Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un taux d'activité plus fort en Franche-Comté qu'en métropole

De
4 pages
En janvier dernier, l'estimation de la population franc-comtoise réalisée à partir des premiers résultats de l'enquête de recensement effectuée en 2004, montrait un rythme de croissance de la population comparable à celui de la période 1990-1999. En revanche, la hausse de la population française s'est accélérée depuis 1999. L'exploitation des données individuelles permet à présent de présenter, au niveau de chaque région, des éléments statistiques sur le logement, sur l'activité et sur les migrations résidentielles des habitants. Pour l'instant, les données portent uniquement sur la population des personnes vivant dans des ménages et ne comptabilisent pas les habitants des communautés (foyers, maison de retraite...).
Voir plus Voir moins
1
INSEE Franche-Comté
- l'essentiel Nº 79 - juillet 2005
www.insee.fr
insee-contact@insee.fr
0 825 889 452 (0,15
/mn)
nº 79
juillet 2005
ESS057918 Prix : 2,50
En janvier dernier, l’estimation de la population franc-
comtoise réalisée à partir des premiers résultats de l’enquête
de recensement effectuée en 2004, montrait un rythme de
croissance de la population comparable à celui de la période
1990-1999. En revanche, la hausse de la population
française s’est accélérée depuis 1999. L’exploitation des
données individuelles permet, à présent, de présenter, au
niveau de chaque région, des éléments statistiques sur le
logement, sur l’activité et sur les migrations résidentielles
des habitants. Pour l’instant, les données portent uniquement
sur la population des personnes vivant dans des ménages
et ne comptabilisent pas les habitants des communautés
(foyers, maison de retraite...).
Au 1
er
janvier 2004, la po-
pulation des ménages francs-
comtois est de 1 103 000
personnes, soit une augmen-
tation de 0,6% par rapport à
1999. En 2004, les moins de
20 ans représentent 25,3%
de la population des ména-
ges (26,5% en 1999). Cette
baisse de la part des moins
de 20 ans s’explique en par-
tie par un déficit migratoire
des jeunes de la région, ainsi
que par une natalité plus fai-
ble que dans les années 80.
À l’inverse, la part des 75 ans
et plus continue de croître
pour passer de 6,3% à 7,4%
en cinq ans. En même temps,
la part des per-
sonnes âgées de
60 à 74 ans dé-
croît légèrement,
conséquence du
déficit des naissances de
1935 à 1945. Cette baisse
concerne plus particulière-
ment les femmes. La propor-
tion de femmes de cette tran-
che d’âge dans l’ensemble
de la population féminine di-
minue de 0,7 point sur la
période, alors que la part des
hommes reste stable, grâce
à l’augmentation
de leur espérance
de vie.
La part de per-
sonnes âgées de
plus de 60 ans est au même
niveau que celle de la France
métropolitaine, soit 20,5%.
Les premiers résultats de l’en-
quête de recensement publiés
en janvier 2005 montrent
Des échanges
nombreux
avec les régions
limitrophes