Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

FLOCARD Mickaël

Date de création : 01.08.2005

Date de dépôt : 31.08.2005

Niveau : BAC + 4








Appréciation et valorisation de la qualité sur le web












Mickaël FLOCARD
ESC Wesford 2004/05
Formation Responsable Marketing






MEMOIRE








Thème:


Appréciation et valorisation de la qualité sur le web,

des difficultés inhérentes aux technologies nouvelles.





Problématique:
“Peut-on prétendre valoriser la qualité des solutions innovantes
en matière de web, face à un public non éduqué ?”
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 1
REMERCIEMENTS


Je tiens dans un premier temps à remercier Mr Alex Liénard et Mme Virginia Ricour qui,

malgré l’interruption de mes études durant 4 années, m’ont donné l’opportunité d’intégrer

la formation de “responsable marketing” à l’ESC Wesford de Grenoble et de pouvoir ainsi

profiter de l’expérience professionnelle et de la qualité des différents intervenants.


Egalement Mr Xavier Destombes, directeur de la société de communication réseaux

Anazys (site web: http://www.anazys.com ) spécialisée dans la qualité et l’accessibilité des

solutions web, auprès de qui je me suis formé aux diverses démarches nécessaires à

l’obtention d’une qualité optimale lors de la conception de sites web.



Et pour finir, je souhaite remercier Mme Marie-Hélène Thoraval, responsable pédagogique

de notre formation, pour son aide et sa disponibilité dans l’élaboration de mes travaux.







LEGENDE
“ * ” : Les mots signalés par une étoile (exemple: mot*) dans le mémoire sont des mots •
définis dans le glossaire que vous trouverez à la page 48.
“ ” ou “ ”: Les flèches que vous rencontrerez sont des renvois à d’autres •
pages du mémoire afin d’obtenir plus d’informations sur le sujet traité à ce moment.
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 2
SOMMAIRE



I. Introduction ................................................................................................................................. p 5

II. Le web et son évolution .................................................................................................. p 6

1) Historique du web ................................................................................................................ p 6

2) Les technologies utilisées pour la création de pages web ................. p 6
a) L’utilisation des tableaux ............................................................................................ p 6

b) L’utilisation des frames ............................................................................................... p 7

c) Les abus de Flash ............................................................................................................ p 8
3) L’art de la présentation ramené à l’essentiel: le contenu .................... p 8

4) Mise en place des standards par le W3C ..........................................................
p 9
III. Le graphisme, élément prédominant dans l’appréciation ... p 10

1) Comportement critique de l’internaute “non éduqué” ........................... p 10

2) L’aspect visuel à l’origine d’une “critique passive” ................................. p 11

3) Les inconvénients d’un site “tout en image” ................................................ p 12

a) Des problèmes de référencement ............................................................................ p 12
b) Une accessibilité médiocre ......................................................................................... p 13

c) Des coûts de mise à jour importants ..................................................................... p 13
IV. Qu’entend-t-on par “qualité web” p 14
1) Introduction .............................................................................................................................. p 14
2) Respect des standards du W3C ............................................................................... p 14
3) Ergonomie et utilisabilité ............................................................................................... p 15
4) Accessibilité ............................................................................................................................. p 16
a) Internet, média universel accessible à tous ? ................................................... p 16
b) Troubles de la vue chez les séniors et les baby-boomers ............................ p 16
c) Vers une accessibilité multi plate-formes .......................................................... p 17
d) Des problèmes relatifs aux troubles de chacun .............................................. p 18
e) Accessibilité et qualité visuelle peuvent-elles co-exister? ........................... p 20
f) Vers une “accessibilité universelle” ....................................................................... p 20
5) Interopérabilité ....................................................................................................................... p 20
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 3
V. Quelques repères pour mieux apprécier la qualité ........................ p 21

1) Des points de repère simples ..................................................................................... p 21

a) Les logos du W3C ............................................................................................................ p 22
b) Les logos du label “Accessiweb” .............................................................................. p 24

c) L’absence de toute restriction d’accès .................................................................. p 26

2) Quelques points de contrôle d’une ergonomie correcte ..................... p 26
a) Organisation par rubriques ...................................................................................... p 26

b) Habillage du site ............................................................................................................. p 27

c) Barre de navigation ...................................................................................................... p 28
d) Temps de chargement des pages ............................................................................ p 29

e) Organisation des pages à fort contenu ............................................................... p 30

f) Un nombre de clics minimum .................................................................................. p 31
g) Prise en compte de la diversité du matériel utilisé ........................................ p 32

3) D’un point de vue plus technique ........................................................................... p 34

a) Ouverture du fichier HTML ....................................................................................... p 34
b) Structure d’une page HTML ...................................................................................... p 35

c) Les balises à vérifier ...................................................................................................... p 36

d) Vérifier l’absence de frames
p 38
e) Vérifier l’absence de tableaux .................................................................................. p 39
VI. Valorisation de la qualité: justification et argumentation... p 40
1) Introduction .............................................................................................................................. p 40
2) Pérennité des sites ............................................................................................................. p 41
a) Par l’utilisation des feuilles de style ....................................................................... p 41
b) A travers l’évolution des navigateurs ................................................................... p 41
c) Par une meilleur interopérabilité ........................................................................... p 42
d) Face à l’évolution des modes d’accès ..................................................................... p 42
3) Amélioration des ventes ................................................................................................. p 42
4) Des coûts de mise à jour moindres ....................................................................... p 43
5) Des dépenses en bande passante maîtrisées ............................................... p 44
6) En ce qui concerne les coûts de développement .......................................p 44
7) D’un point de vue légal .....................................................................................................p 45
VII. Conclusion ................................................................................................................................... p 47
Glossaire .......................................................................................................................................................... p 48
Bibliographie ................................................................................................................................................. p 53
Annexes ............................................................................................................................................................ p 57
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 4
I. Introduction

L’ internet, devenu aujourd’hui un outil incontournable dans notre société où les
Technologies de l’Information et de la Communication (T.I.C.) sont omniprésentes, reste

cependant une technologie peu connue et mal appréhendée par le grand public.

On pourrait se demander si le fait de comprendre dans les détails le fonctionnement du
web est réellement pertinent. Après tout, quasiment personne ne saurait expliquer
comment une publicité est diffusée à travers un poste de télévision, ni pourquoi des
millions de gens ont la possibilité de voir et d’entendre la même chose au même moment.

La différence fondamentale qu’il existe entre internet et les autres médias disponibles est
l’aspect permanent et évolutif de l’outil. Un site web est conçu pour durer et surtout pour
évoluer dans le temps, dans le but principal de développer son nombre de visiteurs et de
les fidéliser. Cet aspect évolutif est lié à d’autres paramètres, qui peuvent
malheureusement être plus ou moins efficaces. Ce qui fait surtout la différence, c’est la

multitude des plate-formes disponibles pour accéder à un site. Pour regarder la télévision,

nous sommes limités au choix du téléviseur, puis au choix de la chaîne que l’on souhaite

voir, ensuite tout fonctionne plutôt bien. Sur internet, c’est une toute autre histoire. Pour

accéder à un site web, il vous faut choisir un ordinateur, un système d’exploitation*

(Windows, Mac OS X, Linux...), un navigateur internet* (Internet Explorer, FireFox,
Safari,...), mais surtout chacun a la possibilité de faire des modifications sur sa propre
machine, comme par exemple augmenter la taille de la police, interdire l’apparition de pop-
up*,...
Toutes ces possibilités donnent donc un nombre important de combinaisons possibles
pour chaque internaute. Autant de combinaisons qui sont susceptibles de modifier le rendu
d’une page HTML*, voire de la rendre inaccessible dans certains cas.
Un concepteur de sites web doit prendre en compte toutes ces contraintes afin de
permettre une meilleur lisibilité de son oeuvre et ce par un nombre maximum
d’internautes. On peut donc à présent introduire la notion de qualité web, car c’est bien de
cela qu’il s’agit. Un site web de qualité est un site qui sera conçu et développé en gardant
toujours à l’esprit le fait qu’il existe des centaines de façons différentes d’accéder à son
contenu, et donc des centaines de façons différentes d’altérer son contenu et de le rendre
plus ou moins inaccessible.
Suite à ces différentes remarques, plusieurs questions se posent, côté client et côté
prestataire. Comment faire en sorte que le client, désireux d’acquérir un site web, puisse
avoir une bonne lisibilité sur la qualité d’un prestataire, tout en sachant qu’il se trouve face
à des technologies nouvelles, qui requièrent un niveau minimum de connaissances
techniques pour pouvoir prétendre en évaluer leur qualité? Par quels moyens des
prestataires de qualité peuvent-ils se différencier des autres face à une méconnaissance
technique et donc à une vulnérabilité commerciale de la clientèle ciblée?
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 5
Mon objectif dans ce mémoire sera de donner des pistes pour une meilleure évaluation et
une meilleure valorisation de la qualité sur le web, en répondant à la problématique
suivante:

“Peut-on prétendre valoriser la qualité des solutions innovantes en matière de web, face à

un public non éduqué ?”.





II. Le web et son évolution



1) Historique du web


ARPANET, premier ancêtre de l’internet d’aujourd’hui, a été créé en 1969 suite à un projet

de recherche lancé par l’Armée Américaine et a permis dans un premier temps de relier

quelques universités situées dans 4 états différents, dans le but de conserver des voies de

communication ouvertes en cas de conflit nucléaire avec l’U.R.S.S. . Au début des années
70, le réseau, devenu public, attira de plus en plus d’universités, car il facilitait de façon
considérable les échanges d’informations nécessaires aux différents travaux de
recherche.

Le réseau est devenu international en 1973 avec la connexion de la Norvège et du

Royaume-Uni, et depuis n’a plus cessé de croître.
Tim Berners-Lee est considéré comme l’inventeur du Web car il a su mettre en place en
1990 un langage capable de structurer le Web, le HTML*, en donnant du sens aux
différentes parties d’un document texte (titres, sous-titres, listes, paragraphes...).
Malgré le but premier du HTML qui était de structurer, les webmasters se sont appropriés
le langage en ne l’utilisant qu’à des fins de mise en page. Ils ne possédaient au début de
l’internet d’aucun outil permettant de disposer les éléments d’une page à l’endroit désiré
(Placer par exemple une photo d’un produit et ses caractéristiques côte à côte peuvent
poser des problèmes). C’est pourquoi beaucoup de sites sont aujourd’hui encore
structurés essentiellement à base de tableaux, éléments de structure HTML qui sont, à
l’origine, réservés aux éléments de même nom composant un document.
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 6
2) Les technologies utilisées pour la création de pages web



a) L’utilisation des tableaux


L’exemple le plus flagrant de mauvaise utilisation du HTML est donc le recours aux

tableaux pour positionner les différents éléments d’une page HTML. L’inconvénient d’une

telle pratique est la perte de tout sens structurel du document qui se retrouve donc illisible

par tout outil de navigation conçu pour lire des pages respectant les règles de structure.

Les feuilles de style CSS* sont aujourd’hui utilisées pour combler cette lacune du HTML,
et permettent depuis environ 2000 (date à laquelle elles ont commencé à correctement
fonctionner sur les navigateurs) de séparer le contenu de la mise en forme.

Il est possible de se rendre compte assez rapidement de l’utilisation abusive ou non des

tableaux pour la mise en page d’un site, mais il faut pour cela regarder le code HTML de la

page que l’on souhaite examiner.

(voir p39 : “V.3)e) Vérifier l’absence de tableaux” )

L’utilisation de tableaux pour la mise en page des sites est aussi un frein considérable à

l’accessibilité des sites web aux personnes handicapées.

(voir p16 : “IV.4) Accessibilité” )


b) L’utilisation des frames
Les cadres (”frames” en anglais) sont moins courants que les tableaux mais il arrive
encore que l’on rencontre des sites web utilisant encore cette technologie. Leur
particularité est de diviser la fenêtre du navigateur en plusieurs petits cadres ayant chacun
les propriétés d’une fenêtre (c’est-à-dire la possibilité d’utiliser la barre de défilement, une
adresse URL* propre à chaque fenêtre, ...). L’utilisation des cadres permettait de créer
rapidement une mise en page simple du site.
Cependant, le référencement de ce genre de site pose de gros problèmes, les moteurs de
recherche ayant tendance à indexer les différents cadres d’une page de façon
indépendante. Les fichiers HTML* contenus dans chacun des cadres sont au final
totalement indépendants et ne comportent aucun lien permettant de les relier les uns aux
autres. Etant donné que la partie “contenu” d’une page se situait dans un cadre lui étant
réservé, il était possible d’en trouver l’URL* lors de recherches web sur Google par
exemple, et donc de ne voir s’afficher sur son navigateur que le contenu, sans menu (car
lui-même se trouve dans un autre cadre), sans bandeau de page pour savoir dans quel
site on se trouve, sans titre de fenêtre, ...
Dans le cas où l’information trouvée dans ce contenu est pertinente pour l’internaute, il lui
est cependant impossible de continuer à naviguer dans le site pour approfondir ses
recherches, car il n’a pas accès au menu qui se trouve à l’origine dans un autre cadre.
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 7
Les frames ont été beaucoup utilisées par le passé mais sont aujourd’hui à proscrire dans
le développement de tout site web. Elles posent des problèmes de navigation, de
référencement, d’intégration d’une page web dans la liste des favoris*, mais surtout elles
sont de moins en moins supportées par les navigateurs web et rendent impossible

l’accessibilité du site aux personnes handicapées.

(voir p38 : “V.3)d) Vérifier l’absence de frames” )


c) Les abus de Flash

Certaines technologies ajoutent des fonctionnalités côté client (c’est-à-dire sur la machine

de l’utilisateur), comme par exemple Flash*, Java*, QuickTime*, PDF* ou encore Windows

Media*. Elles sont à utiliser le moins souvent possible (sauf pour Java qui est
normalement utilisable sur toutes les machines). L'architecture de base et la navigation
dans le site ne doivent pas faire appel à ces technologies. Il doit s'agir uniquement
d’éléments additionnels tout en précisant le plug-in* utilisé (voir même la taille s’il est un

peu volumineux).

Le Flash est un format multimédia propriétaire appartenant à la société Macromédia*. Il
sert principalement à créer des animations web sonorisées ou non. Il a la particularité de
pouvoir générer des animations interactives fournissant un impact visuel considérable en
comparaison de la taille du fichier correspondant (La taille d’un fichier HTML reste très

importante et contribue à de longs temps de chargement de la page si l’internaute

possède une connexion à bas débit). Ses possibilités ont séduit de nombreux concepteurs
web, au détriment de l’ergonomie et de l’accessibilité. Ces derniers, au lieu d’utiliser Flash
comme un moyen d’intégrer des fichiers interactifs améliorant la qualité visuelle de la
page, ont construit des sites entièrement en Flash, se souciant peu des conséquences
que cela pouvait avoir en terme de qualité, de référencement et d’accessibilité. Le but
premier de ces prestataires web étant de concevoir un site web attractif pour toute
personne méconnaissant les exigences du web quant à l’obtention d’un site de qualité, le
Flash devenait leur outil de travail idéal.
Tous les sites ayant été conçus de la sorte posent de gros problèmes de référencement,
de coûts de mise à jour du contenu, et d’accessibilité.
3) L’art de la présentation ramené à l’essentiel: le contenu
On constate donc un manque cruel d’éléments structurels permettant de faire la mise en
page des sites web jusque dans le milieu des années 90. Les webmasters ont dû trouver
des techniques pour arriver à leur fin (cadres, tableaux,...), mais au détriment d’une bonne
utilisation du code HTML*. C’est pourquoi on retrouve encore aujourd’hui un nombre très
important de sites web utilisant ces techniques déviées.
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 8
Ensuite sont apparues les CSS* (Cascading Steel Sheet) afin de pouvoir séparer
complètement le contenu d’une page web et les différents éléments de mise en page. Le
contenu texte d’une page web et la structure de ce contenu sont présents dans la page
HTML alors que les éléments permettant d’attribuer des couleurs aux fonds et aux textes,

ainsi que les éléments permettant de positionner les différents blocs de contenu d’une

page, sont eux positionnés dans un fichier que l’on appelle la feuille de style. Disponibles

dès 1996, il faudra attendre jusqu’en 2001 pour que les CSS fonctionnent sur les deux

principaux navigateurs, Internet Explorer et Netscape.

L’apparition des feuilles de style CSS a joué un rôle important dans le fait de rendre

possible la qualité des documents web, en permettant un “nettoyage” du code HTML* qui

s’avérait de plus en plus nécessaire.



4) Mise en place des standards par le W3C*

Pour revenir légèrement en arrière, au tout début de l'internet, Internet Explorer et

Netscape étaient les deux principaux navigateurs utilisés sur le net. A ce moment aucun

des deux n’avait jugé utile de se mettre d'accord sur une façon commune d'utiliser le

langage HTML*.

Chacun pris donc son propre chemin dans le développement de son navigateur,
compliquant ainsi la vie des développeurs, mais aussi des utilisateurs.

Pour résumer, un site conçu pour être optimisé sur Internet Explorer posait de gros
problèmes de navigation sur Netscape et vice versa. A moins que le propriétaire d'un site,
avide de dépenses inutiles, n'ait décidé d'en faire développer deux versions, le
fonctionnement et la mise en page de ce dernier n'étaient corrects que sur l'un ou l'autre
des deux navigateurs.
Le Web, terrain de prédilection pour la diffusion d'une information libre et accessible à
tous, s'écartait peu à peu de son chemin...
Les choses ont commencé à changer en 1994 grâce au W3C, un organisme de
standardisation mettant en oeuvre des recommandations afin de réguler l’évolution du
web. La mise en place de ces standards du web permet de donner une certaine
cohérence à son évolution, en donnant la possibilité à tous les acteurs du web de se
projeter avec plus de facilité dans l’avenir. Aujourd’hui les fabricants de navigateurs vont
de plus en plus dans le sens du W3C, en intégrant les recommandations au fur et à
mesure des développements et des mises à jour de leurs navigateurs. Il appartient
désormais à la bonne volonté de chaque internaute de participer à ces changements en
devenant plus actif. Les internautes ont par exemple la possibilité de s’investir dans ce
grand projet en téléchargeant régulièrement les nouvelles versions ou mises à jour de leur
navigateur ou bien en optant pour le choix d’un navigateur plus conforme aux standards
que celui qu’ils utilisent.
(Voir la page web suivante pour plus de renseignement sur les navigateurs:
http://www.openweb.eu.org/articles/navigateurs_alternatifs ).
Mickaël FLOCARD Mémoire de Maîtrise - Wesford 2004/05 9

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin