La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

C.E.S.C. collège Henri Dheurle
« Prévention des risques de l’Internet »
Conférence donnée le mardi 23 novembre 2010 de 17h30 à 19h
par l’association Calysto
Présents :
20 parents, 3 professeurs, 2 élèves.
Suite à l’intervention devant les 7 classes de 4° du collège pendant la journée du 23/11, les parents
étaient invités à une réunion de sensibilisation sur les risques liés à Internet et nouvelles technologies.
Voici quelques points abordés. Secrétaire: Muriel Garaicoechea, Principale-adjointe.
Quelques conseils de base
Eviter de mettre l’ordinateur dans la chambre des jeunes.
Fixer des limites de temps et d’espace (comme on le fait pour les repas, le coucher, l’école) : en
semaine, pendant le week-end.
Lors des recherches sur Wikipédia, rappeler au jeune que le contenu n’est pas scientifiquement vérifié,
et d’autant plus quand en bas à droite de l’écran figure le rectangle « Contenu non vérifié ».
Ne pas hésiter à parler d’Internet avec ses enfants régulièrement : 9 adolescents sur 10 tombent par
hasard (ou non…) sur des sites pornographiques. Moins de 12% des jeunes en parlent avec un adulte.
Etre vigilent sur les sites « pro-anorexiques », du type « Maigrir, Pro Ano » qui imposent des modèles
de beauté. Ces sites sont aussi interdits par la loi… mais on ne peut les supprimer ! Répéter aux jeunes
que toutes les photos de mode sont retouchées.
Créer des comptes d’accès différents : pour les parents, pour les enfants, avec des paramètres
différents.
Pour suivre les recherches de votre enfant sur google :
Google safe search/Paramètre de recherche/Historique/Afficher tout l’historique
Ne pas compter sur les « modérateurs de site » : ce sont souvent des adolescents et ils sont censés
surveiller des millions d’abonnés !
(exemple YouTube 100.000 vidéos mises sur le site par jour, donc pas vérifiées)
Logiciels de contrôle parental gratuits
Lavoixdelenfant.com
Tousconnectes.com
Ou LogProtect : logiciel libre de droits qui fonctionne sur Mac ou Windows.On y définit un code et les
données privées qui ne seront pas divulguées.
Le téléchargement
A découvrir : légal et gratuit : jamendo.com, boxson.net, beezik.com, dogmazik.net et les cartes jeunes (10 à 60€), canalplusplayer.fr, deezer.com
« Peer to peer » (de poste à poste), eMul, shareaza, casa… sont légaux. Mais ce sont des partages de
données donc ouverts aux virus.
Il est interdit de télécharger des logiciels à droits d’auteur (c'est-à-dire non libres de droit).
Attention :Tout est consultable chez le fournisseur d’accès où l’Historique n’est jamais effacé
Les sites proposant de modifier l’adresse IP pour 10€ par mois sont une arnaque. En effet, cette
adresse est mobile mais l’adresse permanente reste.
Des informaticiens sont payés par des producteurs pour lancer des virus dans les téléchargements
gratuits. Exemple de risque : récupérer une portion de film pornographique dans un autre film
téléchargé.
Ne pas acheter de cassettes de piratage de jeux vidéos: « R4 » est marqué dessus. ( sur des marchés, et
même dans certains magasins)
La loi HADOPI 2 est en application.
En procédure accélérée : responsabilité pénale à l’âge de 13 ans
Exemples de sanctions:
Suspension de l’abonnement (jusqu’à 1 an) mais obligation de continuer à payer Internet
Amende de 1500€ pour les « petits pirates »
2 ans de prison et 300.000€ pour les « gros pirates » (=qui revendent leurs copies)
Usage du Wifi : obligation de sécuriser sa connexion Internet.
Ne pas supprimer le code Wifi sinon 1500€ d’amende et un mois de coupure de connexion.
Vérifier que le cadenas apparaît si l’accès est sécurisé.
Arrêter un mauvais comportement après le 1
er
mail d’avertissement. Il restera fiché pendant un an.
Messageries instantanées, chats
Les jeunes font la course pour avoir le plus d’ « amis » (de contacts). Redéfinir avec son enfant la
définition « d’ami », qui n’est pas une question de quantité mais de qualité, et qu’un ami ou « ami
d’ami » peut cacher une personne malintentionnée.
Conseil pour la webcam :
Quand on ne l’utilise pas, la cacher avec un post it. Des internautes se sont fait pirater leur webcam
alors même qu’elle était éteinte !
Facebook :Utilisé pour préparer des cambriolages.
Messenger : vérifier qu’il est bien éteint (petit bonhomme vert en bas).
Sexting : dernière tendance (mélange de sex et dating), c'est-à-dire se draguer par photo équivoque
entre adolescents. A conduit à des harcèlements.
Les divers types de « conversation instantanée » donnent faussement l’impression aux jeunes que leurs
images ne sont pas permanentes.
L’ONU estime que, quelque soit l’heure dans le monde, 750.000 pédophiles sont sur Internet grâce à
leur maîtrise des codes et expressions des ados, pour être en contact avec eux. Une image webcam
donnée par un inconnu peut être fausse.
Blogs, Facebook
:
2004 : 1 million d’utilisateurs de Facebook
2010 : 500 millions (dont en France, 19 millions de profils)
Astuce à utiliser dans Skyblog : ne pas répondre dans la rubrique « adresse » même si elle est
obligatoire. A la place, cliquer 5 ou 6 fois sur la barre espace.
Sur Facebook, ne pas répondre aux questions sur la religion, filles/garçons…et autres questions non
obligatoires car toutes ces informations sont revendues par Face Book.
Demandez à votre enfant de vous montrer son « profil ».
Regardez « Ma vie à poil sur le net » reportage Canal +.
Remarque sur les conditions à accepter sur Facebook : tout le monde coche « Oui » mais personne ne
prend le temps de lire ces conditions qui sont pourtant effrayantes : toutes les données deviennent
transférables, au niveau mondial ! Facebook estime qu’il a créé un outil et n’est pas responsable de
l’utilisation qui en est faite.
Pour limiter les risques d’utilisation de Facebook :
Compte/Gérer la liste/+créer une liste/paramètres de confidentialité.
Ne cocher qu’ « amis » seulement.
Si on a des regrets de création d’un compte : Paramètre de compte/supprimer le compte.
Ou consulter : comment-supprimer-mon-compte-facebook/Aide
Remarque : la phrase « nous le retirons de nos systèmes » est faite pour décourager les personnes de
supprimer leur compte. Or on peut recréer un compte facilement donc validez cette phrase.
Si un enfant efface son historique pour que vous ne le voyiez plus : on peut demander l’historique de
connexion au fournisseur d’accès… ou le priver d’ordinateur une semaine !
Conseil pour les blogs : s’interdire insultes et médisances. A la rubrique « Il déteste » répondre « rien,
rien, rien » et ne publier aucune photo sans autorisation écrite des personnes concernées
Sanctions pour injures : jusqu’à 12.000€ d’amende,
Racisme jusqu’à 30.000€ et 6 mois de prison
Atteinte au droit à l’image ou/et diffamation: 1 an et 45.000€ ou interdiction de passer des examens
pendant 5 ans.
Donc si on est insulté : ne pas répondre !
Les seuls points positifs d’un blog (car il y en a !) ou facebook : organiser des rassemblements
culturels, usage par un professeur pour ses élèves, débuts dans le journalisme, développement de
l’écriture, la création…
Il exsite des chartes de blogs ou de plateformes qui obligent à utiliser un langage correct et refusent le
« langage SMS »
Sensibiliser nos jeunes à être plus prudents
Ne jamais accepter une rencontre avec un inconnu
Ne pas divulguer d’informations personnelles
Ne pas écrire de commentaires désobligeants.
Avec Internet, les jeunes pensent être dans un monde virtuel où derrière l’écran tout est permis. Or une
trace est toujours gardée sur Internet, même si on l’efface.
En cas de problème d’atteinte à l’image, mauvais comportement… il existe des Gendarmes spécialisés
dans la cybercriminalité : prévenir la Gendarmerie et surtout ne pas effacer la preuve, même si elle est
choquante.
Si le problème concerne des élèves, prévenir également l’établissement où votre enfant est scolarisé.