La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

N°814 - DÉCEMBRE 2001
PRIX : 15 F (2,29€)
Jeune, diplômé
et créateur d’entreprise
Le goût d’entreprendre malgré les difficultés
Rolland Tabourin, Université Henri Poincaré Nancy 1,
Philippe Debard et Marie-Françoise Parent, Insee Lorraine
n tiers des jeunes diplômés créa- jeunes diplômés de l’enseignement supérieur
(cf. Sources et Définitions).teurs d’entreprise sont titulaires
Les jeunes diplômés créateurs de leur entre-Ud’un BAC + 5, soit davantage que prise ont pour 43 % d’entre eux un diplôme de
leur part dans l’ensemble des diplômés type BAC + 2. Cette proportion est proche de
celle des sortants de l’enseignement supérieur(13 % en 1998). Cependant, les jeunes
des mêmes générations. Viennent ensuite les
créateurs diplômés sont le plus souvent BAC+ 5. Ces diplômés sont surreprésentés
titulaires d’un BAC + 2. Leur dernier dans la population des jeunes créateurs : ils en
constituent le tiers alors qu’ils ne totalisent quediplôme relève en majorité de deux filières,
13 % de l’ensemble des diplômés en 1998. À
Économie, gestion et droit et Sciences et l’inverse, les BAC+3etles BAC+4 sont
techniques. Pour autant, l’activité des sous-représentés.
Les diplômes les plus fréquents sont les BTSentreprises qu’ils créent n’a pas toujours
(28 % des créateurs d’entreprise) suivis des
un lien avec leur formation. Ainsi, maîtrises, des DESS, des diplômes d’école
beaucoup de leurs créations concernent d’ingénieur et des diplômes d’école de com-
merce et de gestion, qui rassemblent chacunles services aux entreprises.
entre 6 % et 7 % des créateurs.
Les jeunes créateurs diplômés sont Un tiers des jeunes diplômés créateurs sont
d’abord motivés par le goût d’entre- des femmes, alors qu’elles représentent 56 %
des effectifs du supérieur.prendre. Tous mentionnent les démarches
comme source de difficulté. La plupart
Niveaux de diplômeont occupé un emploi entre la fin de leurs
études et leur création. Parmi eux, les
Bac + 6plus nombreux ont exercé une profession
Diplôme d'école et au-delà
d'ingénieurintermédiaire, ou ont été cadres (un quart
3 %
7 %Diplôme d'écoledes cas). Ceux qui se sont lancés dans
de commerce 6 %
la création à l’issue de leurs études
prennent souvent conseil auprès des
Bac + 5 17 % 43 % Bac + 2
professionnels.
11 %Bac + 4
13 %
Bac + 3En 1998, 286 000 jeunes achèvent leur forma-
tion initiale avec un diplôme de l’enseignement
supérieur. Beaucoup y voient un énorme vivier Champ : les jeunes créateurs diplômés sont titulaires d’un diplôme de
niveau DUT, DEUG et âgés au maximum de 31 ans, ou titulaires de di-d’où pourraient émerger de futurs créateurs
plômes de niveau au moins égal à la licence et âgés au plus de 34 ans.
d’entreprise. Sur les 160 000 créateurs d’entre-
Pour l’explication des limites d’âge, cf. Définitions.
prise recensés en 1998, on compte8%de Source : enquête Jeunes diplômés, Insee
INSEE
PREMIEREChez ces derniers, l’esprit d’entreprise Les ouvriers (4 % des créateurs) sontDeux grandes filières :
se transmet souvent de père en fils : essentiellement des hommes et ils ont leÉconomie, gestion et droit
près de 40 % des jeunes diplômés créa- plus souvent un diplôme qui ne dépasse
et Sciences et techniques
teurs ont un père qui développe pas BAC+ 2. Ce sont tous des créateurs
Parmi les filières de formation condui- lui-même une activité indépendante, à novices. Ils débutent seuls ou avec un
sant à la création d’entreprise, deux se savoir commerçant et assimilé (pour autre membre de leur famille, après
détachent, Économie, gestion et droit et 10 % des créateurs), artisan (9 %), pro- avoir été les plus nombreux à suivre la
Sciences et techniques, dont sont fession libérale (8 %), chef d’entreprise formation obligatoire dispensée aux
originaires 40 % et 23 % des créateurs. de 10 salariés ou plus (8 %) et agriculteur futurs artisans par les Chambres de
Au sein de la première, Économie, gestion exploitant (4 %). Ces cinq catégories Métiers. L’activité vers laquelle ils
et droit, les domaines les plus repré- représentent 20 % de la population mas- s’orientent en priorité est la cons-
sentés sont les Sciences de gestion, le culine française âgée de 45 ans ou plus. truction.
Commerce, vente, marketing et les Par ailleurs, 27 % des jeunes créateurs Les personnes sans activité profession-
Sciences économiques. Pour les Sciences ont un père occupant une profession intel- nelle (militaires du contingent, femmes
et techniques, figurent aux trois premiers lectuelle supérieure : cadre administratif au foyer…;6%des créateurs) font souvent
rangs l’Informatique, l’Électronique- ou commercial, ingénieur et cadre tech- appel à des compétences extérieures,
génie électrique et la Mécanique-génie nique, cadre de la Fonction publique… qu’elles proviennent d’organismes
mécanique. Parmi les créateurs, 7 % d’aide et de soutien à la création ou de
La grande majorité a unesont issus de la filière Sciences fonda- conseillers. C’est dans ce groupe que
mentales, qui regroupe un peu plus de l’on rencontre le plus de petits projets,expérience professionnelle
14 % des étudiants de l’enseignement d’un montant inférieur à 10 000 francs,
supérieur. Entre la fin de leurs études et la création et orientés vers les nouveaux services.
Dans la filière Littérature (10 % des créa- de leur entreprise en 1998, la grande
teurs), une minorité significative a suivi majorité des jeunes diplômés ont
Les « ex-étudiants » se lancentun cursus dans les domaines des Arts occupé au moins un emploi. Leur situa-
(arts plastiques, dessins, etc.), et a tion durant cette période intermédiaire rarement sans préparation
ensuite créé dans le domaine des Activités apparaît comme un facteur important
Les créateurs qui se déclarent « étudiants »artistiques. Dans la filière Sciences dans la mise en place du projet. Elle
avant la création ne sont que 18 %.humaines (7 % des créateurs), les conduit à les classer en cinq groupes
Ils se répartissent en trois groupes selonSciences de l’information et de la com- selon la qualification professionnelle de
le niveau de diplôme.munication ont formé le plus grand leur dernier emploi.
Les ex-étudiants disposant d’un BAC + 2nombre de créateurs, qui choisissent le Les cadres (24 % des créateurs) sont les
(5 %) ont souvent repris plutôt que crééplus souvent le Conseil aux entreprises. plus diplômés ; 26 % d’entre eux ont un
une entreprise (cf. Sources). Dans ladiplôme BAC+ 5 et 20 % un diplôme
phase de préparation du projet, ils sed’ingénieur. Ce sont eux qui créent leFilières de formation
tournent volontiers vers un autreplus souvent leur entreprise en associa-
% membre de leur famille, vers un orga-Part des filières disciplinaires tion avec un membre de celle où ils
50 nisme d’aide et de soutien à la création,travaillaient précédemment. Ils se
40 des conseillers ou des formateurs. Parcontentent généralement d’une pros-
ailleurs, ce sont eux qui obtiennent lepection de clientèle avant la mise en30
plus souvent des subventions. Certainsplace de leur projet.20
d’entre eux, au chômage (cf. Défini-Les indépendants (5 % des créateurs) ont
10
tions), sont également bien placés pourun niveau d’études qui dépasse rare-
0 l’obtention d’exonérations liées à l’Aidement BAC + 3. En 1998, plus de la moitié
aux chômeurs pour la création et lad’entre eux n’en sont pas à leur première
reprise d’entreprise.création d’entreprise. Ils sont nombreux
Les ex-étudiants ayant un diplôme deà avoir un associé, qui est souvent leur
niveau BAC + 3 ou plus (11 % des créa-conjoint ou un membre de leur famille.
teurs) sont ceux qui prennent le plus deC’est dans ce groupe que l’on trouve les
Source : enquête Jeunes diplômés, Insee
précautions avant de démarrer leurprojets mobilisant le plus de moyens
entreprise. Ils ont une forte propension àfinanciers.
Un environnement familial réaliser des études financières, de mar-Les membres des professions intermé-
ché et de prospection de clientèle.souvent porteur diaires (43 % des créateurs) constituent
Les anciens étudiants d’écoles d’ingé-le groupe le plus nombreux. Près de
Parmi les créateurs d’entreprise en nieurs ou de commerce sont très peu60 % d’entre eux ont un niveau de
1998, 67 % déclarent avoir un chef nombreux (2 % des créateurs). Ils sediplôme qui ne dépasse pas BAC + 2. Ils
d’entreprise ou une personne installée à démarquent des autres ex-étudiants pars’appuient sur des organismes d’aide et
son propre compte dans leur entourage le niveau financier élevé de leur projet,de soutien à la création. Ils s’adressent
familial. Cette proportion atteint 75 % souvent financé par emprunt. Après lessouvent à des conseillers et ils suivent
parmi les jeunes diplômés créateurs. anciens indépendants, ce sont en effetdes formations spécifiques.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Économie, gestion, droit
Sciences et techniques
Littérature
Sciences humaines
Sciences fondamentales
Bâtiment
Autre
INSEE
PREMIEREeux qui montent les projets les plus sans emploi reconnaissent qu’il s’agit d’ingénieurs ou de commerce. Viennent
importants (20 % de leurs dépassent davantage d’une décision par défaut. ensuite les services aux particuliers
les 250 000 francs). Ils développent surtout (activités récréatives culturelles et spor-
une activité liée au commerce. Ils sont tives, hôtels et restaurants, services
Les démarchesaussi deux fois plus nombreux à bénéficier personnels et domestiques). Pour les
des exonérations de taxe profession- anciens indépendants et les ex-étudiantssource de difficulté
nelle et des allégements de charges BAC + 2, ce sont d’ailleurs les activités
sociales parce que leur entreprise Moins de 1 % des jeunes diplômés créa- les plus courantes. L’activité de cons-
compte un nombre moyen de salariés teurs d’entreprise déclarent n’avoir ren- truction est la moins représentée (7 %
plus élevé que les autres. Enfin, un sur contré aucune difficulté lors de la créa- contre 16 % chez les autres créateurs).
quatre a participé, avant son installation, tion de leur entreprise. La plupart des
à un concours sur la création d’entreprise jeunes diplômés évoquent, comme
ou d’activité alors que ce type de source de difficulté première, la lourdeur Secteurs d’activité des créations
%concours ne mobilise en moyenne qu’un et la complexité des démarches auprès
jeune diplômé créateur sur vingt. des banques, des organismes de sécu- Jeunes
Autres
diplômésrité sociale, des centres de formalité des
Industries agricoles etentreprises… Malgré leur niveau d’études,
alimentaires (IAA) 0,9 3,1La première motivation : ils n’en viennent pas à bout aisément. La
Industries hors IAA 6,5 6,8
recherche de clientèle est aussi unle goût d’entreprendre Construction 6,6 15,9
problème pour la majorité des créateurs. Commerce et réparation 25,4 32,3
Transport 2,8 4,3Le goût est la première Les problèmes liés au montage financier
Activités immobilières 5,1 2,7
motivation des jeunes diplômés. Le fait sont surtout soulignés par les ex-étudiants
Services aux
d’avoir saisi une opportunité arrive au BAC + 2, les anciens indépendants et entreprises 33,5 13,8deuxième plan. Seuls les anciens indé- les anciens ouvriers. La comptabilité
particuliers 15,0 19,5pendants placent l’opportunité d’une -gestion est une préoccupation pour les
Education, santé, action
création au premier rang. ex-étudiants de niveau BAC+3ou plus sociale 4,2 1,6
Le classement des autres motivations et pour les anciens cadres. En revanche, Ensemble 100,0 100,0
est différent d’un groupe à l’autre. Les cette préoccupation est peu mentionnée Source : SINE 98, enquête Jeunes diplômés, Insee
personnes anciennement sans activité par les anciens étudiants d’écoles
Formation-création :professionnelle sont les plus nombreu- d’ingénieurs ou de commerce et par les
ses à affirmer que la création d’entre- anciens ouvriers. Figurent également un lien distendu
prise relève pour elles d’un choix parmi les difficultés, mais dans une
délibéré. Les anciens indépendants et moindre mesure, la recherche d’aides La moitié seulement des jeunes diplômés
les anciens cadres déclarent avoir été publiques, le montage juridique et la ont créé leur entreprise dans un secteur
conduits à créer leur entreprise par une recherche de locaux adaptés. d’activité en relation directe ou proche
idée nouvelle de produit ou de marché. avec le contenu de leur formation.
Les anciens membres des professions Le lien entre le domaine de formation et
Beaucoup de créations dansintermédiaires, l’ensemble des ex-étudiants l’activité de l’entreprise est peu marqué
et les anciens ouvriers mettent en avant pour les jeunes diplômés issus de lales services aux entreprises
une situation de chômage dans leur filière Économie, gestion et droit. Ils se
décision de création d’une entreprise. C’est surtout par l’activité choisie que les positionnent plutôt comme généralistes
En particulier, les anciens étudiants jeunes diplômés se distinguent des et se retrouvent dans une large gamme
d’écoles d’ingénieurs et de commerce autres créateurs. Ainsi, les services d’activités : commerce de gros ou de
aux entreprises constituent la première détail, services opérationnels, activités
activité dans laquelle ils investissent. immobilières, hôtels-restaurants...Principales motivations
Les créations dans ce secteur y sont À l’inverse, le lien est plus fort pour lesayant poussé à la création
beaucoup plus fréquentes que pour les jeunes diplômés issus de la filière Scien-
autres créateurs (33 % contre 14 %). En ces et techniques, qui s’affirment
Sans emploiExemple de
particulier, les jeunes diplômés créa- d’abord comme spécialistes. Ainsi, desl’entourage (contrainte)
3% teurs d’entreprise sont attirés par les diplômés en informatique, en aménage-Sans
7%
emploi activités innovantes, et notamment les ment, en sciences de l’information et de
11%(choix) services informatiques. Ils sont 15 % à la communication, en mécanique et
se diriger vers ces activités, contre seu- génie civil s’engagent surtout dans desGoût
Idée 11% 43% d’entreprendre lement 4 % pour l’ensemble des créa- activités de conseil et d’assistance
nouvelle
teurs. C’est surtout le cas des anciens auprès des entreprises qui nécessitent
étudiants d’écoles d’ingénieurs ou de des qualités d’expertise.25%
commerce et des anciens cadres. Même lorsque le lien entre l’activité et la
L’activité commerciale attire 25 % des formation n’est pas mis en avant, les jeunesOpportunité
jeunes diplômés et elle est la plus prisée diplômés mentionnent les bénéfices
Source : SINE 98, enquête Jeunes diplômés, Insee chez les anciens étudiants d’écoles qu’ils ont pu tirer des études supérieures,
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREtant au niveau du « savoir-être » que du diplômés créateurs d’entreprise et à effet, rares sont ceux qui se lancent dans
« savoir-faire ». Ils attribuent en effet à appréhender leurs conditions et modes la création sitôt leur diplôme en poche.
leurs études leurs capacités d’adapta- d’accès à la création d’entreprise de - Qualification professionnelle du
tion. Ils ont de plus acquis une plus manière plus fine. Au quatrième tri- dernier emploi
grande confiance en eux et une plus mestre 2000, ont été réinterrogés tous Cette information est issue de l’enquête
large autonomie : elles ont facilité leurs les chefs d’entreprise ayant créé ou SINE98, ce qui permet de comparer les
relations avec les administrations, les repris une entreprise en 1998 et qui : créateurs jeunes diplômés avec les
banques, les fournisseurs, voire la -ont répondu à l’enquête SINE98, autres créateurs.
clientèle. -sont diplômés de l’enseignement supérieur, On distingue les :
er
Dans leur nouvel environnement, le -ont, au 1 janvier 1998, 31 ans révolus - indépendants : artisans, commerçants,
diplôme est souvent perçu comme une maximum pour les créateurs diplômés chefs d’entreprise, professions libérales,
er
garantie de sérieux et de compétence. du 1 cycle, et 34 ans révolus maximum agriculteurs et autres indépendants
e
Enfin, ils déclarent avoir « appris à pour les créateurs diplômés du 2 ou - cadres : cadres d’entreprise, de la Fonc-
e
apprendre », ce qui leur a permis dans 3 cycle, tion publique…
bien des cas d’assimiler rapidement les -n’exercent pas l’une des activités - membres des professions intermédiaires :
connaissances nécessaires au métier suivantes : médicales, paramédicales, agents de maîtrise, contremaîtres,
er e
d’entrepreneur. vétérinaires, de commerce de détail de représentants, enseignants des 1 et 2
produits pharmaceutiques, juridiques, degrés, techniciens, employés…
comptables, d’architecture. - ouvriers : ouvriers qualifiés, ouvriersSources
L’enquête Jeunes diplômés est le fruit d’un spécialisés, ouvriers agricoles…
partenariat entre la direction régionale - étudiants
Les résultats présentés ici sont tirés de de Lorraine de l’Insee et un consortium - personnes sans activité professionnelle :
deux enquêtes : SINE98 (Système universitaire comprenant outre l’Uni- militaires du contingent, femmes au foyer…
d’information sur les nouvelles entreprises) versité Henri Poincaré de Nancy 1, Remarque : les chômeurs sont classés
et EJD (enquête sur les Jeunes diplô- initiatrice de l’opération, l’Université selon la qualification de leur dernier
més). Joseph Fourier - Grenoble 1, emploi. Ceux qui n’ont jamais travaillé
SINE a pour objectif de suivre pendant Paris Sud - Paris XI Orsay et l’Université sont classés dans l’une des deux dernières
cinq ans des générations d’entreprises Louis Pasteur - Strasbourg 1. catégories.
nouvellement créées, qu’il s’agisse de
créations pures ou de reprises. Pour Définitions Bibliographie
SINE98, c’est la génération des entre-
prises créées en 1998 qui est suivie.
Cette année-là, 266 000 entreprises ont - Les jeunes diplômés « Créations et créateurs d’entreprises »,
été créées. Mais SINE ne retient pas les La catégorie « jeune » prend des sens Insee Résultats (papier et cédérom),
réactivations, les activations économi- variables selon les travaux qui s’y réfè- n° 773, décembre 2001, Insee.
e
ques, les entreprises saisonnières et rent. Le Centre d’études et de recherches « Tableau de bord de l’innovation », 4
celles relevant de quelques catégories sur l’emploi et les qualifications (Cereq) édition, octobre 2000, ministère de
juridiques particulières. SINE98 ne distingue les populations jeunes par l’Économie, des finances et de
concerne donc en définitive que niveaux de diplômes en fixant comme l’industrie.
160 000 entreprises, interrogées par âge maximal celui auquel 99 % des « Se mettre à son compte et rester indé-
sondage. individus déclarent avoir terminé leurs pendant, des logiques différentes pour
Au démarrage de l’entreprise, trois thè- études. C’est ainsi que les jeunes titu- les artisans », Marc-Antoine Estrade et
mes sont abordés : le profil du créateur, laires d’un diplôme de niveau III (BTS, Nathalie Missègue, Économie et Statis-
les conditions de la création et la des- DUT, DEUG…) ont au maximum 28 ans tique, n° 337-338, 2000, Insee.
cription de la nouvelle entreprise. Les et les titulaires d’un diplôme de niveau II « Les créateurs en 1998 – Moins de chô-
unités sont à nouveau interrogées trois (Licence, Maîtrise) et I (au-delà de la meurs, plus de diplômés », Insee pre-
ans, puis cinq ans après leur création. Maîtrise), 31 ans. mière, n° 743, octobre 2000.
L’enquête EJD est complémentaire à Ce maximum a été prolongé de trois ans « Création d’entreprise : les facteurs de
l’opération SINE98. Elle vise à cerner pour étudier le phénomène de la création survie », Insee première, n° 703, mars
plus précisément le profil des jeunes d’entreprise par les jeunes diplômés. En 2000.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2001
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Daniel Temam80,80€ 101,07€ 126,08€
Rédacteurs : J.-W. Angel,
Nom ou raison sociale : _____________________ Activité : ____________________________ R. Baktavatsalou, C. Dulon,
A.-C. Morin, B. OuvréAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : C. Kohler
___________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP01814
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 2001
INSEE
PREMIERE