La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Comment lire les comptes des sociétés

De
3 pages
01 Debut/Lire comptes 31/07/03 15:13 Page 7Introductione tous les agents économiques liés à l’entreprise, l’investisseur estcelui qui prend le plus de risques. Son investissement lui donne droit àDune fraction du capital de l’entreprise mais, à la différence des créan-ciers, il ne possède aucune garantie quant au fait qu’il pourra recouvrer cettesomme ou qu’il en recevra une rémunération. Il est donc naturel que l’inves-tisseur soit exigeant en matière d’information financière, à la fois pour prendresa décision d’investissement et assurer le suivi de ses investissements.Malheureusement pour lui, l’information financière telle qu’elle est présentéedans les états financiers en France, est conçue en fonction de publics diffé-rents, qui n’ont pas les mêmes objectifs que lui. À la différence de la traditionanglo-américaine qui a mis les besoins d’information de l’investisseur aupremier rang, la tradition française a historiquement privilégié les besoins d’in-formation du fisc et des différents créanciers.Quel est le résultat de la période ? À combien se montent les impôts et taxesque doit payer l’entreprise ? Comment justifier les modalités de leur calcul ?Quelles sont les dettes vis-à-vis des banques, du personnel et des fournis-seurs ? Les réponses se trouvent facilement dans le compte de résultat et lebilan.Quelle est la rentabilité de l’entreprise pour chacune de ses activités ? Àcombien se montent ses dépenses de production, de logistique, de R&D… ...
Voir plus Voir moins
Introduction
e tous les agents économiques liés à l’entreprise, l’investisseur est celui qui prend le plus de risques. Son investissement lui donne droit à cierDs, il ne possède aucune garantie quant au fait qu’il pourra recouvrer cette une fraction du capital de l’entreprise mais, à la différence des créan-somme ou qu’il en recevra une rémunération. Il est donc naturel que l’inves-tisseur soit exigeant en matière d’information financière, à la fois pour prendre sa décision d’investissement et assurer le suivi de ses investissements. Malheureusement pour lui, l’information financière telle qu’elle est présentée dans les états financiers en France, est conçue en fonction de publics diffé-rents, qui n’ont pas les mêmes objectifs que lui. À la différence de la tradition anglo-américaine qui a mis les besoins d’information de l’investisseur au premier rang, la tradition française a historiquement privilégié les besoins d’in-formation du fisc et des différents créanciers. Quel est le résultat de la période ? À combien se montent les impôts et taxes que doit payer l’entreprise ? Comment justifier les modalités de leur calcul ? Quelles sont les dettes vis-à-vis des banques, du personnel et des fournis-seurs ? Les réponses se trouvent facilement dans le compte de résultat et le bilan. Quelle est la rentabilité de l’entreprise pour chacune de ses activités ? À combien se montent ses dépenses de production, de logistique, de R&D… ? Quelle est la valeur réelle de son patrimoine ? Crée-t-elle de la richesse pour l’actionnaire ? Il est en revanche plus difficile de trouver une réponse claire à ces questions dans les états financiers des entreprises françaises à l’heure actuelle. L’investisseur doit ainsi procéder à un certain nombre d’analyses et de retrai-tements des états financiers pour être en mesure de comprendre sa prise de risque. Maîtriser la comptabilité, langage de base des états financiers, est de ce fait un enjeu majeur pour lui. On le verra, l’Union Européenne a décidé de mettre en place de nouvelles normes comptables en Europe dès 2005 qui remédieront à certaines faiblesses des états financiers français, avec pour objectif de servir en priorité les besoins des investisseurs. Pourquoi ? Parce
© Maxima 2004
ropéenne est en fait de favoriser la créa-urope qui puisse rivaliser avec le marché
codification de la vie de l’entreprise. Il est fur et à mesure que l’économie se sophis-cents scandales comptables de dénigrer au mieux, ont fait preuve d’incompétence is d’équipes de direction indélicates. La outil fiable, en constant développement s économiques, et qui n’est pas différent n droit, il y a des principes ayant vocation et des décisions de justice – la jurispru-e ces principes à des situations particu-principes et jurisprudence lorsqu’il se omptable se trouve dans la même situa-ments de la vie de l’entreprise dans ses
un particulier qui possède un portefeuille, ance de la comptabilité et l’analyse des  Nousne le pensons pas, et pour cette trois idées : on sommaire, des états financiers permet e se faire sa propre opinion et de ne pas écialistes » comme les analystes et la
financiers est de qualité et permet effec-endre la performance financière de l’en-êtes peuvent manipuler la comptabilité, ossibles que sur une période de temps tabilité permet d’établir la « vérité des
ir ce qu’il cherche, et établir ses priorités financiers de peur de s’y perdre. Avec du er » ces états, mais il est préférable de se ecteurs d’activités et d’entreprises.
© Maxima 2004
© Maxima 2004
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin