La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
Architecture logicielle
I] Principes de base
Schéma 2
Processus de développement 1) Décomposition fonctionnelle
Décomposition en éléments simples suivant un modèle de référence
(décomposition normalisé pour un pb commun).
2)
Décomposition modulaire
Assurer les fonctions avec des modules
2règles:
Minimiser les dépendances
Couverture fonctionnelle (complet, pertinent)
II] Modèles de référence
Pré requis :
-
-
-
Requis de modifiabilité
Mise au point itérative
Séparation fonctionnelle
Distinction service / interaction
/
Fonctionnelle
1. Modèle Seeheim:
A gros grain
\
Règle de modèle de tache
2.
ARCH
A gros grain
Schéma 3.
Schéma 4.
III] Modèle multi-agents
Grain variable à fin
Ajout: Une entité autonome, pro active, qui perçoit et agit sur son environnement et interagit avec d’autres agents pour réaliser une tache commune.
Extensiondelapprocheobjet:
Un objet possède un fil d’exécution (thread,
Et communiquant par échanges de messages.
2typesdagents:
-
-
cognitif, intelligent : tache complexe
Réactif, agent simple, pas intelligent.
C’est l’ensemble qui résout.
1. Agent PAC (Présentation Abstraction Contrôle).
Schéma 5.
Le composant P
Le composant A
Le composant C
Modèle de l’interface graphique
Schéma 6.
Schéma 7.
C’est une décomposition récursive, hiérarchique en agents PAC.
Un agent PAC encapsule d’autres agents.
Exemple
Approche ascendante/descendante
Schéma 8.
Schéma 9.
Double interprétation de la décomposition
1.
2.
{ - Décomposition abstraite
{ - ------------------- par encapsulation
{ - Décomposition en agents qui communiquent
08/01/08
{ - Parallelisation de l’interface
Quelques règles heuristiques :
Schéma 10.
RÈGLE1:Une fenêtre qui sert de support à un espace de travail est matérialisée
par un agent.
RÈGLE2:Les vues multiples d’un même concept seront gérées par un agent « vue multiple ».
RÈGLE3:Une palette de classes de concepts est une base de membres sont
modélisées par un agent.
RÈGLE4:Une zone d’édition est considérée par un agent.
RÈGLE5:Un concept complexe (= composé) d’une zone d’édition est matérialisé
par un agent.
RÈGLE6:Les ouvertures multiples dans des exemplaires de classes différents
peuvent être gérées par un agent commun.
RÈGLE7:Si on peut ouvrir une fenêtre à partir d’un concept d’une autre fenêtre,
cette nouvelle fenêtre est un agent fils de l’agent source.
RÈGLE8:Si une commande répartie sur plusieurs dispositifs, on peut lui associer un agent
RÈGLE9:On peut éventuellement regrouper un agent un agent père et un agent
fils en un seul agent.
RÈGLE10:Un agent appartenant à une présentation peut être enlevé de ses
composants de sa présentation et ajouté à la présentation du composant père.
Méthodes d’évaluation
Concept de base :mesurer le degré d’utilisabilité, qui regroupe plusieurs notions
-
-
-
-
-
Facilitédapprentissage(manièredeguiderlutilisateurnovice)
Diminuer le temps d’apprentissage
Permettre à l’utilisateur novice de se consacrer rapidement à son travail.
Efficacitédutilisation
Haut niveau de productivité
Réaliser les tâches de manière efficace.
Facilitédemémorisation
Ne pas réapprendre deux fois après une première évaluation
Appel à la fiabilité de réorganisation.
Utilisationsanserreurs
Ne pas permettre de faire des actions ne permettant d’atteindre le but
Possibilité de réparation.
Satisfaction
Attribut subjectif : esthétique de l’interface.
Méthodes d’évaluation
I] Méthodes régissant la participation d’utilisateurs
a) Tests d’utilisation
On observe et on mesure les utilisateurs dans leur travail quotidien
Mesures physiologiques
Mesures, indicateurs logiciels
b) Les gestionnaires et les entretiens
II] Méthodes s’appliquant aux caractéristiques de l’interface a) Méthodes analytiques
Exemple : GOMS Keystroke, Loi de Fitts
b) Evaluation experte
Appel à un expert
Comparaison à des recommandations
Avantage : peu couteux
Inconvénient : pas souvent d’accord entre eux
III] Les méthodes d’inspection
Conformité à des recommandations
Confrontée à des heuristiques normées
La cognitive Workthrough
En répondant aux questions
1) Les utilisateurs sont-ils amenés à utiliser les actions appropriés ?
2) Les utilisateurs sauront-ils que les actions appropriées sont permises ou disponibles ?
3) Les utilisateurs sont-ils associer effet voulu et action appropriée