Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les répercussions de la crise sur l'emploi en Alsace

De
5 pages
L'Alsace fait partie des régions françaises les plus touchées par la forte dégradation de la conjoncture, survenue dès le 2e trimestre 2008 en France. Entre début 2008 et fin 2009, l'industrie, puis la construction, connaissent les plus fortes diminutions d'emploi. Malgré le recours accru au chômage partiel, le nombre de demandeurs d'emploi augmente, particulièrement chez les jeunes et chez les hommes. La montée du chômage est plus sensible dans la quasi-totalité des zones d'emploi industrielles du Bas-Rhin.
Voir plus Voir moins

JUIN 2010N°10POURL'ALSACE
Les répercussions de la crise
sur l'emploi en Alsace
Sur la période 2002-2006, l'AlsaceL'Alsace fait partie
er eEntrele1 trimestre 2008 et le 4a déjà connu un important recul dedes régions françaises trimestre 2009, 22 500 emploisl'emploi salarié industriel avec un
salariés du secteur marchandles plus touchées
impact fort sur l'ensemble de l'emploi ont été supprimés, soit une
par la forte dégradation salarié marchand qui diminue de baisse de 4,4 %.
de la conjoncture, 2,2 %, alors qu'il a augmenté de Au plus fort de la crise, près de
1,5 % en France métropolitaine.La 8 000 emplois intérimaires sontsurvenue
supprimés, dont 60 % relèvente crise accentue ce mouvement, dedèsle2 trimestre 2008 de l'industrie.manière toutefois moins marquée
eren France. Au 1 trimestre 2008, 13 000 per-
que dans d'autres régions indus-
sonnes de moins de 25 ans sontEntre début 2008 et fin 2009, trielles françaises. Globalement, ce demandeurs d'emploi : leur nombre
el'industrie,puislaconstruction, sont les régions du Sud (de l'Aqui- atteint 21 500, au 4 trimestre 2009.
taine à Provence-Alpes-Côte d’Azur)connaissent les plus fortes
diminutions d'emploi. La crise est plus profonde en Alsace
Malgré le recours accru Évolution trimestrielle de l'emploi salarié marchand, hors intérim
0,6 Taux d'évolution trimestriel (en %)au chômage partiel,
0,4le nombre de demandeurs
0,2d'emploi augmente, France métropolitaine
0particulièrement
-0,2chez les jeunes et
-0,4chez les hommes.
Alsace
-0,6La montée du chômage
-0,8est plus sensible
dans la quasi-totalité -1,0
des zones d'emploi -1,2
er e e e er e e e er e e e
1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr.
industrielles du Bas-Rhin. 2007 2008 2009
Champ : salariés hors secteurs agricole et services non marchands et intérim
Note : les points correspondent aux taux d'évolution trimestriels, la ligne correspond
à la tendance conjoncturelle représentée par les moyennes mobiles.
1Chiffres pour l'Alsace · n° 10 · juin 2010
Pertes d'emploi
Source : Insee, Estimations d'emploiqui sont le moins affectées par la Le recul de l'emploi industriel s'accélère avec la crise
Évolution trimestrielle de l'emploi salarié marchand, hors intérimcrise, une économie plus présen-
1 par secteur d'activité en Alsacetielle ayant limité les pertes
106
ed'emploi. Indice (base 100 au 4 trimestre 2006)
104Pendant la crise, la détérioration
de l'emploi est cependant consé-
102
quente.L'Alsace perd en effet près
100de 22 500 emplois, soit un recul
98annuel de 2,5 % contre 2 % au
niveau national. 96
Alors que sur la période 2002-2006,
94
la baisse de l'emploi haut-rhinois,
92au rythme de 1,4 % par an, était à
l'origine de la stagnation de l'em- 90
er e e e er e e e er e e e
1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr.ploi marchand alsacien, ce dépar-
2007 2008 2009tement est moins affecté par la
Commerce Industrie Emploi total hors intérimcrise (-2,2 % par an contre -2,7 %
Construction Services marchands hors intérimpour le Bas-Rhin). La profonde ré-
cession allemande, en particulier Champ : salariés hors secteurs agricole et services non marchands et intérim
dans le Land voisin du Bade-Wur-
temberg a eu un impact plus direct industriels, à l'exception de "l'é- plus fort de la crise, il s'agit de près
sur le nord de l'Alsace. nergie, eau, dépollution et gestion de 8 000 emplois intérimaires sup-
des déchets", connaissent déjà primés dont 60 % relèvent de l'in-
La sortie de récession, mesurée des suppressions d'emplois, voisi- dustrie, principalement dans l'au-
par la hausse du produit intérieur nes de 2 % par an, le secteur tomobile, dans les industries des
brut (PIB) après quatre trimestres de "la fabrication d'autres produits équipements du foyer, la métal-
consécutifs de baisse, intervient industriels" réduisant ses effectifs lurgie et la chimie, mais aussi dans
en France au deuxième trimestre de près de 4 % par an. les équipements mécaniques,
2009, grâce aux premiers plans de Entre 2008 et 2009, le rythme des électriques et électroniques.
