’indice des prix a enregistré ou par toute autre entreprise ou asso Les parcs d’attractions,
pour les cinémas les hausses les plus ciation habilitée.les musées et le sport
faibles de la décennie ( + 0,3 % par anAu cours des cinq dernières années,plus chers que l’audiovisuel
en moyenne). En 1998 la situation les prix des services funéraires ont
Entre 1990 et 1998 les prix des « loi semble se stabiliser. La réponse augmenté plus vite que ceux des ser
sirs, spectacles, culture » ont crû de apportée par les salles concurrentes vices privés aux ménages, en particu
27,9 %. Les hausses les plus fortes se situe désormais sur le plan du ser lier depuis 1996. Achevé en 1998, le
incombent aux spectacles récréatifs, vice plus que sur celui du prix (1 % deprocessus de déréglementation et
aux musées, aux théâtres, aux hausse en 1998). d’ouverture à la concurrence s’est,
concerts et music hall et aux services Après une augmentation entre 1990 et dans un premier temps, traduit par une
sportifs. À l’opposé le cinéma et les 1992, les prix des services photogra augmentation du prix des services fu
travaux photos ont affiché des haus phiques ont suivi la décélération enta néraires. Tout d’abord, certaines opé
ses inférieures. mée par l’ensemble des services rations effectuées par les régies
Les spectacles récréatifs et musées privés aux ménages. De 1993 à 1998, municipales n’étaient pas grevées par
représentent le quart des dépenses del’évolution des prix de ce secteur a la TVA. Avec la rétrocession de certai
services de loisirs et de culture (rede oscillé entre 0,8 % en 1993 et + 2,9 nes tâches au secteur privé, ceci n’est%
vance et abonnements télévision non en 1996 pour se stabiliser à + 0,3 % plus possible. Les ménages acquittent
compris). La forte hausse de leur prix,pour les années 1997 et 1998. Les donc des droits supplémentaires par
52,8 % de 1990 à 1998 se poursuit en composantes de ce poste évoluent enrapport à la situation antérieure.
fin de période ( + 4,3 % en 1998). Tou sens opposés : hausse des prix pour Ensuite, la fin du monopole public a
tefois cette évolution est probable les services de prises de vues, baisseentraîné également la fin de certaines
ment surestimée, tant il est difficile depour le développement et tirage. Des aides, notamment les réductions tari
raisonner « à qualité constante » pourcampagnes de promotion, faisant faires que bon nombre de communes
comparer dans le temps le prix de suite aux périodes de vacances (jan gérées en régie municipale accor
services complexes dont les contenus vier, avril et septembre), et la part, dedaient aux familles habitant la com
évoluent sans cesse . Entre 1990 et plus en plus importante, de la grande mune pour un enterrement.
1998, les grands parcs de loisirs d’at distribution dans ce secteur expliquent
traction se sont affirmés dans le pay- ces phénomènes. Pour comprendre
sage récréatif et culturel en matière de ces résultats
fréquentation et de dépense. Des Les prix des services
débuts difficiles ont contraint leurs gé funéraires s’envolent
rants à reconsidérer leurs tarifs et le Les services privés aux ménages (au sensmalgré la déréglementation
mode de tarification et à les différencier de la « base 1990 » de l’indice des prix à la
selon la saison ( graphique 4). consommation utilisée jusqu’en 1998) com Les prix des services personnels ont
Les services sportifs ont contribué à la prennent principalement les services pouraugmenté de 27,7 % entre 1990 et
hausse du secteur dans une moindre l’habitation, l’entretien et la réparation de1998. Ces services recouvrent des acti
mesure. Pour les pratiquants et les véhicules privés, les autres services d’utili vités très diverses ( tableau). La hausse
spectateurs, les tarifs ont augmenté sation de véhicules (hors péages autorou des prix des services de coiffure reste
de manière uniforme, + 30,8 % en huit tiers), les transports routiers interurbains etnettement inférieure à celle de l’ensem
ans. L’enthousiasme suscité par la les taxis, les services liés aux loisirs, auxble des services privés aux ménagesspectacles, à la culture et à l’enseignementLes indices des prix des services privés entre 1990 et 1998
(hors redevance télévision), les services
Indice des Poids dans Poids dans
d’hôtellerie cafés restaurants, les services
prix à la l’indice des l’indice des
personnels et les services bancaires. Lesconsommation prix à la prix à la
en 1998, consommation consommation services privés aux ménages sont définis
base 100 en en 1998 en 1990 par opposition aux services publics dans
1990 (en %) (en %)
leur contour du début des années 1990
129,2 19,6 18,4*Services privés (poste, télécommunications, péages, trans
ports urbains, aériens, maritimes, trans dont :
ports ferroviaires, gaz, électricité etEntretien du logement 130,9 1,83 1,32
redevance télévision). Des services où lesservices d’entretien 130,5 1,57 1,11
prix sont fortement réglementés ou tributai réparation d’appareils ménagers, de meuble et literie 137,1 0,22 0,15
res de décisions des pouvoirs publics
location d’appareils de nettoyage et de bricolage 113,6 0,04 0,06
(taxes par exemple) sont également exclus
Dépense de réparation, entretien automobile et 143,2 3,04 3,27
(services médicaux, loyers, eau). Un cer autres dépenses d’utilisation de véhicules
tain nombre de services privés ne sont pas
dont : réparation automobile 147,1 2,34 2,59
traités ici, comme les services de trans
entretien automobile 132,6 0,25 0,25
ports, les services bancaires ou les voya
auto écoles 122,7 0,18 0,20
ges organisés.
location de véhicules privés 113,2 0,12 0,13 *
Les indices de prix sont calculés sur des
Loisirs, spectacles, culture (hors redevance 127,9 1,50 1,30
échantillons annuels constants. Ils sont éta
et abonnement télévision)
blis pour une année calendaire donnée, à
dont : cinémas 119,5 0,12 0,14
structure commerciale fixe : les éventuelles
spectacles récréatifs, musées 152,8 0,41 0,20
baisses de prix liées à une modification du
services sportifs 130,8 0,29 0,24
tissu commercial en cours d’année ne sont
location d’articles récréatifs 99,0 0,18 0,18
pas prises en compte.
travaux photographiques 111,8 0,34 0,35
Sauf mention contraire, les données sont
Enseignement 125,6 0,47 0,41
présentées en moyenne annuelle et non en
Restauration (restaurants, cantines,...) 122,4 5,35 5,22
glissement (de décembre à décembre).
restauration commerciale 121,2 3,78 3,79
restauration collective 125,6 1,57 1,43
Hôtels, services de logement analogues 128,4 1,83 1,78
dont : location de chambres d’hôtel 128,3 0,78 0,74
pensions et demi pensions dans les hôtels 122,2 0,36 0,39
frais d’internat scolaire, Pour en savoir plus
résidences universitaires, foyers 126,1 0,18 0,13
hébergement de vacances et de loisirs 113,6 0,20 0,31
« Pour comprendre l’indice des prix »
Boissons prises au café 140,5 1,33 1,29
Insee Méthodes n° 81 82, 1998.
café, boissons chaudes 146,9 0,36 0,34 « La consommation des ménages en
boissons alcoolisées 139,2 0,70 0,68 1997 », Insee Résultats, 1998.
« Du blocage des prix vers la déréglemen boissons non alcoolisées 135,4 0,27 0,27
tation », Insee première , n° 483, 1996
Services personnels 127,7 1,63 1,77
« Les prix des services publics modèrent
dont : réparations de chaussures et d’habillement 127,4 0,07 0,08 l’inflation » Insee première, n° 621, 1998.
blanchissage et nettoyage d’articles textiles 122,4 0,23 0,28 « L’inflation des services : pourquoi est
elle plus élevée, une investigation par coiffure 122,4 0,90 1,00
tielle des causes » Marc Prud’homme et
services funéraires 140,0 0,34 (0,32)*
Klaus Kostenbauer Série analytique -
Ensemble des secteurs de consommation 116,0 100,0 100,0 Statistique Canada, 1997.
Les indices des prix à la consommation* Les postes location de véhicules privés et services funéraires ont été introduits en 1992. Par souci de comparabilité un poid s
sont publiés dans le Bulletin Mensuel deleur a été attribué en 1990 sur la base de leur pondération en 1992.
Statistiques (BMS) de l’Insee.Source : Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80 $ 101,07 $ 126,08 $
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Rédacteurs : J W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : _______________________________________________________________
Maquette : Martine Legrand___________________________________ Tél : _____________________________
Code Sage IP99653
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei
© INSEE 1999
qqq˚

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin