Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Marché du travail

12 pages
Dans le cadre de l'Observatoire Statistique Transfrontalier de l'Arc Jurassien, l'Insee et les services statistiques cantonaux de Berne, Neuchâtel, Vaud et du Jura ont réalisé une fiche sur le marché du travail de l'Arc Jurassien. Dans un contexte économique similaire, la population active et l'emploi de Arc jurassien suisse et de la Franche-Comté affichent de fortes ressemblances.
Voir plus Voir moins

Marché
du travail
En 2000, l’Arc jurassien compte 1 064 000 actifs et Le taux d’activité dans l’Arc jurassien suisse est plus élevé
952 000 emplois. L’Arc jurassien suisse regroupe un peu qu’en Franche-Comté. Cette situation existe aux deux ex-
plus de la moitié des actifs et des emplois de l’espace trémités de la période d’activité. Avant 25 ans, l’apprentis-
franco-suisse contre 47% des actifs et 45% des emplois sage est très développé côté suisse. Après 55 ans, les
Suisses restent plus longtemps dans la vie active quecôté français.
les Français. Cette différence provient à la fois de dif-
Dans un contexte économique similaire, la population férences nationales liées à l’âge légal de départ en re-
active et l’emploi de Arc jurassien suisse et de la Fran- traite (60 ans en France, 65 ans en Suisse) et de l’effet
che-Comté affichent de fortes ressemblances. de politiques d’emplois, notamment des départs en pré-
retraite, qui ont accompagné, dans les années 90, les
De part et d’autre de la frontière, en dix ans, la crois- restructurations industrielles en France.
sance de la population active s’est accompagnée d’une
forte féminisation. En L’évolution de l’emploi total, dans l’Arc jurassien dans les
2000, la population active années 90, résulte d’ une progression des effectifs en Fran-
de l’Arc jurassien est com- che-Comté et d’un recul dans l’Arc jurassien suisse. LaS’étendant sur huit entités,
posée de 55% d’hommes hausse de l’emploi féminin a été plus vive en France qu’enle périmètre de l’Observatoire
et 45% de femmes (59% Suisse ; l’emploi masculin est resté stable en Franche-Statistique Transfrontalier
et 41% en 1990). Comté mais a fortement reculé en Suisse.de l’Arc Jurassien (OSTAJ) est
le territoire de la Conférence
Depuis la fin des années Entre 2000 et 2005, le nombre de chômeurs a progresséTransJurassienne (CTJ) : la région
70, l’emploi agricole et plus fortement dans l’Arc jurassien suisse qu’en Fran-de Franche-Comté avec ses quatre
l’emploi industriel bais- che-Comté (respectivement +85% et +36%). Le chômagedépartements (Doubs, Jura,
sent tendanciellement et des jeunes (moins de 25 ans) y est plus marqué que
Haute-Saône, Territoire de Belfort),
font place à une présence côté français malgré un recours élevé à l’apprentissage
trois cantons suisses (Jura, plus marquée du secteur qui pourrait leur permettre un accès plus facile au mar-
Neuchâtel, Vaud) et la partie située tertiaire. Cette évolution ché du travail.
au nord du canton de Berne se traduit notamment par
(Jura bernois - Bienne - Seeland) une croissance de l’em- L’Arc jurassien suisse est un marché du travail attrac-
qui sera appelée « Berne-Nord ». ploi féminin et du temps tif, en témoignent le nombre d’actifs étrangers et les flux
Par ailleurs, l’expression partiel. Malgré la progres- de travailleurs frontaliers.
« Arc jurassien suisse » sera utilisée sion de l’emploi tertiaire,
pour désigner la zone observée l’industrie reste impor- Chaque territoire a connu d’importantes arrivées d’étran-
een Suisse. tante dans l’Arc jurassien gers au cours du 20 siècle parmi lesquels de nombreux
(24% de l’emploi). actifs. En 2000, les étrangers représentent 5% des actifs
comtois et 26% de ceux résidant dans l’Arc jurassien
Les économies des deux zones sont soumises aux mê- suisse.
mes cycles conjoncturels qui sont quasiment en phase ;
l’emploi s’y ajuste rapidement, à la hausse comme à la Entre 1998 et 2005, le nombre de frontaliers travaillant
baisse. Depuis le début des années 2000, le chômage dans l’Arc jurassien suisse, quel que soit leur lieu de rési-
est en forte progression dans l’Arc jurassien. Entre 2000 dence en France, est passé de 14 900 à 23 100 (+55%).
et 2005, période de conjoncture économique peu favora- Une grande proportion d’entre eux habitent en Franche-
ble, le nombre de chômeurs a progressé de 22 400 Comté, sans qu’on en connaisse le chiffre exact. Tradi-
(+52%). tionnellement occupés dans le secteur secondaire, ils sont
de plus en plus présents dans le tertiaire, où leur nombre
Malgré ces similitudes, le marché du travail franc-comtois a doublé en sept ans ; en 2005, ce secteur accueille 49%
présente des différences avec celui de l’Arc jurassien des frontaliers (38% en 1998) contre 44% pour l’industrie
suisse. (52% en 1998).
Marché du travail - OSTAJ - 2006 1même temps, la population active
masculine a baissé de 14 000. Le
nombre d’hommes actifs reste sta-
ble en Franche-Comté (+0,02% par
an) alors qu’il recule dans l’Arc ju-
rassien suisse (– 0,45% par an).
Sur la période, la Franche-Comté
suit le contexte national. En revan-
che, les évolutions sont plus défa-
vorables dans l’Arc jurassien suisse
que dans l’ensemble du pays : l’ac-
tivité féminine y progresse moins et
la baisse du nombre d’hommes ac-
tifs est plus marquée.
Plus d’actifs occupés
mais aussi plus de chômage
Entre 1990 et 2000, la progression
de la population active dans l’Arc ju-
rassien s’est traduite simultanément
par plus d’actifs occupés et plus de
chômage. En dix ans, l’Arc jurassien
a dégagé un solde positif de 21 400
actifs occupés tandis qu’il accueillait
36 000 actifs supplémentaires.
Sur la période, la population active
occupée masculine de l’Arc juras-
sien a diminué de 22 000 personnes,
baisse plus rapide dans l’Arc juras-
sien suisse (– 0,61% par an) qu’en
Franche-Comté (– 0,14% par an). Le
chômage masculin a progressé à un
rythme soutenu (plus de 4% de
croissance par an).
La croissance de la population active s’appuie
Entre 1990 et 2000, l’Arc jurassien
dénombre 43 000 actives occupéessur une hausse de l’activité féminine
supplémentaires. Des deux côtés de
la frontière, le nombre de femmes
En 2000, 1 064 000 actifs (ayant un tissage est plus développé côté ayant un emploi progresse annuel-
lement dans les mêmes proportionsemploi ou non) habitent dans l’Arc suisse alors que les Français pour-
jurassien (*) : 502 000 en Franche- suivent plus fréquemment des étu- (+1,1%). En revanche, le nombre de
femmes à la recherche d’un emploiComté (47%) et 562 000 dans l’Arc des.
jurassien suisse (53%). La compo- À la même date, 4% des actifs de a très légèrement reculé en Fran-
che-Comté (– 0,02% par an) alorssition de la population active par l’Arc jurassien sont âgés de 60 ans
sexe est identique de part et d’autre ou plus : 6% en Suisse et 2% en qu’il progressait fortement dans l’Arc
jurassien suisse (+6,70% par an).de la frontière : 55% d’hommes pour France. L’âge légal de départ à la
45% de femmes. Côté français, retraite est plus élevé en Suisse (65
Un taux d’activité plus élevécette répartition est la même qu’au ans) qu’en France (60 ans).
niveau national. En revanche, dans dans l’Arc jurassien suisse
l’Arc jurassien suisse, la proportion Les femmes de plus en plus
d’hommes est moins élevée que actives En 2000, le taux d’activité global de
l’Arc jurassien est de 58,9% : 63,1%dans l’ensemble de la population
active helvétique. Entre 1990 et 2000, la population ac- côté suisse et 54,9% côté français. En
dix ans, ce taux d’activité est restétive de l’Arc jurassien a augmenté
En 2000, les moins de 25 ans repré- de 36 000 personnes (+0,30% par stable. En Franche-Comté, la hausse
de 2,2 points du taux d’activité fémi-sentent 11% des actifs de l’Arc ju- an). En dix ans, la zone comprend
rassien ; ils sont proportionnelle- 50 000 actives de plus ; l’augmenta- nine compense la baisse du même
ordre du taux d’activité masculine.ment plus nombreux en Suisse tion a eu une ampleur plus marquée
(13%) qu’en Franche-Comté (9%). en Suisse (+1,34% par an) qu’en Dans l’Arc jurassien suisse, ces évo-
lutions sont deux fois plus fortes.Dans cette tranche d’âge, l’appren- France (+0,97% par an). Dans le
2 Marché du travail - OSTAJ - 2006En 2000, le taux d’activité masculin Un taux d’emploi moins élevé
est de 72,9% en Suisse contre en Franche-Comté Un taux d’activité des femmes
62,4% en Franche-Comté ; il est de de l’Arc jurassien suisse en baisse
54,1% pour les actives suisses con- En 2000, pour 100 actifs résidants entre 30 et 39 ans
tre 47,7% pour les actives dans l’Arc jurassien, 93 ont un em-
comtoises. Hommes ou femmes, les ploi. Le taux d’emploi (nombre À partir de 25 ans, les femmes résidant
résidents de l’Arc jurassien suisse d’emplois pour 100 actifs) est plus dans l’Arc jurassien suisse ont, en 2000,
sont plus actifs que les Francs- élevé côté suisse que côté français un taux d’activité plus élevé qu’en 1990.
Comtois avant 25 ans et après 60 (95 et 89). En Franche-Comté, la Pourtant, le taux d’activité des femmes
ans. valeur régionale dépasse légère- de 30 à 39 ans est plus faible que pour les
ment la moyenne nationale ; elle y
autres tranches d’âge.
Près d’une personne sur deux de 15 est inférieure dans l’Arc jurassien
à 19 ans résidant dans l’Arc juras- suisse.
Par rapport aux générations précédentes,sien suisse est active contre 8% des
les femmes de 30 à 39 ans ont souventFrancs-Comtois de cette tranche En 2000, pour 100 hommes actifs,
connu un période de formation plusd’âge. Entre 20 et 24 ans, les taux 96 ont un emploi côté suisse contre
longue et ont des enfants plusd’activité sont respectivement de 91 côté français. Cet écart est en-
tardivement. En Suisse, la proportion de71% et 54% de part et d’autre de la core plus marqué pour les femmes :
femmes ayant leur premier enfant avantfrontière. pour 100 actives, 94 occupent un
30 ans ne cesse de diminuer.emploi dans l’Arc jurassien suisse
Elle dépassait 75% pour les femmes néesEntre 55 et 59 ans, 61% des Francs- contre seulement 87 en Franche-
entre 1945 et 1949 et avoisinait 60% pourComtois sont encore actifs alors Comté.
qu’ils sont 74% dans l’Arc jurassien celles nées entre 1955 et 1959.
suisse ; dès 60 ans, le taux d’acti-
vité descend à 12% en Franche- (*) la population active est recensée
au lieu de résidence. Les frontaliersComté mais reste voisin de 46% en
Suisse où l’âge légal de la retraite comtois sont comptés en Franche-
Comté.est proche de 65 ans.
Marché du travail - OSTAJ - 2006 3L’industrie reste très présente
au sein de l’emploi
À la fin des années 90, l’Arc juras- De part et d’autre de la frontière, l’em- Sur la dernière période inter-censi-
sien offre 952 000 emplois (*).De- ploi industriel diminue à un rythme taire, l’évolution de l’emploi en Fran-
puis dix ans, il en perd en moyenne proche de 1,3% (– 1 800 emplois côté che-Comté se fait à un rythme annuel
200 par an : la progression côté fran- français et – 1 500 emplois côté moyen légèrement supérieur à celui
çais (+2 100) ne compense pas la suisse) par an. Les effectifs de la de la France : +0,5% contre +0,4% par
perte côté suisse (– 2 300). construction comtoise progressent lé- an. L’emploi industriel diminue à un
gèrement (+0,4%) alors qu’ils dimi- rythme identique (– 1,4% par an) dans
Depuis 10 ans, seul l’emploi nuent fortement dans l’Arc jurassien la région et au niveau national. Par
tertiaire progresse suisse (– 4,0%). contre, l’évolution de l’emploi tertiaire
est plus favorable en Franche-Comté
L’emploi tertiaire est majoritaire de L’essor du secteur tertiaire est plus (+1,8% par an) qu’en France (+1,3%
chaque côté de la frontière, plus par- marqué en Franche-Comté (+4 400 par an).
ticulièrement en Suisse (66% con- emplois ; +1,8% par an) qu’en Suisse
tre 62% en Franche-Comté). Cepen- (+1 100 emplois ; +0,3% par an). La Les femmes de plus en plus
dant, les deux territoires comptent baisse de l’emploi dans le commerce présentes sur le marché
proportionnellement moins d’em- concerne presque exclusivement l’Arc du travail
plois tertiaires que le niveau natio- Jurassien suisse, les effectifs de cette
nal : l’écart est de 10 points en Fran- activité restant quasiment stables en En dix ans, l’ensemble de l’Arc ju-
che-Comté et de 8 points dans l’Arc Franche-Comté. rassien a connu une baisse de l’em-
jurassien suisse. ploi masculin et une progression de
L’emploi baisse plus l’emploi féminin : environ 3 000 em-
Sur la dernière période inter-censi- dans l’Arc jurassien suisse plois masculins ont disparu annuel-
taire, dans l’ensemble de l’Arc juras- qu’en Suisse lement ; dans le même temps, 2 800
sien, le tertiaire a créé, en moyenne, emplois féminins supplémentaires
5 500 emplois par an. Ces gains ne Entre 1991 et 2001, l’Arc jurassien sont apparus. Les femmes sont pro-
compensent pas les pertes enregis- suisse perd 0,4% de ses emplois par portionnellement moins présentes
trées dans l’agriculture (800), la an contre 0,2% pour l’ensemble de dans les activités qui ont le plus ré-
construction (1 600) et l’industrie la Suisse. L’emploi régresse moins duit leurs effectifs et représentent
(3 300). fortement qu’au niveau national dans une forte part des activités tertiaires
l’industrie (– 1,3% contre – 1,9% par en progression.
Si le tertiaire dans son ensemble est an) mais de façon plus marquée dans
créateur d’emplois, le bilan est va- la construction (– 4,0% contre – 2,6% Sur la dernière décennie, en moyenne
riable selon les activités. Les sec- par an). La progression du secteur annuelle, la Franche-Comté affiche
teurs santé-action sociale et servi- tertiaire y est deux fois moins ra- une perte d’un peu plus de 150 em-
ces aux entreprises (y compris acti- pide (+0,3% contre +0,6% par plois masculins largement compen-
vités immobilières) ont créé chacun an). sée par l’augmentation des emplois
environ 3 000 et 2 000 emplois sup-
plémentaires par an. En revanche,
le commerce affiche un solde néga- Emploi total en Franche-Comté et dans l’Arc jurassien suisse
tif d’un peu plus de 1 200 emplois
Franche-Comté Arc jurassien suissepar an. Dans les activités financiè-
ÉvolutionÉvolution1999 2001res, les pertes avoisinent un peu 1991-20011990-1999Branche économique
moins de 300 emplois chaque an- Effectif % % Effectif %%
née. Secteur primaire 18 329 4,3 – 23,6 34 643 6,6 – 4,9
Industrie 119 940 27,9 – 12,1 109 563 21,0 – 12,0
DontL’emploi progresse en Industrie automobile 27 445 6,4 – 14,0 237 0,0 – 55,6
Franche-Comté et recule Métallurgie et travail des métaux 19 924 4,6 +7,4 21 369 4,1 +5,3
Construction 24 084 5,6 +3,7 33 842 6,5 – 33,5dans l’Arc jurassien suisse
Secteur secondaire 144 024 33,5 – 9,8 143 405 27,5 – 18,2
Commerce 47 960 11,1 – 1,0 81 180 15,6 – 12,7
Sur la dernière période inter-censi- Hôtellerie et restauration 11 690 2,7 +11,4 26 604 5,1 – 9,3
Transports et télécommunications 20 458 4,8 +8,2 28 712 5,5 +1,3taire, les rythmes de progression an-
Activités financières 7 743 1,8 – 9,0 18 285 3,5 – 10,5
nuels moyens de l’emploi des deux Activités immobilières, services aux entreprises 35 765 8,3 +36,2 50 151 9,6 +25,9
Éducation 34 026 7,9 +7,4 35 295 6,8 +5,7territoires sont opposés : +0,5% par
Santé, action sociale 52 645 12,2 +43,3 60 430 11,6 +22,1an en Franche-Comté (+2 100 em-
Autres services collectifs et personnels 57 806 13,4 +22,2 42 483 8,2 +10,2
plois) et – 0,4% par an dans l’Arc Secteur tertiaire 268 093 62,3 +17,4 343 140 65,8 +3,3
Total 430 446 100,00 +4,5 521 188 100,00 – 4,2jurassien suisse (– 2 300).
4 Marché du travail - OSTAJ - 2006féminins (+2 200). Dans l’Arc juras-
sien suisse, le recul de l’emploi mas-
culin est plus marqué et la progres-
sion de l’emploi féminin plus faible
(– 2 850 et +600 respectivement).
Au début des années 2000, le taux de
féminisation est de 44% de part et
d’autre de la frontière. Ce taux a évo-
lué de façon similaire en Franche-
Comté et dans l’Arc jurassien suisse
et a gagné 3 points en 10 ans. Dans
l’Arc jurassien suisse, l’industrie et la
construction sont un peu plus fémini-
sées qu’en Franche-Comté ; la situa-
tion est inverse dans le tertiaire.
Un emploi féminin souvent
à temps partiel
Durant la décennie 90, la forte pro-
gression des emplois, notamment fé-
minins, a souvent concerné des pos-
tes de travail à temps partiel. Ceux-ci
ont progressé de +30% (– 0,5% pour
l’ensemble des emplois); l’emploi à
temps complet a plus fortement dimi-
nué dans l’Arc jurassien suisse qu’en
Franche-Comté (– 11% contre – 3%)
mais l’emploi à temps partiel y a moins
progressé (+19% contre +54%).
En Franche-Comté, ces évolutions
sont identiques pour les hommes et
les femmes ; côté suisse, le nombre
d’emplois masculins à temps partiel
augmente de 13% (de 21% chez les
femmes). Des conditions favorables à la con-
Tendances harmoniséesciliation de la vie familiale et de la
À la fin de la décennie 90, le recours vie professionnelle (âge de scolari-
En se basant côté français sur les estimationsau temps partiel est plus marqué sation préélémentaire, facilité de
d’emploi au 31 décembre 1990 et au 31côté suisse que côté français : il re- garde d’enfants, cantines, horaires
décembre 2000 et sur les recensements desprésente 5% des emplois masculins fixes dans les écoles) permettent
entreprises de 1991 et 2001 en Suisse, on peuten Franche-Comté et 11% en aux femmes d’augmenter leur taux
appréhender l’évolution de l’emploi de l’ArcSuisse. Chez les femmes, 36% des d’activité ; cependant, dans de nom-
emplois occupés par les Franc- jurassien entre deux dates identiques des deuxbreuses activités tertiaires, les em-
Comtoises sont à temps partiel con- plois proposés le sont majoritairement côtés de la frontière.
tre 49% dans l’Arc Jurassien suisse. à temps partiel.
L’emploi industriel féminin reste En 2001, l’Arc jurassien offre 975 000 emplois.
majoritairement à temps complet En dix ans, le bilan est positif (+17 000),
des deux côtés de la frontière ; plus du fait d’une bonne année économique 2000
de la moitié des emplois féminins de (+14 800 emplois supplémentaires cette année).
l’Arc jurassien suisse de la construc- (*) Il s’agit de l’emploi mesuré au lieu L’emploi se contracte côté suisse (– 23 000)
tion et du tertiaire sont à temps par- de travail. Les emplois détenus par les mais progresse en Franche-Comté (+40 000
tiel ; cette proportion est voisine de frontaliers comtois sont comptabilisés dont +55 000 dans le tertiaire et +2 100
40% en Franche-Comté. en Suisse dans la construction).
Marché du travail - OSTAJ - 2006 5Note de lecture : la carte représente le
nombre de frontaliers en Suisse au lieu
de travail en 2005 et le nombre de
frontaliers en France au lieu de
résidence en 1999. Chaque frontalier
est donc représenté deux fois : dans sa
commune française de résidence (si
celle-ci se situe en Franche-Comté) et
dans sa commune Suisse de travail (si
celle-ci se situe dans l’Arc jurassien
suisse).
Marché du travail : chiffres clés
Doubs Jura (F) Haute-Saône Territoire de Belfort
Population active 1990 216 430 109 859 97 115 59 588
Population active (Suisse 2000 ; France : 1999) 226 473 112 310 100 705 62 618
Part dans l’ensemble de l’espace franco-suisse en % (Suisse 2000 ; France : 1990) 21,3 10,6 9,5 5,9
Part des hommes dans la population active en % (Suisse 2000 ; France : 1999) 54,9 55,0 56,7 56,3
Part des femmes dans la population active en % (Suisse 2000 ; France : 1999) 45,1 45,0 43,3 43,7
Variation de l’effectif de la population active en % (Suisse : 1990-2000 ; France : 1990-1999) 4,6 2,2 3,7 5,1
Variation de l’effectif des hommes actifs en % (Suisse : 1990-2000 ; France : 1990-1999) +0,4 – 1,1 +0,4 +1,3
Vfectif des femmes actives en % (Suisse : 1990-2000 ; France : 1990-1999) 10,3 6,7 8,4 10,4
Population active par groupe d’âges, en %, (Suisse 2000 ; France : 1999) 100,0 100,0 100,0 100,0
De 15 à 24 ans 8,9 8,5 9,1 8,7
De 25 à 39 ans 42,4 41,5 40,9 43,2
De 40 à 59 ans 47,1 48,2 48,4 46,7
De 60 ans et plus 1,5 1,8 1,6 1,4
Taux d’activité en % (Suisse 2000 ; France : 1999) 55,5 54,5 53,3 55,8
Hommes 62,8 61,6 61,5 63,5
Femmes 48,6 47,8 45,4 48,3
Total des emplois (Suisse : 1991 ; France : 1990) 196 413 95 189 72 433 48 047
Total des emplois (Suisse : 2001 ; France : 1999) 203 484 97 283 76 779 52 900
Part dans l’ensemble de l’espace franco-suisse en % (Suisse : 2001 ; France : 1999) 21,4 10,2 8,1 5,6
Variation de l’emploi (Suisse : 1991-2001 ; France : 1990-1999) +3,6 +2,2 +6,0 +10,1
Répartition de l’emploi par secteur économique (Suisse : 2001 ; France : 1999) 100,0 100,0 100,0 100,0
Primaire 3,5 5,3 7,0 1,3
Construction 5,4 6,2 6,0 4,9
Industrie 29,4 29,7 24,9 23,0
Tertiaire 61,8 58,9 62,1 70,8
Demandeurs d’emploi de catégorie 1, Franche-Comté, moyenne 2005 18 733 7 287 7 627 6 119
Demandeurs d’emploi, Arc jurassien suisse, moyenne 2005 /// /// /// ///
Chômeurs, /// /// /// ///
Taux de chômage (définition BIT), en%, moyenne 2005 9,3 7,5 8,6 10,5
Taux de chômage (définition suisse), en %, moyenne 2005 /// /// /// ///
6 Marché du travail - OSTAJ - 2006Note de lecture : la carte représente la
part des frontaliers en Suisse dans
l’emploi en 2001 et la part des frontaliers
en France par rapport à la population
active occupée au lieu de résidence en
1999. Chaque frontalier est donc
représenté deux fois : dans sa commune
française de résidence (si celle-ci se
situe en Franche-Comté) et dans sa
commune Suisse de travail (si celle-ci se
situe dans l’Arc jurassien suisse).
Franche-Comté Arc jurassien Arc jurassien suisse Berne-Nord Jura (CH) Neuchâtel Vaud
482 992 1 027 874 544 882 107 275 32 752 85 478 319 377
502 106 1 063 832 561 726 108 554 34 174 86 280 332 718
47,2 100,0 52,8 10,2 3,2 8,1 31,3
55,5 55,4 55,4 55,9 57,1 55,3 55,1
44,5 44,6 44,6 44,1 42,9 44,7 44,9
4,0 3,5 3,1 1,2 4,3 0,9 4,2
+0,2 – 2,3 – 4,4 – 7,5 – 4,9 – 5,9 – 2,9
9,1 11,8 14,2 14,8 19,8 10,9 14,4
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
8,9 11,0 13,0 13,7 14,1 12,7 12,7
42,0 39,9 37,9 35,7 36,4 38,8 38,6
47,6 45,4 43,4 44,3 43,8 43,3 43,1
1,6 3,7 5,7 6,4 5,7 5,3 5,5
54,9 58,9 63,1 64,2 61,8 62,2 63,1
62,4 67,5 72,9 73,9 72,6 72,0 72,8
47,7 50,9 54,1 55,1 51,5 53,2 54,3
412 082 956 224 544 142 100 228 36 045 90 491 317 378
430 446 951 634 521 188 94 472 34 489 84 866 307 361
45,2 100,0 54,8 9,9 3,6 8,9 32,3
+4,5 – 0,5 – 4,2 – 5,7 – 4,3 – 6,2 – 3,2
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
4,3 5,6 6,7 7,8 11,2 4,4 6,4
5,6 6,1 6,5 6,5 6,8 5,9 6,6
27,9 24,1 21,2 30,8 34,1 30,6 13,9
62,3 64,2 65,8 54,9 47,9 59,1 73,1
39 766 /// /// /// /// /// ///
/// /// 36 791 4 997 2 227 5 516 24 051
/// /// 26 003 3 076 1 442 3 735 17 750
8,9 /// /// /// /// /// 5,7
/// /// 4,6 2,8 4,2 4,3 5,3
Marché du travail - OSTAJ - 2006 7Main-d’œuvre étrangère et frontaliers :
deux éléments majeurs de l’économie
4% des emplois de l’Arc Les frontaliers sont de plus en plus jeu-Une forte présence d’actifs
étrangers dans l’Arc jurassien jurassien suisse occupés nes : en 2005, 24% d’entre eux ont
par des frontaliers moins de 30 ans contre 19% en 1999.suisse
Les travailleurs frontaliers sont occupés
Fin 2005, les entreprises de l’Arc ju- à part presque égale dans les secteursEn 2000, l’Arc jurassien compte
172 000 actifs étrangers (*), soit 16% rassien suisse fournissent un emploi tertiaire (49% des emplois) et secon-
à près de 23 100 frontaliers résidant daire (50% des emplois). Depuis 1998,des actifs présents dans le territoire.
Les 23 800 actifs étrangers résidant en Frzance (15 300 hommes et la part de la main-d’œuvre frontalière
7 800 femmes), qu’ils résident ou occupée dans le secteur tertiaire a pro-en Franche-Comté représentent un
peu moins de 5% des actifs comtois non en Franche-Comté. Les fronta- gressé de 11 points, principalement au
liers occupent 4% des emplois de détriment du secteur secondaire.alors que la population active étran-
gère résidant dans l’Arc jurassien l’Arc jurassien suisse (mais 9% des
emplois industriels). Dans les indus- En 2005, les frontaliers sont presquesuisse (148 200 personnes) est pro-
portionnellement plus élevée (26% tries des instruments médicaux, de deux fois plus nombreux à travailler
la précision et de l’horlogerie, les tra- dans le secteur tertiaire qu’en 1998 ;des actifs de la zone).
vailleurs frontaliers occupent plus de entre ces deux dates, les activités de
21% des emplois. Leur part avoisine l’immobilier, de l’informatique et de laLes origines géographiques des
étrangers diffèrent selon le terri- 7% dans l’industrie chimique. Dans recherche - développement em-
le secteur tertiaire, les frontaliers oc- ploient 2 150 frontaliers supplémen-toire : les ressortissants du Maghreb
et les Turcs sont majoritaires en cupent plus de 5% des emplois de taires (+292%) ; la santé et l’action
l’hôtellerie - restauration. sociale 1 000 de plus (+112%), sou-Franche-Comté, ceux de l’Union
européenne à quinze membres dans vent dans des activités de pointe.
De 1998 au début de l’année 2001, L‘emploi frontalier progresse dans lel’Arc jurassien suisse. Les compor-
tements d’activité, notamment ceux période de conjoncture économique commerce et l’hôtellerie et la restau-
plutôt favorable, le nombre de tra- ration (respectivement +71% etdes femmes, peuvent être influen-
cés par l’origine géographique des vailleurs frontaliers a connu une +22%) alors que ces activités perdent
progression soutenue. De juin 2001 globalement des emplois dans l’Arcétrangers et par un faible niveau de
qualification. à juin 2005, leur nombre a continué jurassien suisse.
à augmenter, mais moins rapide- L’accroissement du nombre de fron-
Neuf actifs étrangers sur dix ment. Au total, entre fin 1998 et fin taliers dans les entreprises suisses
2005, l’effectif des frontaliers a aug- peut être l’occasion d’accéder à desont un emploi
menté de 55%, contrairement à postes hautement qualifiés ou d’inves-
l’emploi total de l’Arc jurassien. tir de nouveaux domaines d’activités.En 2000, parmi les 172 000 actifs
étrangers présents dans l’Arc juras-
sien, 90% ont un emploi. Au sein de
la population active étrangère, la part Emplois occupés en Suisse par des frontaliers
des actifs occupés est de 92% dans
Nombre de frontaliers par secteur d’activité dans l’Arc jurassien suisse,l’Arc jurassien suisse et 78% en Fran-
décembre 1998-décembre 2005che-Comté. Le taux, plus élevé en
Suisse, peut s’expliquer notamment
1998 2000 2002 2004 2005
par une politique d’immigration plus
Total 14 913 17 814 20 734 21 920 23 106sélective qu’en France.
Secteur primaire 329 365 360 360 329
Secteur secondaire 8 955 10 639 11 504 11 238 11 489
DontDans l’ensemble de l’Arc jurassien,
Instruments médic./précision, horlogerie 3 769 4 687 5 358 5 376 5 681
les étrangers sont majoritairement Construction 1 155 1 249 1 458 1 453 1 447
Métallurgie-Travail des métaux 1 240 1 324 1 258 1 149 1 138occupés dans le secteur tertiaire qui
Fabrication de machines et d’équipements 676 830 759 708 720
leur procure 87 000 emplois (56% Industrie chimique 84 115 187 237 242
Secteur tertiaire 5 629 6 810 8 871 10 323 11 288du total). Dans l’Arc jurassien
Dontsuisse, les actifs étrangers sont prin- Commerce et réparations 1 948 2 306 2 960 3 198 3 324
cipalement occupés dans le secteur Immobilier, informatique, R&D 736 1 073 1 542 2 178 2 883
Santé et action sociale 924 1 071 1 507 1 860 1 961tertiaire (56% des emplois contre
Hôtellerie et restauration 1 105 1 220 1 402 1 388 1 351
30% dans l’industrie) ; en Franche- Transports et communications 372 447 525 561 588
Enseignement 133 154 209 282 303Comté, les emplois industriels pré-
Services collectifs et personnels 251 322 439 546 560
dominent (44% contre 41% dans le Activités financières; assurances 106 154 199 212 208
Administration publique 34 38 59 60 61secteur tertiaire).
8 Marché du travail - OSTAJ - 2006Frontaliers résidant en Franche-Comté et travaillant en Suisse
Nombre de travailleurs frontaliers francs-comtois travaillant en Suisse, 1999
Structure des emplois en %Les frontaliers comtois
Emplois frontaliers
Frontaliers Franche-Comtéoccupent principalement des
emplois d’ouvriers TTTTTotalotalotalotalotal 12 80012 80012 80012 80012 800 100,0100,0100,0100,0100,0 100,0100,0100,0100,0100,0
Agriculture 126 1,0 4,2
Industrie 7 863 61,4 27,9
En 1999, au moment du recense- Dont
Industries des biens de consommation 4 013 31,4 4,5ment, 12 800 frontaliers résidant en
Industries des biens d’équipements 1 074 8,4 3,9Franche-Comté travaillent en Industries des biens intermédiaires 2 456 19,2 9,9
Construction 844 6,6 5,6Suisse. Leur profil est très différent
Tertiaire 3 967 31,0 62,3de celui des actifs occupant un em-
Dont
ploi dans la région : en moyenne Commerce 1 238 9,7 11,1
Services 2 729 21,3 51,1plus jeunes, ils comptent une plus
grande proportion d’hommes et
d’ouvriers. Parmi ces derniers, les
ouvriers qualifiés sont majoritaires :
La main d’oeuvre UE/AELE de courte durée dans l’AJS en 200540% des emplois frontaliers contre
24% pour les non qualifiés. Ils sont
Entre juin 2004 et décembre 2005, date de l’entrée en vigueur de la deuxième phase desgénéralement occupés dans l’indus-
accords bilatéraux conclu entre l’Union Européenne et la Suisse, l’Arc jurassien suissetrie, particulièrement celle des biens
compte 1 160 frontaliers de plus. Cette mesure n’a pas accentué le recours à la main-d’œuvrede consommation. Peu de cadres
frontalière qui a crû à un rythme moins soutenu qu’entre les années 1998 et 2001.traversent la frontière pour travailler
dans les entreprises suisses.
erPar ailleurs, depuis le 1 juin 2004, une autorisation de travail de courte durée n’est plus
Les travailleurs frontaliers résidant en nécessaire pour les ressortissants de l’Union Européenne ou ceux de l’Aire Économique de
Franche-Comté se distinguent de Libre Échange (AELE) ainsi que pour les travailleurs détachés en Suisse par des entreprises
leurs collègues des autres régions (en ou sociétés dont le siège se trouve dans un État membre de ces deux organisations.
particulier, Alsace et Rhône-Alpes) qui Toutefois, même sans autorisation, ces travailleurs ne peuvent fournir une prestation en
travaillent également en Suisse. Au Suisse que pour une durée inférieure à 90 jours ouvrables et cumulables sur l’année. En
niveau national, les frontaliers sont outre, ils ont l’obligation de s’annoncer auprès des autorités locales.
majoritairement employés dans le
secteur tertiaire (64%) mais relative- On distingue trois catégories de travailleurs :
ment moins dans l’industrie (28%), - Travailleur exerçant une activité de courte durée auprès d’un employeur suisse : est un
répartition inverse de celle de la Fran- ressortissant CE/AELE qui exerce une activité lucrative non indépendante auprès d’un
che-Comté. La prédominance
employeur suisse pendant au maximum trois mois par année civile.
ouvrière, moins marquée (38% des
- Travailleur détaché : est une personne qui est détachée en Suisse par une entreprise ou uneemplois), témoigne d’une ouverture
société dont le siège se trouve dans un État membre de l’UE ou de l’AELE afin d’y fournirplus grande de l’éventail des qualifi-
une prestation de services (exécution d’un mandat ou d’un contrat d’entreprise).cations.
- Prestataire de services indépendant : est une entreprise ou un individu provenant d’un État
membre de l’UE ou de l’AELE, qui fournit en Suisse une prestation transfrontalière au titreParmi les 12 800 frontaliers francs-
d’une activité lucrative indépendante. En règle générale, il s’agit d’une entreprisecomtois, 680 sont des Suisses rési-
individuelle dans laquelle le propriétaire effectue lui-même la prestation. Si, pour ce faire, ildant en Franche-Comté ; ils ne sont
a des travailleurs à son service, il les annoncera comme travailleurs détachés.pas considérés comme frontaliers par
En 2005, plus de 14 000 actifs européens, dont 1 200 auprès d’entreprises françaises, sontles autorités helvétiques.
venus exercer une activité dans l’Arc jurassien suisse pendant une période de moins de 90
jours. Un quart de ces travailleurs sont des femmes et plus de 70% travaillent auprès d’un
employeur suisse.
(*) : Les actifs sont considérés au lieu
de résidence : les travailleurs fronta- Travailleurs de courte durée dans l’Arc jurassien suisse
liers venant de Franche-Comté font
selon la durée cumulée de leur mission en 2005partie des actifs francs-comtois. En
Siège de l’entreprise : États de l’UE-15 et de l’AELE Ensemble Moins de 30 jours 30 à 60 jours 60 à 90 joursrevanche, ils font partie de la popula-
Ensemble 14 080 5 355 3 410 5 315tion étrangère qui travaille en Suisse.
Travailleurs auprès d’un employeur suisse 10 467 3 250 2 504 4 713
Prestataires de services indépendants 430 297 55 79
Travailleurs détachés 3 183 1 809 851 524
dont auprès d’entreprises dont le siège est en France 1 161 478 457 226
Prestats 95 61 10 24
Travailleurs détachés 1 066 417 448 202
Marché du travail - OSTAJ - 2006 9Une évolution parallèle des
taux de chômageForte progression du chômage depuis 2000
En 2005, l’Arc jurassien compte 65 800
chômeurs : 39 800 demandeurs d’em-
ploi de catégorie 1 en Franche-Comté
et 26 000 chômeurs inscrits dans l’Arc
jurassien suisse. En Franche-Comté,
les femmes représentent la moitié des
chômeurs (47% dans l’Arc jurassien
suisse).
Dans l’ensemble de l’Arc jurassien,
le chômage touche 42 100 actifs de
25 à 49 ans (64,1% des chômeurs).
Les jeunes de moins de 25 ans re-
présentent 20% des chômeurs ; ils
sont proportionnellement plus nom-
breux en Franche-Comté (22%) que
dans l’Arc jurassien suisse (17%).
L’Arc jurassien compte 10 600 chô-
meurs de 50 ans ou plus répartis
pour moitié entre les deux territoi-
res ; un peu moins de 14% des chô-
meurs franc-comtois appartiennent
à cette tranche d’âge contre 20%
dans l’Arc jurassien suisse.
Entre 2000 et 2005, le chômage a for-
tement progressé dans l’Arc juras-
sien : +22 400 personnes (+52%).
Cette augmentation a été sensible-
ment plus marquée dans la partie
suisse (+85%) qu’en Franche-Comté
(+36%). En Franche-Comté, le chô-
mage féminin a crû fortement
(+18%),mais trois fois moins vite que
le chômage masculin (+60%) ; dans
l’Arc jurassien suisse, le nombre de
chômeurs inscrits progresse de plus
de 80% à la fois chez les hommes et
chez les femmes.
En Franche-Comté, le niveau
du chômage reste en-deçà
du niveau national
Depuis le début des années 90, la
Franche-Comté a toujours bénéficié
d’une situation face au chômage plus
favorable que celle de la France ; ce-
pendant, entre 2000 et 2005, elle fait
partie des deux régions, avec l’Alsace,
où le taux de chômage a le plus pro-
gressé : +2,1 points (+0,5 point au ni-
veau national).
Les Francs-Comtoises sont de
moins en moins touchées par le chô-
mage: elles représentent 49% des
chômeurs en 2005 contre 57% en
2000 ; la baisse de la part des fem-
mes tient à la forte hausse du chô-
mage masculin. Les femmes qui se
10 Marché du travail - OSTAJ - 2006