Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

N°14
-
mars
ALLOCATIONS FAMILIALES DUVAR
2001
SUdDosINsSiEeEr
Avant propos
Ce dossier présente une approche des situations de pauvreté dans le département du Var par une description détaillée des familles bénéficiaires de minima sociaux versés par la Caisse d’Allocations Familiales ou d’autres “allocataires” ayant des revenus très modestes.
La collaboration entre l’INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Caisse d’Allocations Familiales du Var a permis, non seulement de traiter les données de la Caisse d’Allocations Familiales, mais aussi de capitaliser les expériences et les compétences.
La présente étude a pour ambition de permettre aux acteurs sociaux du département de mieux appréhender les situations de pauvreté, d’alimenter leur réflexion et d’ajuster au mieux leurs interventions. Elle leur permettra aussi de se situer par rapport aux autres départements de la région, qui ont tous déjà fait l’objet d’une étude comparable.
Le directeur de la Caisse d’Allocations Familiales du Var
François SPECHT
Le directeur de l’INSEE Provence-Alpes-Côte d’Azur
Pierre AUDIBERT
Sud INSEE Uneaappparuovcrheeté d N°1 ossier de l 4 - Mars 2001 dansleVar
Ce dossier a été réalisé : peatrFGrahinsclianieneMVairchheicray c aveclaparticipaItNioSnEEdPerColvaeundcien-eAlPpicecso-lCoô-tCeadh'uAzzaucr et avec le concours de la Caisse d'Allocations Familiales du Var
Approche et mesure de la précarité Les allocataires à bas revenus
Les minima sociaux Les allocataires percevant le Revenu Minimum d'Insertion Les allocataires percevant l’Allocation de Parent Isolé Les allocataires percevant l’Allocation aux Adultes Handicapés Les allocataires ne percevant aucun des minima sociaux Définitions
5 9
19 21
27
33
39 45
5
INSEE - Provence-Alpes-Côte d’Azur SUD INSEE - dossier N° 14 - Une approche de la pauvreté dans le Var
Approche et mesure de la précarité pour une personne seule, 7 665 francs pour un couple avec deux enfants. Les données présentées ici portent sur l’analyse des fichiers de la Caisse d’Allocations Familiales du Var au 31 décembre 1996. Ainsi, la si-tuation de 117 700 allocataires a été ob-servée (graphique 1 et tableau 1). Si l’on ajoute tous les membres du foyer, ce sont 329 150 personnes qui bénéficiaient à cette date, directement ou indirectement, d’au moins une prestation de la Caisse d’Allocations Familiales. Près de huit bénéficiaires de minima sociaux sur dix vivent sous le seuil de pauvreté. Ceux qui ont des revenus supérieurs au seuil sont essen -tiellement des personnes percevant l’AAH dont le plafond de ressources est plus élevé. Les autres personnes pauvres sont des allocatai -res ne bénéficiant que de prestations familiales et/ou d’une aide au logement. Ainsi, au 31 décembre 1996, 45 340 allo -cataires de la Caisse d’Allocations Familiales du Var ont, mensuellement, un revenu inférieur au seuil de 3 650 francs. Avec tous les membres du foyer, ce sont 101 700 personnes qui 1) Revenu médian : la moitié des ménages vivant en France a un revenu inférieur à connaissent une situation pécuniaire difficile, re -cette somme, l’autre moitié un revenu su -périeur. En 1996, le revenu médian était ppraértseenmteanntt.1C1e,t7au%xpdlaeclealepoVpaulationdeduuxièdmée-égal à 7 300 francs par mois et par unité r au de consommation.
U l’action publique soucieuse de mieux adapter ses interventions. Mais la multiplicité des inter -venants rend la tâche d’observation et de me-sure des situations difficile. Toutefois, une approche institutionnelle de la précarité est possible à travers les prestations légales. Ainsi, les données collectées par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) dans le cadre de leurs missions traditionnelles (notamment le versement de prestations sous conditions de ressources) se révèlent précieuses pour mesurer une partie de ce phénomène. Une première approche des situations de pau -vreté monétaire et des risques d’exclusion so -ciale peut donc s’appuyer sur l’analyse des trois minima sociaux que sont le Revenu Minimum d’Insertion (RMI), l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) et l’Allocation de Parent Isolé (API). Mais, toutes les personnes en dif -ficulté ne bénéficient pas d’un de ces minima. De plus, la mesure de la précarité ne se limite pas à ces prestations destinées à assurer un ni -veau de ressources minimum mais qui dépen -dent de l’évolution de la législation. Pour appréhender statistiquement la pauvreté, il est nécessaire de définir un seuil de revenus en dessous duquel on est dit “pauvre”. Le niveau retenu correspond à la moitié du revenu médian (1), soit en 1996, 3 650 francs par mois
edeé-opsalupnoitivsvtdansdancoesncenoansisanceplusdétaillireàessatnécseseliciffidserècian-nfinsioitnd
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin