La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Glossaire d'outils pour les traducteurs

De
14 pages

Un glossaire très utile pour les novices de la traduction professionnelle aux prises avec des logiciels et d'autres outils. En français avec traduction anglaise des termes.

Publié par :
Ajouté le : 12 août 2011
Lecture(s) : 274
Signaler un abus
 Glossaire d outils de traductique  Type d’outil Description
Équivalent anglais Aligneurs de bitextes Les aligneurs de bitextes sont utilisés afin de créer des bitextes (i.e. fragmenter les textes Bitext aligners originaux (sources) et leurs traductions (textes cibles) en de plus petits segments et puis  faire correspondre les segments correspondants dans les textes source et cible). Ces outils fonctionnent habituellement au niveau de la phrase et font correspondre les phrases selon leurs longueurs relatives, leur endroit dans le texte et parfois leur contenu. Puisque ces critères formels et la nature des textes ne permettent pas toujours un alignement parfait, la plupart des outils offrent aussi d’autres fonctions qui peuvent aider les utilisateurs à corriger l’alignement de façon manuelle. Les bitextes peuvent être utilisés afin d’aider à analyser les traductions et techniques de traduction; on peut y faire une recherche en utilisant les concordanciers bilingues . Ils sont aussi un point de départ pour la création de mémoires de traduction (cf. l’entrée pour systèmes de gestion de mémoires de traduction ). Quelques exemples d’aligneurs de bitextes sont : la fonction de création de bitexte de LogiTerm, l’Aligneur TextBase dans MultiTrans, l’aligneur dans Fusion Translate et WinAlign de SDL Trados. Quelques concordanciers bilingues, comme ParaConc, contiennent des fonctions d’alignement.  
 
1
 Autres outils Office ; La suite Microsoft Office offre plusieurs logiciels pour assister avec des tâches comme la Other Office tools autres outils de conception, l’édition et la gestion de présentations (PowerPoint), de feuilles de calcul bureautique (Excel) et de bases de données (Access). Les traducteurs, rédacteurs et réviseurs peuvent utiliser ces outils pour accéder à des documents pour la traduction et pour stocker et gérer des données terminologiques, des informations sur les clients et autres données. Les professeurs peuvent être intéressés à utiliser de tels outils pour préparer leurs cours ou leurs présentations de conférence, pour stocker des données de recherche ou pour calculer des notes.  Banques de données Les banques de données terminologiques sont des ressources qui vous assistent dans la Term banks terminologiques recherche de termes utilisés dans des langues spécialisées et sont particulièrement utiles par exemple pour des traductions spécialisées ou techniques et la rédaction technique. Habituellement bilingues ou plurilingues, les banques de données terminologiques sont des collections de fiches terminologiques, i.e. des entrées structurées dans des bases de données qui stockent des données à propos des concepts qui sont importants dans des champs spécialisés (e.g. termes, leurs équivalents dans d’autres langues, définitions, contextes, sources et observations). Cette structure basée sur des concepts et leur orientation spécialisée différentient les banques de données terminologiques de la plupart des dictionnaires électroniques, lesquels sont généralement organisés par élément lexical. Deux des banques de données terminologiques les plus connues sont TERMIUM ® et le Grand dictionnaire terminologique (GDT). Une banque de données terminologiques européenne connue est IATE (Inter-Active Terminology for Europe), anciennement connue sous le nom Eurodicautom .  
 
2
Concordanciers bilingues  
 
 
Les concordanciers bilingues permettent à l’utilisateur de faire une recherche pour les Bilingual occurrences d’une chaîne de caractères (i.e. séquence de caractères) dans des bitextes concordancers (i.e. textes originaux et leurs traductions qui ont été alignés et qui sont affichés en côte-à-côte ou un au-dessus de l’autre.) Habituellement, ils permettent aux utilisateurs de faire une recherche dans une ou deux langues et ils offrent des fonctions de recherche avancées (e.g. opérateurs booléens, recherches approximatives). Ces outils peuvent aider les utilisateurs à trouver, étudier et comparer diverses occurrences d’une chaîne de caractères et à identifier et évaluer les traductions potentielles d’unités lexicales, d’expressions, de phrases ou même de structures. Quelques exemples de concordanciers bilingues sont : BeeText Find , ParaConc, la fonction de recherche de bitextes de LogiTerm et TransSearch .  
3
Concordanciers unilingues
 
 
Les concordanciers unilingues sont des outils informatiques qui aident à l’analyse de Monolingual corpus . Ils sont principalement utilisés pour trouver et afficher les occurrences de concordancers chaînes de caractères (i.e. séquences de caractères) dans un corpus. Ils offrent habituellement des fonctions de recherche avancées (e.g. opérateurs booléens, recherches approximatives).Certains de ces outils montrent les occurrences repérées dans un format appelé en anglais key word in context ou KWIC (littéralement, mot-clé en contexte), lequel affiche chaque occurrence sur une ligne séparée avec la chaîne de caractères qui a été recherchée par l’utilisateur affichée au centre. Cette présentation est destinée à rendre la comparaison de multiples occurrences plus facile et plus efficace, puisque la plupart des outils permettent aussi de trier les occurrences selon différents critères. L’analyse des occurrences de chaînes de caractères peut aider les utilisateurs à évaluer la façon dont les mots et les phrases sont utilisés et combinés. Plusieurs concordanciers offrent aussi des fonctions additionnelles d’analyse de corpus (e.g. des fonctions qui peuvent créer des listes de toutes les chaînes de caractères présentes dans un corpus ainsi que leurs fréquences, pour aider à identifier les éléments particulièrement pertinents dans une collection de textes). Quelques exemples de concordanciers unilingues disponibles au Centre d’écriture sont : WordSmith Tools, et la fonction de recherche plein texte de LogiTerm. Quelques autres concordanciers peuvent être utilisés et/ou téléchargés en ligne gratuitement, entre autres TextStat , WebConc , WebCorp , AntConc et Corsis .  
4
Corpus
 
Les corpus sont des collections de textes en format électronique qui ont été construites Corpora afin d’assister les utilisateurs dans leur étude de la langue et de son usage. Ils sont généralement conçus pour fournir un échantillon représentatif qui donne une vue d’ensemble d’un certain type de langage (e.g. dans un registre, une région, un champ ou un type de texte particulier). Ces collections de textes peuvent aider les utilisateurs à déterminer comment les unités lexicales sont couramment utilisées ou combinées. Généralement, on fait une recherche dans un corpus en utilisant soit un concordancier unilingue (e.g. dans le cas d’un corpus unilingue ou comparable ), soit un concordancier bilingue (dans le cas d’un corpus parallèle , aussi appelé corpus de bitextes ). Quelques corpus bien connus qui peuvent également être consultés en ligne sont : British National Corpus et Frantext .  Dépouilleurs Les dépouilleurs terminologiques sont des outils informatiques qui analysent des textes Term extractors terminologiques; dans un format électronique et qui identifient les candidats-termes (i.e. unités lexicales urs de qui semblent être des termes dans un domaine spécifique). Les dépouilleurs extracte termes terminologiques utilisent une variété de méthodes pour trouver les candidats-termes, mais elles fonctionnent toutes selon des critères formels, comme l’analyse de la fréquence de chaînes de caractères ou les structures de combinaisons de mots. Notez que ce logiciel automatisé ne produit pas de résultats parfaits. Certains termes contenus dans les textes peuvent passer inaperçus, alors que certains candidats qui ne sont pas de vrais termes sont proposés en tant que termes. Les résultats d’un dépouilleur terminologique doivent donc être vérifiés par un langagier. Quelques exemples de dépouilleurs terminologiques incluent SDL Trados MultiTerm Extract et TermoStat . Des environnements de traduction comme MultiTrans, LogiTerm et Fusion Translate offrent aussi des fonctions d’extraction.  
 
5
Dictionnaires électroniques  
 
 
Les dictionnaires électroniques sont des alternatives de plus en plus populaires au Electronic traditionnel dictionnaire « papier ». Ces ressources, qui peuvent être unilingues, dictionaries  bilingues ou plurilingues, peuvent être disponibles sur CD-ROM ou en ligne. Par rapport aux dictionnaires papier, elles offrent un accès au contenu des entrées du dictionnaire souvent plus rapide, plus facile et plus flexible afin d’aider les traducteurs et autres utilisateurs à trouver l’information dont ils ont besoin. Il est important de ne pas confondre ces dictionnaires avec les banques de données terminologiques , lesquelles, quoiqu’aussi habituellement disponibles en ligne, ont une organisation et des buts différents. Il est aussi important de noter que les dictionnaires électroniques ne sont pas tous de la même qualité. Il est particulièrement important d’être vigilant lorsque l’on utilise des dictionnaires électroniques gratuits. Les dictionnaires Oxford English Dictionary et Dictionnaire de l’Académie française (plusieurs éditions) sont des dictionnaires très bien connus qui peuvent être consultés en ligne (ce dernier peut être consulté sur le site Centre national de ressources textuelles et lexicales ). D’autres dictionnaires que vous trouverez peut-être utiles sont : le Longman Dictionary of Contemporary English Online , le Random House Webster’s Unabridged , le Oxford-Hachette et le Nouveau Petit Robert (tous installés au Centre d’écriture).  
6
 Environnements de traduction
 
Dans la CERTT, nous utilisons le terme environnement de traduction (en anglais Translation translation environment ou parfois TenT pour translation environment tool ) lorsque l’on environments fait référence aux systèmes qui comprennent plusieurs outils différents destinés aux traducteurs dans une seule et même interface intégrée. Ces environnements de traduction sont habituellement centrés autour des systèmes gestion de mémoires de traduction ou des outils semblables, mais incluent généralement les fonctions suivantes : aligneurs de bitextes , systèmes de gestion de données terminologiques , dépouilleurs terminologiques , traducteurs de vocabulaire et concordanciers bilingues ou unilingues . Certains permettent également l’intégration de la traduction automatique . Les environnements de traduction installés au Centre d’écriture sont : SDL Trados, Fusion Translate, LogiTerm, MultiTrans, WordFast et Omega T.  
7
 Gestionnaires de Les systèmes de gestion de données terminologiques sont des outils qui fonctionnent de Terminology données façon similaire aux systèmes de gestion de bases de données génériques, mais qui sont management terminologiques ; spécifiquement conçus pour assister les traducteurs et autres professionnels du langage systems systèmes de gestion dans le stockage et la gestion de données terminologiques (e.g. termes, équivalents,  de données domaines, définitions, contextes et sources). Les systèmes de gestion de données terminologiques terminologiques permettent aux utilisateurs de créer, stocker, gérer et chercher à l’intérieur de leurs propres fiches terminologiques pour des éléments qu’ils croient utiles pour leur travail. Ils suggèrent souvent, imposent parfois des structures de fiches pour aider les utilisateurs à stocker différents types de données terminologiques, et offrent parfois un certain nombre de fonctions de recherche pour aider les utilisateurs à trouver rapidement et facilement les fiches dont ils ont besoin. Les systèmes de gestion de données terminologiques sont souvent une alternative plus utile que les outils Office plus généraux (e.g. documents de traitement de texte avec des tableaux, des feuilles de calcul ou des bases de données) pour stocker les données terminologiques. Un autre avantage est que les systèmes de gestion de données terminologiques peuvent parfois travailler de paire avec les traducteurs de vocabulaire et/ou les systèmes de mémoires de traduction  dans le cadre d’un environnement de traduction . Il est important de noter la différence entre les systèmes de gestion de données terminologiques (généralement utilisés pour stocker des fiches personnelles ou des fiches pour un petit groupe d’utilisateurs) et les banques de données terminologiques (qui sont généralement créées et utilisées par des organisations ou peuvent même être des produits publiques ou commerciaux comme TERMIUM ® ou le GDT ). Les systèmes de gestion de données terminologiques incluent SDL Trados MultiTerm et BeeText Term. Des environnements de traduction comme MultiTrans, LogiTerm et Fusion Translate comprennent aussi des fonctions de gestion de données terminologiques.  
 
8
 Gestionnaires de Les systèmes de gestion de mémoires de traduction sont conçus pour permettre aux Translation mémoires de traducteurs d’épargner temps et effort lors de la traduction de documents qui contiennent memory systems traduction ; systèmes des répétitions (soit internes, à l’intérieur d’un même texte, ou externes, à l’intérieur de de gestion de documents similaires). Les systèmes de gestion de mémoires de traduction stockent mémoires de dans une base de données appelée une mémoire de traduction des segments de textes qui traduction ont été traduits, ainsi que leurs traductions. (Ces segments correspondants, parfois appelés unités de traduction , peuvent être créées automatiquement lorsqu’un utilisateur  traduit, ou peuvent être assemblées à partir d’un texte source et s duction existante e a tra n utilisant un aligneur de bitextes .) La plupart des systèmes de gestion de mémoires de traduction s’intègrent à ou intègrent des éditeurs de textes (e.g. traitements de textes ) afin de permettre l’usage pendant un processus de traduction « normal ». Lorsqu’un traducteur est en train de travailler avec un texte dont un segment est semblable ou identique à un autre qui a déjà été traduit, le système de gestion de mémoires de traduction peut automatiquement suggérer la traduction précédente pour réutilisation. Le traducteur peut alors déterminer si cette traduction est appropriée pour l’utilisation dans le nouveau texte. Si tel est le cas, le traducteur peut simplement l’insérer dans la nouvelle traduction, ou il peut l’éditer si cela est nécessaire, et peut ensuite l’insérer dans le nouveau texte. Si la suggestion n’est pas appropriée, le traducteur peut simplement la rejeter et traduire le segment lui-même. Il ne faut pas confondre les systèmes de gestion de mémoires de traduction avec les systèmes de traduction automatique (TA) ; les mémoires de traduction permettent aux humains de recycler des segments de traductions déjà faites par l’humain alors que les systèmes de TA effectuent des traductions de façon automatique et dépendent très souvent de l’humain pour ensuite éditer la traduction. Bien que certains processus de traduction ou environnements de traduction intègrent ces deux types d’outils, le fonctionnement de ces derniers est tout à fait différent. Les systèmes de gestion de mémoires de traduction sont au cœur des environnements de traduction  comme Déjà Vu, Fusion Translate et SDL Trados (plus spécifiquement l’outil Translator’s Workbench). (Les deux derniers outils mentionnés ci-dessus sont installés au Centre d’écriture.) Des outils similaires se trouvent aussi dans les environnements de traduction de MultiTrans et LogiTerm.
 
9
 Moteurs de recherche Le moteur de recherché le plus connu d’Internet est Google , bien qu’il y en ait d’autres Search engines (comme Yahoo! , Alta Vista , et Ask.com ). Les moteurs de recherche analysent le contenu de es Web et créent des listes d’occurrences de chaînes de caractères pag trouvées dans les pages ou leurs URL, dans les informations que les concepteurs de pages Web fournissent à propos de leurs pages (les métadonnées des pages), ou dans les liens vers des pages. Cette analyse facilite et accélère la recherche en ligne en utilisant des mots-clés. Les moteurs de recherche utilisent aussi des calculs sophistiqués pour classer les résultats de recherches dans le but de présenter les pages qui sont le plus susceptibles d’être utiles à un utilisateur en début de la liste de résultats. Plusieurs moteurs de recherche offrent des fonctions de recherches spécialisées et chaque moteur de recherche a sa propre syntaxe particulière qui doit être apprise afin d’optimiser les recherches. Un différent type d’outil de recherche, appelé méta moteur de recherche (e.g. Dogpile ), effectue des recherches dans plusieurs moteurs de recherche à la fois et synthétise ensuite les résultats.  
 
10
 Outils de localisation La localisation est une tâche qui implique la traduction et l’adaptation d’une page Web, Localization tools  d’un logiciel ou d’un autre produit pour une communauté linguistique et culturelle  particulière. Plusieurs participants sont généralement impliqués dans le processus puisque la tâche implique la manipulation de codes informatiques complexes. Bon nombre d’outils de localisation ont été créés afin d’assister les traducteurs et autres professionnels de la localisation dans la gestion des complexités de la tâche (y compris la gestion des projets, le calcul d’un estimé ou d’un décompte de mots exact, la séparation des composants textuels à traduire du code informatique qui doit être préservé, et la gestion des données terminologiques et des textes ou segments de textes déjà traduits). En plus des outils de localisation, les systèmes de gestion de mémoires de traduction et les systèmes de gestion de données terminologiques sont très utiles pour de nombreux projets de localisation. Les outils de localisation incluent : Catalyst, Passolo et WebBudget, qui est installé au Centre d’écriture.  La catégorie des outils sur le Web est une catégorie générale qui comprend divers types Web tools d’outils en ligne qui sont utiles aux langagiers. Certains sont difficiles à classer selon les types d’outils classiques (e.g. Diatopix , un outil qui permet à un utilisateur d’effectuer simultanément un nombre de recherches sur le Web limitées aux régions et qui crée une charte pour comparer les résultats, ce qui peut être utile par exemple lorsque l’on veut identifier si un terme ou une expression est plus courant dans une région que dans une autre). Les autres (e.g. le catalogue de la bibliothèque, ORBIS ) sont des outils plus généraux, qui peuvent néanmoins être utiles aux traducteurs et autres personnes dans l’industrie langagière. Dans la CERTT, cette catégorie se distingue des dictionnaires électroniques et des banques de données terminologiques , lesquels, bien qu’ils soient généralement disponibles en ligne, forment leur propre classe d’outils.
Outils sur le Web
 
11