Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Panorama des aides sociales - Près de 90 000 minima sociaux distribués dans la région

De
2 pages
Le système de protection sociale français comporte actuellement huit minima sociaux. Chacun d'entre eux concerne une catégorie spécifique de personnes en situation de précarité, à l'exception du RMI qui concerne une population plus large. En 1997, ce sont près de 90 000 minima qui ont été versés en Haute-Normandie et ce chiffre devrait être encore plus élevé en 1998. Le RMI reste l'allocation de solidarité la plus distribuée dans la région mais progresse plus faiblement qu'avant.
Voir plus Voir moins

POPULATION SOCIETE
Panorama des aides sociales
Près de 90 000 minima
sociaux distribués
62
dans la région
e volet solidarité du sys- plémentaire vieillesse sont suiviesLe système de protection
tème de protection sociale par les organismes d’assurancesociale français comporte Lfrançais comporte actuelle vieillesse (CRAM et MSA principa
actuellement huit minima
ment huit allocations différentes, lement). Enfin, l’allocation invalidi
sociaux. Chacun d’entre dites minima sociaux. A l’exception té est gérée par les Caisses primai
eux concerne une du revenu minimum d’insertion res d’assurance maladie.
catégorie spécifique de (RMI), chacun d’eux concerne une
personnes en situation de catégorie spécifique de personnes
justifiant d’un risque de pauvreté Le nombre de minima versésprécarité, à l’exception du
lié à une situation particulière : progresse toujoursRMI qui concerne une
la perte d’emploi ouvre despopulation plus large. En
Au total, près de 90 000 minimadroits à l’allocation de solidarité
1997, ce sont près de 90 000
spécifique (ASS) et l’allocation d’in ont été versés dans la région au
minima qui ont été versés sertion (AI), cours de l’année 1997 et les chiffres
en Haute Normandie et ce un mauvais état de santé, àdisponibles pour l’année 1998 lais
chiffre devrait être encore sent à prévoir que ce nombre conti l’allocation aux adultes handicapés
nuera à augmenter. 90 000 minima(AAH) et à l’allocation supplémen plus élevé en 1998. Le RMI
taire invalidité, versés dans la région ne signifie ce-reste l’allocation de
- la monoparentalité, à l’alloca- pendant pas 90 000 personnes quisolidarité la plus distribuée
tion de parent isolé (API) en bénéficient. En effet, certaines
dans la région mais
allocations sont versées à l’ensem le veuvage, à l’allocation veu-
progresse plus faiblement ble des membres d’un ménage,vage, et l’âge, à l’allocation supplé
qu’avant. mentaire vieillesse. comme l’API, alors que d’autres
Le RMI, quant à lui, garantit dess’adressent à une personne. Par
ressources minimales à toute per- ailleurs, certaines sont cumulables
entre elles.sonne âgée d’au moins 25 ans, ou
Avec 32 300 bénéficiaires fin dé moins si la personne a des enfants
à charge. cembre 1998, le RMI est de loin l’al
Trois d’entre eux, le RMI, l’API location de solidarité la plus versée
et l’AAH sont en majorité versés dans la région. De 1990 à 1998, le
nombre de bénéficiaires du RMIpar les Caisses d’allocations fami-
dépendants du régime des Caissesliales ou, en moindre proportion,
par les Mutualités sociales agrico- d’allocations familiales a doublé en
les. Les minima qui concernent Haute Normandie. Comparée à la
l’éloignement du marché de l’em- France métropolitaine, cette évolu
tion est moindre puisque les béné ploi relèvent des ASSEDIC. L’allo
ficiaires au niveau national ont étécation veuvage et l’allocation sup
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999POPULATION SOCIETE
LES MINIMA SOCIAUX EN HAUTE NORMANDIE
1996 1997 1998
Seine Haute Seine Haute Seine Haute
Eure Eure Eure
Maritime Normandie Maritime Normandie Maritime Normandie
Revenu minimum d’insertion (RMI) 6 393 23 643 30 036 6 763 25 055 31 818 6 741 25 559 32 300
Allocation spécifique de solidarité (ASS) 5 245 15 350 20 595 4 946 14 394 19 340 4 927 14 715 19 642
Allocation aux adultes handicapés (AAH) 5 320 12 491 17 811 5 515 12 761 18 276 5 777 13 121 18 898
Allocation supplémentaire vieillesse 3 584 8 759 12 343 3 433 8 241 11 674 nd nd nd
Allocation de parent isolé (API) 1 534 4 451 5 985 1 576 4 602 6 178 1 496 4 549 6 045
Allocation d’assurance veuvage 198 441 639 166 552 718 nd nd nd
Allocation d’insertion (AI) 80 244 324 98 226 324 116 311 427
63 Unité : bénéficiaires au 31 décembre de chaque année Sources : MSA, CAF, CPAM, CRAM, UNEDIC
nd : non disponible
multipliés par 2,4 sur la même pé locations familiales sont plus con- gion au 31 décembre 1998. Cette
riode. Après une forte évolution cernées que d’autres par cette évolution suit celle de la France qui
observée entre 1995 et 1996 baisse. D’une année à l’autre ce- enregistre une hausse de 30%.
(+8,3%), la progression s’est ralen pendant, les classements s’inver- Enfin, au 31 décembre 1997,
tie. Elle atteint un minimum en sent. Ainsi, en 1997, le nombre de 11 700 personnes âgées bénéficient
1998 avec une évolution de +1,6% bénéficiaires de l’API plaçait la de l’allocation supplémentaire
pour l’année. Les effectifs bénéfi- Caisse de Dieppe au premier rang vieillesse. Depuis plusieurs années,
ciaires du régime agricole, margi- des évolutions pour la Seine leur nombre diminue régulière-
naux par rapport à l’ensemble, re- Maritime, mais sa baisse en 1998, ment, grâce à l’amélioration du ni
trouvent le niveau de décembre 4,1%, la place au dernier rang. La veau de retraite et des salaires.
1996, alors qu’ils avaient fortement Caisse d’Elbeuf, en revanche, dé- C’est d’ailleurs le minima qui a
augmenté en 1997. passe largement la moyenne régio subi la plus forte baisse du nombre
Le département de l’Eure pré- nale au 31 décembre 1998 (+5,7%), de ses bénéficiaires depuis décem
sente une quasi stabilité par rap- alors que l’année précédente, elle bre 1990 ( 33%).
port à décembre 1997, soit +0,3%, n’atteignait pas les +1% d’évolu-
après avoir subi une forte évolu- tion. Une analyse plus détaillée se Marie Noëlle DÉMARAIS
tion en 1996. rait nécessaire pour déterminer si
L’augmentation des bénéficiai- ces retournements correspondent à
res du département de la Seine l’évolution réelle du nombre de
Maritime est légèrement supé- personnes auxquelles s’adresse
rieure à l’évolution régionale, soit l’API (1) ou à un effort accru de
+2%. D’une Caisse d’allocations fa certaines Caisses d’allocations fa-
miliales à l’autre, les taux de pro- miliales, à un moment donné, pour
gression varient fortement et vont les atteindre.
de +1,2% pour les bénéficiaires de Après une chute du nombre de
Dieppe, à +3,5% pour ceux du ses allocataires, en 1997, due à une
Havre entre 1997 et 1998. réduction de son champ d’applica
L’allocation aux adultes handi- tion, l’allocation spécifique de soli
capés concerne près de 18 900 per darité concerne, en décembre 1998,
sonnes au 31 décembre 1998. Ce 19 600 allocataires, soit une légère
nombre est en progression de 3,4% hausse de 1,6% pour l’année.
par rapport au 31 décembre 1997. De même, l’allocation d’inser-
Cette évolution est légèrement plus tion, dont le nombre d’allocataires
forte pour le département de avait fortement baissé en 1992, voit
l’Eure. le nombre de ses bénéficiaires aug
Le nombre de bénéficiaires de menter de près de 32% pour la ré-
l’allocation parent isolé a diminué
(1) L’API garantit un revenu familial minimal aux per
de 2,2% en 1998 après un maxi- sonnes enceintes ou ayant la charge d’un ou de plu-
sieurs enfants. Elle est attribuée pendant les douzemum atteint en 1997. Tout comme
mois qui suivent la situation d’isolement jusqu’au 3e
pour le RMI, certaines Caisses d’al- anniversaire du plus jeune enfant à charge.
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999