Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon : des revenus peu élevés et plus dispersés que dans les autres aires urbaines

De
6 pages
Les aires urbaines de-Marseille-Aix-en-Provence, Nice, Toulon et Avignon concentrent près des trois quarts des habitants de la région. Les ménages qui y vivent ont des revenus moins élevés, en général, que dans les autres grandes aires urbaines de France et la dispersion des revenus y est plus importante. Dans les quatre aires, les très bas revenus sont particulièrement fréquents dans les grandes villes, à l'exception d'Aix-en-Provence. Les très hauts revenus sont plus présents dans la périphérie aixoise, entre Marseille et Toulon, sur le littoral azuréen, dans la zone de Sophia Antipolis et dans la partie gardoise de l'aire avignonnaise. Le poids des retraites est plus important que dans l'ensemble des grandes aires urbaines françaises. Il est particulièrement fort dans l'aire toulonnaise, et dans une moindre mesure, dans l'aire niçoise.
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 95 - septembre 2006 l'essentiel
Marseille-Aix-en-Provence, Nice,
Toulon et Avignon : des revenus
peu élevés et plus dispersés
que dans les autres aires urbaines
vallée rhodanienne. Les quatre aires ur-Les aires urbaines de Marseille-Aix-
baines les plus peuplées de la région,
en-Provence, Nice, Toulon et Avi-
celles de Marseille-Aix-en-Provence,
gnon concentrent près des trois Nice,ToulonetAvignonreprésentent,à
elles seules, près des trois quarts de laquarts des habitants de la région.
population régionale.
Les ménages qui y vivent ont des
En 2003, les revenus fiscaux des mé-revenus moins élevés, en général,
nages au sein de ces quatre aires urbai-
que dans les autres grandes aires
nes sont assez bas, en général, par
urbaines de France et la dispersion rapport à ceux des 42 aires urbaines de
France de plus de 200 000 habitants.des revenus y est plus importante.
Nice occupe le dix-neuvième rang avec
Dans les quatre aires, les très bas unrevenumédiande15 900€.Lestrois
autres aires se retrouvent placées entrerevenus sont particulièrement fré-
e ela 30 et la 37 place. Dans les aires ur-
quents dans les grandes villes, à
bainesdeMarseille-Aix-en-Provenceet
l’exception d’Aix-en-Provence. Les Toulon, le revenu médian est respecti-
vement de 15 100€ et 15 300€.Ilesttrès hauts revenus sont plus pré-
encore plus faible dans l’aire urbaine
sents dans la périphérie aixoise,
d’Avignon (14 100€).
entre Marseille et Toulon, sur le lit-
Les quatre aires urbaines concentrent les trois quartstoralazuréen,danslazonedeSo-
de la population régionale
Densité de en 1999phia Antipolis et dans la partie
En habitants au km²
Grenoble
2 000gardoise de l’aire avignonnaise.
200
80
Le poids des retraites est plus im-
Italie
portant que dans l’ensemble des
grandes aires urbaines françaises. Il
est particulièrement fort dans l’aire
Avignon
toulonnaise, et dans une moindre Nice
Nîmes
mesure, dans l’aire niçoise.
Marseille-
Aix-en-Provence
Toulon Mer MéditerranéeRégion PACALa majorité de la population régionale Aires urbaines
de plus de 200 000 habitants
vit au sein des grandes agglomérations, Contour des pôles urbains
à proximité du littoral et le long de la Source : Insee - Recensement de la population 1999
© Insee 2006
© IGN-Insee 2006SUD INSEE
N° 95 - septembre 2006
l'essentiel
Des ménages moins souvent imposés dans les aires urbaines de PACA gnan, où elles représentent plus de
Aires urbaines Ensemble des 30 %desrevenus.Lazonetoulonnaise
42 aires urbaines
Avignon Marseille- Nice Toulon accueille en effet de nombreux retrai-de plus de 200 000
Aix-en- habitants tés, souvent aisés. Le premier décile yProvence
est d’ailleurs particulièrement élevéPopulation en 1999 290 466 1 516 340 933 080 564 823 30 838 570
Part en % de la population régionale 5,7* 33,7 20,7 12,5 // pourlesplusde60ans.Cettesurrepré-
Part des ménages imposés (en %) 55,2 57,7 60,4 58,4 64,9 sentation de la part des pensions et re-
Revenu médian (par unité de consommation) 14 100 15 058 15 900 15 346 16 634
er traites s’explique aussi par la présenceLimite du 1 décile 4 204 3 536 5 028 4 772 5 574
eLimite du 9 décile 29 042 31 723 34 067 30 291 34 770 d’anciens militaires pouvant cumuler
Rapport inter-déciles 6,9 9,0 6,8 6,3 6,2 unepensionetd’autresrevenusd’acti-
Part des revenus salariaux 62,3 64,2 58,2 56,3 69,7 vité :12 %desrevenusdesménagesde
Part des revenus des professions non salariées 8,4 7,1 8,3 7,4 6,1
50 à 59 ans sont issus des retraitesPart des pensions, retraites et rentes 24,1 24,2 27,0 31,3 20,1
Part des autres revenus 5,3 4,5 6,6 5,0 4,1 contre 6 à 8 % dans les trois autres ai-
* Sur les 290 466 habitants que compte l'aire urbaine d'Avignon, 32 708 vivent en Languedoc-Roussillon. res. On retrouve le même résultat à
Source : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2003 et recencement de la population 1999 Brest (plus de 13 % des revenus).
Seules, parmi les 42 plus grandes, cer- Montpellier, Perpignan et Nîmes, où
Dans l’aire niçoise, le poids des retrai-taines aires urbaines de la région Nord- les seuils de bas revenus sont égale-
tesestimportantetlesrevenusdupatri-Pas-de-Calais et celle de Perpignan ont mentfaibles.Lesécartsderevenussont
moine représentent une part desunrevenumédianplusfaible.Ilestinfé- en général plus limités dans les autres
revenusplusélevéequedanslesautresgrandes aires urbaines françaises. Lesrieur à 13000€ dans les aires de Bé-
aires. Le seuil des hauts revenus y estménages ont des revenus particulière-thune, Douai-Lens et Valenciennes. En
relativement élevé, particulièrementment homogènes dans l’ouest du pays,revanche,leniveauderevenusestnette-
entre 50 et 59 ans (38 700€). Au-delànotammentauseindesairesurbainesdement plus élevé dans l’aire urbaine de
de60ans,ceshautsrevenusrestenten-Brest,RennesouencoreduMansoùlesParis. Il est également important dans
core nettement supérieurs à ceux desrapports inter-déciles sont particulière-les aires urbaines centrées autour de
ménages de même âge dans les autresmentfaibles(prochesdequatre).Lyon, Toulouse, Strasbourg ou encore
aires urbaines.Grenoble,OrléansetDijon.
Une part des retraites
Une forte disparité des Des revenus plus élevésrelativement plus
revenus dans les grandes en fin de vie activeimportante
aires urbaines de Provence-
Alorsquelessalairesreprésententprès Les revenus fiscaux des ménages diffè-Alpes-Côte d'Azur
desdeuxtiersdesrevenusdesménages rent évidemment selon l’âge des per-
dans les aires de Marseille-Aix-en- sonnes. Avant 30 ans, ils sont rela-Comme sur l’ensemble de l’arc médi-
Provence et Avignon, le poids des re- tivementfaibles.Ilsaugmententensuiteterranéen,larégionsedistinguepardes
traites et des pensions est très impor- avec l’âge pour devenir en général net-disparités de revenus entre les ménages
tant dans l’aire toulonnaise : c’est la tement plus élevés en fin de vie active.nettement plus élevées que dans les au-
seule aire urbaine avec celle de Perpi- Le revenu médian des ménages de 50 àtresrégionsfrançaises.Danslesairesde
Toulon, Nice et Avignon, le seuil des Une réelle spécificité méditerranéenne
Indicateurs de distribution des revenus des ménages au sein des 42 aires urbaines de plus de 200 000 habitantshautsrevenus(neuvièmedécile-cf.en-
9cadré "définitions") est six à sept fois Marseille-Aix-en-Provence
plus élevé que celui des bas revenus Nîmes
Perpignan(premierdécile).Onretrouvelesmêmes
8
niveaux de dispersion dans les aires de Genève-
Annemasse
Paris,Lilleou encoreValenciennes. Montpellier
7 Avignon Paris
Lille Nice
Dans l’aire urbaine de Marseille-Aix- Valenciennes
Ensemble des 42
ToulonDouai-Lens aires urbainesen-Provence,leseuildeshautsrevenus
Le Havre6
Amiensestneuffoissupérieuràceluidesbasre-
Mulhouse LyonReimsSaint-Etiennevenus,particulièrementfaible(3540€). StrasbourgBéthune Nancy ToulouseDunkerque RouenIls’agitdelaplusfortedisparitédere- Pau Bordeaux5 Besançon Grenoble
Metz Limoges Orléans
Caen Toursvenusenregistréesurles42grandesai- Clermont-FerrandAngers
Bayonne Poitiers DijonNantesres urbaines françaises. On retrouve Le Mans Rennes
4 Brest
une forte dispersion des revenus dans
12 000 13 000 14 000 15 000 16 000 17 000 18 000 19 000 20 000la région voisine de Languedoc-Rous- Revenu médian par unité de consommation
sillon, notamment dans les aires de Source : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2003
© Insee 2006 2
Rapport inter-décilesSUD INSEE
N° 95 - septembre 2006
l'essentiel
Des revenus encore importants à l'âge de la retraite en euros rieur à celui de Marseille (13482€).
Revenu médian des ménages Aires urbaines Ensemble des Lescommunesdontleshabitantsontles
par unité de consommation 42 aires urbaines
Avignon Marseille- Nice Toulon revenuslesplusélevéssontsituéesdansde plus de
Aix-en- 200 000 habitants la périphérie aixoise et, à un moindreProvence
degré, dans la couronne marseillaise.dont la personne de référence a moins de 30 ans 11 574 11 880 13 625 12 558 14 157
dont la de a entre 60 et 74 ans 15 321 16 123 16 687 16 892 17 299 Ainsi, parmi les quatorze communes
composés d'une seule personne 13 122 13 922 14 409 14 063 15 571 qui affichent un revenu médian supé- de cinq personnes ou plus 8 644 8 900 10 340 10 787 10 995
rieur à 20000€, onze sont situées enSource : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2003
Paysd’Aix.Lescommunesdupourtour
59ansestainsisupérieurde30à40%à taille plus importante, comportant de l’étang de Berre et autour de Saint-
celui des ménages de moins de 30 ans trois ou quatre personnes, ont un ni- Maximin-la-Sainte-Baume,dansleVar,
au sein de trois aires et même de 50% veau de revenus par uc (et avant pres- ontsouventunniveauderevenusnette-
dans l’aire de Marseille-Aix-en-Pro- tations sociales) généralement moins ment moins élevé.
vence. A partir de 60 ans, le niveau de important.
revenus demeure encore important et Parmi les 42 principales aires urbaines
surtout plus homogène d’un ménage à Les personnes vivant seules ont un de France, Marseille-Aix-en-Provence
l’autre. revenu médian plus faible, surtout dans est celle qui présente le plus fort con-
traste de revenus. Les ménages les plusl’aireavignonnaise(13100€contreplus
La dispersion des revenus est surtout aisés déclarent un revenu neuf foisde 13900€ dans les trois autres aires).
(1)élevéeparmilesplusjeunes.Leseuilde supérieur à celui des ménages les plusIls’agitsouventdejeunesactifs ,mais
basrevenusdesjeunesménagesestpar- modestes. Cette forte disparité est es-aussi de personnes âgées vivant de re-
ticulièrementfaible:avant30ans,l’ac- sentiellementlefaitdeMarseillequiaf-traites, parfois peu élevées. Ainsi près
tivité salariée représente près de 95% fiche un rapport inter-déciles horsde 40% à 50% des revenus déclarés
des revenus déclarés (avant redistribu- normes(15,9):ellesedistinguepar unpar les personnes vivant seules sont is-
tion) contre moins des deux tiers sur écartimportantentrelesbasetleshautssusdespensionsetdesretraites.
l’ensemble de la population. Or, à cet revenus(1908€et30265€).Enterme
âge,ilssontnombreuxàn’avoirqu’une Les ménages de grande taille, compre- de configuration urbaine, cette vaste
expérience professionnelle récente et nant cinq personnes ou plus, ont, eux, villeinclutdesquartiersdebanlieuequi,
doncpeu rémunératrice. Dansl’aireur- un niveau de revenus par unité de dans d’autres agglomérations, sont si-
baine de Marseille-Aix-en-Provence, le consommation(etavantprestationsso- tuésdansdescommuneslimitrophes.
premierdéciledesménageslesplusjeu- ciales) souvent très faible. Mais cette
nes est plus de dix fois inférieur à celui Le niveau d’inégalité est moins impor-population se caractérise surtout par
rencontré dans la majorité des autres des situations très disparates d’un mé- tantdanslerestedel’aireurbaine.Hors
aires, notamment celles de Paris, Lyon nage à l’autre. Le seuil des hauts reve- Marseille,seulestroiscommunessur82
etToulouse :10 %desjeunesménages nus est neuf à dix fois plus élevé que affichent un indice de disparité supé-
de l’aire de Marseille-Aix-en-Provence celui des bas revenus pour ce type de rieur à la moyenne régionale: Port-
déclarent un revenu quasi nul (300€) de-Bouc, Aix-en-Provence et Berre-ménage dans trois aires. Dans l’aire
avantleversementdeprestationssocia- l’Etang. La dispersion étant souventmarseillaise, la dispersion est encore
les. Dans les trois autres grandes aires plus forte compte tenu d’un premier plus forte dans les grandes villes, l’in-
de la région, ce premier décile est, lui, dice de disparité est d’ailleurs plutôtdécile d’à peine 1 200€ (le double
comprisentre2300€et3900€. limité (7,4) à Aix-en-Provence. Dansdans les trois autres aires).
cettecommuneaurevenumédianparti-
culièrement important, même les 10%
Aire de Marseille-Aix-en-Des situations très desménageslesplusmodestesaffichent
Provence : poches dedisparates parmi les unniveauderevenusrelativementélevé
richesse et zones de précaritéménages de grande taille (5 145€contre1 908€àMarseille).
L’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Le calcul du revenu par unité de Dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-
Provence se distingue par de grandesconsommation (uc) permet de tenir en-Provence,lapartdessalairesrepré-
disparités de revenus et par l’impor-compte des économies d’échelle au sente 64 % de l’ensemble des revenus,
tance des revenus salariaux. Les deuxsein d’un ménage et ainsi de comparer taux supérieur aux trois autres princi-
principales villes présentent des profilslesrevenusdesménagesdetaillediffé- palesairesurbainesdelarégion.AVi-
différenciés:Aix-en-Provenceapparaîtrente. Les ménages composés de deux trolles, les salaires représentent même
comme une commune riche (17365€)personnes ont un niveau de revenus plus des trois quarts des revenus des
dont le revenu médian est 30% supé-élevé.Ils’agitsouventdecouplessans ménages.Lepoidsdesretraitesest,lui,
enfant,exerçantparfoischacununeac- (1) Disposant rarement de leur indépendance fiscale, les très faible à Saint-Marc-Jaumegarde
étudiants sont souvent inclus dans le ménage de leurstivité professionnelle. Les ménages de parents. (13,5% des revenus) alors qu’elles re-
3SUD INSEE
N° 95 - septembre 2006
l'essentiel
présentent 28% des revenus à Port-de- des montants déclarés dans la majorité Les communes les plus riches se trou-
Boucou encoreSeptèmes-les-Vallons. des communes, jusqu’à 42 % à Ro- vent sur le site de Sophia Antipolis et
questeron. Le poids des retraites est danssapériphérie.Lerevenumédiany
égalementimportantdanslesprincipa- est particulièrement élevé (plus deAire niçoise : une réelle
lesvillesdulittoral(29 %àNice,30 % 19 000€)etlesseuilsdehautsrevenusdifférence entre le
à Antibes et 37 % à Cannes). supérieursà40 000€.L’écartentreleshaut-pays et la bande littorale
plushautsetlesplusbasrevenusestli-
mité (autour de cinq) car le seuil desLe poids des salaires est en revancheComptetenudescontraintesdurelief,la
bas revenus y est également élevé.élevédanscertainescommunesdel’ar-quasi-totalité de la population de l’aire
Dans certaines communes comme Ro-urbaine de Nice habite dans une des rière-pays niçois, fortement résiden-
quefort-les-Pins, il est presque troiscommuneslittoralesoudumoyenpays, tiel. Il dépasse les 70 % dans les
fois plus élevé (9 200€) qu’à Nicesoit le quart du territoire. Ce déséqui- communes du canton de l’Escarène. A
libredansl’occupationdel’espaces’ac- l’ouest, avec la zone d’activité de So- (3 600€). En effet ces communes aux
phiaAntipolis,lessalairesreprésententcompagne de forts contrastes socio- centres anciens historiques, à vocation
78 %des revenus dans lacommunede touristique, dont le développement ur-démographiquesentrelehaut-paysetla
bandelittorale,nonsansincidencesurla Valbonne. Quelques communes se ca- bain s’est effectué autour de la maison
natureetleniveau desrevenus. ractérisent par l’importance relative individuelle(enaccessionàlapropriété)
des revenus du patrimoine : 15 % des hébergentpeudepopulationsmodestes.
La part des pensions et des retraites revenus à Saint-Jean-Cap-Ferrat et
plus de 10 % dans les communes dedans le revenu des ménages vivant Lesménagesvivantdanslescommunes
Théoule-sur-Mer,Saint-Paul,Spéracè- situées dans le haut-pays sont les plusdans les communes de l’arrière-pays
est forte. Elle représente plus de 25 % des, Villefranche-sur-Mer et Mougins. pauvres. Le revenu médian y est sou-
4
© Insee 2006SUD INSEE
N° 95 - septembre 2006
l'essentiel
ventinférieurà14000€.Danssixcom- sur-Mer, Toulon, La Ciotat puis ments y est diversifié : présence d’un
munes, il ne dépasse pas les 12000€ Hyères et La Garde) ainsi que dans les parc social et prédominance du locatif
(9600€ pour la commune de Roure). petitesvillesdupériurbainlepluséloi- libresouventencentreancien.Ilyper-
Ces communes abritent une proportion gné de Toulon, à proximité de l’A57 met une relative diversité de peuple-
importante de retraités et assez peu (Forcalqueiret, Carnoules...). ment parlemaintiend’unepopulation
d’actifs. modeste.
Lesvaleurslesplushautesseretrou-
vent entre Marseille et Toulon, dans et LescommunesenregistrantlesécartsdeSi les communes de Nice, Cannes,
auxalentoursdelaplaineviticoleban- revenus les plus faibles, notammentLe Cannet et Grasse ont des revenus
dolaise(deCeyresteàEvenos)etsurle danslenord-esttoulonnais,sontd’urba-médians proches (entre 14 000€ et
littoral, de Saint-Cyr-sur-Mer à Six- nisation relativement récente. Celle-ci,15 500€), la dispersion des revenus
Fours-les-Plages. Cette zone connaît caractérisée par une part prédominanteestplusmarquéeàNice.Lerapportin-
unefortepressionmigratoiredelapart de maisons individuelles et de la pro-ter-déciles y est de neuf contre huit à
desactifsmarseillaisetdesretraitésen priété occupante, a entraîné un peuple-Cannes,septàGrasseetsixauCannet.
provenance du nord de la France voire ment relativement homogène. La partA Antibes et Cagnes-sur-Mer, le reve-
del’Europe.Lamédianeestégalement dessalaires,faibleengénéraldansl’airenumédianestnettementsupérieuràce-
relativement élevée dans les commu- toulonnaise, atteint son maximum aului des autres grandes villes de la zone
nes littorales de Saint-Mandrier-sur- nord de Toulon, dans une zone com-
(respectivement16 600€et16 400€).
Mer,duPradetetdeCarqueirannepuis prise entre Evenos, Solliès-Pont et
au nord-est de Toulon, dans la vallée Méounes-les-Montrieux. Avec une
duGapeau,lieud’implantationprivilé- forteprésenced’actifsetdeleursfamil-Aire toulonnaise : un
giédesfamillesd’actifsenprovenance les, les salaires représentent dans cette
poids important des
du cœur de l’agglomération toulon- zoneles deux tiers des revenus des mé-
pensions et retraites naise. nages(69%desrevenusàBelgentier).
Les revenus médians dans les 39 com-
munes de l’aire urbaine toulonnaise se Les disparités de revenus les plus im- Lafaiblessedelapartdessalairesdans
situent dans un éventail très resserré, portantes se retrouvent dans les plus l’airetoulonnaiseestlacontrepartiedu
grandes communes. Le seuil des hauts poids important que représentent lesde 13 700€ (La Seyne-sur-Mer) à
revenus est huit à neuf fois supérieur à pensions et les retraites, en particulier19 500€ (Ceyreste). Les médianes les
celui des bas revenus à La Seyne- sur le littoral (jusqu’à 39 % à Bandol),plusfaiblesselocalisentdanslescom-
sur-Mer et à Toulon. Le parc de loge- lieu d’implantation privilégié des re-munes les plus peuplées (La Seyne-
Définitions
Un ménage est défini comme l’ensemble des occupants d’un même logement. Les “ménages fiscaux” désignés ici sont constitués par le regroupement
des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Sont exclus de l’étude :
- les ménages de contribuables concernés par un événement de type mariage, décès ou séparation au cours de l’année étudiée (2003) ;
- les ménages constitués de personnes ne disposant pas de leur indépendance fiscale (essentiellement des étudiants inclus dans le ménage de leurs parents) ;
- les contribuables vivant en collectivité.
Les “ménages fiscaux” retenus représentent 95 % des ménages au sens du recensement en France métropolitaine.
Le revenu déclaré aux services fiscaux, plus simplement appelé revenu déclaré, est la somme des ressources déclarées par les contribuables sur la
“déclaration des revenus 2003", avant abattement.
Il comprend quatre catégories de revenus :
- les revenus salariaux (salaires, droits d’auteur, avantages en nature, indemnités de maladie, allocations de chômage et de préretraite, revenus perçus à
l’étranger) ;
- les revenus des professions non salariées (revenus nets de déficits des indépendants comprenant les bénéfices agricoles, industriels, commerciaux et
non commerciaux) ;
- les retraites (hors minimum vieillesse), pensions d’invalidité, pensions alimentaires (déduction faite des pensions versées) et rentes viagères;
- les autres revenus (essentiellement des revenus du patrimoine).
Le revenu déclaré est unrevenuavantredistribution. Il ne peut pas être assimilé à un revenu disponible, qui supposerait que l’on ajoute les revenus so-
ciaux non déclarés (minima sociaux tels que RMI et minimum vieillesse, prestations familiales, aides au logement) et que l’on soustraie les impôts directs
(impôt sur le revenu et taxe d’habitation). Le revenu déclaré ne permet donc pas de tirer de conclusions en termes de niveau de vie des ménages.
Le revenu déclaré parunitédeconsommation (uc) présente l’avantage de relativiser le niveau de revenus par rapport à la composition du ménage fiscal.
Par rapport au revenu d’une personne, il permet de prendre en compte les économies d’échelle résultant de la vie en groupe. Le revenu exprimé par uc de-
vient un revenu par équivalent adulte, comparable d’un lieu à un autre et entre ménages de compositions différentes. Le nombre d’uc d’un ménage est éva-
lué selon la définition utilisée par l’Insee et par Eurostat :
- le premier adulte du ménage compte pour 1 uc ;
- les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune pour 0,5 uc ;
- les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3 uc.
Pourétudierleniveaudurevenu, on utilise lamédiane du revenu déclaré par unité de consommation (uc), qui partage les personnes en deux groupes :
la moitié des personnes appartiennent à un ménage qui déclare un revenu par uc inférieur à cette valeur et l’autre moitié un revenu par uc supérieur.
Pourmesurerladispersiondurevenu, on utilise lerapportinter-déciles du revenu déclaré par unité de consommation (uc), qui établit le rapport entre
er
les “hautsrevenus”etles“basrevenus”. Le seuil des “bas revenus” est défini par la limite du1 décile : 10 % des personnes appartiennent à un ménage
e
qui déclare un revenu par uc inférieur à cette valeur. Le seuil des “hauts revenus” est défini par la limite du9 décile : 10 % des personnes appartiennent à
un ménage qui déclare un revenu par uc supérieur à cette valeur.
5SUD INSEE
N° 95 - septembre 2006
l'essentiel
Des revenus très dispersés dans l'ensemble des espaces de la région
D'une façon générale, les ménages vivant en espace urbain sont plus aisés que dans l'espace rural. Les revenus sont particulièrement élevés dans les
couronnes périurbaines où vivent de nombreux actifs. Au coeur des pôles urbains, souvent lieux de mixité sociale, ce sont surtout les écarts de revenus
entre les ménages qui sont importants. Dans la région, les bas revenus au sein de ces pôles urbains sont particulièrement faibles et les hauts revenus en
couronne périurbaine sont en revanche très élevés. Mais que ce soit en milieu urbain, périurbain ou rural, la disparité des revenus des ménages est plus
forte en Provence-Alpes-Côte d'Azur que dans le reste de la France de Province.
Principaux indicateurs de revenus (en euros) par catégorie de communes
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur France de Province
er e er e
Part de la Revenu 1 décile 9 décile Rapport Part de la Revenu 1 décile 9 décile Rapport
population médian par uc par uc inter-déciles population médian par uc par uc inter-déciles
concernée par uc concernée par uc
en 1999 en 1999
(%) (%)
Espace à dominante urbaine 91,6 15 136 4 428 31 411 7,1 77,8 15 395 5 747 30 035 5,2
Pôle urbain 80,9 15 018 4 195 31 415 7,5 54,7 15 139 5 002 30 386 6,1
Couronne périurbaine 7,0 16 524 6 820 32 128 4,7 17,1 16 151 7 676 29 842 3,9
Commune multipolarisée 3,7 14 792 5 790 29 815 5,1 6,0 15 088 6 897 27 740 4,0
Espace à dominante rurale 8,4 13 734 5 036 27 709 5,5 22,2 13 549 5 877 25 550 4,3
Total 100,0 15 000 4 482 31 124 6,9 100,0 14 934 5 780 29 136 5,0
Source : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2003 et recensement de la population 1999
traités. Il faut y ajouter, de Six-Fours- phérie immédiate, ouest et est, d’Avi- d’activités non salariées et du patri-
les-Plages au Pradet, l’impact des pen- gnon. On y trouve les revenus les plus moine (25 à 30 % des revenus des
sionsd’anciensmilitaires,souventencore élevésdel’aireurbaine.Lerevenumé- ménages à Caromb et Saint-Hippolyte-
actifs dans le civil. Ce phénomène se re- le-Graveyron). Au sud d’Avignon, lesdiandesménagesestde19 500€àVil-
trouve aussi plus à l’intérieur des terres, communes maraîchères du nord desleneuve-lès-Avignon contre 12200€
commeàSolliès-PontouOllioules. Bouches-du-Rhône abritent des ména-danslacitédesPapes.Lesautrescom-
ges dont les revenus médians sont su-munesdel’aireurbainesecaractérisent
périeursàlamoyennedel’aireurbaine.parunefortecorrélationentreleniveauUneaireurbaine
Châteaurenard fait exception avec desderevenumédiandesménagesetl’ho-d’Avignon bipolaire et
revenus plus faibles.mogénéité de la population sur le plan
contrastée
social : plus la commune est riche
Enfin, à l’ouest d’Avignon, les quatremoins elle comporte de disparité so-L’aire urbaine d’Avignon comprend
communes gardoises rurales et for-ciale.un pôle urbain structuré par les com-
tement résidentielles, Domazan, Saze,
munes d’Avignon et de Carpentras.
Estézargues et Rochefort-du-Gard, ac-Les communes situées en plaine, entreTraverséparleRhôneetlaDurance,ce
cueillent une population souvent jeune.Avignon et Carpentras, telles que Sor-pôle s’étend sur trois départements et
Danscescommunesrurbaines,lesreve-gues, Le Pontet, Vedène et Monteux,regroupe la moitié des communes de nus médians sont relativement élevéshébergentunepopulationpeuqualifiéel’aire. Les communes périurbaines,
(de 15800€ à 16600€)etlapartdesd’ouvriers et de salariés plutôt modes-pour leur part, sont principalement lo-
salaires particulièrement forte (76%tes. Avec la présence d’activités agrico-calisées à l’est et à l’ouest de ce pôle.
des revenus à Rochefort-du-Gard). Lales,industriellesetcommerciales,lapart
part des pensions et des retraites, infé-des salaires dans le revenu des ménagesLesdeuxprincipalesvilles,Avignonet
rieure à 17% dans chacune de cesde ces communes est particulièrementCarpentras,sontàlafoiscellesoùlere-
quatre communes, est la plus faible deélevée(71%àVedène).venu médian des ménages est le plus
l’aireurbaine.
faible (avec les communes de Blauvac
et Méthamis à l’est de l’aire) et où la Al’estdel’aireurbaine,danslespetites
Olivier Pégaz-Blanc
disparitédesrevenusestlaplusélevée. communes rurales, agricoles et touristi-
Marjorie MartinLe seuil des hauts revenus à Avignon ques de la plaine du Comtat Venaissin,
est onze fois plus élevé que celui des bornée par le mont Ventoux, la part sa- avec la collaboration de
bas revenus (plus de neuf fois à Car- lariale est en revanche plutôt faible. La Sébastien Bellamy (Aura),
pentras). présenced’uneagricultureviticoleetla
Marc Esponda (Audat),
qualitépaysagèredecetteplainefavori-
Jean Picon (Agam),Lescadresetleschefsd’entreprisesre- sant les activités de gîte et de chambre
Marc Sainte-Croix (Adaam)présentent une part importante de la d’hôtes, font qu’une part importante
et Ludovic Verre (Aupa)population des communes de la péri- des revenus des ménages provient
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques© Insee 2006
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Dépôt légal : septembre 2006 17, rue Menpenti
Directeur de la publication : François ClanchéN° CPPAP : 0909B05336 13387 Marseille Cedex 10
Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal OgerN° ISSN : 1287-292X Téléphone : 04 91 17 57 57
Rédacteur en chef : Annie Mulard
Code Sage : SIE069532 Fax:0491175960
SUD INSEE l’essentiel figure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr/paca (rubrique “Publications”)
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique : www.insee.fr/paca (rubrique “Lettre d’information électronique”)