relance mis en place au début de suppressions d'emplois a été mul-
cette même année. Malgré cette re- tiplié par deux. Particulièrement Dans le même temps, la contrac-
prise économique, l'emploi continue affecté, le secteur de "la fabrica- tion du marché immobilier se ré-
à se dégrader en Alsace, mais à un tion de matériel de transports" percute dans la construction qui
rythme moins soutenu, l'intérim connaît une forte chute de ses em- perd près de 2 500 emplois sala-
montrant des signes de reprise. plois salariés. De 2002 à fin 2009, riés (-5 %). La dégradation de l'em-
ce secteur perd le quart de ses ploi dans ce secteur est plus
emplois, avec un rythme annuel marquée dans le Haut-Rhin (-7,4 %).L'Alsace
e
voisin de -6 % à compter du 2 tri-face à la crise
mestre 2008, contre -3 % avant la Les services résistent mieux. Ils per-
La crise économique s'est traduite crise. Cette situation a été surtout dent 2 500 emplois salariés mar-
par une forte contraction de l'acti- notable dans le Bas-Rhin qui a chands, soit une diminution de 1,7 %.
vité et par voie de conséquence pourtant connu une légère crois-
du commerce mondial, notam- sance des emplois précédemment.
Les estimations d'emploi trimestrielles lo-ment des biens d'équipements.
calisées portent sur l'emploi salarié desElle a davantage touché l'Alle- Traversée de crise
secteurs marchands, hors agriculture, qui
magne dont l'économie est tournée fortement différenciée se fondent sur une exploitation des données
vers l'exportation, le recul du produit selon les secteurs des Urssaf. Il s'agit de la partie de l'emploi la
intérieur brut y a d'ailleurs été deux plus sensible aux variations conjoncturelles.
er e Pour mesurer les effets de la crise sur l'emploi,fois plus élevé qu'en France. Dans Entre le 1 trimestre 2008 et le 4
e
les évolutions des périodes 2002-2006 (du 3
ce contexte, l'Alsace a souffert de trimestre 2009, l'emploi salarié di- etrimestre 2002 au 3 trimestre 2006), plus pro-
ses spécificités : la forte dépen- minue en Alsace de 4,4 %, avec ches des évolutions tendancielles que celles
dance internationale et le poids de des évolutions différenciées selon de la période 2002-2007, ont été retenues, et
comparées à celle de la période 2008-2009l'industrie. les secteurs. 11 500 emplois sont
e e
(du 2 trimestre 2008 au 4 trimestre 2009).Dans la période précédant la perdus dans l'industrie ainsi que
crise, tous les grands secteurs 3 600 emplois intérimaires. Au
1
L'économie présentielle regroupe les activités visant à satisfaire les besoins des populations locales permanentes et des touristes, par opposition à l 'économie
productive.
2 Chiffres pour l'Alsace · n° 10 - juin 2010
Source : Insee, Estimations d'emploiL'intérim : un ajustement très rapide à la crise
Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire
120
e du Bas-Rhin : Haguenau-Niederbronn,
Indice (base 100 au 4 trimestre 2006)
Wissembourg, Molsheim-Schirmeck,
110
France métropolitaine Sélestat-Sainte-Marie-aux-Mines et
Saverne-Sarre-Union. La montée du
100
chômage est plus sensible dans laAlsace
quasi-totalité de celles-ci.90
Alors que la baisse de l'emploi
80 frontalier vers l’Allemagne avoi-
sine 3 %, l'emploi salarié mar-
70 chand diminue de 5 % de Hague-
nau-Niederbronn à Wissembourg,
60
er e e e er e e e er e e e1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. et le taux de chômage localisé
20092007 2008 augmente de 3,2 points. La dé-
pendance de nombreuses firmes
er de ces zones d'emploi à l'éco-Ce sont surtout les services aux en- 1 trimestre 2008, il atteint 21 500
e nomie d'outre-Rhin entraîne untreprises et les activités immobilières au 4 trimestre 2009.
net fléchissement de l'emploi in-qui ont supprimé des emplois. Ce sont aussi les qualifications
dustriel, accentué par des déloca-moyennes qui souffrent le plus de
lisations dans la pharmacie et laLes entreprises ont rapidement ré- la crise. Les agents de maîtrise,
chimie.pondu à la baisse de leur activité techniciens ou ouvriers qualifiés
par un moindre appel à l'intérim et sont proportionnellement plus
Les zones d'emploi de Mols-par le recours au chômage partiel, nombreux parmi les demandeurs
heim-Schirmeck et de Séles-pour éviter, dans un premier d'emploi, surtout dans les zones
tat-Sainte-Marie-aux-Mines connais-temps, de réduire trop brutale- d'emploi industrielles.
sent respectivement une baisse dement leurs effectifs. Le nombre
4,1 % et de 3,4 % de l'emploi salariéd'heures autorisées de chômage Un impact différent
marchand, portant le taux de chô-partiel, qui correspondait à moins selon les territoires
mage localisé dans ces zones àd'une centaine d'équivalents temps
De par sa structure de l'emploi, 6,2 % et 7,9 % fin 2009. Avant laplein par mois avant la crise, cul-
avec notamment l'importance de crise, la zone d'emploi de Mols-mine à près de 10 000 équivalents
son industrie, mais aussi du fait de heim-Schirmeck connaissait un ni-temps plein au paroxysme de la
sa position frontalière, la crise a veau très bas de chômage.crise ; il se maintient au-dessus
traversé les zones d'emploi La baisse d'activité chez les équipe-des 6 000 équivalents temps plein
d'Alsace avec un impact différent. mentiers automobiles, conjuguée àtout au long de l'année 2009.
des difficultés dans la plasturgie et
Les cinq zones d'emploi les la fabrication de papier carton, ex-Jeunes et hommes
plus industrielles du Bas-Rhin plique pour partie ce recul de l'emploi.les plus exposés
Ces mécanismes d'ajustement du La part de l'emploi industriel est La zone d’emploi de Saverne-
volume de l'emploi ne permettent élevée dans cinq zones d'emploi Sarre-Union connaît une évolution
cependant pas d'endiguer la
montée du chômage : le taux de Progression plus rapide du chômage des jeunes et des hommes
chômage passe ainsi de 6,4 % au en Alsace
premier trimestre 2008 à 8,8 % au Hommes Moins de 25 ans
60quatrième trimestre 2009. Tou- 22
Part* (en %) Part** (en %)
58chant plus particulièrement l'in-
2156
dustrie, employant en majorité des 54 20
salariés masculins, les licencie- 52
1950ments concernent d'abord les
48
hommes. Et la fermeture du mar- 18
46
ché de l'emploi, en stoppant les 44 17
42embauches de jeunes entraîne
1640-une envolée du nombre des de 2007 2008 2009 2007 2008 2009
mandeurs d'emploi de moins de
France métropolitaine France métropolitaineAlsace Alsace
25 ans : de 13 000 personnes au
* nombre d'hommes demandeurs d'emploi en fin **nombre de demandeurs d'emploi en fin de mois
de mois (catégorie A), rapporté à l'ensemble des (catégorie A) âgés de moins de 25 ans,
demandeurs d'emploi (catégorie A), rapporté à l'ensemble des demandeurs d'emploi
au 31 décembre de l'année (catégorie A), au 31 décembre de l'année
3Chiffres pour l'Alsace · n° 10 - juin 2010
Source : Insee, Estimations d'emploi
Sources : Dares ; Pôle emploiÉcart de taux de chômage par zone d'emploi Elle est due, pour partie, au fait que équipementiers automobiles, dans
Royaune-Uni Pays- près de 40 % des actifs résidant le textile et l'agro-alimentaire.
Belgique Bas
Allemagne dans la zone d'emploi de Guebwil- La zone d'emploi de Colmar-Neuf-Bri-
Luxembourg ler travaillent en dehors de cette sach, marquée par un chômage
zone où ils occupent des emplois élevé dans certains quartiers de
plus qualifiés donc relativement Colmar, connaît une situation un
plus épargnés. peu moins défavorable, le taux de
chômage avoisinant 8,1 % fin
Suisse
Strasbourg, Mulhouse et Colmar 2009. Mais l'emploi s'y est dégra-
dé pendant la crise avec une perte
Les zones d'emploi de Strasbourg de près de 10 % de l'emploi indus-
Italie
et Mulhouse connaissent toujours triel, sensible dans la filiére auto-
une situation très défavorable mobile (équipementiers, roule-
dans la région, avec des taux de ments..), le textile, mais aussi les
chômage respectifs de 9,8 % et produits intermédiaires.Le taux de
e
11,5 % au 4 trimestre 2009. chômage y croît de 2,3 points
Espagne
Et plus particulièrement les vil- durant la crise, l'importance des
les-centre (Strasbourg rassemble emplois dans les secteurs non
21 % des demandeurs d'emploi et marchands limite l'impact de la dé-er
Écart de taux de chômage entre le 1 trimestre 2008
e Mulhouse 11 %) et leurs quartiers gradation de l'emploi marchand.et le 4 trimestre 2009 (en points)
en zones urbaines sensibles2,9 et plus
de 2,6 à moins de 2,9 (ZUS), regroupent près d'un de- Altkirch, Saint-Louis
de 2,3 à moins de 2,6 mandeur d'emploi sur cinq. Le et Thann-Cernay
moins de 2,3
taux de chômage augmente de
France métropolitaine : +2,4 points 2,5 points dans ces zones d'em- Dans les zones d'emploi voisines
Champ : salariés hors secteurs agricole ploi durant la crise, l'emploi salarié de la Suisse, le taux de chômage a
et services non marchands
marchand y est en recul de près augmenté de manière moindre, de
de 3 %. Compte tenu du poids des 2,2 points à Altkirch et Thann-Cer-
services, l'emploi aurait dû mieux nay, de 1,4 point à Saint-Louis.
assez proche de la moyenne résister, mais l'industrie a particu- L'emploi salarié marchand a recu-
régionale, avec une moindre lièrement souffert. Dans la zone lé de plus de 5 %, mais le travail
dégradation de l'emploi indus- d'emploi de Strasbourg, on enre- frontalier a moins diminué dans
triel et de la construction, mais gistre des difficultés dans la filière ces zones d'emploi.
un emploi dans le commerce et les automobile ainsi que dans l'impri- Les entreprises du textile ainsi que
services marchands plus fragile. merie, les brasseries et l'agro-ali- celles de la fabrication d'appareils
Des entreprises traditionnelles de mentaire. électroménagers connaissent une
la lingerie, de la tuilerie ont arrêté La zone d'emploi de Mulhouse, qui chute conséquente de leurs effectifs
leur production, d'autres fabri- perdait des emplois avant la crise, dans la zone d'emploi d'Altkirch.
cants de matériel de manutention reste déprimée, avec une accélération La zone d'emploi de Thann-Cer-
ont réduit leurs effectifs. des restructurations chez les nay perd près de 10 % de ses
Guebwiller Le ralentissement de la crise ne se traduit pas encore
par une reprise de l'emploi
La zone d'emploi de Guebwiller est
4
Évolution cumulée de l'emploi salarié marchand, hors intérim (en % pendant la période) en Alsaceplus faiblement touchée par la
3montée du chômage, (+2,2 points
2pendant la crise pour +2,4
pour l'ensemble de la région). Mais 1
cette moindre évolution du taux de 0
chômage ne provient pas d'une
-1
meilleure tenue de l'emploi sur ce
-2
territoire, puisqu'il s'est dégradé de
-3près de 7,5 % durant la crise, avec
-4une baisse de près de 10 % de
Avant la crise Au maximumdelacrise Ralentissement de la crise
l'emploi industriel, notamment chez -5
er er eer eeles équipementiers automobiles. Du 1 tr. 2007 au 1 tr. 2008 Du 2 tr. 2008 au 1 tr. 2009 Du 2 tr. 2009 au 4 tr. 2009
Commerce Construction Industrie Services marchands hors intérim
4 Chiffres pour l'Alsace · n° 10 - juin 2010
© IGN - Insee 2010
Source : Insee, Taux de chômage localisés
Source : Insee, Estimations d'emploiRegard sur la crise de 1993
En 1993, l’emploi retrouve son niveau 18 mois après la récessionLa précédente récession écono-
Évolution de l'emploi salarié (données CVS-CJO) en France métropolitainemique, avant celle de 2008,
remonte à l'hiver 1992-1993. 101,5 er er
Indice (base 100 au 1 trimestre 1991 ou au 1 trimestre 2007)Ces deux périodes de récession
101,0affichent de nombreuses simi-
litudes (contraction des exporta-
100,5tions et des investissements des
entreprises, recul de l'emploi, 100,0
montée du chômage).
Elles sont cependant très différen- 99,5
tes. En effet, la récession de 1993
99,0était circonscrite à l'Europe, bien
avant la mise en circulation de 98,5
l'euro ; celle de 2008 concerne un
ralentissement mondial de l'éco- 98,0
1991 1992 1993 1994nomie. Plus limitée géographique-
er e e e er e e e er e e e er e e e
1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr.ment, la récession de 1993 fut
2007 2008 2009également plus brève, et la baisse
de l'activité moins intense. à partir de 2007à partir de 1991
Dans un contexte international favorable en 1993, les perspectives de sortie de crise ont pu s'envisager dès le second
trimestre.En 2009, la visibilité de l'avenir demeure incertaine malgré les évolutions positives de quelques secteurs d'activité.
effectifs industriels durant la crise,
car en plus de la chimie, d'autres
Pour en savoir plussecteurs, parmi lesquels le textile et
les équipementiers automobiles, "Les conséquences de la crise sur
sont également fortement fragilisés. l'emploi dans les régions", Insee
Première n° 1295, mai 2010.Les difficultés du secteur de la
chimie ont également affecté la
"Une demande sans tonus en Eu-
zone d'emploi de Saint-Louis. rope", Note de conjoncture, Insee,
mars 2010.
Serge AUVRAY "Un panorama de l'industrie en
Alsace", Insee-Alsace, ChiffresVéronique HEILI
pour l'Alsace n° 9, avril 2010.
"L'industrie en France", Insee Ré-
férences web, Édition 2009.
Quelques éléments de cadrage
Dans un contexte de crise immobilière à l'œuvre depuis 2007, la crise financière consécutive à la crise des subprimes a
brutalement conduit à une récession mondiale. La plupart des pays de la zone euro, ainsi que les États-Unis et le Japon,
entrent en récession en 2008 ; la Chine et les pays émergents d'Asie, quant à eux, subissent un net ralentissement de
leur activité économique. La contraction de l'activité dans l'ensemble des économies avancées se répercute sur le mar-
ché du travail par une baisse de l'emploi et la hausse du chômage.
En France, les premiers signes de dégradation de l'activité économique sont perceptibles dès le début de l'année 2008 :
au second trimestre, la baisse de 0,4 % du produit intérieur brut annonce la récession à venir. Durant quatre trimestres
consécutifs, le PIB continue à se dégrader et le paroxysme de la crise est atteint au premier trimestre 2009. L'Alle-
magne, premier exportateur européen, se trouve également fortement affectée par la crise et enregistre durant cette pé-
riode une chute de son PIB deux fois plus importante que la France.
La sortie de récession intervient en France au deuxième trimestre 2009. Dans la plupart des économies avancées, elle
se précise au trimestre suivant grâce à l'amélioration des conditions financières et aux plans de relance mis en œuvre
au cours de l'année.
Insee-Alsace : Cité Administrative Gaujot - 14 rue du Maréchal Juin - 67084 Strasbourg Cedex
Tél : (33) 03 88 52 40 40 - Fax : (33) 03 88 52 40 48 - Internet :www.insee.fr/alsace
Directeur de la publication : Guy Bourgey❍ Rédactrice en chef : Simone Schnerf❍ Secrétaire de rédaction : Jérôme Cuvelard
Mise en page : Christian Milanini, Chantal Rousselle❍ Cartographie : Christiane Kuhn
5
Maquette : Carré Blanc - Strasbourg
© INSEE 2010❍ ISSN : 2104-4945❍ Dépôt légal : juin 2010
Source : Insee, Comptes Nationaux

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin