Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Progression de l'emploi dans le tertiaire avec une féminisation et une qualification croissantes

De
6 pages
La région aura gagné 51 000 emplois entre 1990 et 1999. La forte poussée des emplois tertiaires (+ 98 000) compense largement le repli des autres emplois, notamment agricoles (- 29 000). Ces créations nettes d'emplois concernent surtout les femmes et les catégories d'encadrement (cadres et professions intermédiaires).
Voir plus Voir moins

R
E
C
S
E
F
N
I
© Insee 2001 - IGN 1999
Numéro 53 : novembre 2001
Progression de l’emploi dans le tertiaire
avec une féééééminisation et une qualification croissanoissanoissanoissanoissantestestestestes
Les emplois de services majoritaires Corrèze Haute-Cantal
Dordognedans la plupart des cantons Loire
Gironde
LOT
Lot-et-Garonne
Cahors Rodez
Lozère
TARN-ET-GARONNE
AVEYRONLandes Montauban Gard
Albi
GERS
TARN
Auch
HéraultToulouse
Pyrénées- HAUTE-GARONNE
TarbesAtlantiques
Aude
FoixPart des services dans les emplois HAUTES-PYRENEES ARIEGE
au lieu de travail (en %)
Méditerranée
plus de 60
de 50 à 60
Pyrénées-OrientalesANDORREESPAGNEde 40 à 50
de 30 à 40
moins de 30
Source : Insee, recensement de la population de 1999 Unité géographique : canton
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-PontsLa région aura gagné 51 000 emplois 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Directeur de la publication :entre 1990 et 1999. La forte poussée des emplois Benjamin Camus
Rédacteur en chef :tertiaires (+ 98 000) compense largement le repli des Bruno Mura
Maquettiste :autres emplois, notamment agricoles (- 29 000). Isabelle Darles
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 ColomiersCes créations nettes d’emplois concernent surtout Dépôt légal : novembre 2001
ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183ADles femmes et les catégories d’encadrement
SAGE : SIPAG5376
(cadres et professions intermédiaires). Prix : 2,29 - 15 F
S
T
E
I
M
N
E
I
F
N
É
T
D
D
E
S
L
T
A
A
T
P
L
O
U
P
U
S
L
É
A
R
T
I
O
NProgression de l’emploi dans le tertiaire
avec une féminisation et une qualification croissantes
n 1999, la population active des comportements face au marché du deux autres régions du sud de la
résidant en Midi-Pyrénées travail. L’effet du deuxième facteur France (43,6 % en Languedoc-E est globalement faible car il résultes’élève à un peu plus de 1 133 000 Roussillon et 44,9 % en Provence-
personnes. Elle comprend plus de de deux mouvements qui se com- Alpes-Côte d’Azur).
980 000 personnes exerçant une pensent assez largement : le recul
activité professionnelle, quelque de l’activité des moins de 25 ans et Au sein de la région, la Haute-
144 000 personnes se déclarant au des plus de 60 ans d’une part et le Garonne se distingue avec à la fois un
chômage et 3 000 militaires du développement de l’activité féminine taux d’activité global plus élevé et une
contingent. Depuis 1990, le nombre aux âges intermédiaires d’autre part. féminisation plus marquée de la main-
d’actifs s’est accru de 73 000 d’œuvre. Ainsi, son taux d’activité est
personnes. Cette progression, de 0,8 % Cette progression constante de de 56,3 % alors qu’il est inférieur à
par an, s’est légèrement ralentie par l’activité féminine est un des ensei- 52 % dans les autres départements
rapport à la période 1982-1990 gnements majeurs du recensement de la région. De plus, la population
(1 % l’an). Entre 1990 et 1999, de 1999. En effet, si entre 1990 et active de la Haute-Garonne compte
l’emploi a connu une croissance 1999 le taux d’activité global 89 femmes pour 100 hommes. Ce chif-
annuelle de 0,6 % (contre 0,7 % pour régional ne connaît qu’une très fre varie, dans les autres départements
1982-1990) et le chômage de 2,5 % légère hausse (52,7 % contre 52,0 %), de la région, de 81 femmes en Ariège
(pour 3,3 % entre 1982 et 1990). le taux d’activité féminin, lui, a à 88 femmes pour 100 hommes dans
connu une progression très nette, les Hautes-Pyrénées.
Une féminisation passant en Midi-Pyrénées de 44,2 %
croissante de la à 47,1%. La région compte désor- C’est entre 30 et 44 ans que le
main-d’œuvre mais 86 femmes actives pour 100 taux d’activité des femmes est le plus
hommes actifs. Le taux d’activité élevé. Il approche 84 % en 1999,
L’accroissement du nombre féminin régional est très proche de soit six points de plus qu’en 1990.
d’actifs au cours de la décennie tient la moyenne des régions françaises de Mais la progression la plus nette (de
à deux facteurs : la progression de la province et en particulier du taux plus de 10 points) concerne la tranche
population en âge de travailler aquitain (47 %). Il est sensiblement d’âge 45-55 ans : le taux d’activité
(+ 61 000 personnes) et l’évolution plus élevé que celui observé dans les féminin s’établit désormais à 81,6 %,
Les taux d'activité féminins
Extension du salariat par rapport à 1990
se rapprochent des masculins
%
100 Hommes 1999 Secteur d'activité Ensemble Part des salariés (%)
90 1999 1999 1990
Femmes 1999
80
Ensemble 980 079 83,5 78,6
Femmes 199070
60 Agriculture 70 191 18,2 11,1
Femmes 1982
50
Industrie 156 581 92,0 92,2
40 Femmes 1975
Construction 61 659 73,6 71,330
20
Tertiaire dont : 691 648 89,1 86,8
10
Commerce 132 149 80,3 76,30 Âge
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65
Source : Insee, recensements de la population de 1990 et de 1999Source : Insee, recensements de la population
2pour les femmes âgées de 45 à tertiaire dont les emplois progres- l’action sociale, 26 000 emplois
49 ans et à 75,5 % pour celles ayant sent fortement (+ 98 000) ; les autres féminins ont été créés pour 6 000
entre 50 et 54 ans. secteurs, agriculture, industrie et emplois masculins, renforçant ainsi
construction perdent respectivement la féminisation de ces activités où on
Le développement 29 000, 10 000 et 8 000 emplois au compte maintenant 71 % de femmes
du salariat se poursuit cours de la période, repli constaté contre 66 % en 1990. Dans le secteur
également au niveau national. de l'administration, il y a eu aussi
L’emploi salarié représente, en plus de créations d’emplois fémi-
1999, 83,5 % de l’emploi total Au sein du tertiaire, les secteurs nins (14 000) que d’emplois
régional, soit 5 points de plus qu’en de l’éducation, de la santé et de masculins (5 000), si bien qu’aujour-
1990. Cette progression de l’emploi l’action sociale, importants en d’hui les femmes représentent 37 %
salarié est liée essentiellement au Midi-Pyrénées, ont créé 32 000 des emplois de ce secteur (33 % en
1990). Dans les transports, lesrecul des emplois agricoles et à la emplois, l’administration 19 000.
poussée des emplois dans les services. Deux autres secteurs d’activité sont emplois créés profitent à peu près
La place de l’emploi salarié reste également en pleine expansion : autant aux femmes qu’aux hommes.
toutefois, en Midi-Pyrénées, infé- les services aux entreprises avec Cette évolution contribue à
rieure à la moyenne française (88 %). 25 000 créations nettes d’emplois augmenter le taux de féminisation
Ce constat s’explique par le poids plus entre 1990 et 1999 et les services de ce secteur, qui passe alors de
important des secteurs de l’agricul- aux particuliers (+ 17 000). Le com- 18 % à 22 % en neuf ans. De
ture et de la construction dans l’éco- merce et les transports progressent même, la progression de l’emploi
nomie régionale, secteurs où tradi- aussi, avec respectivement 6 500 et bénéficie aux hommes comme aux
tionnellement la proportion de non 5 000 emplois supplémentaires. Les femmes dans les activités de services
salariés est plus forte. activités financières se stabilisent et aux entreprises ou aux particuliers
les activités immobilières sont en et dans le commerce.
Le tertiaire tire la retrait sur cette dernière décennie.
croissance de l’emploi Baisse contenue
Dans le tertiaire, les emplois de l’emploi industriel
La région a gagné un peu plus féminins se sont développés à un
de 51 000 emplois entre 1990 et rythme deux fois plus rapide que les L’industrie emploie près de
1999. Cette croissance est due au emplois masculins. Dans le secteur 157 000 personnes en Midi-Pyrénées
développement du seul secteur de l’éducation, de la santé et de en 1999, soit 16 % des actifs
Nette progression de l'emploi
Recul de l'emploi dans les secteurs traditionnels
féminin dans le tertiaire
et essor des services(Evolution 1990-1999)
Secteur d'activité 1999 Evolution 1990 - 1999 (%)
Ensemble dont femmes Ensemble dont femmesEnsemble
Ensemble 980 079 393 389 5,5 12,0
Agriculture Agriculture, sylviculture, pêche 70 191 33 456 - 28,9 - 33,2
Industrie dont : 156 581 48 872 - 5,9 - 10,2
Ind. des biens intermédiaires 51 468 13 240 - 1,8 - 3,3Industrie
Ind. des biens d'équipement 42 657 7 296 2,7 4,3
Ind. agricoles et alimentaires 26 702 9 596 2,3 12,5
Ind. des biens de consommation 24 116 16 508 - 26,5 - 34,5Construction
Construction 61 659 4 724 - 11,6 - 11,8
Tertiaire Tertiaire dont : 691 648 306 337 16,5 20,8
Hommes Commerce 132 149 55 404 5,2 4,7
Femmes
Education, santé, action sociale 203 243 119 152 18,8 21,8
Administration 113 295 41 746 20,5 33,6dont Commerce
Services aux entreprises 106 985 33 788 29,7 31,2 % % Services aux particuliers 70 955 33 505 32,0 29,4
-40 -30 -20 -10 0 10 20 30
Source : Insee, recensements de la population de 1990 et de1999Source : Insee, recensements de la population de 1990 et de 1999
3Prédominance des professions intermédiaires et des employés
Catégorie socioprofessionnelle Secteur d'activité
Ensemble Agriculture Industrie Construction Tertiaire dont Commerce
Effectif Effectif %%Effectif %Effectif %% Effectif %
Ensemble 980 079 100,0 70 191 100,0 156 581 100,0 61 659 100,0 691 648 100,0 132 149 100,0
Agriculteurs exploitants 56 560 5,8 56 560 80,6 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0
Artisans, commerçants, chefs d'entreprises 78 180 8,0 822 1,2 11 686 7,5 16 173 26,2 49 499 7,2 23 619 17,9
Cadres, professions intellectuelles supérieures 121 097 12,4 333 0,5 19 907 12,7 1 844 3,0 99 013 14,3 9 180 6,9
Professions intermédiaires 225 598 23,0 1 316 1,9 37 149 23,7 6 404 10,4 180 729 26,1 26 311 19,9
Employés 278 678 28,4 1 071 1,5 14 181 9,1 2 823 4,6 260 603 37,7 43 163 32,7
Ouvriers 219 966 22,4 10 089 14,4 73 658 47,0 34 415 55,8 101 804 14,7 29 876 22,6
Source : Insee, recensement de la population de 1999
la pharmacie… ont vu leurs effectifs décennie. Cette situation est à sou-exerçant une activité professionnelle
ligner, car, dans le même temps, ledans la région (18 % pour la s’effriter (perte de près de 9 000 em-
secteur des biens d’équipement af-France). Elle a perdu 10 000 plois), tout comme les industries des
emplois depuis 1990, soit une baisse biens intermédiaires (textile, chimie, fichait une diminution de 11 % de
métallurgie, transformation des mé- ses effectifs au niveau national.de 6 %, mais elle résiste globale-
taux, produits minéraux…) mais dement mieux que dans les régions
Ce bon résultat global masquevoisines (- 8,5 % en Aquitaine, façon beaucoup moins sensible
toutefois de nettes disparités- 8,7 % en Languedoc-Roussillon, (- 1 000 emplois). Les industries
- 16 % pour Provence-Alpes-Côte agricoles et alimentaires et automo- départementales : la progression de
bile (pour cette dernière, dans la l’emploi dans le secteur des biensd’Azur) et que l’industrie nationale
région, des équipementiers) ont connu d’équipement en Haute-Garonnedont 12 % des emplois ont disparu
contraste en effet avec le repliau cours de la même période. une stabilisation de leurs effectifs.
observé dans les Hautes-Pyrénées.Seules les industries des biens d’équi-
L’évolution est très variable pement, au premier rang desquelles
l’industrie aéronautique et spatiale La construction représente 6,3 %selon les secteurs de l’industrie : les
et l’industrie des équipements élec- des emplois régionaux en 1999, etindustries de biens de consomma-
emploie 8 100 personnes de moinstion, qui comprennent en particu- triques et électroniques, ont connu une
qu’en 1990. Cette baisse, d’ampleurlier l’industrie des équipements du progression de leurs effectifs d’un peu
foyer, de l'habillement et du cuir, plus de 1 000 personnes sur la proportionnellement comparable à
Agriculteurs, artisans, commerçants et ouvriers moins nombreux
Répartition de la population active Evolution 1990-1999 de la population de
ayant un emploi par sexe et catégorie socioprofessionnelle 15 ans ou plus par sexe et catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs exploitants Agriculteurs exploitants
Femmes Femmes
Artisans, commerçants
Hommes Hommeset chefs d'entreprisesArtisans, commerçants
et chefs d'entreprises Cadres, professions
intellectuelles supérieures
Cadres, professions
Professions intermédiaires intellectuelles supérieures
Employés Professions intermédiaires
Ouvriers
Employés
Retraités
Autres personnes sansOuvriers
activité professionnelle
%
0 102030405060 -40 000 -30 000 -20 000 -10 000 0 10 000 20 000 30 000 40 000 50 000

Source : Insee, recensements de la population de 1990 et de 1999
4celle observée au niveau national, respectivement de 18 % et de 13 %. sentent aujourd’hui 12 % des emplois
est voisine de celle de l’Aquitaine, et affichent, sous l’effet du dévelop-Ces évolutions profitent essentielle-
et moins marquée qu'en Languedoc- pement des emplois d’ingénieurs etment aux femmes. En effet, derrière
Roussillon. de cadres techniques, une progressionces professions se trouvent bon nom-
bre de métiers souvent dévolus aux de 23 %, plus soutenue qu’au niveau
Sévère chute des femmes, comme assistante sociale, national (16 %).
emplois agricoles aide-soignante, infirmière dans les sec-
Au total, les deux catégories,teurs de l’action sociale et de la santé,
Le poids de l’agriculture en socioprofessionnelles qui relèventinstitutrice pour l’éducation, assistante
Midi-Pyrénées (7 % des emplois) reste maternelle, aide à domicile, femme d'une notion large d'encadrement
fort en 1999 par rapport à la moyenne de ménage, serveuse ou employée (cadres et professions intermédiaires)
française (4 %) malgré la perte de près d’hôtellerie, agents commerciaux du ont globalement progressé de 26 %
d’un tiers des emplois en neuf ans, qui en Midi-Pyrénées, contre 20 % pourtourisme, hôtesse d’accueil dans le
reflète la disparition des petites exploi- la France.secteur des services aux particuliers.
tations, la concentration et la L’essor de l’emploi dans les services
professionnalisation de l’agriculture. se traduit ainsi par une montée en En effet, au-delà du mouve-
ment général de développement despuissance des professions inter-
Ainsi, de 99 000 emplois en professions supérieures lié en partie àmédiaires et des employés dans la
1990, l’agriculture est passée à l’augmentation du niveau de quali-structure socioprofessionnelle régio-
70 000 emplois en Midi-Pyrénées en nale comme nationale. fication de la main-d’œuvre, la région
1999. Les femmes sont plus particu- bénéficie également d’un apport
lièrement touchées par cette chute de externe de cadres. Parmi les nou-Une progression
l’emploi en agriculture, conséquence veaux arrivants actifs, un sur cinq estplus vive des cadres
de la réduction très sensible de la main- cadre ou exerce une professiondans la région
d’œuvre familiale. intellectuelle supérieure ou libérale. Ces
Les cadres et les professions in- arrivées remodèlent l’emploi dans la
Cette forte poussée de l’emploi tellectuelles supérieures constituent région : en effet, ces nouveaux
dans les services et le recul des em- l’autre catégorie socioprofessionnelle arrivants pèsent pour plus d’un quart
plois agricoles s’accompagnent d’une qui se développe au cours de la dans les cadres et professions intel-
décennie. Dans la région, ils repré- lectuelles supérieures travaillantprofonde redistribution des professions
et d’une évolution du rôle des fem-
mes au sein des différentes catégo- Les professions intermédiaires se féminisent,
ries socioprofessionnelles. ainsi que les emplois de cadres
EffectifCatégorie socioprofessionnelle Evolution Part des femmesDynamisme des
1999 1990 1990 - 1999 1999 1990emplois féminins dans
Ensemble 2 150 019 2 040 490 5,4 51,8 51,7les professions
intermédiaires et Agriculteurs exploitants 57 391 88 500 - 35,2 33,4 35,3
d'employés
Artisans, commerçants,
chefs d'entreprises 84 614 92 690 - 8,7 28,7 30,6
Les professions intermédiaires et Cadres, professions
intellectuelles supérieures 129 034 104 552 23,4 33,9 31,4les employés sont les deux catégo-
ries socioprofessionnelles qui ont Professions intermédiaires 248 804 194 425 28,0 48,6 45,4
connu la progression la plus marquée,
Employés 332 804 281 983 18,0 77,5 78,1
Ouvriers 261 579 278 519 - 6,1 19,1 21,1en Midi-Pyrénées, comme en France,
entre 1990 et 1999. L’évolution Retraités 533 772 470 957 13,3 48,6 47,2
Autres personnes sans des professions intermédiaires est
activité professionnelle 502 021 528 864 - 5,1 67,4 70,6
de 28 % en Midi-Pyrénées et de
Champ : population de 15 ans ou plus décomptée au lieu de résidence
19 % en France, celle des employés Source : Insee, recensements de la population de 1990 et de 1999
5© Insee 2001 - IGN 1999
Par ailleurs, le nombre de fem-Des arrivées de cadres
également hors de la Haute-Garonne mes cadres progresse nettement plus
Part des cadres dans la population Corrèze Haute- vite que celui des hommes cadresdes nouveaux arrivants Cantal Loire
plus de 10 mais cette évolution ne suffit pas àDordogne
de 7 à 10 rééquilibrer cette catégorie sociopro-
de 5 à 7 LOT Lozère
de 3 à 5 fessionnelle, où on compte en Midi-
moins de 3 Cahors Rodez Pyrénées deux hommes pour une
Lot-et-Garonne femme.
TARN-ET-GARONNE AVEYRON
MontaubanLandes Gard Erosion de l’emploi
Albi
ouvrier et agricole etGERS
Auch TARN de l’artisanat
HéraultToulouse
Pyrénées-
Les autres professions sontAtlantiques
HAUTE-GARONNE
Tarbes toutes en repli entre 1990 et 1999.
L’artisanat souffre de la fermeture de
Aude
HAUTES-PYRENEES Foix petites entreprises de maçonnerie,
ARIEGE
Méditerranée menuiserie, peinture et du recul des
artisans de fabrication ou de répara-
ANDORRE Pyrénées-Orientales tion. Le petit commerce tradition-
ESPAGNE
nel subit toujours la concurrence de
la grande distribution, si bien qu’auUnité géographique : cantonSource : Insee, recensement de la population de 1999
total près de 8 000 emplois d’artisans
dans la région. Installés essentiellement arrivants, ingénieurs, cadres techniques, et de commerçants ont disparu au
dans l’agglomération toulousaine, au sud professions libérales, … contribuent cours de la période. L’emploi ouvrier
du Lot, dans les Hautes-Pyrénées, à l’est à modifier la structure sociopro- a lui aussi régressé au cours de la
du Gers et à l’ouest du Tarn, ces nouveaux fessionnelle de ces territoires. décennie, perdant environ 17 000
emplois, essentiellement des emplois
non qualifiés. Mais c’est l’emploi agricole
Pour comprendre ces résultats qui affiche l’érosion la plus forte : en
neuf ans, reflet des profondes mutations
L’univers des professions est décrit d’après la nomenclature des Professions et engagées dans l’agriculture, le nombre
Catégories Socioprofessionnelles de 1982 (PCS). Cette nomenclature privilégie d’exploitants a été divisé par 1,5.
le niveau de formation et les diplômes obtenus. La catégorie des « cadres et profes-
sions intellectuelles supérieures » comprend notamment les professions libérales, les
Marie-Pierre PLAUXcadres de la fonction publique, les professions intellectuelles et artistiques, les
cadres d'entreprises (administratifs, commerciaux, ingénieurs). Parmi les profes-
Pour en savoir plus
sions intermédiaires on compte les instituteurs, les infirmiers, les techniciens,
contremaîtres, agents de maîtrise, les inspecteurs, officiers de police, adju- • « Les métiers se redéploient sur le
dants de gendarmerie, représentants, personnel administratif et commercial inter- territoire métropolitain ». Insee Première
médiaire de la fonction publique et des entreprises… n° 792, juillet 2001.
« L’espace des métiers de 1990 à 1999 ».Les résultats présentés ici sont issus des recensements de la population. Les données
Insee Première n° 790, juillet 2001.de cadrage concernant l’évolution de la population sont localisées au lieu de
résidence. Les résultats sur la structure de l’emploi ont pour référence le lieu de Les fascicules de l’exploitation
travail. Pour 1999, les résultats sur l’emploi proviennent de l’exploitation complé- complémentaire « Tableaux Références et
mentaire, qui comprend un logement sur quatre (sondage au 1/4). Analyses ». Novembre 2001.
« Portrait de la France - Le recensement
Le taux d’activitétaux d’activité est le pour centage de personnes actives (ayant un emploi, ou de 1999 ». Décembre 2001.
chômeurs, ou, depuis le recensement de 1990, les militaires du contingent) dans la
Site internet : www.insee.frpopulation totale.
6

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin